Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Guerriers et paysans (VIIe -XIIe siècle) ; premier essor de l'économie européenne

Couverture du livre « Guerriers et paysans (VIIe -XIIe siècle) ; premier essor de l'économie européenne » de Georges Duby aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072917653
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Il ressort de cette vaste enquête sur le premier essor de l'économie occidentale entre le VIIe et la fin du XIIe siècle que l'élan de croissance a été animé, essentiellement dans une première phase, par les activités militaires dont l'aristocratie tirait alors tous les profits, et qu'il le fut,... Voir plus

Il ressort de cette vaste enquête sur le premier essor de l'économie occidentale entre le VIIe et la fin du XIIe siècle que l'élan de croissance a été animé, essentiellement dans une première phase, par les activités militaires dont l'aristocratie tirait alors tous les profits, et qu'il le fut, dans une seconde phase, par le labeur des paysans que stimulait le pouvoir seigneurial.Georges Duby (1919-1996), professeur au Collège de France, membre de l'Académie française, renouvela les études médiévales. S'intéressant tour à tour aux réalités économiques, aux structures sociales et aux systèmes de représentations, il est l'auteur de nombreux ouvrages de référence dont Le Dimanche de Bouvines, Guillaume le Maréchal, Le Temps des cathédrales et les Dames du XIIe siècle.

« Guerriers et paysans est l'histoire d'un démarrage, celui de l'économie européenne entre les invasions barbares et l'essor des villes. La grande nouveauté n'est pas l'application à une époque reculée d'un concept de l'économie moderne... Elle est dans la découverte de phases insoupçonnées et de mécanismes paradoxaux de ce démarrage » (Jacques Le Goff).
Il ressort de cette vaste enquête sur le premier essor de l'économie occidentale entre le VIIe et la fin du XIIe siècle que l'élan de croissance a été animé, essentiellement dans une première phase, par les activités militaires dont l'aristocratie tirait alors tous les profits, et qu'il le fut, dans une seconde phase, par le labeur des paysans que stimulait le pouvoir seigneurial.

Donner votre avis