Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hound dog

Couverture du livre « Hound dog » de Nicolas Pegon aux éditions Denoel
  • Date de parution :
  • Editeur : Denoel
  • EAN : 9782207159064
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

César et Alexandre, deux losers magnifiques, et le clébard sans nom qui leur colle au train, sur la piste d'un accident maquillé en meurtre maquillé en suicide (pas forcément dans cet ordre). Une virée funky entre Twin Peaks et Bukowski dans une Amérique périurbaine préapocalyptique sous l'oeil... Voir plus

César et Alexandre, deux losers magnifiques, et le clébard sans nom qui leur colle au train, sur la piste d'un accident maquillé en meurtre maquillé en suicide (pas forcément dans cet ordre). Une virée funky entre Twin Peaks et Bukowski dans une Amérique périurbaine préapocalyptique sous l'oeil impavide et miséricordieux du dieu Elvis...

Donner votre avis

Lire un extrait offert de Hound dog

En cliquant sur le bouton ci-dessous, découvrez immédiatement et sans engagement un extrait offert par Izneo !

Articles (2)

Avis (7)

  • Une BD atypique avec des graphismes assez épurés et une histoire violente camouflée sous les faux airs d'une balade de Presley.
    D'abord sceptique puis curieuse et enfin impatiente de lire la suite, je me suis laissée embarquée par cette ambiance, ces loosers et ce clébard.
    Merci la fondation...
    Voir plus

    Une BD atypique avec des graphismes assez épurés et une histoire violente camouflée sous les faux airs d'une balade de Presley.
    D'abord sceptique puis curieuse et enfin impatiente de lire la suite, je me suis laissée embarquée par cette ambiance, ces loosers et ce clébard.
    Merci la fondation Orange pour cette belle découverte.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Difficile à raconter , non pas que l'histoire n'est pas intéressante, au contraire, elle est plutot déroutante et on se demande comment elle va tourne, un peu de surnaturel, un peu de blues trottoir, beaucoup de loosers, de noir, une palette restreinte, un choix de couleurs peu nuancé et...
    Voir plus

    Difficile à raconter , non pas que l'histoire n'est pas intéressante, au contraire, elle est plutot déroutante et on se demande comment elle va tourne, un peu de surnaturel, un peu de blues trottoir, beaucoup de loosers, de noir, une palette restreinte, un choix de couleurs peu nuancé et vintage, gris ardoise et un tas de brun, une couverture qui claque en rouge et noir, et ce chien autour duquel tourne le mystère. Tout est dans le teaser et pourtant rien n'est dit , une fin qui n'est pas une, déroutante aussi......

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Hound Dog est un album assez particulier un peu un OVNI.
    Balade entre amis ? Enquête ? Tranche de vie ? On ne peu pas vraiment classer cette BD, alors que César cherche juste à se débarrasser du chien, Alexandre lui enquête sur la disparition du propriétaire du chien.
    En lisant cet album on...
    Voir plus

    Hound Dog est un album assez particulier un peu un OVNI.
    Balade entre amis ? Enquête ? Tranche de vie ? On ne peu pas vraiment classer cette BD, alors que César cherche juste à se débarrasser du chien, Alexandre lui enquête sur la disparition du propriétaire du chien.
    En lisant cet album on s'aperçoit vite que nous ne sommes que de passage dans la vie de César, un peu comme le chien qui lui aussi reste un spectateur tout le long de cet album, en fait on pourrait presque ce demander "et si c'était nous le chien ?"
    Dans tout les cas je conseille la lecture de cette BD, qui se lit très vite d'ailleurs.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nicolas Pegon a choisi comme titre de sa BD, celui d’une chanson du King, Elvis Presley, à savoir Hound Dog de 1956. D’ailleurs l’album s’ouvre sur les paroles du magnifique refrain :
    You ain't nothin' but a hound dog
    Cryin' all the time
    Well, you ain't never caught a rabbit
    And you ain't...
    Voir plus

    Nicolas Pegon a choisi comme titre de sa BD, celui d’une chanson du King, Elvis Presley, à savoir Hound Dog de 1956. D’ailleurs l’album s’ouvre sur les paroles du magnifique refrain :
    You ain't nothin' but a hound dog
    Cryin' all the time
    Well, you ain't never caught a rabbit
    And you ain't no friend of mine
    avec sa traduction :
    T’es rien qu’un chien de chasse
    Toujours à chialer
    T’as jamais chopé de lapin
    Et t’es pas mon pote.
    Ce polar social va ainsi se dérouler avec l’apparition récurrente d’Elvis devenu pour le coup un dieu pour Alex, l’un des deux compères, ce dernier le voyant apparaître dans ses rêves et de belles planches lui sont consacrées. Une sorte de fil rouge qui se termine avec une question d’Elvis…
    Si les premières pages paraissent n’avoir aucun lien entre elles, certains des éléments vont ensuite réapparaître au fil de la BD.
    Tout démarre vraiment avec le réveil de César, un matin, avec auprès de son lit un chien venu de nulle part, un chien quelconque, pataud, pour qui il aura cette réflexion « Dire que ce truc descend du loup… ». Ce chômeur hypocondriaque vit en colocation avec un gars accro aux jeux vidéo qui, bien évidemment ne sait comment le chien est arrivé là, tout occupé qu’il est à cramer tout un village. César n’aura de cesse de retrouver le propriétaire du chien et c’est avec Alex, tout aussi paumé que lui qu’ils partent mener l’enquête dans cette petite ville américaine de Saint-Louis. Ils finissent par le trouver mais il est mort, dans des circonstances non élucidées. Voilà donc nos deux compères, qui jusque-là trompaient leur solitude en se retrouvant parfois autour d’une bière, chacun dans son monde bien à lui, prêts à jouer les détectives.
    Accident, meurtre ou suicide ? La découverte de la vérité sera au-delà de toute supposition, mais le prix à payer pour cette résolution s’avère très lourd… trop lourd…
    Mais plus que l’intrigue elle-même, c’est l’ambiance, glauque et sombre à souhait, la présence outre nos deux losers, de personnages tout aussi improbables et décalés, à la vie tout aussi terne et sans relief qui caractérisent ce roman graphique, portrait d’une Amérique désenchantée et assez désespérée.
    Difficile cependant de ne pas s’attacher à ce personnage de César qu’on devine fragilisé, lorsqu’on le voit errer, pour des douleurs au bras, de généraliste en spécialistes, et vouloir coûte que coûte trouver quelqu’un pour s’occuper du chien, ne voulant en aucun cas l’abandonner. Il va ainsi en dernier recours se rendre à la SPA et l’accueil et les quelques pages consacrées à cette visite sont à la fois absolument hilarantes et effrayantes de vérité. En effet, l’association n’ayant plus de place, la très « sympathique » hôtesse d’accueil finira par conseiller à César « Vous pouvez toujours l’abandonner sur le bord de la route, c’est ce que les gens font en général »…
    J’ai beaucoup aimé la maîtrise graphique de Nicolas Pegon dans la représentation des personnages, leurs traits de caractère soulignés par le noir, bien exprimés sur leurs visages. Quant aux couleurs ocre et brun alternant avec les gris et bleu, elles parviennent à merveille à peindre cette Amérique peu réjouissante que l’auteur a voulu rendre perceptible dans Hound Dog.
    Je remercie sincèrement Lecteurs.com et les éditions Denoël Graphic pour cette belle découverte !

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • une bd pleine de suspens et qui deroute parfois avec ses graphismes a lire !!!

    une bd pleine de suspens et qui deroute parfois avec ses graphismes a lire !!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Après Nicolas Dehghani et son « Ceux qui brûlent » sorti l’an passé, son camarade des Gobelins et cofondateur du collectif CRCR, Nicolas Pegon, s’attaque lui aussi au polar urbain dans un ouvrage a priori déroutant mais carrément jubilatoire paru ce printemps aux éditions Denoël Graphic.
    C’EST...
    Voir plus

    Après Nicolas Dehghani et son « Ceux qui brûlent » sorti l’an passé, son camarade des Gobelins et cofondateur du collectif CRCR, Nicolas Pegon, s’attaque lui aussi au polar urbain dans un ouvrage a priori déroutant mais carrément jubilatoire paru ce printemps aux éditions Denoël Graphic.
    C’EST L’HISTOIRE D’UN MEC …
    Les premières séquences s’enchaînent en apparence sans lien entre elles : on assiste ainsi au brainstorming d’une agence de pub pour le relooking d’une bouteille de whisky, à un show d’Elvis période las Vegas et au réveil du héros de l’histoire : César. Malgré son prénom impérial, celui est un laissé pour compte du rêve américain. Chômeur, dans la cinquantaine, célibataire, il vit en coloc avec un jeune accro aux jeux vidéo et à la réalité virtuelle. Ce dernier s’abrutit en « dézinguant » des viets, César lui ne peut que constater sa décrépitude physique : il perd ses cheveux, prend du bide et ressent des douleurs inexpliquées au bras qui l’empêchent de le bouger. Pour oublier, il s’étourdit de bières, d’antalgiques et de somnifères. Erre de médecin en médecin aussi. Bref, il existe mais ne vit pas.
    MON CHIEN STUPIDE
    Le grain de sable dans ce quotidien plutôt désespérant, va être l’arrivée imprévue d’un « hound dog » (chien de chasse) venu d’on ne sait où qui va suivre César comme son ombre. Il faut dire qu’ils sont plutôt bien assortis : le premier est quasi mutique, le second n’aboie presque pas et est tout aussi mal proportionné et bedonnant que son nouveau maître… Alexandre (tiens, tiens, un autre prénom prestigieux), le voisin, va se joindre à son ami pour essayer de retrouver le propriétaire du chien. Lui, il a des visions : Dieu lui parle et prend l’apparence du King. Et il a visiblement raté sa vocation ou regardé trop de séries policières car il s’improvise enquêteur pour le meilleur … mais surtout pour le pire !
    C’est donc une histoire âpre et désenchantée à la John Fante. Les personnages sont souvent en plans rapprochés et cadrés en plongée. Comme écrasés. On ne voit quasiment jamais le ciel dans les vignettes. Le graphisme souligne à l’encan la désespérance ambiante : malgré les aplats de couleur, le noir domine ; les teintes sont crues et les traits taillés à la serpe à la manière d’un Brüno dans « Tyler Cross » ou « L’homme qui tua Chrys Kyle ». D’ailleurs, comme dans ce dernier ouvrage, la mythologie américaine est mise à mal : ici pas de glamour mais une description au scalpel des petites gens victimes de la malbouffe, de la pollution et de l’omniprésence de la société de consommation, des armes et de la publicité. On retrouve d’ailleurs des attributs iconiques américains (dinners, stations-services vintage, gratte-ciels, maisons en bois, forêts, panneaux publicitaires et même les couleurs du Mac do en couverture …) mais, à y bien y regarder, ces lieux jamais nommés sont universels et certains plans dans lesquels apparaissent des barres d’immeubles font penser aussi aux banlieues françaises … la déprime aussi est mondialisée !
    DU COTE DES FRERES COEN
    Pourtant, on rit beaucoup en lisant cet album. « Houndog », c’est, en effet, également le titre d’une des chansons les plus emblématiques et rythmées du rock des années 60 immortalisée par le King et sa sémillante chorégraphie. Le refrain est placé en citation inaugurale et on a ainsi dès l’exergue un « tube » au tempo joyeux qui nous trotte dans la tête. Ensuite parce que Pegon, rompu à l’animation, adopte un découpage varié, trépidant, surprenant parfois, et très cinématographique en jouant du gaufrier avec maestria.
    Ensuite parce, dès que l’ambiance est un peu trop glauque, survient une scène plus légère - telles celles des rêves dans lesquels apparait Elvis- qui rappellent les séquences oniriques de « The Big Lebowski » ou celles du chien. Enfin, parce que l’auteur met en scène toute une galerie de personnages déjantés (mention spéciale à la voisine survivaliste bodybuildée !) qu’on croirait sortis de « Fargo ». Le duo principal donne lieu à de savoureux échanges comme, par exemple, lorsqu’après avoir entendu une énième version du rêve d’Alexandre dans lequel Elvis lui demande d’être un nouveau Noé, César demande à son ami « il t’a pas demandé de construire un bateau ? » et que ce dernier rétorque « Bah, si, mais bon j’ai déjà du mal avec une étagère Ikea … ». Enfin, l’on goûte aussi bien sûr à la résolution progressive de « l’énigme » qui permet de comprendre à postériori l’hétérogénéité des séquences inaugurales et invite d’emblée à une savoureuse relecture …

    « Houndog » est donc une excellente surprise : un album totalement maîtrisé tant sur le fond que sur la forme, moins polar que drame social, jamais larmoyant, divertissant et plus profond qu’il n’y paraît par son jeu sur la sémiotique et les stéréotypes ! A consommer sans modération car à la différence du whisky « Pale Horse » il ne vous vaudra pas de gueule de bois mais une bonne dose de rire (jaune !). Merci à lecteurs.com et aux éditions Denoël Graphic de m'avoir permis de le lire !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • A la lecture du titre, de l'extrait de la chanson et de quelques cases représentant Elvis, nul doute que Hound dog s'est imprimé dans mes neurones et qu'il ressort dès que je croise la couverture. Mais bon, ça va, c'est Elvis...

    Étrange album qui débute par un brainstorming dans le monde de...
    Voir plus

    A la lecture du titre, de l'extrait de la chanson et de quelques cases représentant Elvis, nul doute que Hound dog s'est imprimé dans mes neurones et qu'il ressort dès que je croise la couverture. Mais bon, ça va, c'est Elvis...

    Étrange album qui débute par un brainstorming dans le monde de la publicité et enchaîne sur une chorégraphie du King puis un réveil difficile pour César. De grands cases muettes succèdent à d'autres qui ont du dialogue, mais assez peu, les (anti)-héros sont peu diserts. J'aime beaucoup. Beaucoup de références, celles de la quatrième de couverture ci-dessus citées, mais aussi Quentin Tarantino qui décrit de merveilleux poissards et d'autres que j'oublie ou que je n'ai pas. J'aime l'ambiance que Nicolas Pegon crée avec ses personnages décalés, has-been, blasés, anachroniques, son histoire assez simple et brillamment menée : grandes cases très colorées, environnement où tout est désolé, cassé. J'aime les gueules qu'il dessine. Le presque immobilisme de César et Alexandre qui s'animent quand ils flairent qu'il n'est pas normal que ce chien les suive sans qu'on lui demande.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.