Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fuck America

Couverture du livre « Fuck America » de Edgar Hilsenrath aux éditions Le Tripode
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Tripode
  • EAN : 9782370551177
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Bandini, le héros de John Fante, a trouvé son héritier. C'est un branleur. Mais un branleur de génie !

1952. Dans une cafétéria juive à l'angle de Broadway et de la 86e rue, Jakob Bronsky, tout juste débarqué aux États-Unis, écrit un roman sur son expérience du ghetto pendant la guerre : Le... Voir plus

Bandini, le héros de John Fante, a trouvé son héritier. C'est un branleur. Mais un branleur de génie !

1952. Dans une cafétéria juive à l'angle de Broadway et de la 86e rue, Jakob Bronsky, tout juste débarqué aux États-Unis, écrit un roman sur son expérience du ghetto pendant la guerre : Le Branleur ! Au milieu des clodos, des prostituées, des maquereaux et d'autres paumés, il survit comme il peut, accumulant les jobs miteux, fantasmant sous sa couette sur le cul de la secrétaire de son futur éditeur M. Doublecrum...

L'Amérique, ce « paradis », est une jungle où la valeur d'un homme se juge à son portefeuille et où tout est marchandise : l'homme, la femme, le sexe, et aussi la littérature. Récit drôle et cruel, évoquant Roth ou Bukowski, Fuck America est en grande partie autobiographique : le livre s'inspire des conditions de vie de l'auteur à son arrivée aux États-Unis dans les années cinquante, alors qu'il travaillait comme serveur dans un delicatessen juif de New York.

Donner votre avis

Avis (4)

  • Après "Le Nazi et le Barbier" et "Orgasme à Moscou", revoici Edgar Hilsenrath, un écrivain juif allemand né en 1926 qui prend à chaque fois le lecteur aux tripes en associant toujours humour et dérision dans des récits dont sa vie constitue la trame.

    "Fuck America" (Les Aveux de Bronsky)...
    Voir plus

    Après "Le Nazi et le Barbier" et "Orgasme à Moscou", revoici Edgar Hilsenrath, un écrivain juif allemand né en 1926 qui prend à chaque fois le lecteur aux tripes en associant toujours humour et dérision dans des récits dont sa vie constitue la trame.

    "Fuck America" (Les Aveux de Bronsky) commence très fort avec des courriers échangés entre Nathan Bronsky, le 10 novembre 1939, et le Consul Général des États-Unis d’Amérique à Berlin. Devant un appel au secours afin d’obtenir des visas pour fuir le nazisme, la réponse est terrible après… huit mois d’attente : ces autorisations si vitales seront délivrées, promis, en… 1952 ! Il est vrai que l’antisémitisme, gangrène toujours bien réelle aujourd’hui, n’est pas l’apanage de l’Allemagne : « …les gouvernements de tous les pays de cette planète se foutent royalement de savoir si vous vous faites tous massacrer ou non. Le problème juif leur casse les pieds, à vrai dire, personne ne veut se mouiller. »
    Après beaucoup d’épreuves et de souffrances, Jakob Bronsky, fils de Nathan, se retrouve aux États-Unis mais ses yeux ont perdu leur éclat emporté par les six millions de victimes de la Shoah. Pour retrouver un peu de lueur dans son regard, Jakob n’a qu’une possibilité : écrire. Comme l’auteur l’a vécu, il assure de petits jobs de serveur, de livreur ou de gardien de nuit afin d’avoir un peu d’argent. C’est la nuit, dans la cafétéria des émigrants, qu’il peut enfin laisser revenir ses souvenirs à la surface.
    Ainsi, chaque fois qu’il gagne un peu d’argent, il peut avancer son livre qui s’intitulera « Le Branleur », comme le lui a conseillé un voisin de table mais c’est sa frustration sexuelle qui le hante. Il rêve, il fantasme : « Tu vas enfin avoir l’occasion de baiser une authentique secrétaire de direction. » mais « Dans ce pays, la pauvreté et la solitude sont une infamie. »
    Après plusieurs aventures et quantité de dialogues menés avec brio et efficacité, Edgar Hilsenrath, par la voix de Jakob Bronsky, raconte sa naissance, en 1926, avec déjà deux nazis dans le jardin « Quand il sera grand, on le fourra dans une chambre à gaz ». Lorsqu’il est circoncis, les mêmes sbires se réjouissent : « Avec cette queue mutilée, il ne fera croire à personne qu’il est aryen. »
    À partir de 1933, tout s’enchaîne. Il est battu à l’école. Puis c’est le boycott des commerçants juifs et la Nuit de cristal. La famille vit maintenant dans un appartement miteux après avoir connu l’aisance. Certains veulent fuir mais son père refuse alors que son oncle affirme : « Le peuple allemand est complètement hypnotisé. » Un Jakob Bronsky est mort avec les six millions de Juifs alors que l’autre Jakob fuit, connaît les ghettos, la peur, la faim, le froid mais affirme : « c’est l’espoir qui m’a fait vivre. »

    Edgard Hilsenrath écrit sur tout ce qu’il a refoulé. Il répète : « Ils auraient dû nous sauver en 1939. » Pour être enfin publié dans son pays d’origine, il lui a fallu déployer beaucoup d’efforts. Maintenant, il peut dire aux jeunes Allemands : « lisez mon livre… Mon livre contre la violence et la barbarie. »
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/08/edgar-hilsenrath-fuck-america.html

    comment Commentaire (0)
  • Ce n'est pas un roman ,c'est une claque ! Un feu d'artifice de contradictions et de petites fantaisies à "l'in-star" d'un pays qui lui correspond : L'Amérique . Le style Hilsenrath ne permet pas de nuance: on aime ou ...pas .
    L'auteur caché derrière une ironie franche arrive à nous émouvoir...
    Voir plus

    Ce n'est pas un roman ,c'est une claque ! Un feu d'artifice de contradictions et de petites fantaisies à "l'in-star" d'un pays qui lui correspond : L'Amérique . Le style Hilsenrath ne permet pas de nuance: on aime ou ...pas .
    L'auteur caché derrière une ironie franche arrive à nous émouvoir tout en étant à 100 lieux de l'envie de séduction ; Revenu de tout (et pour cause) il ne cache rien de ses ambivalence au sujet de l'Amérique . Je pense vraiment qu'il faut avoir lu au moins un de ses romans pour ne pas passer à côté de quelque chose !

    comment Commentaire (0)
  • Beaucoup de mal à entrer dedans. J'ai même failli abandonner. Mais je ne regrette pas d'être allé au bout. Ecriture particulière, légèreté apparente pour parler d'une histoire douloureuse.
    J'ai découvert un auteur... j'ai envie d'en savoir plus.

    Beaucoup de mal à entrer dedans. J'ai même failli abandonner. Mais je ne regrette pas d'être allé au bout. Ecriture particulière, légèreté apparente pour parler d'une histoire douloureuse.
    J'ai découvert un auteur... j'ai envie d'en savoir plus.

    comment Commentaire (0)
  • Lechoixdeslibraires.com

    Un écrivain émigré juif allemand raconte avec cocasserie ses déboires à New-York dans les années 50.
    Irrévérencieux, impertinent, le texte trouve la distance nécessaire et salutaire pour parler de sujets graves comme la survie, la misère et la solitude.
    Une bouffée d'oxygène, qui nous entraîne...
    Voir plus

    Un écrivain émigré juif allemand raconte avec cocasserie ses déboires à New-York dans les années 50.
    Irrévérencieux, impertinent, le texte trouve la distance nécessaire et salutaire pour parler de sujets graves comme la survie, la misère et la solitude.
    Une bouffée d'oxygène, qui nous entraîne loin, très loin du conformisme.

    Prix Mémorable 2009 des librairies Initiales.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.