Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Front lawn funerals and cemeteries

Couverture du livre « Front lawn funerals and cemeteries » de Cameron Jamie aux éditions Patrick Frey
Résumé:

Cimetières, fantômes, guillotines, squelettes, cercueils, corps démembrés et araignées géantes... La frénésie décorative américaine d'Halloween photographiée, de jour, par Cameron Jamie (livre d'artiste).
Chaque année depuis 1984, et bien qu'il vive désormais en France, l'artiste américain... Voir plus

Cimetières, fantômes, guillotines, squelettes, cercueils, corps démembrés et araignées géantes... La frénésie décorative américaine d'Halloween photographiée, de jour, par Cameron Jamie (livre d'artiste).
Chaque année depuis 1984, et bien qu'il vive désormais en France, l'artiste américain Cameron Jamie photographie les devantures des maisons décorées pour la fête des morts dans son quartier d'enfance en banlieue de Los Angeles. Ce rituel photographique a pour particularité d'être réalisé en journée, modifiant ainsi le contexte perceptif de cette culture horrifique populaire. Front Lawn Funerals and Cemeteries met en tension l'imagerie macabre et les extérieurs familiaux pris à la lumière du jour. Ici, la normalité de façade de ces maisons pavillonnaires cède le pas à l'humour, la violence et le trouble. Tout à la fois métaphore et forme d'art vernaculaire, définie par Jamie comme « The American Grand Guignol », cette pratique de transformation de l'habitat suburbain exprime l'imaginaire collectif américain dans sa perception de la mort, et ce, pour son propre amusement. Et lorsque la figuration de véritables faits divers, sociaux et criminels, se mêle aux représentations fictionnelles de l'horreur Hollywoodien pour s'introduire dans le réel, le monde n'en devient que plus inquiétant. Le soleil californien brille d'une étrange lumière...
L'oeuvre multiforme de Cameron Jamie (né en 1969 à Los Angeles, vit et travaille à Paris) prend sa source dans le tissu social des classes défavorisées des banlieues américaines et transfigure les codes esthétiques de la culture populaire et underground. Si Cameron Jamie s'est fait connaître avec ses performances, films, photographies et installations, ses récentes sculptures en céramique sont le prolongement tridimensionnel des dessins qu'il produit depuis le début des années 2000.
Cameron Jamie a fait l'objet de nombreuses expositions et rétrospectives, notamment au Walker Art Center (Minneapolis), au MIT List Visual Arts Center (Cambridge), au Centre Pompidou et au Quai Branly (Paris), au MoMA (New York) ou à la Kunsthalle de Zurich.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.