Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gamine, guerrière, sauvage

Couverture du livre « Gamine, guerrière, sauvage » de Eric Cherriere aux éditions Plon
  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259305983
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Maud, 15 ans, vit dans une petite ville de Corrèze au sein d'une famille modeste et aimante.
A la suite d'un délit mineur commis par son père, qui le conduit en prison durant cinq mois, la famille est brutalement plongée dans la précarité. Face à des parents dépassés, Maud prend progressivement... Voir plus

Maud, 15 ans, vit dans une petite ville de Corrèze au sein d'une famille modeste et aimante.
A la suite d'un délit mineur commis par son père, qui le conduit en prison durant cinq mois, la famille est brutalement plongée dans la précarité. Face à des parents dépassés, Maud prend progressivement le contrôle des siens pour les sortir de la misère. Par tous les moyens. Elle va réussir à embarquer toute sa famille (ses parents, son frère Alban, son grand-père...) dans une folle épopée aussi délictueuse qu'inventive, à la manière de Little Miss Sunshine, version association de malfaiteurs...
D'une petite ville française jusqu'aux étendues glacée de l'Antarctique, en passant par la Cour Pénale Internationale de La Haye et un mystérieux think tank norvégien, Gamine Guerrière Sauvage est le portrait d'une étonnante enfant du siècle.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (8)

  • Après avoir beaucoup apprécié « Jeu de peaux » d’Anouk Shutterberg dans le cadre du club des experts du polar des Editions Plon en compagnie de Babelio, j’ai tenté « Gamine guerrière sauvage » d’Eric Cherrière.

    Ce ne fût pas une lecture désagréable ou contraignante loin de là, car une fois...
    Voir plus

    Après avoir beaucoup apprécié « Jeu de peaux » d’Anouk Shutterberg dans le cadre du club des experts du polar des Editions Plon en compagnie de Babelio, j’ai tenté « Gamine guerrière sauvage » d’Eric Cherrière.

    Ce ne fût pas une lecture désagréable ou contraignante loin de là, car une fois plongée dedans, le livre m’a plu. Mais en même temps, et je dois avouer que c’est d’ailleurs bien dommage, deux éléments m’ont « dérangée » dans ce livre.

    La première concerne en quelques sortes les invraisemblances. Alors oui, je sais, on est dans un livre, on peut en jouer. Je pense d’ailleurs avoir l’esprit assez ouvert, il suffit de regarder mes choix éclectiques en matière de littérature. Mais certains détails comme au sujet de l’Antarctique ou de la Cour Pénale Internationale « faisaient trop gros » et donnaient au livre un côté burlesque qu’il m’était parfois malaisé d’apprécier. Une fois que je commence à lever les yeux au ciel, cela induit un souci à ma lecture.

    Ensuite, la seconde chose relevée et quand même assez conséquente pour que je la mentionne est que je n’ai pas apprécié le personnage de Maud, issue d’une famille que l’on pourrait facilement qualifiée de losers. Autant durant la première partie du livre, j’ai trouvé son personnage assez intéressant, autant dans la seconde, je l’ai trouvée détestable.

    Attention, c’est peut-être quelque chose de voulu de la part de l’auteur et c’est pourquoi je ne dénigre pas la qualité du livre! L’empathie que j’avais pu éprouver pour elle s’est -finalement – bien vite envolée. Par contre, j’ai trouvé le personnage du grand-père profondément attachant. Je pense qu’il faut prendre ces personnages comme ils viennent avec un certain second degré.

    Écrit à la première personne du singulier, c’est comme si Maud elle-même nous narrait son histoire. Comme je l’ai déjà fait remarquer dans l’une de mes chroniques pour un autre livre, je trouve que cela permet une meilleure immersion du lecteur dans le récit.

    Comme vous l’aurez compris, malgré deux points mitigés, cela n’en est pas une mauvaise lecture pour autant que je vais m’empresser d’oublier. J’ai, malgré tout, passé un bon moment de lecture et vous invite à vous forger votre propre opinion puisqu’il ne s’agit que de mon humble avis.

    Voilà que l’aventure des experts du polar en compagnie des Editions Plon et Babelio se poursuit et je la trouve hyper intéressante par les livres proposés. Déjà deux lectures fort bien différentes mais par lesquelles je me suis laissée porter.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le roman noir sociétal n'est généralement pas ma tasse de thé, mais là, je suis conquise !

    Le commentaire d'une libraire qui apparaît en 4e évoque une « écriture hypnotique » et c'est exactement ça. le lecteur déroule l'histoire sans vraiment se rendre compte qu'il enchaîne les...
    Voir plus

    Le roman noir sociétal n'est généralement pas ma tasse de thé, mais là, je suis conquise !

    Le commentaire d'une libraire qui apparaît en 4e évoque une « écriture hypnotique » et c'est exactement ça. le lecteur déroule l'histoire sans vraiment se rendre compte qu'il enchaîne les chapitres.

    Ce livre nous parle d'une famille socialement modeste mais où l'amour est omniprésent. Mais, si la vie n'était pas forcément facile au départ, un événement va faire basculer ses membres dans la précarité.

    Et c'est dans ce contexte que Maud, du haut de ses 15 ans, va prendre toute son envergure. le personnage est déjà intéressant avant le bouleversement subi par sa famille : une ado brillante au grand coeur, qui a perdu l'une de ses mains et rêve d'un futur à la Cour Pénale Internationale. Il l'est encore plus par la suite, de par sa maturité qui l'amène à saisir les rennes et se substituer à ses parents, dépassés par la situation, pour tenter de maintenir la tête de sa famille hors de l'eau. Et, pour ce faire, tous les moyens seront bons…

    Si ces derniers ne seront pas toujours très moraux, on ressent malgré tout une profonde empathie pour cette jeune femme combative face aux écueils que la vie place sur son chemin. D'abord, car Maud conserve malgré tout une naïveté touchante mais aussi parce qu'en cours de route, elle va croiser le chemin de personnages qui, pour certains, n'appréhendent l'autre qu'au travers de l'utilité potentielle que celui-ci pourrait avoir. Comme le dit si bien l'un d'eux : « les gens comme moi ne répondent jamais aux gens comme vous. A moins d'avoir une bonne raison de le faire ».

    Une histoire, avec quelques épisodes sortant de l'ordinaire, qui fera grandir cette « gamine guerrière sauvage » pour la conduire vers un avenir qu'on imagine peu commun.

    Le petit + : une couverture superbe, à l'image du roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une volonté farouche de se battre, de décider de son destin, malgré une main amputée, quel qu'en soit le prix, quels qu'en soient les moyens.
    Plus que de la volonté, il y a de la hargne dans cette gamine qui entraîne toute sa famille, jusqu'au grand père, dans une épopée dont je vous laisse...
    Voir plus

    Une volonté farouche de se battre, de décider de son destin, malgré une main amputée, quel qu'en soit le prix, quels qu'en soient les moyens.
    Plus que de la volonté, il y a de la hargne dans cette gamine qui entraîne toute sa famille, jusqu'au grand père, dans une épopée dont je vous laisse découvrir l'issue.
    Qui peut juger cette gamine ? Avec quels mots ? Certains diront "débile", d'autres diront "respect". Affaire de point de vue, mais le roman ne laisse pas indifférent.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « La vie, c’est comme la guerre, ma petite Maud, les seuls vainqueurs sont ceux qui survivent. N’oublie pas : il n’y a ni bonnes ni mauvaises armes. Au bout du compte, une seule chose importe. Rendre les coups. ». Ces mots, ce sont ceux du grand-père de Maud et on peut dire qu’ils ne vont pas...
    Voir plus

    « La vie, c’est comme la guerre, ma petite Maud, les seuls vainqueurs sont ceux qui survivent. N’oublie pas : il n’y a ni bonnes ni mauvaises armes. Au bout du compte, une seule chose importe. Rendre les coups. ». Ces mots, ce sont ceux du grand-père de Maud et on peut dire qu’ils ne vont pas tomber dans l’oreille d’une sourde.

    Maud est une adolescente qui a un handicap, il lui manque une main. Ses parents ne lui ont jamais expliqué la manière dont elle a perdu ce membre. Particulièrement douée en informatique et redoutablement intelligente, elle cherche des réponses sur internet et noue des liens avec d’autres personnes « abîmées ». Suite à un évènement, que je ne vais pas décrire ici pour ne pas gâcher la surprise, sa famille va connaître un déclassement et va plonger dans la grande précarité. C’est sans compter sur Maud qui va prendre les choses en main et entraîner ses parents, son frère et son grand-père dans de nombreuses péripéties qui vont mettre la famille à rude épreuve mais aussi avoir pour effet de resserrer les liens.

    Le personnage de Maud donne beaucoup de profondeur à ce roman. Son intelligence, sa complexité, son ambivalence aussi, le lecteur est prévenu, suivre ce personnage c’est un peu comme un tour dans les montagnes russes, on passe par de nombreuses émotions. Les personnages secondaires sont également intéressants et ils apportent tous un petit quelque chose en plus au roman. Les membres de cette famille ont des personnalités bien tranchées et qui s’opposent clairement, le trait est parfois bien forcé par l’auteur, et pourtant ils apparaissent soudés par l’amour familial malgré des incidents de parcours

    Au-delà des personnages, il y a aussi le récit et je peux dire que je suis rentré immédiatement dans l’histoire. L’auteur arrive à tenir habilement en haleine le lecteur avec un style d’écriture fluide et moderne. Le récit s’assombrit et gagne en puissance petit à petit jusqu’au dénouement, ce roman est tout simplement impossible à lâcher avant la fin. Il va vous faire voyager du fin fond d’une forêt française jusqu’en antarctique en passant par la cour pénale internationale de La Haye.

    Ce roman m’a vraiment surpris par son côté protéiforme. C’est un roman social, mais aussi un roman noir, et puis certains passages n’ont rien à envier aux romans d’aventure notamment lorsque Maud évoque ses ancêtres. L’auteur n’hésite pas à bousculer le lecteur, parfois avec force, et cela donne une lecture qui interroge que ça soit sur les inégalités, sur la moralité mais aussi sur notre société au sens large.

    Une découverte surprenante et passionnante que je recommande sans hésiter ! Je remercie lecteurs.com ainsi que les éditions Plon pour cette découverte, je ne me serais pas forcément tourné vers ce livre lors d’une visite en librairie, comme quoi…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une famille de loosers ? Le père, convaincu qu'il n'a pas su réaliser les espoirs de son père, travaille à la fabrique d'arme, et arrondi ses fins de mois avec de petits trafics qui lui vaudront prison et licenciement. Alban, le fils, reproduit le schéma du père : élève moyen, pas assez doué...
    Voir plus

    Une famille de loosers ? Le père, convaincu qu'il n'a pas su réaliser les espoirs de son père, travaille à la fabrique d'arme, et arrondi ses fins de mois avec de petits trafics qui lui vaudront prison et licenciement. Alban, le fils, reproduit le schéma du père : élève moyen, pas assez doué pour devenir champion en athlétisme. La mère, ancienne championne de bodybuilding, végète comme vigile dans un centre commercial, complétant avec quelques piges dans le club de fitness de sa copine Marie.
    Et puis il y a Maud, la fille. Amputée très jeune de la main droite, élève brillante, elle a appris à surfer sur le dark net dès la préadolescence. Quand son père est incarcéré, sa colère contre la société enfle, et elle décide de se venger...

    Eric Cherrière écrit ici le roman de la colère, celle des adolescents à l'encontre d'une société qu'ils ne comprennent pas, qui ne les écoute pas... Parents socialement déchus, mis au ban de la société, que reste t'il à ces enfants, quels moyens d'expression ?
    Avec Maud, ce sont le calcul et la violence qui vont tracer la route de l'avenir. La force de cet exutoire est telle qu'elle entraîne le frère et les parents derrière elle. Seul le grand-père saura garder un recul qui lui évitera d'être emporté.
    Les deux paragraphes précédents pourraient laisser penser que le roman est dur, sans tendresse. Il n'en est rien ! Il y a beaucoup d'humanité chez les proches de Maud ; il y en a beaucoup en elle, mais elle l'ignore. Et à la fin, c'est bien l'amour et le lien familial qui permettront d'éviter le pire...
    Roman singulier, que je qualifierai de "noir", où la morale finit, de justesse, par l'emporter. Ecrit d'une plume alerte, bien rythmé, dans un style très accessible sans tomber dans la facilité, c'est une roman qui aurait pu être classé en catégorie "ado" ou "jeunes adultes".

    Merci à Babelio et aux éditions Plon de m'avoir permis de découvrir ce livre et son auteur.

    Chronique illustrée : http://michelgiraud.fr/2021/04/24/gamine-guerriere-sauvage-eric-cherriere-plon/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Maud, 15 ans, Alban, son frère, 16 ans et demi, vivent une existence routinière et sans surprise auprès de leur mère, ex-championne de bodybuilding, et leur père, ex-champion d'athlétisme, aujourd'hui ouvrier dans une usine qui fabrique des armes.
    Tout ce qu'on sait de Maud est qu'elle n'oublie...
    Voir plus

    Maud, 15 ans, Alban, son frère, 16 ans et demi, vivent une existence routinière et sans surprise auprès de leur mère, ex-championne de bodybuilding, et leur père, ex-champion d'athlétisme, aujourd'hui ouvrier dans une usine qui fabrique des armes.
    Tout ce qu'on sait de Maud est qu'elle n'oublie jamais les petites phrases dont son grand-père parsème son quotidien, et que sa main droite est tranchée à hauteur du poignet. Amputation de naissance? Accident? Il faudra attendre d'être bien avancés dans l'histoire pour le savoir. Ce qui ne l'empêche pas d'user de son ordinateur afin de communiquer avec d'autres personnes à travers le monde qui, comme elle, souffrent d'un handicap, soit à cause d'une maladie ou suite à une agression. Rencontrer ainsi d'autres souffrances lui permet de transcender la sienne.
    Derrière cet univers qui semble tellement lisse se cachent pourtant des mystères: pourquoi ses parents ont-ils tenu à l'écart le grand-père de mère, Alban Morgan, marin breton et explorateur, qui semblait pourtant être un homme bon, très apprécié par son entourage? Pourquoi alors avoir donné son prénom à son frère?
    Mais un jour, tout bascule. Suite au suicide de Michel Gentier, un copain de son père, chez qui on a retrouvé une collection illégale d'armes de guerre, son père est arrêté pour terrorisme. Commence alors une lente descente aux enfers: licenciement du père; sa mère contrainte de cumuler plusieurs emplois pour tenter de garder la tête hors de l'eau; frais de justice grevant leur budget; fins de mois plus que difficiles; regards réprobateurs, pour ne pas dire pire, des voisins, des amis...
    Maud, guidée par sa rage et son caractère rebelle, est bien décidée à tout mettre en oeuvre, TOUT, pour sortir sa famille de la misère, pour payer des études à son frère, pour entreprendre l voyage jusqu'aux glaces de la Terre de la Reine-Maud, ultime héritage de cet ancêtre honni...
    Lieux:
    La maison des grands-parents perçue comme symbolisant la descente aux enfers de Maud et sa famille: les ardoises emportées par le vent, les infiltrations dans les murs, l'humidité grignotant les huisseries...Une maison froide en été comme en hiver, avec un sol de terre battue. Ici, aucun confort moderne sinon une cheminée pour tout moyen de chauffage.
    La terre de la Reine-Maud: un petit morceau de terre gelée d'un kilomètre de côté, unique héritage de Maud lui venant de son arrière-grand-père, le marin breton parti en expédition avec un magnat norvégien de la pêche à la baleine, qu'il avait sauvé d'une mort certaine alors qu'ils étaient perdus au milieu du désert blanc. Cette terre de glace symbolise pour Maud le dépassement de soi-même, le courage d'affronter l'adversité et d'en sortir vainqueur.

    Gamine, Guerrière, Sauvage exalte des vertus humaines qui, pour nombre d'entre nous, font partie d'un certain folklore littéraire: le courage, se tenir debout face à l'adversité, aux coups donnés par la vie, quand notre univers éclate en mille morceaux. Comme celui de Maud lorsque son père est incarcéré et perd son emploi. J'admire cette volonté farouche, si inhabituelle pour une si jeune fille, de ne pas se laisser abattre, de se sortir du marasme à tout prix...
    C'est à ce moment que le bât blesse: que signifie vraiment l'expression " à tout prix"? Quelles intentions et actions se cachent derrière ces mots en apparence anodins, que l'on utilise souvent sans vraiment faire attention à leur signification profonde? Je ne peux souscrire à la réponse apportée par Gamine, Guerrière, Sauvage: s'en prendre à plus faible que soi, à qui ne saura ou ne pourra pas se défendre. Que l'idée de détrousser des gens sans défense de leurs économies de toute une vie ait germé dans l'esprit d'une ado rebelle, passe encore, mais que ses parents agréent au point de participer à ces opérations commandos, cruelles autant que cyniques, je ne peux pas croire à la crédibilité d'un tel scénario. J'aurais mieux compris s'ils s'en étaient pris à des gens capables de se défendre, à des représentants de cette société qui brutalise les laissés pour compte. N'oublions pas que si la vie leur a tout pris, comme dit Maud, c'est quand même suite aux agissements irréfléchis et illégaux de leur père...Il existe d'autres façons de se sortir du marasme que d'écraser les autres et de les spolier de leurs biens. Il semble que la légitimité de son combat réside ailleurs, qu'il est faussé dès le départ: ils en sont là parce que leur père a sciemment volé l'entreprise pour laquelle il travaillait...
    Il reste les qualités d'écriture de l'auteur, indéniablement. Le portrait qu'il brosse d'une jeune guerrière qui n'a pas froid aux yeux, qui va au bout de ses convictions, qui n'hésite pas à contacter des membres influents de la CPI, qui pousse son père dans ses retranchements, l'obligeant à lutter pour retrouver l'amour de sa femme, constitue le point d'orgue de ce roman. Une lecture dérangeante. Captivante aussi, d'un certain point de vue. Qui ne laissera personne indifférent...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En introduction des trois parties qui composent le roman, un chapitre court mais édifiant nous met en présence de la narratrice Maud que l’on devine être la « gamine guerrière sauvage ». Les sentences émises par son grand-père, lors de l’enterrement auquel il l’a emmenée, leçons de vie qu’il n’a...
    Voir plus

    En introduction des trois parties qui composent le roman, un chapitre court mais édifiant nous met en présence de la narratrice Maud que l’on devine être la « gamine guerrière sauvage ». Les sentences émises par son grand-père, lors de l’enterrement auquel il l’a emmenée, leçons de vie qu’il n’a pas su faire entrer dans la tête du père de Maud ne seront pas oubliées par celle-ci et rythmeront en quelque sorte sa vie.
    « La vie, c’est comme la guerre, ma petite Maud, les seuls vainqueurs sont ceux qui survivent. »
    « N’oublie pas, ma petite Maud : il n’y a ni bonnes ni mauvaises armes. Au bout du compte, une seule chose importe. Rendre les coups. »
    Maud est née le 11 septembre 2001, une date restée dans toutes les mémoires. Elle vit à Tulle dont elle connaît le passé historique : le massacre du 9 juin 1944 et les quatre-vingt-dix-neuf pendus. Son père, ex-champion d’athlétisme est employé à la Fabrique d’armes. Sa mère, ex championne de bodybuilding est agent de sécurité au centre commercial et donne des cours à l’Athéna Fitness club chaque vendredi soir pour arrondir les fins de mois. Son frère Alban, qu’elle adore, plus jeune qu’elle d’un an fait du cross, coaché par son père. Il se bat du mieux qu’il peut, contre ses adversaires, « contre lui-même et contre le poids que font peser sur ses épaules les échecs de notre père ».
    Maud a une main morte, la main droite, tranchée au niveau du poignet et porte une prothèse : sujet tabou à la maison, aucune réponse à ses questions.
    Très intelligente, elle tente de trouver sur Internet les réponses refusées par ses parents sur l’origine de ses blessures et voyage depuis des années, la nuit, dans la nasse des réseaux. « Grâce à des logiciels aussi performants qu’illégaux, je suis passée reine dans l’art d’être intraçable ».
    il faut ajouter l’octroi de sa Majesté la reine de Norvège à son arrière-grand-père Alban de la concession d’une parcelle de 1 kilomètre carré sur l’inlandsis de l’Antarctique en remerciement « d’inestimables services rendus au royaume et au peuple de Norvège, au péril de sa vie, au sacrifice de ses mains ».
    Cette quasi double vie, celle vécue au sein de cette famille certes modeste mais aimante et l’autre, celle vécue via les réseaux sociaux qui compense les manques aurait pu continuer ainsi, si un événement ou plutôt un délit mineur commis par l’un des membres de la famille n’était pas venu les jeter dans la précarité et donner à Maud la presque obligation pour elle d’intervenir pour les sortir de la misère. Cet élément déclencheur sera la source d’un bouleversement complet et irréversible dans les habitudes de vie de la famille.
    À eux seuls, les trois mots qui composent le titre : Gamine Guerrière Sauvage décrivent absolument bien cette Maud confrontée au monde et superbement représentée sur la couverture du livre. Quel portrait magnifique et vivant de cette enfant du siècle nous a brossé Éric Cherrière, cet auteur déjà primé ou nominé pour d’autres romans et également réalisateur-scénariste !
    Il montre comment une enfant blessée et trompée par la société peut se rebeller et devenir une véritable guerrière pour faire face aux inégalités sociales, s’affranchir des codes sociaux et du déterminisme social, pour pouvoir vivre libre. Il décrypte très bien l’engrenage dans lequel un être peut tomber avec la quasi impossibilité de retour en arrière.
    C’est avec beaucoup de crédibilité qu’il révèle le rôle immense que peuvent jouer les réseaux sociaux dans la vie des jeunes d’aujourd’hui et le pouvoir que peuvent arriver à détenir ces surdoués de l’informatique s’ils deviennent hackers.
    Il n’oublie pas de mentionner les marchands d’armes, les paradis fiscaux et ce double rôle que peuvent jouer certains politiques ou personnages importants paradant avec une façade très humaniste derrière laquelle se cache un tout autre visage où l’argent se révèle être leur seule préoccupation.
    Avec ce thriller, l’auteur nous embarque dans un grand périple, nous emmenant jusqu’à la Cour pénale internationale de La Haye non sans nous avoir fait rêver à ces étendues glacées de l’Antarctique. Une tension et une angoisse latente sont présentes dès le début et ne feront que s’amplifier pour atteindre de grands sommets… Néanmoins, l’amitié et l’amour tout aussi présents, sans oublier le franc-parler savoureux du grand-père, une fine poésie et une touche de merveilleux, nous permettent de supporter l’enchaînement des situations jusqu’à un dénouement plutôt imprévu.
    C’est un roman très fort, très contemporain, politique et social mais avant tout un roman psychologique très maîtrisé qui m’a enthousiasmé par son originalité et qui pose brillamment la question du déterminisme social. C’est également un récit qui interpelle violemment.
    Si j’ai pu découvrir ce brillant auteur et ce thriller passionnant, c’est grâce aux éditions Plon et à Babelio que je remercie très sincèrement pour m’avoir donné cette chance d’être sélectionnée pour intégrer les experts polar de ces mêmes éditions.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Le titre et la couverture avec ce regard glacial, tranchant dans un visage aux peintures de guerre ne laissent aucun doute sur ce qui nous attend.
    Gamine, Guerrière, Sauvage sont les trois étapes que Maud, traverse en deux ans de 15 ans à 17 ans.
    Elle est d'abord Gamine à Tulle dans une...
    Voir plus

    Le titre et la couverture avec ce regard glacial, tranchant dans un visage aux peintures de guerre ne laissent aucun doute sur ce qui nous attend.
    Gamine, Guerrière, Sauvage sont les trois étapes que Maud, traverse en deux ans de 15 ans à 17 ans.
    Elle est d'abord Gamine à Tulle dans une famille qui tire le diable par la queue pour survivre mais liée par un amour profond, adorant son grand-père auquel elle raconte ses bonheurs, ses peines, ses interrogations; ce qui en fait une gamine spéciale, c'est son caractère asocial, son intelligence exceptionnelle et sa main droite réduite à un moignon.
    Guerrière, elle le devient lorsque son père est arrêté et jeté en prison pour trafic de pièces détachées d'armes qui lui permettait de mettre un peu de beurre dans les épinards. La famille est contrainte de vendre la maison et elle croule sous les dettes. Maud décide d'organiser des cambriolages de retraités sans défense, n'hésitant pas à utiliser la violence. Elle se venge ainsi du mépris de la société et de victime, elle se transforme en bourreau.
    Sauvage, elle accepte de l'être pour atteindre le sommet de la société.
    C'est la mort de son grand-père adoré et la déception qu'elle lit dans son dernier regard qui créent un sursaut en elle et l'éloignent de l'horreur dans laquelle elle s'enfonçait. Mais pour combien de temps?
    Ce roman, plus noir et social que polar, dégage un sentiment de malaise grâce, bien sûr à l'histoire mais surtout au personnage de cette jeune fille, trop tôt et trop violemment éjectée de l'adolescence.Elle doit se battre contre la société qui la méprise, contre un déterminisme social qui la condamne à la même galère que ses parents. Le style percutant, direct, sans fioriture renforce cette impression. Cette gamine déclenche des sentiments ambivalents : tendresse et malaise, empathie et dégoût, compréhension et rejet.
    Un roman plus que singulier et qui laisse son empreinte après l'avoir refermé.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.