Idaho

Couverture du livre « Idaho » de Emily Ruskovich aux éditions Gallmeister
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallmeister
  • EAN : 9782351781296
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Idaho, 1995. Par une chaude journée d'août, une famille se rend dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Tandis que Wade, le père, se charge d'empiler les bûches, Jenny, la mère, munie d'une hachette, élague les branches qui dépassent. Leurs deux filles, June et May, âgées de neuf... Voir plus

Idaho, 1995. Par une chaude journée d'août, une famille se rend dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Tandis que Wade, le père, se charge d'empiler les bûches, Jenny, la mère, munie d'une hachette, élague les branches qui dépassent. Leurs deux filles, June et May, âgées de neuf et six ans, se chamaillent et chantonnent pour passer le temps. C'est alors que se produit un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais. Neuf années plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l'Idaho. Mais alors que la mémoire de son mari s'estompe, Ann devient obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu'elle n'a jamais connue, elle s'efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles.
Idaho est un premier roman magnétique qui nous amène à l'origine d'un acte irréparable, à travers le chemin tortueux et imprévisible du souvenir. La voix particulière d'Emily Ruskovich, elle, demeure inoubliable.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Idaho, un titre qui a du souffle, de l'envergure, suffisamment pour te transporter vers les Rocheuses, la beauté de ses paysages faits de lacs, de hauts sommets enneigés, de profonds canyons, là où tout n'est que beauté sauvage préservée. Un titre qui ne dit rien, pourtant, de la force...
    Voir plus

    Idaho, un titre qui a du souffle, de l'envergure, suffisamment pour te transporter vers les Rocheuses, la beauté de ses paysages faits de lacs, de hauts sommets enneigés, de profonds canyons, là où tout n'est que beauté sauvage préservée. Un titre qui ne dit rien, pourtant, de la force introspective qui traverse ce roman désespérément magnifique sur le deuil, la mémoire et la vie qui est là, malgré tout.

    Le pivot de ce roman quasi choral est Ann, la seconde épouse, celle qui est entrée dans la vie de Wade après un terrible drame qui a détruit la famille de son compagnon. Wade souffre de démence sénile foudroyante et perd progressivement la mémoire.

    « Un jour d'automne ensoleillé, allongée à côté de lui dans l'herbe, tandis qu'il somnolait, elle ( Ann ) a senti l'ancienne vie de Wade, ses souvenirs, s'évaporer à travers sa peau. Elle a senti que tout le quittait, tout sauf elle. Alors elle s'est à son tour vidée de sa propre vie pour être sur un pied d'égalité avec lui. Ils sont restés étendus l'un contre l'autre, tel un fragment dans le temps. Un nuage est passé devant le soleil et, à l'intérieur de Wade, il y a eu un basculement qu'elle a perçu. A ce moment-là, elle a laissé un basculement se produire à l'intérieur d'elle-même, et ainsi sils sont redevenus les êtres qu'ils étaient habituellement, encore tout chauds de l'amnésie qu'ils venaient de vivre. »

    Mais Ann est terrifiée à l'idée qu'un jour ils n'auraient plus que ça. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, cette tragédie que Wade a toujours tue et qu'il taira pour toujours avec sa maladie.
    Elle veut s'emparer des souvenirs de Wade et c'est incroyable comme l'auteur parvient à faire résonner en nous cette possession lente jusqu'à en perdre la raison.

    J'ai lu cette quête perdue d'avance comme hypnotisée par le style emplie de subtilité de cette toute jeune auteure étonnante de maturité. Envoutée par la structure polyphonique complètement affranchie de la chronologie, éclatée de 1973 à 2025. Ensorcelée par l'étrangeté qui se distille de chaque page. Ce n'est pas l'élucidation du pourquoi du drame qui intéresse Emily Ruskovich , mais le cheminement des âmes d'Ann, de Wade, de Jenny ( la première épouse ). Pas de tentative d'explications psychologiques basiques, la psyché des personnages reste opaque et complexe, et c'est tant mieux.

    Le bouleversement qui s'est emparé de moi à la lecture des dernières pages est venu à petit pas, dans le souffle de l'intime scruté au plus profond. Il est des silences qui hurlent dans les forêts de l'Idaho.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman semble avoir rencontré un beau succès auprès des lecteurs. L’histoire d’une jeune femme qui vit avec un homme dont la précédente épouse est l’auteure d’un infanticide affreux, et dont l’autre enfant a disparu, contient pas mal d’ingrédients qui sont censés effectivement ferrer les...
    Voir plus

    Ce roman semble avoir rencontré un beau succès auprès des lecteurs. L’histoire d’une jeune femme qui vit avec un homme dont la précédente épouse est l’auteure d’un infanticide affreux, et dont l’autre enfant a disparu, contient pas mal d’ingrédients qui sont censés effectivement ferrer les lecteurs, mais sa construction éclatée, sa manière de cultiver le flou, le douteux, l’incertain, ont eu raison de ma patience (qui semble très limitée en ce moment…). Si vous n’aimez pas rester dans l’incertitude à la fin d’un roman, ne vous risquez pas dans celui-ci.

    https://lettresexpres.wordpress.com/2018/12/05/lectures-du-mois-18-novembre-2018/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je prends des notes habituellement au cours de mes lectures mais la impossible. J’ai tout de suite été happée par les réflexions d’Ann qui essaie de comprendre un drame, la perte d’un enfant.
    C’est un livre qu’il est dur de résumer. J’ai aimé ma lecture même si je me suis sentie oppressée,...
    Voir plus

    Je prends des notes habituellement au cours de mes lectures mais la impossible. J’ai tout de suite été happée par les réflexions d’Ann qui essaie de comprendre un drame, la perte d’un enfant.
    C’est un livre qu’il est dur de résumer. J’ai aimé ma lecture même si je me suis sentie oppressée, parfois étouffée mais le souffle est repris grâce au style poétique de l’auteur qui vient adoucir cette histoire bouleversante.
    Si l’histoire nous est décrite par plusieurs femmes, on se sent absorbé par les réflexions de chacunes. Tout cela dans le calme des montagnes, des plaines et l’isolement, notamment celle d’une prison. Au centre de toute cette souffrance on s’accroche à tout l’amour, celui de cette mère qui a perdu ses deux filles, de ces détenues incarcérées pour meurtre entre lesquelles naît une très belle amitié et l’amour d’Ann pour Wade malgré toute la violence qu’il lui inflige. Chaque personnage est isolée géographiquement, comme psychologiquement mais on sent à chaque fois l’envie d’aller vers l’autre, de le comprendre, les hésitations et tout cela motivée par l’amour.
    C’était une lecture magnifique qui m’a obsédée durant une semaine (oui j’ai mis un peu de temps à le lire car elle a été éprouvante), cherchant à comprendre comment une telle chose peut arriver, comment on peut continuer à aimer quelqu’un de violent. Mais j’ai adoré ce livre pour tout ce que l’auteur a réussi à me faire ressentir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Wade, Jenny, June et May formaient une famille heureuse, unie, vivant dans les montagnes de l'Idaho, dans une ferme perdue dans les forêts près de Ponderosa. Mais une terrible tragédie va faire éclater la famille.

    9 ans plus tard Wade formera avec Ann un nouveau couple  dans les lieux dans...
    Voir plus

    Wade, Jenny, June et May formaient une famille heureuse, unie, vivant dans les montagnes de l'Idaho, dans une ferme perdue dans les forêts près de Ponderosa. Mais une terrible tragédie va faire éclater la famille.

    9 ans plus tard Wade formera avec Ann un nouveau couple  dans les lieux dans lesquels il vivait auparavant, mais il est atteint, comme son père, de sénilité précoce et sa mémoire l'abandonne. Ann tente de découvrir et comprendre les terribles événements qu'il a vécus et dont il ne garde aucun souvenir.

    Livre lu suite à de nombreuses critiques élogieuses, je reste un peu sur ma faim.

    C'est un récit principalement féminin : Ann, Jenny, Elizabeth, May, sont les principales narratrices. Elles vont nous donner leurs visions soit de leurs vies, soit du drame, soit de leurs silences, soit de la vie carcérale à travers Elizabeth qui partage sa cellule avec Jenny.

    Cette gentillesse fait plus mal que la cruauté. Il n'y a aucun moyen de se hisser à sa hauteur. Elle a nulle part où mettre sa gratitude, et ainsi celle-i remue à l'intérieur de son corps. (p85)

    Ann va comprendre très vite que Wade, souffrant de pertes de mémoire et d'accès de violence, maladie dont a souffert son propre père

    Il a perdu ses filles, mais il a également perdu le souvenir de les avoir perdues. (p175)

     ne pourra lui donner les réponses qu'elle attend sur le drame qu'il a vécu.

    Désirant construire son couple, elle cherche des réponses aux multiples questions qui se posent à elle. Wade lui, vit le présent et envisage l'avenir

    Mais la réponse n'a pas d'importance, qu'il lui ait posé la question suffit.(p171)

    Elle va s'efforcer pendant 30 ans de parcourir le chemin, seule mais aussi d'établir un lien avec la mère des deux fillettes. Peut-on reconstruire une vie sur l'oubli, l'absence de souvenirs.

    C'est un premier roman et je pense justement que l'on en ressent les caractéristiques. Démarrer à la façon d'un thriller, la perte de May, 6 ans et la disparition de June, 9 ans, les filles du premier mariage de Wade, je m'attends à suivre les événements, pourquoi pas dans le désordre comme Emily Ruskowich a construit son récit, comprendre le pourquoi, l'enchaînement des événements etc..... Découvrir la part psychologique de chaque personnage mais aussi la nature dans ces montagnes sauvages, leurs vies isolées du monde, les animaux qui vivent autour d'eux, tout cela est bien rendu dans la narration mais justement peut-être un peu trop par rapport au reste.

    L'auteure aime l'Idaho, c'est indéniable et cela transpire dans toutes les pages d'où peut-être le titre mais elle nous a proposé un sujet intéressant et moi j'aurai voulu comprendre le pourquoi de cette tragédie.

    Que recherche exactement Ann, qu'attend-elle, qu'espère-t-elle ?

    Quand on ne va pas bien, les choses les plus ennuyeuses se retrouvent infectées par une importance qu'elles n'ont pas. (p69)

    Mon principal reproche c'est le foisonnement : cela part dans tous les sens déjà par la construction comme je l'ai dit mais cela n'est pas forcément préjudiciable à un récit, mais il y a des ébauches de pistes mais qui n'aboutissent pas et je me pose la question : qu'a-t-elle voulu dire, veut-elle que je me fasse ma propre opinion, ma propre enquête, laisse-t-elle volontairement des questions sans réponse, elle ne les possède peut-être pas et me porte simplement à la réflexion. Pourquoi pas ? Mais alors le récit me parait un peu trop riche, il m'oriente dans trop de voies.

    Par contre j'ai apprécié la description de la nature, de l'environnement, de la vie certes rude mais chaleureuse de cette famille avant le drame, l'amitié qui se noue entre Elizabeth et Jenny, surtout à sens unique car Jenny est enfermée dans son silence, dans sa solitude.

    J'ai même envisagé d'autres pistes pour comprendre la tragédie, me faisant des petits scénarios au fur et à mesure de ma lecture mais une fois lu les derniers mots, paragraphes, j'ai un sentiment de frustration car il m'aurait fallu un tout petit plus de structure pour mieux l'apprécier.

    Il n'en reste pas moins que c'est bien écrit mais curieusement malgré la vivacité de l'écriture je me suis parfois un peu ennuyée, ayant l'impression que l'histoire tournait en rond sans savoir comment avancer.

    J'attends un prochain livre pour avoir confirmation de son talent que beaucoup d'autres lecteurs lui reconnaissent et qui pour moi reste à réellement venir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/07/idaho-demily-ruskovich.html

    Wade Mitchell vit avec sa femme Jenny et leurs deux filles June et May dans l'Idaho dans une forêt sur une montagne, Mount Iris, isolés de tous. Un jour d'août 1995 la famille part ramasser du bois, la mère élague les...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/07/idaho-demily-ruskovich.html

    Wade Mitchell vit avec sa femme Jenny et leurs deux filles June et May dans l'Idaho dans une forêt sur une montagne, Mount Iris, isolés de tous. Un jour d'août 1995 la famille part ramasser du bois, la mère élague les branches, le père empile les bûches dans le pick-up, les deux sœurs de neuf et six ans jouent et se chamaillent. Un drame effroyable, complètement imprévisible, se produit alors détruisant la famille à jamais.

    Quelques années plus tard, Wade est remarié avec Ann. La jeune femme ne sait que très peu de choses sur le drame qui a frappé son mari car celui-ci ne lui a fait que de maigres confidences. Ann cherche à reconstituer le passé de Wade, à comprendre ce qui est arrivé à sa première femme et à ses filles avant que la mémoire de Wade ne disparaisse complètement car il est atteint de la même maladie que son père et son grand-père. "Dans ces bois éternellement, elle se penche encore et encore sur la logique et la probabilité des événements".

    Le récit est constitué d'allers et retours dans le temps avec des retours réguliers sur 1995, l'année du drame.

    Roman noir, thriller psychologique, ce premier roman est une véritable prouesse littéraire. Une écriture simple, précise et superbe, une construction très habile, une minutieuse analyse des sentiments, un récit qui ne perd à aucun moment son rythme, une nature sauvage et dure magnifiquement suggérée, des odeurs, des sons, des musiques... un suspense très prenant et une saisissante plongée dans la tête de quelqu'un qui perd la mémoire.
    Fascinant, parfois envoûtant, ce roman parle du couple, de la mémoire qui disparaît, de l'amour de celle qui accompagne le malade quoiqu'il arrive, d'une incroyable histoire d'amitié en prison mais aussi des méandres de l'amour fraternel. Les personnages principaux sont magnifiques mais tout au long du récit, au gré d'intrigues annexes au drame, des personnages secondaires apparaissent aussi attachants les uns que les autres.
    La fin qui nous laisse avec un certain nombre de nos questions ne m'a pas frustrée comme certains lecteurs, l'essentiel n'est pas là pour moi...
    Bouleversant et inoubliable... Une vraie pépite !
    Très gros succès aux Etats-Unis, je ne doute pas de l'accueil qui va être fait en France à ce roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment être à la hauteur de la beauté de ce livre ? Inutile d'essayer, je ne le serai pas. C'est juste dingue de se dire qu'il s'agit d'un premier roman, écrit par une jeune femme qui semble percevoir déjà tellement de choses de la vie, de l'âme humaine, de la façon dont la mémoire se constitue...
    Voir plus

    Comment être à la hauteur de la beauté de ce livre ? Inutile d'essayer, je ne le serai pas. C'est juste dingue de se dire qu'il s'agit d'un premier roman, écrit par une jeune femme qui semble percevoir déjà tellement de choses de la vie, de l'âme humaine, de la façon dont la mémoire se constitue puis se disperse. Emily Ruskovich fait non seulement preuve d'une parfaite maîtrise narrative mais déploie une écriture élégante, poétique, imagée (énorme bravo au traducteur, Simon Baril), musicale... Une écriture qui vous porte, ancre les mots en vous, les sons, les odeurs et surtout les sensations, les frémissements. Superbe.

    "Tout cet amour, tous ces sentiments, toute cette peine, accrochés à rien, à un chaos redoutable, insaisissable. La future perte de son esprit devient le nouveau fondement de sa vie ; il ressent déjà la perte des choses qu'il aime et se rend compte qu'il cherche un moyen, n'importe lequel, de les retenir".

    Wade perd la mémoire, atteint par la même forme de dégénérescence que son père et son grand-père avant lui ; et quelque part dans sa mémoire, il y a sa vie d'avant. Avant Ann, sa femme depuis huit ans, un an après le drame. Car Wade a tout perdu lors d'une belle journée d'été de 1995 lors d'une banale excursion sur un versant de la montagne pour chercher du bois. June et May ses deux fillettes et Jenny, sa femme. Depuis, Ann est entrée dans sa vie et veille sur lui avec amour, à la fois bouleversée et intriguée par cette journée dont Wade ne parle pas. Dans la mémoire de Wade qui s'en va, il y a le souvenir de cette journée dont Ann tente de reconstituer les éléments déclencheurs. Ann est à la recherche des sensations de Jenny et des fillettes, pour perpétuer le souvenir en quelque sorte.

    "Elle a pris le passé de Wade et l'a étalé devant elle, faisant de son propre avenir un retour en arrière, alors même que ce passé disparaît. Ce lent effacement, cette ligne blanche traversant l'obscurité de la mémoire de Wade, voilà ce qu'Ann suivra toute sa vie durant. Et, à n'en pas douter, cela la mènera jusqu'aux portes de sa prison secrète".

    Ce qui marque durablement dans ce roman, c'est la puissance d'évocation des mécanismes qui mènent au souvenir. La façon dont une odeur ou quelques notes de musique vont définitivement être reliées à un instant. Une évocation d'autant plus forte qu'elle se fait ici en symbiose parfaite avec la nature, celle de la région qui donne son titre au roman et qu'elle bénéficie de la sensibilité musicale incarnée par Ann, professeur de piano. Ce qui nous vaut des pages magnifiques quand Ann "joue" au piano les souvenirs imaginés qu'elle s'est construits par amour pour Wade.

    "Le sens c'est comme la musique : ça accroche, ça dérive. Ça part, ça revient. Les refrains, les phrases, les noms des bateaux qui passent. Ça me trotte dans la tête, ça me trotte dans la tête. La façon dont les histoires s'attachent à des mots, dont les mots s'attachent à des rythmes vulnérables, à des mélodies impressionnables. Ann s'y connaît en archéologie de musique colportée. La musique s'accroche comme la peur, comme l'amour."

    Que l'on ne s'y trompe pas, ce livre est également et surtout, une merveilleuse histoire d'amour, poignante dans sa singularité, touchante dans ses multiples dimensions. L'amour est dans la mémoire, visuelle, olfactive, tactile. Mais aussi ancré dans la réalité, brutale, cruelle mais ouverte sur l'avenir.

    "Quand on aime quelqu'un qui est mort, et que sa mort disparaît parce qu'on ne peut plus s'en souvenir, il ne vous reste que la douleur d'un amour non partagé".

    Un tel livre ne se raconte pas, il se vit. Il se ressent. Car il est constitué de vibrations qui sont autant de pulsions de vie. Et les mots d'Emily Ruskovich servent également à montrer que tout ne s'exprime pas avec des mots. Même si j'ai envie d'en utiliser quelques-uns pour vous inciter à lire ce sublime roman. Une merveille.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Vous êtes à la recherche d'une lecture légère pour les vacances ? Alors ce livre n'est pas pour vous !
    " Idaho ", premier roman de l'auteure américaine Emily Ruskovich est publié chez Gallmeister. C'est brutal et sublime !
    Seconde épouse de Wade, Ann est professeure de chant. Jamais ils ne...
    Voir plus

    Vous êtes à la recherche d'une lecture légère pour les vacances ? Alors ce livre n'est pas pour vous !
    " Idaho ", premier roman de l'auteure américaine Emily Ruskovich est publié chez Gallmeister. C'est brutal et sublime !
    Seconde épouse de Wade, Ann est professeure de chant. Jamais ils ne font mention de la tragédie dont ont été victimes May et June - les filles de Wade - il y a quelques années de cela.
    p. 7 : " Ann a été obligée d'imaginer la plupart des choses, tout ce qui ne se résume pas aux faits que Wade lui a racontés ou qu'elle a entendu à la télé. Au début, elle s'est efforcée de n'allumer ni la radio ni la télé, afin que tout ce qu'elle sache, elle l'apprenne de la bouche de Wade. Ce que Wade voudrait bien lui raconter, elle le prendrait. Mais elle ne s'autoriserait pas à effectuer des recherches ; elle ne s'autoriserait pas à poser des questions. "
    Mais Wade sombre petit à petit dans la maladie et ses accès de colère envers Ann ne sont sans doute pas étrangers à ce drame et à une certaine forme de culpabilité.
    p. 33 : " Il lui a confié que son père avait commencé à perdre la mémoire vers la cinquantaine parce qu'il souffrait de démence précoce. "
    C'est une course contre l'oubli... Obsédée par cet événement, Ann s'acharnera à essayer de comprendre, entraînant le lecteur dans d'incessants flash back.
    Sans le préméditer, elle se retrouve sur les lieux du drame, à Mount Loeil. Recroquevillée dans le pick-up familial, elle repense à cette chaude après-midi d'août 1995, lorsque Wade et Jenny - sa première épouse - ramassaient le bois, pendant que leurs filles jouaient aux alentours.
    Incarcérée à la prison de Sage Hill, Jenny purgera sa peine, sans jamais contester sa condamnation.
    p. 280 : " Jenny accepte ce dernier cadeau dévastateur, si ça doit permettre à Elizabeth de trouver le repos. Peut-être est-ce ce que leurs deux cœurs veulent depuis le début : être brisés. Afin de se prouver qu'ils sont suffisamment entiers pour être brisés. "
    Une fois de plus les Editions Gallmeister nous ont dénichés une auteure de grand talent ! L'omniprésence de la nature confère à ce roman noir fascinant, comme des instants suspendus au cœur du drame. Histoire de délivrance émotive, les personnages sont tous hantés par des chagrins oubliés. Obsédant, ce roman traverse le temps et les émotions, appuyé par une complexité psychologique des protagonistes.
    D'une grande maturité, c'est un premier roman texturé avec un sens du détail approfondi, mais dans lequel l'auteure s'est totalement affranchie de la chronologie.
    De la haute voltige littéraire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com