Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hôtel de la solitude

Couverture du livre « Hôtel de la solitude » de Rene Laporte aux éditions Le Dilettante
Résumé:

Avoir la tête ailleurs, condition, dit-on, de toute poésie, mais fatale, parfois, aux poètes. Dont acte avec le Toulousain René Laporte (1905-1954), fauché par une voiture en plein Paris et que le Dilettante arrache aujourd'hui au « charnier des recalés de l'histoire littéraire », rééditant avec... Voir plus

Avoir la tête ailleurs, condition, dit-on, de toute poésie, mais fatale, parfois, aux poètes. Dont acte avec le Toulousain René Laporte (1905-1954), fauché par une voiture en plein Paris et que le Dilettante arrache aujourd'hui au « charnier des recalés de l'histoire littéraire », rééditant avec une préface de François Ouellet son Hôtel de la solitude paru chez Julliard en 1944. D'origine bourgeoise, il entre vite en poésie, ouvrant ses Cahiers libres aux surréalistes dès 1924, courant dont l'influence marque ses premiers romans : Le Dîner chez Olga (1927), La Part du feu (1935). Haut fonctionnaire de l'information, Laporte, dans les années trente, révoque le pur jeu poétique pour politiser son oeuvre littéraire, en faire un témoignage contre la crue montant des régimes totalitaires. En témoigne « La Journée du 8 mars », poème terrible sur la remilitarisation de la Rhénanie. Résistant actif (on lui a confié la surveillance de l'antenne pro-allemande de Radio Monte-Carlo), il fait de sa maison de la place du Barri, à Antibes, un pôle d'activités clandestines et de survie littéraire, y accueillant Breton, les Aragon, Ponge, Éluard, d'autres. « Il n'y a pas d'oubliettes/au château du roi René » écrira Jacques Prévert. C'est un écrivain en pleine phase de reconnaissance publique qui décède d'un traumatisme crânien le 1er?mars 1954.
Écrit en 1942, Hôtel de la solitude nous entraîne dans le sillage de Jérôme Bourdaine, scintillant chevau-léger de l'après-guerre, qui élit comme ermitage pour sa rêverie un singulier hôtel de La Turbie, sur la Côte d'Azur. Monde sous cloche, asile hors du temps aux murs calligraphiés de versets coraniques, lieu mental gardé par un couple d'êtres bonasses et affairés, les Barca, heureux d'invoquer les ombres chamarrées, fantômes 1900 qui firent la gloire du lieu. Survient alors, au coeur de cet asile de jour pour coeur en vrille, une Nadja longue et fine répondant au nom de Mme Zoya Sernitch, belle flanquée d'un époux cocasse aux tressautements de souris chauve. Idylle alors de s'ébaucher entre Jérôme et Zoya et ce parmi les ruines antiques qui ornent le lieu. Un ballet d'ombres lasses et de coeurs fringants qui s'évanouira au matin, romance sans lendemain. Entre trouble modianesque et griserie à la Mandiargues, chambre vous est donc retenue à l'Hôtel de la solitude, calme assuré et vue sur les songes.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Lechoixdeslibraires.com

    Pour échapper à la tourmente de l'Occupation et renouer avec les heures paisibles d'avant-guerre, un jeune dilettante trouve refuge dans un hôtel désert niché sur les hauteurs de Monte-Carlo. L'établissement, qui porte des traces d'une splendeur révolue, est tenu par un vieux couple qui garde en...
    Voir plus

    Pour échapper à la tourmente de l'Occupation et renouer avec les heures paisibles d'avant-guerre, un jeune dilettante trouve refuge dans un hôtel désert niché sur les hauteurs de Monte-Carlo. L'établissement, qui porte des traces d'une splendeur révolue, est tenu par un vieux couple qui garde en lui le secret d'une déchéance et d'un oubli programmé. Tandis qu'il s'abandonne, loin du tumulte, aux plaisirs rares du silence et des heures tranquilles, sa paisible retraite est bouleversée par l'arrivée d'un couple d'étrangers.
    D'une écriture à l'élégance fine autant que désuète, René Laporte prend le contre-pied des récits habituellement douloureux des années noires, en concentrant son attention sur une sorte de parenthèse dans la guerre qui a toutes les apparences d'une soustraction aux évènements tragiques qui remuent non loin de là. Pourtant, dans cette histoire d'amour impossible sourd une tristesse et une angoisse qui paralyse la volonté. La guerre est bien là, dans les silences, dans le détournement des regards, dans ce qui précisément est dans l'impossible inachèvement de la volonté.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.