Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Je ne parle pas aux femmes

Couverture du livre « Je ne parle pas aux femmes » de Laurent Leguevaque aux éditions L'ecailler Du Sud
Résumé:

Lancée en 2005 la collection " overlitterature " a démarré avec deux titres de Gilles Ascaride et deux titres de Henri-Frédéric Blanc. Des pamphlets entre poésie et sociologie, qui ne laissaient peut-être pas entendre la suite des événements " overlittéraires ". La collection a pour but de... Voir plus

Lancée en 2005 la collection " overlitterature " a démarré avec deux titres de Gilles Ascaride et deux titres de Henri-Frédéric Blanc. Des pamphlets entre poésie et sociologie, qui ne laissaient peut-être pas entendre la suite des événements " overlittéraires ". La collection a pour but de proposer des textes originaux, quelque soit leur genre. Cette fois il s'agit d'un pur roman, qui n'aurait pas trouvé sa place dans une collection polar mais dont l'argument était tel qu'il avait sa place dans l'overlittérature. L'histoire est simple, et en elle-même elle constitue un " concept " : il s'agit d'un homme qui ne parle plus aux femmes. A aucune femme. A partir du moment où il prend cette décision s'ensuit toute une série de problèmes pratiques dans sa vie de tous les jours. C'est drôle et c'est dramatique à la fois, et suffisamment bien mené jusqu'au bout pourqu'on se demande quand notre homme se décidera enfin à reparler aux femmes...
Pour qui ? Pour le lecteur pas trop politiquement correct, qui ne s'offusquera pas de l'aspect malotru que notre héros va bien devoir révéler dans ce livre. C'est un bouquin léger, mais d'une jolie profondeur, qui s'adresse aux hommes comme aux femmes...
Par qui ? Ex-journaliste et ex-juge d'instruction, Laurent Lèguevaque est l'auteur de " Un juge s'en va " dans lequel il expliquait les raisons de sa démission de la magistrature en tirant à boulets rouges sur le système judiciaire français. C'est un homme qui n'a pas sa langue dans sa poche, ni son clavier d'ordinateur coincé.

Donner votre avis