Froid comme la mort

Couverture du livre « Froid comme la mort » de Antonio Manzini aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072715846
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Beaucoup de choses irritent le vice-préfet Rocco Schiavone dans la vie : sa mutation à Aoste un an plus tôt, le ciel gris, la neige qui s'insinue dans ses Clarks, la bêtise de ses agents, la fête d'anniversaire de sa maîtresse, la course cycliste du préfet, sans parler des inspecteurs qui... Voir plus

Beaucoup de choses irritent le vice-préfet Rocco Schiavone dans la vie : sa mutation à Aoste un an plus tôt, le ciel gris, la neige qui s'insinue dans ses Clarks, la bêtise de ses agents, la fête d'anniversaire de sa maîtresse, la course cycliste du préfet, sans parler des inspecteurs qui entrent dans son bureau quand il fume son joint matinal... Mais le comble des emmerdes, c'est une affaire de meurtre. Lorsque le corps d'Ester Baudo est retrouvé pendu dans son salon par sa femme de ménage, Rocco comprend vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide mais d'une mise en scène. Et donc qu'il en est quitte pour une sacrée quantité d'ennuis. Or, quand Rocco Schiavone est de mauvaise humeur, ses méthodes deviennent pour le moins expéditives...
Avec son humour noir ravageur, ses dialogues cinglants et une vraie sensibilité en prime, cette nouvelle enquête de Rocco Schiavone est un bonheur pour les amateurs de polar à l'italienne.

Donner votre avis

Avis(4)

  • A Rome, en mars, le printemps fait briller le soleil et les femmes sont belles. A Rome, en mars, s'il pleut, la pluie est douce, presque chaude. A Rome, en mars, le sous-préfet Rocco Schiavone, serait tellement plus heureux qu'à Aoste. Parce qu'à Aoste, en mars, le printemps est aux abonnés...
    Voir plus

    A Rome, en mars, le printemps fait briller le soleil et les femmes sont belles. A Rome, en mars, s'il pleut, la pluie est douce, presque chaude. A Rome, en mars, le sous-préfet Rocco Schiavone, serait tellement plus heureux qu'à Aoste. Parce qu'à Aoste, en mars, le printemps est aux abonnés absents. La pluie, glaciale, aime se faire neige et les femmes se camouflent sous leurs doudounes. Alors le sous-préfet est de mauvaise humeur et cela ne s'arrange pas quand il se retrouve avec un homicide sur le dos. Que des ennuis et de la paperasse en perspective. Pourtant il ne peut y échapper, les indices sont là. Ester Baudo a beau avoir été retrouvée pendue par sa femme de ménage, il ne s'agit pas d'un suicide mais d'un crime maquillé en suicide. A charge pour lui de retrouver le meurtrier alors que la neige tombe en abondance et lui ruine ses paires de Clarks les unes après les autres.

    Après une Piste noire des plus réjouissantes, Antonio Manzini récidive avec un deuxième opus tout aussi réussi. On retrouve avec plaisir Rocco Schiavone, fidèle à lui-même, misanthrope, malpoli, mal embouché, violent, mais décidé à punir celui qui a tué la pauvre Ester Baudo. Côté vie privée, il fait capoter sa relation avec la belle Nora, incapable de s'engager, toujours attaché à son épouse Marina avec qui il bavarde tous les soirs dans la solitude de son appartement. On en apprend aussi plus sur sa mutation punitive à Aoste. Encore une preuve que derrière son côté sombre se cache un homme sensible, un écorché soucieux de justice. Ce Schiavone est un personnage ambigu, détestable de prime abord, mais qui pratique si bien l'humour et l'auto-dérision qu'il en devient attachant. Il vaut à lui tout seul la lecture des romans de Manzini. Une série coup de cœur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • N'en déplaise à mon amie blogueuse littéraire, Laure, j'ai eu, moi, grand plaisir et bonheur à retrouver le vice-questeur Rocco Schiavone et son créateur Antonio Manzini dans cette deuxième enquête parue, dans sa traduction française d'Anaïs Bouteille-Bokobza, chez Denoël Sueurs froides, "Froid...
    Voir plus

    N'en déplaise à mon amie blogueuse littéraire, Laure, j'ai eu, moi, grand plaisir et bonheur à retrouver le vice-questeur Rocco Schiavone et son créateur Antonio Manzini dans cette deuxième enquête parue, dans sa traduction française d'Anaïs Bouteille-Bokobza, chez Denoël Sueurs froides, "Froid comme la mort".

    Désormais installé à Aoste, le vice-questeur Rocco Schiavone est appelé à intervenir dans l'appartement, mis complètement sens dessus dessous, d'Ester Baudo, où il découvre cette jeune femme d'une trentaine d'années pendue aux rideaux de sa chambre dans une mise en scène macabre qui ne laisse aucun doute sur sa mort. Mais qui a bien pu commettre un tel crime? Les voleurs qui auraient ravagé l'appartement sans rien emporter? La piste semble évidente. Mais un peu trop cependant pour Rocco et son agent Italo Pierron qui vont devoir mener l'enquête et élargir leurs investigations. Car des doutes planent aussi sur Irina, la femme de ménage russe dont le beau-fils est un dealer en passe d'être connu par les services de la police. Des soupçons, savamment aiguillés par la meilleure amie de la victime, se portent aussi sur Patrizio, mari d'Ester, dont l'union ne parait pas avoir été aussi idyllique qu'il veut bien le dire...

    Le vice-questeur Schiavone a fort à faire. Et d'autant plus qu'il se retrouve personnellement confronté à un choix de vie qu'il se refuse à suivre avec sa compagne actuelle, Nora. Qu'il doit gérer la bonne marche de son commissariat et notamment les conséquences de la présence de l'inspectrice Rispolli au sein de son équipe, jeune femme qui cumule les défauts d'être jeune, belle ET femme! Et surtout qu'il est appelé à retourner discrètement à Rome, où il officiait auparavant et se retrouve ainsi de nouveau face à ce qui a causé sa mutation à Aoste.

    Et tout ceci en l'espace de quelques jours, comme cela semble être le scénario d'écriture d'Antonio Manzini.

    J'ai vraiment eu grand plaisir à retrouver ce personnage attachant qu'est ce vice-questeur Rocco Schiavone. Malgré ses défauts (mais qui peut se targuer de ne pas en avoir?!!!), il se révèle touchant dans ses gestes, dans ses façons de faire, dans ses opinions, dans ses certitudes. Rocco Schiavone est un homme blessé qui peine à remonter la pente. On comprend que son épouse, Marina, est décédée dans de mystérieuses circonstances qui ont cependant eu pour conséquences de lui faire quitter Rome. Quand il se rend sur la tombe de Marina et croise malencontreusement ses beaux-parents, ceux-ci reconnaissent qu'ils ne pourront jamais lui pardonner la mort de la jeune femme. Et Rocco doit faire avec, doit vivre avec ce poids sur la conscience et dans son cœur.

    J'ai aimé à nouveau le style incisif d'Antonio Manzini, la façon particulière dont Rocco conduit son enquête, son implacabilité, l'ambiance du commissariat, les états d'âme du vice-questeur, ses façons d'agir. Bref je suis en train de devenir une inconditionnelle du vice-questeur Schiavone. A tel point que j'ai envie de le lire à présent aussi en VO !!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’adore les titres qui ne laissent pas de place au doute ! Surtout lorsque c’est publié dans la collection Sueurs Froides.

    Lors de la sortie du premier épisode des enquêtes de Rocco Schiavone « Piste noire » je n’ai pu le lire (ce qui ne saurait tarder). Je découvre donc directement le...
    Voir plus

    J’adore les titres qui ne laissent pas de place au doute ! Surtout lorsque c’est publié dans la collection Sueurs Froides.

    Lors de la sortie du premier épisode des enquêtes de Rocco Schiavone « Piste noire » je n’ai pu le lire (ce qui ne saurait tarder). Je découvre donc directement le personnage principal, ce n’est pas très gênant, puisque l’auteur nous le resitue dans le contexte.

    Ce que j’aime dans les personnages récurrents des séries policières, c’est de les voir se débattre avec les aléas de la vie en marge de l’enquête. Bien sûr, la partie personnelle vient influencer ses déductions puisqu’il n’y pas de barrière entre les deux. Il y a donc une évolution d’où le besoin de lire dans l’ordre. Là sur le deuxième ce n’est pas encore flagrant.

    Le coté borderline des garants de la loi donne lieu à des franchissements de la frontière légale. On n’a pas affaire à des personnages lisses. A force de se frotter aux malfrats cela laisse des traces d’autant plus qu’il explique qu’il vient d’un quartier où jouer au gendarme est au voleur ses jouer aux rôles futurs. Lui a choisi la loi mais ces meilleurs amis l’autre bord.

    Les relations compliquées avec les femmes vont avoir des répercussions sur son enquête où il est question de femmes et d’amitié.

    On est dans un jeu de manipulations dans lequel le lecteur va être emporté par les différents retournements de situation.

    Le côté « exilé », « banni » de Rome, avec son problème d’adaptation au climat donne un aspect décalé, comme s’il était au purgatoire pour expier ses fautes, on l’a mis au vert pour qu’il se fasse oublier. Son problème redondant de problème de chaussure est dans la même ligne, une sorte de pénitent, et même temps on ne peut s’empêcher de penser au proverbe Sioux « Ne juge jamais un homme avant d'avoir marché un mille dans ses souliers. »

    La thématique de l’eau est très présente ce qui contribue à me rendre cette série très intéressante.

    Rocco est un personnage tourmenté qui me plait bien et que j’espère suivre dans d’autres enquêtes. C’est la première affaire que je lis et j’aime bien qu’elle se déroule à Aoste et ses environs car je ne connais pas du tout ces décors là. Je l’imagine bien en téléfilm.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2016/04/froid-comme-la-mort.html
    C'est ma première lecture et ma première enquête avec Rocco Schiavone et j'ai vraiment passé un bon moment avec ce personnage atypique.

    Quand nous commençons l'histoire, nous pensons que c'est une histoire d'enquête...
    Voir plus

    http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2016/04/froid-comme-la-mort.html
    C'est ma première lecture et ma première enquête avec Rocco Schiavone et j'ai vraiment passé un bon moment avec ce personnage atypique.

    Quand nous commençons l'histoire, nous pensons que c'est une histoire d'enquête banale, mais détrompez-vous. L'auteur réussit à nous embarquer dans une histoire vraiment intéressante. Nous retrouvons une femme pendue, au début nous pensons à un suicide, mais le médecin légiste nous prouve qu'il s'agit d'un meurtre. Nous allons être embarqués par une enquête vraiment prenante et j'ai été bluffé par l'enquête menée par Rocco.

    Rocco est un personnage qui va jusqu'au bout et il n'a peur de rien. La seule chose que j'ai eu un peu de mal avec lui, c'est son humour, mais rien qui dérange l'histoire pour ma part. J'ai vraiment apprécié enquêté avec lui et j'ai été stupéfaite par la fin.

    En conclusion, j'ai passé un agréable moment grâce à la plume fluide et détaillée de l'auteur. L'intrigue est vraiment très intéressante avec un suspense à vous tenir jusqu'au bout de l'histoire. Je vous recommande cette histoire si comme moi vous aimez résoudre des mystères.
    7/10

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions