Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Histoire du fils

Couverture du livre « Histoire du fils » de Marie-Helene Lafon aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

Le fils, c'est André. Le père, c'est l'Absent. La mère, c'est Gabrielle. Mais André est élevé par Hélène, la soeur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines.
Chaque été, il retrouve sa mère biologique qui vient passer ses vacances en famille.
De Saint-Céré dans le Lot en... Voir plus

Le fils, c'est André. Le père, c'est l'Absent. La mère, c'est Gabrielle. Mais André est élevé par Hélène, la soeur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines.
Chaque été, il retrouve sa mère biologique qui vient passer ses vacances en famille.
De Saint-Céré dans le Lot en passant par Chanterelle et Aurillac jusqu'à Paris, Marie-Hélène Lafon nous transporte à nouveau au coeur d'une famille. Elle décrypte aussi bien ses bonheurs ordinaires que le poids du manque le plus profond, celui qui creuse des galeries dans les vies, sous les silences.
André n'a de cesse de mendier le père, de cerner les contours de son absence, d'attendre, de guetter, de laisser le temps s'étirer, de se cogner à l'urgence, de composer un portrait en indices et de comprendre en creux qui il a été : un avare du coeur, plein de lui-même, pétri de morgue, étroit, mesquin, beau et aimé par les femmes.
Avec ce nouveau texte, l'auteure confirme la place si particulière qu'elle occupe aujourd'hui dans le paysage de la littérature française. Toujours aussi puissante, son écriture reste limpide et fluide.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (45)

  • Lu en version audio.
    Quel beau roman, quelle belle histoire remarquablement portée par Samuel Labarthe , une économie de mots dans un travail d'orfèvre sur le thème pourtant souvent abordé de la quête d'identité d'un homme. Une belle découverte qui me donne envie de découvrir cette auteure.

    Lu en version audio.
    Quel beau roman, quelle belle histoire remarquablement portée par Samuel Labarthe , une économie de mots dans un travail d'orfèvre sur le thème pourtant souvent abordé de la quête d'identité d'un homme. Une belle découverte qui me donne envie de découvrir cette auteure.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une très belle écriture, un récit habile, une plongée dans le Cantal, et surtout une bouleversante histoire familiale. Le lecteur s'immerge complètement, vibrant au rythme des émotions de cette famille attachante et complexe, curieux de découvrir au fur et à mesure les sons cachés sous les...
    Voir plus

    Une très belle écriture, un récit habile, une plongée dans le Cantal, et surtout une bouleversante histoire familiale. Le lecteur s'immerge complètement, vibrant au rythme des émotions de cette famille attachante et complexe, curieux de découvrir au fur et à mesure les sons cachés sous les silences.

    A lire !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • On entre tout de suite dans ce récit tendu et dense, tout en ruptures et en ellipses. La composition donne son poids aux silences, aux non-dits, et la langue, tenue et sensuelle, est savoureuse. L'histoire du fils ne se confond ni avec celle de la mère, ni avec celle du père ; on pourrait croire...
    Voir plus

    On entre tout de suite dans ce récit tendu et dense, tout en ruptures et en ellipses. La composition donne son poids aux silences, aux non-dits, et la langue, tenue et sensuelle, est savoureuse. L'histoire du fils ne se confond ni avec celle de la mère, ni avec celle du père ; on pourrait croire à un roman du passé, à lire comme on feuilletterait un album de photos jauni. Mais c'est un roman moderne : les générations se succèdent et l'histoire du fils n'est pas tout à fait élucidée, parce que l'être humain comporte ses parts d'ombre, qu'il emporte dans sa tombe. L'homme contemporain invente sa propre histoire en ignorant celle des ses ancêtres. Aragon avait fouillé ces zones d'ombre, et Hugo avant lui. Du livre de Marie-Hélène Lafon, il subsiste, une fois refermé, un parfum très contemporain, mi-amer, mi-désinvolte, de filiation inachevée.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce prix Renaudot 2020 est une très jolie lecture, un enchantement. On savoure chaque phrase, on se délecte des adjectifs, on déguste la concision de la narration. L'auteure nous immerge dans la vie d'une famille sur trois générations. Les chapitres dévoilent la vie d'un petit garçon né sans père...
    Voir plus

    Ce prix Renaudot 2020 est une très jolie lecture, un enchantement. On savoure chaque phrase, on se délecte des adjectifs, on déguste la concision de la narration. L'auteure nous immerge dans la vie d'une famille sur trois générations. Les chapitres dévoilent la vie d'un petit garçon né sans père mais entouré de personnages attachants, d'amour inconditionnel, de profonds secrets et d'effroyables tragédies.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Découverte pour moi de cette autrice qui physiquement me fait penser à Bernadette Chirac jeune.

    Coup de coeur pour son écriture, sa langue.

    « Histoire du fils » c’est celle d’André, dont la mère Gabrielle a confié l’éducation à sa soeur Hélène qui vit avec son mari et ses filles dans la...
    Voir plus

    Découverte pour moi de cette autrice qui physiquement me fait penser à Bernadette Chirac jeune.

    Coup de coeur pour son écriture, sa langue.

    « Histoire du fils » c’est celle d’André, dont la mère Gabrielle a confié l’éducation à sa soeur Hélène qui vit avec son mari et ses filles dans la maison familiale à Figeac, dans le Lot.

    Gabrielle vit à Paris, ne s’est jamais mariée et ne voit son fils que 3 semaines l’été. Autant dire que pour André, sa mère est une étrangère. Quant à son père, il ignore tout de lui, sa mère ne lui en ayant jamais parlé.

    Mais viendra bien un jour où André trouvera peut-être le courage de partir à la découverte de ses origines.

    Une histoire de filiation, de famille qui pourrait être tristement banale. Mais Marie-Hélène LAFON entoure le personnage d’André d’un cocon d’amour tissé par sa tante, son oncle et ses cousines. Un cocon dont on aimerait qu’il protège tous les enfants vivant la même situation.

    Dans le même temps, elle soulève l’importance de connaître ses origines et les influences de la psychogénéalogie.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • André est le fils de Gabrielle ; son père est inconnu. Il a été élevé par Hélène, la sœur de sa mère, et son mari Léon, près de Figeac. Il a grandi entouré de ses trois cousines, plus âgées et dont il est devenu le petit frère. Il ne voit sa mère que deux fois par an : une semaine à Noël et...
    Voir plus

    André est le fils de Gabrielle ; son père est inconnu. Il a été élevé par Hélène, la sœur de sa mère, et son mari Léon, près de Figeac. Il a grandi entouré de ses trois cousines, plus âgées et dont il est devenu le petit frère. Il ne voit sa mère que deux fois par an : une semaine à Noël et trois semaines l'été.
    André ne s'est jamais réellement interrogé sur le nom de son père. Léon a pris la place vacante. Jusqu'à ce qu'il épouse Juliette : le jour du mariage, Gabrielle confie son secret, le nom du père, à la jeune mariée...

    La trame du roman est finalement assez simple et classique : la vie d'un individu sans père, confié par une mère "absente" à la famille et qui se construit comme le fils de cette famille. Elle m'a cependant ému car elle m'a rappelé ce que m'a raconté une amie sur son enfance...

    L'originalité du roman est ailleurs :
    - D'abord dans les partis-pris de narration, avec une introduction dramatique, mais qui explique après coup beaucoup de choses, puis de très nombreux aller-retours dans le passé et le futur d'André ;
    - Ensuite dans la psychologie d'André, qui s'est reconstruit une famille, et qui refusera toujours d'en sortir, même aiguillonné par son épouse ;
    - Enfin par le flambeau repris par Antoine, le fils d'André et Juliette...
    Ajoutons la qualité d'écriture de Marie-Hélène Lafon, que je découvre à l'occasion de cette lecture, qui mêle à la fois richesse du langage et du style et fluidité de lecture.

    Pas un coup de cœur, mais une très belle découverte !

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2021/03/17/histoire-du-fils-marie-helene-lafon-buchet-chastel-une-tres-belle-decouverte/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ce roman est pareil à un uppercut de la catégorie prouesse littéraire. Ou comment parvenir à raconter en très peu de mots, en un nombre limité de phrases et de pages, l'histoire d'une famille d"Aurillac, dans le Cantal, comment dérouler une saga familiale courant sur un siècle, une saga incarnée...
    Voir plus

    Ce roman est pareil à un uppercut de la catégorie prouesse littéraire. Ou comment parvenir à raconter en très peu de mots, en un nombre limité de phrases et de pages, l'histoire d'une famille d"Aurillac, dans le Cantal, comment dérouler une saga familiale courant sur un siècle, une saga incarnée par André, ce fils dont le titre du roman ne dit pas le nom.
    Relativement court, à peine 176 pages mais combien dense par les secrets qu'il renferme, par les émotions retenues,les destins avortés et aussi les sentiments ravalés.
    Il m'a happé tout entière, j'ai l'impression de l'avoir parcouru en apnée et de n'avoir retrouvé mon souffle qu'une fois ma lecture achevée.
    Cette impression est renforcée par une langue impeccable, un style d'une précision et d'une fluidité exceptionnelles.
    Son style me fascine par son minimaliste, aucun superflu n'affleure et pourtant tout y est.
    Chaque mot, chaque signe de ponctuation a sa raison d'être et sert admirablement le récit, du grand art littéraire, du très grand art.
    Rares sont les romans que je relis, celui-ci, incontestablement, méritera un retour.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Né à Paris en 1924, de père inconnu, André est confié par sa mère Gabrielle à sa famille du Cantal. Il est élevé par sa tante Hélène et le mari de cette dernière, au milieu de ses cousines, dans un foyer aimant que sa mère ne rejoint que le temps des vacances. Le mystère de sa naissance n’en...
    Voir plus

    Né à Paris en 1924, de père inconnu, André est confié par sa mère Gabrielle à sa famille du Cantal. Il est élevé par sa tante Hélène et le mari de cette dernière, au milieu de ses cousines, dans un foyer aimant que sa mère ne rejoint que le temps des vacances. Le mystère de sa naissance n’en creuse pas moins discrètement son trou noir dans la tête et le coeur d’André…

    Comme autant de photographies aux teintes sépia, douze journées, évoquées dans le désordre, suffisent à Marie-Hélène Lafon pour dérouler un siècle. S'y inscrit l’histoire d’un homme, qui, dans l’affection d‘un foyer attaché à combler le vide d’un « père fantôme » et d’une « mère lointaine et intermittente », s’est construit à l’ombre d’un secret de famille, omniprésent mais toujours occulté dans une sorte de pudeur bienveillante. Une profonde mélancolie imprègne ce texte tourné vers le passé, celui de la reconstitution de toute une existence à partir de quelques bribes, dont l’évocation en pointillés permet peu à peu au lecteur d’en saisir le dessin d’ensemble, et surtout, d’y entrapercevoir les profondeurs cachées derrière les décennies de non-dits. Car peu est formulé mais tout se devine et se ressent, dans une narration qui, en relatant la surface visible des évènements avec la plus grande économie d’effets, parvient à faire prendre au lecteur toute la mesure des silences et des pudeurs, des blancs et des demi-teintes qui ont pavé la vie de trois générations.

    Rien de spectaculaire dans ce récit de l’ordinaire, mais la restitution profonde et sensible, dans une langue limpide et précise, de la trajectoire de vies enfuies, bâties autour des drames du quotidien, dans un sillon de joies, de tendresse mais aussi de souffrances parfois invisibles, et dont la seule trace perdure dans quelques photographies, des dates dans un cimetière et l’émotion des vivants.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.