Harry Potter T.3 ; Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

Couverture du livre « Harry Potter T.3 ; Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban » de J. K. Rowling aux éditions Gallimard-jeunesse
Résumé:

Sirius Black, le dangereux criminel qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter.
C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de Ratatinage, le dressage des... Voir plus

Sirius Black, le dangereux criminel qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter.
C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa troisième rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de Ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace ? Le troisième tome des aventures de Harry Potter vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'emotions. Frissons et humour garantis !

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Ha Ha ! Vous avez pensé que j’allais arrêter mes chroniques sur Harry Potter ? Détrompez-vous, je n’ai parlé que des deux premiers tomes et il en reste donc cinq…
    Alors aujourd’hui, on passe au Tome 3 : « Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ».
    D’ailleurs, Harry Potter s’ennuie terriblement...
    Voir plus

    Ha Ha ! Vous avez pensé que j’allais arrêter mes chroniques sur Harry Potter ? Détrompez-vous, je n’ai parlé que des deux premiers tomes et il en reste donc cinq…
    Alors aujourd’hui, on passe au Tome 3 : « Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban ».
    D’ailleurs, Harry Potter s’ennuie terriblement de son école Poudlard et : « A bien des égards, Harry Potter était un garçon des plus singuliers. Tout d’abord, il détestait les vacances d’été, c’était la période de l’année la plus déplaisante à ses yeux. » (p.7).

    Mais il finit par retrouver ses amis Ron et Hermione et ils prennent le train qui les conduit à la chère école.
    Ici, la nouveauté est que tout le monde (les Moldus, les sorciers…) est effrayé car on a appris qu’un criminel très dangereux et proche de Voldemort (oups, il ne fallait pas dire ce nom mais au contraire : Celui-Dont-On-Ne-Prononce-Pas-Le-Nom). Ce criminel est tout simplement Sirius Black qui recherche Harry Potter. On met donc celui-ci sous bonne garde mais est-ce que cela sera bien efficace ?

    C’est dans ce tome que l’on en apprend un peu plus sur le passé de Harry, sur la mort de ses parents… C’est donc un ouvrage apparemment LE centre de toute la saga.
    On y rencontre le nouveau Professeur de Défense contre les Forces du Mal : Remus Lupin – des Détraqueurs (gardiens de la prison d’Azkaban) …
    On y apprend que Sirius Black était ami des parents de Harry et qu’il est gardien d’un secret.
    C’est aussi dans ce tome que l’on trouve la Carte du Maraudeur (cadeau fait à Harry par les jumeaux Weasley). Quant à Malefoy, rien de changé, toujours aussi détestable.
    De plus on fait la découverte du village « Le Pré-Au-Lard » que seulement certains élèves peuvent visiter. Les boutiques de ce hameau sont magiques et il faut se rendre à la confiserie : surprises garanties.

    Et l’école ? Au programme : cours de divination, dressage des hyppogriffes, fabrication d’une « potion de ratatinage ». Vraiment sorciers ces cours.
    Donc au menu de cet ouvrage, de nombreuses nouveautés : le Magicobus (qui a servi à Harry pour rejoindre le Club des Sorciers à Londres) – Le Chaudron Bleu où Fudge l’attend (ce Ministre de la Magie tente de rassurer Harry sur son avenir). Celui-ci craignait son exclusion de Poudlard après une scène bien pittoresque (pour nous) où il l’a « gonflée » à tous les sens du terme car elle est devenue une montgolfière – Un chapitre pittoresque (pris au hasard), celui de Gryffondor contre Serdaigle : « Il semblait que tout était fini de l’amitié entre Ron et Hermione. Chacun était si furieux contre l’autre que Harry ne voyait pas comment ils pourraient jamais se réconcilier.
    Ron était furieux qu’Hermione n’ait jamais pris au sérieux les tentatives de Pattenrond de dévorer Croûtard » . (p.272). Un chat contre un rat.
    On y voit que Madame Bibine continue de surveiller Harry pendant les entraînements de Gryffondor. Au fait, dans ces joutes de Quidditch, on apprend que Cho Chang a un « Comète 260 », « une plaisanterie par rapport à l’Éclair de Feu » de Harry (ce sont les noms de leurs balais – moyens de locomotion). Quant à l’objet que les joueurs doivent lancer, c’est le « Vif d’or ».
    Des chapitres tous amusants et ensorcelants, des frissons (oui, bon, pour les enfants) et de l’humour, toujours de l’humour.

    Une dernière petite touche gourmande, que j’ai gardée pour la fin (ou la faim peut-être), concerne une boutique du « Pré-Au-Lard », « Honeyducks », où l’on trouve non seulement une grande variété de bonbons, mais aussi des caramels, d’énormes blocs de chocolat, des nougats bien moelleux, des cubes roses de glace à la noix de coco, etc...
    Voilà. C’était pour vous mettre en appétit pour l’heure du goûter ou à consommer pendant une bonne lecture !

    A bientôt pour un autre tome de Harry Potter. Il faut dire que J.K. Rowling n’a pas ménagé sa peine ni son imagination débordante pour notre plus grand plaisir. A lire ou à relire sans modération.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre exeptionnel que je n'ai lus pour la première fois que cette année et je me demande toujours pourquoi ?

    Un livre exeptionnel que je n'ai lus pour la première fois que cette année et je me demande toujours pourquoi ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une fois n’est pas coutume, je vais commencer cette chronique par une petite anecdote (car je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vous redire une troisième fois à quel point je suis ravie d’avoir enfin dépassé mes préjugés à propos de cette merveilleuse saga). Chaque jour, quand je...
    Voir plus

    Une fois n’est pas coutume, je vais commencer cette chronique par une petite anecdote (car je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vous redire une troisième fois à quel point je suis ravie d’avoir enfin dépassé mes préjugés à propos de cette merveilleuse saga). Chaque jour, quand je m’installais très confortablement dans mon lit pour entamer mon chapitre quotidien, il me fallait au moins … cinq bonnes minutes avant de parvenir à détacher mon regard ébahi de la couverture pour enfin ouvrir le livre et me plonger dans ma lecture. Je suis littéralement tombée amoureuse de cette illustration, et pas seulement parce que le bleu fait partie de mes couleurs préférées et que j’adore les cerfs ! Non, c’est l’image dans son ensemble, avec sa composition et ses nuances, qui a fait griller mes neurones : j’avais beau avoir le roman sous le nez quasiment en permanence (je suis du genre à trimballer mes lectures en cours absolument partout avec moi), à chaque fois que mon regard se posait dessus, c’était un blocage incontrôlable. Et que je découvre de nouveaux détails à chaque fois, et que je m’extasie sur un autre élément à chaque fois, et que … Bref, ma lecture a été remarquablement compliquée par la beauté de la couverture.

    Après des vacances d’été brutalement interrompues par le débarquement de son horrible « tante Marge » et un trajet pour le moins mouvementé à bord du si loufoque « Knight Bus » (dont je ne connais pas le nom français), Harry débarque à Poudlard pour sa troisième année à l’école de sorcellerie. Et comme Harry est un véritable aimant à problèmes, voilà qu’il apprend que le dangereux Sirius Black, meurtrier échappé de la terrible prison d’Azkaban et responsable de la mort de ses parents, est à ses trousses pour achever le boulot dans les règles de l’art. A cela s’ajoute les prédictions pour le moins inquiétantes de son illuminée de professeur de Divination, la rencontre avec les effrayants Détraqueurs et l’arrivée d’un professeur de Défense contre les forces du mal aussi apprécié qu’étrange. Une année mouvementée en perspective !

    Je pense pouvoir affirmer sans la moindre hésitation que jusqu’à présent, il s’agit sans aucun doute de mon tome préféré (après, n’ayant pour le moment lu que les trois premiers tomes, cette appréciation est bien loin d’être définitive). On s’éloigne grandement de l’univers merveilleux mais quelque peu enfantin propre aux deux premiers opus pour plonger dans une ambiance bien plus sombre et angoissante, mais surtout bien plus captivante à mes yeux. Ici, il ne s’agit plus uniquement de combattre troll et basilic pour ramener la sécurité au sein de l’école et profiter tranquillement du festin de fin d’année, mais bien d’en apprendre plus sur le passé et de faire face à une menace plus « personnelle », puisque de tous les étudiants, Harry est bien le seul à avoir ce meurtrier en cavale comme parrain. Ce tome, c’est également celui au cours duquel notre jeune héros quitte doucement l’enfance pour entrer dans l’adolescence : bien moins insouciant et plus mature qu’auparavant, avec ses doutes et ses peurs qui le rendent bien plus humain à mes yeux, Harry n’en reste pas moins une tête brulée qui réagit parfois de façon impulsive et enfantine. Il s’agit là d’une personnalité toute en nuances et en promesses qui fait soupirer de ravissement la lectrice passionnée de psychologie que je suis !

    Mais fort heureusement, tout n’est pas sombre dans ce troisième tome, et le lecteur a bien des raisons pour éclater de rire suffisamment régulièrement pour que son entourage se pose des questions sur sa santé mentale ! Rien que d’imaginer Snape (désolée, pour moi, Snape est Snape, pas Rogue) affublé de l’accoutrement de la grand-mère de Neville ou confronté aux messages pour le moins déconcertants inscrits à son attention sur la carte du Maraudeur, ou de songer aux interrogations pleines de finesse de Stan (« Qu’est-ce que tu fais par terre ? » « Je suis tombé » « Qu’est-ce qui t’a pris ? ») ou aux visages faussement innocents des jumeaux Weasley, je sens le fou-rire qui m’a submergé à la lecture de ces scènes ressurgir ! Les incessantes disputes entre Ron et Hermione m’ont également beaucoup fait sourire, tout comme les commentaires de Lee Jordan et les remontrances de McGonagall lors des matchs de Quidditch. Sans oublier la fameuse scène où Hermione remet Malfoy fils à sa place, scène durant laquelle j’ai littéralement pleuré de rire. C’est finalement là que réside toute la magie de cette histoire : en dépit de tout, c’est toujours le sourire aux lèvres que l’on tourne la dernière page. Ces livres mettent de bonne humeur !

    En ce qui concerne les éléments plus formels – tension dramatique, intrigue, trame narrative, tous ces jolis concepts qui foisonnent en matière de chronique littéraire –, je vais me contenter d’un seul mot : époustouflant. Non, vraiment. Plus l’histoire avance, plus la tension augmente, gardant le lecteur en haleine : que va-t-il donc se passe ? comment diable tout cela va-t-il se terminer ? qui est vraiment Sirius Black ? Et plus la tension dramatique augmente, plus le rythme s’accélère, autant du point de vue de l’action en elle-même que de la narration, avec des phrases plus courtes, plus concises. L’auteur joue avec nos nerfs et nos émotions. Bon sang, vous n’imaginez même pas les larmes de crocodile que j’ai versées et la colère que j’ai ressentie à l’encontre de Malfoy quand j’ai appris le sort de ce malheureux hippogriffe ! Mon cœur se serre encore quand je songe à la tristesse qu’a dû ressentir ce pauvre Hagrid, qui est d’ailleurs un personnage que j’apprécie de plus en plus : j’aime sa simplicité, son honnêteté et son innocence. Et bon sang, ces chapitres finaux, que de rebondissements et de révélations en si peu de pages ! Qui a dit que la lecture était une activité calme ? Ma lecture a été ponctuée de sursauts, de cris de surprise ou d’effarement et d’onomatopées diverses et variées – oui, je fais partie de ces lecteurs terriblement impliqués dans leur lecture qui réagissent fortement à tout ce qui se passe dans le roman !

    En bref, un troisième tome qui surpasse aisément les deux premiers dans mon petit classement personnel. De l’émotion, de l’action, des révélations, et bien entendu de la magie (avec une touche de voyage temporel, que demander de plus ?!), sont au rendez-vous et se combinent pour offrir au lecteur une fantastique expérience de lecture, pleine de rebondissements et d’émerveillement. Un tome moins enfantin que les deux précédents qui promet une suite bien plus sombre et bien plus complexe, et qui attise ma curiosité : sur quoi vais-je donc tomber en ouvrant le quatrième opus ? J’ai terriblement hâte de retrouver notre jeune sorcier préféré et ses amis pour la suite de leurs aventures !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mon tome préféré ! Et ça tient en deux choses : Sirius Black et les Détraqueurs.

    Sirius Black d'abord. L'un de mes personnages préférés. J'ai eu un gros coup de coeur pour Sirius, même s'il n'est arrivé que plus tard, avec la sortie du cinquième film... Et oui, Gary Oldman et son doublage en...
    Voir plus

    Mon tome préféré ! Et ça tient en deux choses : Sirius Black et les Détraqueurs.

    Sirius Black d'abord. L'un de mes personnages préférés. J'ai eu un gros coup de coeur pour Sirius, même s'il n'est arrivé que plus tard, avec la sortie du cinquième film... Et oui, Gary Oldman et son doublage en V.F. y sont pour beaucoup. C'est en relisant le troisième tome après la découverte du cinquième film qu'il s'est propulsé comme étant mon préféré. J'adore Sirius épissétou.

    Les détraqueurs ensuite. Ils sont, selon J.K. Rowling, une métaphore de la dépression, et ça, ça m'a énormément parlé, et ça me parle toujours. Bien sûr, avec les détraqueurs, ce sont aussi les Patronus (Patroni ?) ces notes d'espoir qui combattent la dépression. J'aimerais que tout le monde aie un vrai Patronus.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Enfin, on arrive au premier tome que j'aime le plus dans cette saga avec deux nouveaux personnages que j'affectionne énormément. Encore de nouvelles aventures pour le golden trio, des aventures de plus en plus enivrantes

    Enfin, on arrive au premier tome que j'aime le plus dans cette saga avec deux nouveaux personnages que j'affectionne énormément. Encore de nouvelles aventures pour le golden trio, des aventures de plus en plus enivrantes

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'adore ce tome! On découvre un nouveau personnage Sirius Black, le parrain de Harry avec lequel va naitre une lueur d'espoir pour le jeune sorcier de pouvoir enfin quitter la maison des Dursley pour vivre avec son parrain.

    J'adore ce tome! On découvre un nouveau personnage Sirius Black, le parrain de Harry avec lequel va naitre une lueur d'espoir pour le jeune sorcier de pouvoir enfin quitter la maison des Dursley pour vivre avec son parrain.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme beaucoup d’autres potterheads, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban a longtemps été mon tome préféré de la saga (au coude à coude avec le tome 5). Je l’ai lu un nombre incalculable de fois et je ne me suis jamais lassée de ces aventures. J’étais donc on ne peut plus confiance en me...
    Voir plus

    Comme beaucoup d’autres potterheads, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban a longtemps été mon tome préféré de la saga (au coude à coude avec le tome 5). Je l’ai lu un nombre incalculable de fois et je ne me suis jamais lassée de ces aventures. J’étais donc on ne peut plus confiance en me lançant dans cette énième relecture.

    Harry est prêt à partir pour une nouvelle année à Poudlard. Comme il fallait s’y attendre, rien ne se passe comme prévu. La tante Marge se ramène chez les Dursley et le fait sortir de ses gonds. Harry pète une durite et prend ses clics et ses claques. S’attendant à prendre une danse de la part du Ministère de la Magie, il est surpris de constater que son éclat est vite pardonné par le ministre en personne. Et pour cause, celui-ci a d’autres préoccupations : Sirius Black, un prisonnier partisan de Voldemort, est parvenu à s’échapper de la célèbre prison des sorciers : Azkaban. Personne ne sait comment ni où il peut se cacher, mais il constitue un grand danger pour Harry. L’année va être mouvementée…

    Je ne me lasse pas de ces tomes et de leur schéma traditionnel. Un Harry qui attend avec impatience de retrouver Poudlard et d’ainsi, quitter les Dursley. Une nouvelle année qui commence, un nouveau professeur de Défenses contre les Forces du Mal, des surprises tout au long de la scolarité, un danger permanent, celui de Voldemort, mais chaque fois sous une forme différente… Non, on ne s’en lasse pas !

    J.K Rowling tape toujours plus haut et plus fort à chaque tome. Le monde de la magie s’approfondit et gagne en noirceur. Même si on ne bascule pas encore totalement dans le drame, l’intrigue tend à transformer Harry et ses amis. Il a déjà vécu plus que n’importe qui face au Miroir de Risèd avec Quirrell, il a combattu un basilic comme un grand, et maintenant, un tueur en série est à ses trousses… Il y a de quoi devenir un poil paranoïaque !

    Il est tellement facile de plonger dans cet univers et d’apprivoiser les nouveaux personnages ! Lupin, notamment, le nouveau professeur de Défenses contre les Forces du Mal. Sincèrement gentil et pédagogue, il est facile de le prendre en affection, même s’il semble avoir ses secrets. Et il n’est pas le seul. Il y a de nombreux secrets et des révélations, tout est finalement lié, tout s’entremêle pour faire avancer l’histoire et nous en mettre plein les yeux.

    Le cheminement de l’intrigue est assez impressionnant, et J.K Rowling a mis les bouchées doubles pour encore plus nous captiver. J’entends par là la confrontation finale, qui se solde par un retournement de situation que personne n’aurait pu deviner. Alors que l’on pense que tout est terminé, que tout pourrait s’arranger, J.K Rowling dévoile un nouveau secret qui pourrait tout changer, absolument tout. Je pense que c’est ce que j’ai le plus aimé lors de ma première lecture du tome 3. Je ne m’attendais pas du tout à ces rebondissements, et je suis allée de surprises en surprises. Aujourd’hui, 15 ans plus tard, je ne suis plus surprise évidemment, mais je passe toujours un aussi délicieux moment.

    En résumé, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban est, selon moi, l’un des meilleurs tomes de la saga. Une merveille qui se passe de mots. Encore plus intense que les deux autres, il nous entraîne toujours plus loin dans le monde des sorciers et nous prouve que les apparences peuvent être trompeuses. Le récit se veut un poil plus sombre, mais le côté divertissant reste intact. Mon quotidien me paraît bien plus magique avec un roman de cette saga entre les mains.

    Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/harry-potter-tome-1-harry-potter-a-lecole-des-sorciers-jk-rowling

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai bien rit à la lecture de ce tome, des dialogues énormes, Harry a pas sa langue dans sa poche, Ron non plus. Hermione est un peu plus effacé dans ce tome et elle m'a fait un peu de peine, mais j'adore sa relation avec Ron. Franchement comment ais-je pu oublier que cette saga était aussi...
    Voir plus

    J'ai bien rit à la lecture de ce tome, des dialogues énormes, Harry a pas sa langue dans sa poche, Ron non plus. Hermione est un peu plus effacé dans ce tome et elle m'a fait un peu de peine, mais j'adore sa relation avec Ron. Franchement comment ais-je pu oublier que cette saga était aussi géniale? Je passe un super moment à chaque tome, et là j'ai hâte de lire le 4 !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Où les êtres malfaisants ne sont pas ceux que l' on croit...

    Où les êtres malfaisants ne sont pas ceux que l' on croit...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions