Humeur noire à Venise

Couverture du livre « Humeur noire à Venise » de Olivier Barde-Cabucon aux éditions Actes Sud
  • Date de parution :
  • Editeur : Actes Sud
  • EAN : 9782330072605
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Dans la Venise du XVIIIe siècle qui agonise lentement en s'oubliant dans de splendides fêtes, des pendus se balancent sous les ponts comme autant de fleurs au vent. Volnay mène l'enquête dans les eaux troubles de la Sérénissime tandis que le moine fait face à ses démons. Avec cette quatrième... Voir plus

Dans la Venise du XVIIIe siècle qui agonise lentement en s'oubliant dans de splendides fêtes, des pendus se balancent sous les ponts comme autant de fleurs au vent. Volnay mène l'enquête dans les eaux troubles de la Sérénissime tandis que le moine fait face à ses démons. Avec cette quatrième enquête du commissaire aux morts étranges, Olivier Barde-Cabuçon confirme son goût de l'intrigue et des masques.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Découverte très agréable du commissaire aux morts étranges ! Belle écriture, fluide et agréable. Cette enquête à Venise donne envie de lire les autres enquêtes de Volnay. Cependant, il est vrai que l'intrigue est un peu déséquilibrée, passant l'essentiel du roman sur une partie de l'enquête et...
    Voir plus

    Découverte très agréable du commissaire aux morts étranges ! Belle écriture, fluide et agréable. Cette enquête à Venise donne envie de lire les autres enquêtes de Volnay. Cependant, il est vrai que l'intrigue est un peu déséquilibrée, passant l'essentiel du roman sur une partie de l'enquête et délaissant un peu trop longtemps le mystère des pendus. Très bon roman policier historique tout de même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Depuis quatre ans, les enquêtes du commissaire aux morts étranges sont devenues pour moi un rendez-vous incontournable du printemps : immersion réussie dans le XVIIIème siècle, crimes en apparence insolubles et personnages attachants que l'on voit évoluer de volumes en volumes, tout est là pour...
    Voir plus

    Depuis quatre ans, les enquêtes du commissaire aux morts étranges sont devenues pour moi un rendez-vous incontournable du printemps : immersion réussie dans le XVIIIème siècle, crimes en apparence insolubles et personnages attachants que l'on voit évoluer de volumes en volumes, tout est là pour faire de cette série un must de la littérature policière historique.

    Dans Humeur noire à Venise, le chevalier de Volnay et son assistant, le moine hérétique, quittent Paris et ses intrigues de cour pour rejoindre la belle Chiara à Venise. Le moine, englué dans une profonde dépression consécutive aux événements survenus dans le troisième volume de la série, Tuez qui vous voulez, glisse inexorablement vers la mort, au grand désespoir de Volnay qui espère que le dépaysement arrivera à le soigner. Une mort violente en chambre close, d'étranges pendus sous les ponts, mais aussi une jeune fille travestie en garçon, des amours contrariées et un retour sur les traces du passé seront nécessaires pour sortir le moine de sa torpeur, tandis que le chevalier de Volnay se démènera, au nom de la vérité, pour enquêter en pays étranger, dans une cité-état où il ne possède aucun pouvoir.
    J'étais dubitative quant au fait de déplacer l'intrigue de la série à Venise le temps d'un volume, mais je dois reconnaitre que cela fonctionne très bien, je me suis régalée pendant ma lecture. Le changement de cadre permet un changement de ton, l'atmosphère ressentie à Venise est bien plus légère qu'à Paris, on pourrait presque se croire dans une pièce de commedia dell'arte s'il n'y avait pas ces meurtres à résoudre. Les références au théâtre sont d'ailleurs bien présentes dans le roman, avec notamment la présence de l'auteur Carlo Goldoni et de quelques comédiennes, ou les citations de Shakespeare qui parsèment le récit.
    Le style de l'auteur est toujours aussi agréable à lire. Ses descriptions de la Venise du XVIIIème siècle, entre ombre et lumière, fastes et décrépitude, sont vraiment réalistes et visuelles, c'est une invitation - réussie - au voyage. Et mine de rien, on apprend beaucoup sur la ville, son histoire, son gouvernement, ses us et coutumes, etc. grâce aux informations distillées tout au long du récit. L'enquête policière est bien réalisée et ménage de nombreux rebondissements qui entretiennent le suspense. Les personnages, quant à eux, sont bien croqués et attachants, on voudrait ne pas avoir à les quitter...

    Voici donc un très bon roman policier historique qui vous fera passer un excellent moment de lecture. J'ai hâte de découvrir la suite des aventures du chevalier de Volnay et du moine, vivement le prochain volume !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Depuis la parution de "Casanova et la femme sans visage en 2012, j'attends avec impatience chaque nouvelle enquête de Volnay, le commissaire aux morts étranges. J'ai aimé "Messe noire" et "Tuez qui vous voulez". Je me réjouissais donc de la parution de ce 4ème volume.

    Et, je ne sais pas...
    Voir plus

    Depuis la parution de "Casanova et la femme sans visage en 2012, j'attends avec impatience chaque nouvelle enquête de Volnay, le commissaire aux morts étranges. J'ai aimé "Messe noire" et "Tuez qui vous voulez". Je me réjouissais donc de la parution de ce 4ème volume.

    Et, je ne sais pas pourquoi, ça n'a pas aussi bien fonctionné...Il m'en reste une sorte de déception, de confusion, comme si cette fois, l'intrigue avait eu moins de ressort, que l'histoire ait été plus terne, moins travaillée.
    Ce n'est sans doute pas le cas parce que l'enquête sur la mort d'un patricien vénitien est habilement écrite mais celle sur les pendus, qui n'occupe pas toute la narration, m'a parue tellement accessoire que je l'avais oubliée et que j'étais surprise de la retrouver, résolue, en fin de roman !
    Il m'a semblé aussi que Volnay était moins sympathique, plus intériorisé encore que dans les opus précédents et j'aurais aimé plus d'action, moins de mélancolie.
    Venise est un théâtre parfait pour cette aventure où les faux-semblants s'accumulent ; on croise d'ailleurs Goldoni, créateur de la comédie italienne moderne et qui s'amuse de tous ces caractères à observer.

    Ça reste une lecture très agréable, plus fantaisiste que les romans de J-F Parrot qui se déroulent à la même époque, et ce n'est pas cette toute petite déception qui m'empêchera de continuer à lire cet auteur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com