Home

Couverture du livre « Home » de Toni Morrison aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264058799
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune soeur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance ... « le pire endroit du monde ». S'engage pour lui un périple dans l'Amérique... Voir plus

Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune soeur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance ... « le pire endroit du monde ». S'engage pour lui un périple dans l'Amérique ségrégationniste des années 1950 où dansent toutes sortes de démons. Avant de trouver, peut-être, l'apaisement. Parabole épurée, violemment poétique, Home conte avec une grâce authentique la mémoire marquée au fer d'un peuple et l'épiphanie d'un homme.

Donner votre avis

Avis (19)

  • Un petit livre certes (144 pages), « HOME », mais d’une grande écrivaine, Toni Morrison, qui vient de nous quitter. Une écrivaine « Noire » qui avait reçu différents Prix dont le prestigieux Prix Nobel de Littérature en 1990 (il était temps) – qui a eu l’honneur immense honneur (et bonheur) de...
    Voir plus

    Un petit livre certes (144 pages), « HOME », mais d’une grande écrivaine, Toni Morrison, qui vient de nous quitter. Une écrivaine « Noire » qui avait reçu différents Prix dont le prestigieux Prix Nobel de Littérature en 1990 (il était temps) – qui a eu l’honneur immense honneur (et bonheur) de rencontrer le président Barack Obama.
    « HOME » est le dixième ouvrage de cette écrivaine. Il a fallu que j’apprenne cette grande perte pour la littérature pour que je m’aperçoive que ce livre (ainsi que d’autres) ne figurait pas dans ma bibliothèque et que j’en avais perdu la critique. Je vais donc en faire un résumé car il est toujours présent à ma mémoire.

    Les personnages sont nombreux – certains sont touchants – d’autres sont haïssables – le tout sur une toile riche en Histoire – pas de concession – mais Toni Morrison nous fait bien ressentir à quel point elle a été hantée par cette horrible ségrégation raciale américaine. Les Noirs n’avaient pas le droit de fréquenter les mêmes endroits que les Blancs. Ils était mis de côté dans ce fossé entre l’Amérique blanche et l’Amérique noire.

    Dans ce récit, on suit Franck Money, un homme pauvre qui a vécu chez sa grand-mère en Géorgie, dans la ville de Lotus. Un jour, avec son ami Stuff, il s’enrôle pour la Guerre de Corée, d’où il revient meurtri, hanté par de cruelles images. Il apprend également que sa sœur est gravement malade. Et c’est ainsi qu’il parcourt l’Amérique violente et encore sous l’emprise de la ségrégation raciale (Ku Klux Klan entre autres).
    On trouve aussi dans « HOME » une belle galerie de portraits de femmes qui savent se montrer fortes et qui se battent pour leur liberté.

    Mais je préfère ne pas en dire plus car c’est un ouvrage à découvrir (ou à relire) en cette douloureuse occasion.

    Merci Toni Morrison, pour « HOME » dont on a écrit : « La chair martyrisée au cœur de l’œuvre de Morrison . »

    Quant à moi, ce n’est qu’un bien petit hommage que je vous rends, bien faible au regard de votre personnage qui se trouve à présent au Paradis avec des personnages dont la couleur de peau importe peu : enfin !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 1950 L'Amérique est divisée: Noirs et Blancs ne se mélangent pas.
    Frank est américain, noir, originaire d' une petite ville de Géorgie. Même s'il s'appelle Frank Money, sa famille est pauvre et leurs conditions de vie sont difficiles. Ses parents n'ont pas le temps de s'occuper des enfants,...
    Voir plus

    1950 L'Amérique est divisée: Noirs et Blancs ne se mélangent pas.
    Frank est américain, noir, originaire d' une petite ville de Géorgie. Même s'il s'appelle Frank Money, sa famille est pauvre et leurs conditions de vie sont difficiles. Ses parents n'ont pas le temps de s'occuper des enfants, parce qu'ils doivent cumuler travail dans les champs de coton, chez les planteurs de la région et même des ménages parfois pour la mère. Seules lueurs de son enfance: sa petite sœur et ses copains.
    Un très beau livre sur la ségrégation et sur les séquelles tout au long de la vie lorsque l'enfance fut difficile.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman d’apparence modeste, «Home» ramène petit à petit le lecteur à la maison, dans cette Amérique du nord, ces États-Unis se relevant à peine de la guerre de Corée, au début des années 1950.

    Madame Toni Morrison nous met sur les traces de Franck Money, un homme sérieusement perturbé, en...
    Voir plus

    Roman d’apparence modeste, «Home» ramène petit à petit le lecteur à la maison, dans cette Amérique du nord, ces États-Unis se relevant à peine de la guerre de Corée, au début des années 1950.

    Madame Toni Morrison nous met sur les traces de Franck Money, un homme sérieusement perturbé, en fuite et qui est recueilli par le révérend John Locke et son épouse. Après être resté deux jours attaché et endormi, Franck n’a plus rien, sauf sa médaille militaire car il revient de la guerre de Corée. On apprend de la bouche du Révérend, à qui nous avons affaire : « Vous n’êtes pas le premier, loin de là. Une armée où les Noirs ont été intégrés, c’est le malheur intégré. Vous allez tous au combat, vous rentrez, on vous traite comme des chiens. Enfin presque. Les chiens, on les traite mieux. »
    Franck ne peut chasser ce cauchemar qui le hante et lui rappelle les moments atroces vécus là-bas. Sa vie avec Lily a déraillé et il est incapable de garder un travail. Au fil des pages, la violence exercée contre les Noirs est sans cesse sous-jacente. Nous faisons aussi connaissance avec sa famille et surtout sa sœur, Yeidra, qu’il appelle Cee. Ils sont très liés et son histoire tragique elle aussi fait partie de la trame du livre.
    Après tant de souffrances, le retour au village, à Lotus, permet à Franck et à Cee de retrouver un certain apaisement. C’est Ethel Fordham, une amie dont le fils a été assassiné à Détroit, qui demande à Cee de ne plus laisser personne décider pour elle : « C’est ça, l’esclavage. Quelque part au fond de toi, il y a cette personne libre dont je te parle. Trouve-la et laisse-la faire du bien dans le monde. »

    Formidable écrivaine étasunienne, Toni Morrison a toujours lutté et écrit afin de permettre aux femmes et aux Noirs d’affirmer leur dignité et leur indépendance. Rien n’est encore définitivement acquis mais de gros progrès ont été accomplis depuis les années 1950…

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/08/toni-morrison.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Texte à plusieurs voix donc pas toujours facile de suivre qui parle lors de l'écoute, je me suis un peu perdue par moment mais j'ai suivi Franck dans sa reconstruction suite à son retour de guerre, j'ai aimé ces belles rencontres qu'il a faite tout au long de son voyage, les bribes de souvenirs...
    Voir plus

    Texte à plusieurs voix donc pas toujours facile de suivre qui parle lors de l'écoute, je me suis un peu perdue par moment mais j'ai suivi Franck dans sa reconstruction suite à son retour de guerre, j'ai aimé ces belles rencontres qu'il a faite tout au long de son voyage, les bribes de souvenirs qui reviennent à peine effleuré comme dans un rêve.

    Une belle écriture qui porte des propos pourtant difficiles par moment, violents ou racistes.

    J'ai été particulièrement touchée par la relation de Franck avec sa soeur, qui est comme un fil qui ne cassera jamais.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nous sommes au coeur de l'Amérique des années 1950, période marquée par la ségrégation raciale et le maccarthysme. Frank Money, engagé dans l'armée durant la Guerre de Corée, est interné dans un hôpital psychiatrique, dont il parvient à s'échapper. Un objectif : aller chercher sa soeur Ycidra,...
    Voir plus

    Nous sommes au coeur de l'Amérique des années 1950, période marquée par la ségrégation raciale et le maccarthysme. Frank Money, engagé dans l'armée durant la Guerre de Corée, est interné dans un hôpital psychiatrique, dont il parvient à s'échapper. Un objectif : aller chercher sa soeur Ycidra, et la ramener à Lotus, lieu de leur enfance, en Géorgie. Un voyage à travers les Etats-Unis, point de départ d'un vie nouvelle, qui sera aussi l'occasion de découvrir le passé de Frank Money, une âme hantée par le poids d'une enfance difficile, après que sa famille fut chassée du Texas par le peuple Blanc. Faisant suite à sa démobilisation, il est un homme torturé par les horreurs de la guerre, durant laquelle il a eu à affronter la perte de ses meilleurs amis d'enfance, Mike et Stuff. Son union avec sa femme, Lily, l'a temporairement aidé à se relever après la guerre. Mais il finira par la quitter, pour aller sauver sa petite soeur, tombée dans les mains d'un médecin la menant tout près du trépas.

    C'était la première fois que je découvrais l'univers et le style de Toni Morrison, à travers ce roman de 151 pages. J'ai tout simplement apprécié découvrir l'histoire des personnages de Frank et d'Ycidra, lequels sont ancrés dans un contexte historique réel, avéré et dénoncé. Impossible de lâcher le livre ; l'envie de savoir et de découvrir a été la plus forte. L'auteure a su à la fois faire preuve de concision et de précision dans son intrigue, en alternant notamment les points de vue durant la narration. Tantôt le récit est à la troisième personne, décrit comme le vivrait un acteur extérieur à l'histoire, tantôt le fil de la narration est repris par Frank Money. C'est une figure de style qui apporte un intérêt supplémentaire pour le lecteur, qui ne se retrouve pas noyé dans un simple exercice de description des faits, comme cela aurait pu être le cas. On retrouve également au fil de l'histoire des valeurs humaines qui semblent chères à Toni Morrison, comme le soutien, la solidarité et le partage. En clair, c'est une lecture qui sort de mes habitudes, mais que j'ai su savourer grâce au talent indéniable de l'auteure et à l'intérêt que véhicule le sujet abordé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Court mais efficace. Ce petit roman démontre toute la force de l'écriture de Toni Morrison.

    Court mais efficace. Ce petit roman démontre toute la force de l'écriture de Toni Morrison.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Franck Money, jeune homme afro-américain a quitté sa ville de Lotus en Géorgie car elle ne lui offrait aucune perspective:

    "Lotus Géorgie, est le pire endroit au monde, pire que n'importe quel champ de bataille. Au moins sur un champ de bataille, il y a un but , de l'excitation, de l'audace...
    Voir plus

    Franck Money, jeune homme afro-américain a quitté sa ville de Lotus en Géorgie car elle ne lui offrait aucune perspective:

    "Lotus Géorgie, est le pire endroit au monde, pire que n'importe quel champ de bataille. Au moins sur un champ de bataille, il y a un but , de l'excitation, de l'audace et une chance gagner, en même temps que plusieurs chance de perdre. La mort est une chose sûre, mais la vie est tout aussi certaine. Le problème c'est qu'on ne peut pas savoir à l'avance.
    A Lotus, vous saviez bel et bien à l'avance puisqu'il n'y avait pas d'avenir, rien que de longues heures passées à tuer le temps."


    Les champs de bataille, Franck va connaître, pour quitter son trou perdu, il va s'engager dans l'armée avec deux de ses amis d'enfance. Un engagement qui les conduira à la Guerre de Corée. Franck en reviendra seul, ces amis ayant succombé au combat. Il en reviendra certes mais y aura laissé son innocence. Avec la mort de ses amis, c'est son enfance qui meurt.


    Démobilisé, il tente de se réintégrer dans la vie civile. La réadaptation est difficile car il a été meurtri par cette guerre, il souffre d'un syndrome post traumatique qui ne lui laisse que peu de répit;
    "Ainsi comme souvent lorsqu'il était sobre, il voyait un garçon remettre ses entrailles dans son ventre, les tenant au creux de ses mains comme une boule de cristal prête à éclater sous l'effet d'une mauvaise nouvelle ; ou bien , il entendait un enfant ayant seulement la moitié inférieure du visage intacte et dont la bouche criait maman."


    Un jour, alors qu'au retour de la guerre il avait préféré ne pas rentrer dans sa région natale, en partie pour ne pas avoir à affronter le regard des parents de ses amis morts au combat, il reçoit une lettre l'informant que sa soeur est malade et qu'elle est en train de mourir. Franck qui était très proche de sa soeur car c'est en partie lui qui l'a élevée décide de rentrer au pays. Il va traverser une Amérique marquée par la ségrégation raciale pour se porter au chevet de sa soeur.


    Toni Morrison nous offre une oeuvre bouleversante et pleine d'humanité où il est question d'enfance, de culpabilité mais aussi d'espoir, un livre sur les racines, sur le foyer. Un roman qui décrit à merveille l'atmosphère lourde régnant dans cette Amérique des années 50. Un pays où les noirs n'avaient aucun droit et étaient encore en quelque sorte des esclaves. Un texte court mais qui marque par son intensité et sa beauté.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En italique, les premières pages semblent sortir d’un cauchemar ; un être humain est enterré comme une bête dans un trou creusé dans un champ à la tombée du jour «Sans jamais lever la tête, juste en regardant à travers l'herbe, on les a vus tirer un corps d'une brouette et le balancer dans une...
    Voir plus

    En italique, les premières pages semblent sortir d’un cauchemar ; un être humain est enterré comme une bête dans un trou creusé dans un champ à la tombée du jour «Sans jamais lever la tête, juste en regardant à travers l'herbe, on les a vus tirer un corps d'une brouette et le balancer dans une fosse qui attendait déjà. Un pied dépassait du bord et tremblait, comme s'il pouvait sortir, comme si, en faisant un petit effort, il pouvait surgir de la terre qui se déversait.». Pourquoi ces pages ? Est-ce pour corroborer la mise en asile psychiatrique de Franck victime d’hallucinations ? Il me faudra attendre la fin du live que je saurai. Ces premières pages me feront appréhender d’une façon un peu différente le livre de Toni Morrison.

    Balade et ballade américaines dans les années 1950. Balade qui n’a rien de romantique. Les nègres ont été « considérés » tant qu’ils servaient de chair à canons aux avant-postes. Ils sont peu nombreux à rentrer au pays, à avoir sauvé leur peau. Franck porte en lui ce sentiment de culpabilité qui fait qu’il n’ose retourner dans son village ; ses deux meilleurs potes sont restés en Corée, morts pour la patrie. Que lui réserve-t-on ? Une chambre en hôpital psychiatrique, assommé par les neuroleptiques. Quand il reçoit ce message, « Venez vite. Elle mourra si vous tardez » il décide de se sauver. Il tambourinera à la porte du presbytère de l’église épiscopale méthodiste africaine de Sion. A partir de ce moment, une chaîne humaine se met en branle qui lui permettra d’arriver jusqu’à sa petite sœur Cee. Les démons, les cauchemars sont là qui le hantent, annihilés par les bouteilles de whisky. Il trouvera la force d’aller au secours de sa sœur et trouver sa rédemption.

    Nous découvrons la vie dure d’esclave des parents de Franck et Cee qui font qu’ils ne peuvent ou ne savent donner l’amour tant ils sont crevés. La grand-marâtre et sa haine les élève. Pauvre gamins, ils ont connu la haine bien jeune. Heureusement les deux enfants sont soudés et se soutiennent mutuellement.

    Il y a des moments très durs dans ce livre « Mais avant cela, avant la mort de ses gars, il avait été témoin de l’autre. Celle de l’enfant venue fouiller dans les ordures, agrippant une orange, qui avait souri, puis dit « miam-miam » avant que le soldat ne lui fasse sauter la cervelle ». Plus tard, Franck nous éclairera et c’est encore plus douloureux.

    Pas beaucoup de bonheur à quoi se raccrocher. Il y a les femmes, Franck en parle avec tant de douceur «... je n’ai eu que deux régulières. J’aimais bien la petite chose fragile à l’intérieur de chacune d’elles. » Ou « Elle avait quelque chose qui m’a stupéfait, qui m’a donné envie d’être assez bien pour elle »

    La trame est simple, mais la vie des noirs dans les années 50-60 ne l’était pas. Ce bouquin est d’une grand densité, pas de remplissage inutile, elle va droit au but. Pas de grandes descriptions, et pourtant tout est dit. La restitution du sud des USA de cette époque est là devant nos yeux. Les humiliations, la peur, la haine raciale, oui, tout est là.

    C’est le premier Toni Morrison que je lis, grâce aux avis de mes copinautes. C’est un vrai coup de cœur. Je pense que je vais remonter le courant de ses livres et découvrir ces ouvrages précédents.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions