Frappe-toi le coeur

Couverture du livre « Frappe-toi le coeur » de Amélie Nothomb aux éditions Albin Michel
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel
  • EAN : 9782226399168
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« Frappe-toi le coeur, c'est là qu'est le génie. » Alfred de Musset

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Du bon Nothomb ! du très bon même à mon humble avis.
    J'ai adoré cette histoire dérangeante comme sait si bien le faire A. Nothomb.

    Du bon Nothomb ! du très bon même à mon humble avis.
    J'ai adoré cette histoire dérangeante comme sait si bien le faire A. Nothomb.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jusqu'à ce jour je n'ai lu que peu de chose d'Amélie Nothond et parfois j'ai même abandonné la lecture car j'entrai dans un univers qui ne me correspondait pas.
    Lors de la rentrée littéraire de Septembre 2017, comme chaque année, le nouveau cru est sorti et là le sujet m'a interpellé : dans les...
    Voir plus

    Jusqu'à ce jour je n'ai lu que peu de chose d'Amélie Nothond et parfois j'ai même abandonné la lecture car j'entrai dans un univers qui ne me correspondait pas.
    Lors de la rentrée littéraire de Septembre 2017, comme chaque année, le nouveau cru est sorti et là le sujet m'a interpellé : dans les articles, interviews etc.... le sujet me parlait, m'intéressait. Je voulais savoir la façon dont l'auteure avait appréhendé celui-ci, l'avait analysé et transcris.... Et j'ai dévoré, je l'avoue, le livre. Pas très épais, il est vrai, en moins de 24 heures, comme quoi un bon livre ne se calcule pas au nombre de pages mais à la précision des mots, du récit.
    Frappe-toi le coeur, C'est là qu'est le génie ! Alfred de Musset
    L'histoire se divise en deux parties : la première, la jeunesse de Marie, la mère, la "déesse" (tout est dit), et l'enfance de Diane, sa fille. Très bien abordé et décrit. Tout est plausible, sans démesure, simplement la jalousie ordinaire , dans tous ses actes, pensées, événements, omniprésente dans la vie de Marie sans qu'elle n'en prenne vraiment conscience trop occupée à ne penser qu'à elle. J'ai même été très perturbée pour diverses raisons..... Certaines phrases ont tourné en boucle dans ma tête, me réveillant même en pleine nuit et n'ayant pas d'autres choix que de reprendre le fil de la lecture, pour en savoir plus.
    Une mère jalouse de la beauté de sa fille, de l'intérêt qu'elle suscite ! Inimaginable et pourtant. le récit est alerte, vif mais non violent, implacable, finement décrit, subtile. On souffre avec Diane qui quémande l'amour de cette femme froide et indifférente à son existence. On est à la limite de la maltraitance mais on franchit jamais la frontière. Marie est le portrait parfait de l'égocentricité : elle veut être le centre des attentions, des regards, elle a soif de reconnaissance. Son manque de sentiments pour son mari, pour Diane peut révolter, peut faire penser qu'elle est insensible mais non car les naissances suivantes prouverons que de l'amour elle peut en donner et parfois trop.
    Avec une narration simple il y a une violence inouïe et je pense que cela peut réveiller chez certaines (et peut être certains mais là il s'agit de la relation mère/fille) des souvenirs enfouis et tus.
    Dans la deuxième partie Diane adulte va s'orienter vers la cardiologie, soigner le coeur grâce à un médecin qui va prendre le temps de déceler chez l'enfant le manque, sera confrontée à Olivia, professeur de médecine qui va la vampiriser alors qu'elle espérait une amitié basée sur l'admiration, peut être une mère de substitution, un modèle et qui va se révéler comme quelqu'un de manipulateur et d'intéressé.
    Fallait-il qu'elle fut généreuse pour lui suggérer cela
    La récit est très bien construit en particulier dans la première partie, ensuite j'ai été surprise, pas de façon désagréable, mais je pensais qu'il y allait avoir une fin de roman orientée sur la revanche de la fille sur la mère, elle y est, mais d'une façon différente à celle qu'on pense et le fait d'avoir imaginé ce personnage d'Olivia, qui va devenir, elle aussi, un sorte de bourreau, source de désillusion pour Diane, d'avoir occulté la mère, surprend et au final redonne de l'élan à l'histoire et ne sombre pas dans le convenu.
    Il demeure qu'il est difficile de se construire avec des images féminines si négatives, froides, blessantes. Mais Diane est forte et va se servir de son passé pour se construire avec l'amour de ses grands-parents maternels aimant et très vite interpellés par le comportement de leur fille, ses amies même si parfois elle les délaisse. Sur son chemin il y aura des personnages clés et en particulier Mariel (je ne vous dirai pas qui elle est pour laisser le suspens) mais qui va lui permettre de donner ce qu'elle n'a pas reçu.
    Un roman réussit, qui tient en haleine, qui pose l'épineuse relation mère/fille à différents stades de la vie et de tous ses méandres. Une réussite.
    "La bêtise, c'est de conclure" a écrit Flaubert. Cela se vérifiait rarement autant que dans les querelles, où l'on identifiait l'imbécile à son obsession d'avoir le mot de la fin. (p87)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai été happée, lors de ma découverte de ce court roman, par l'intensité de l'histoire et la sécheresse de son déroulement.
    Il y a aussi beaucoup de suspens à la lecture, dû à l'histoire de jalousie entre mères et filles, à la douleur décrite et aux situations dévoilées peu à peu.
    Les...
    Voir plus

    J'ai été happée, lors de ma découverte de ce court roman, par l'intensité de l'histoire et la sécheresse de son déroulement.
    Il y a aussi beaucoup de suspens à la lecture, dû à l'histoire de jalousie entre mères et filles, à la douleur décrite et aux situations dévoilées peu à peu.
    Les sentiments des protagonistes font que l'on peut se sentir proche d'eux, peut-être parfois s'identifier à eux.
    Ce livre est d'une lecture facile et rapide.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Très bon livre ,je me suis  littéralement fondu dans l'histoire , c'est un excellent roman . Le style est  sec , froid , parfois dur , dépouillé de figures de styles , de termes ostentatoires , pas de fioritures  et c'est dans ça que réside tout le charme et l'impact du roman ....comment résumer...
    Voir plus

    Très bon livre ,je me suis  littéralement fondu dans l'histoire , c'est un excellent roman . Le style est  sec , froid , parfois dur , dépouillé de figures de styles , de termes ostentatoires , pas de fioritures  et c'est dans ça que réside tout le charme et l'impact du roman ....comment résumer l'histoire sans trahir l'auteur et son absence d'indications ...

    C'est  Marie , jeune , très belle , amoureuse de son aura auprès de tous  et  se nourrissant de l'enviosité des autres à son égard , qui tombe enceinte et se met à  jalouser  son très joli bébé Diane , la privant d'amour maternel .... C'est l'histoire de Diane ,  très belle , très intelligente , sensible et souffrant du manque d'amour de sa mère et désirant qu'une chose se faire aimer d'elle , jusqu'au jour où elle doit se résigner et chercher ailleurs à combler ce vide  de l'être aimé  mais parfois , quand le manque est si présent , on se voile le coeur et ne voit pas le schéma se reproduire ...... Marie , Diane , Célia , Elisabeth ,  Olivia etc  ce sont les femmes que met en scène Amélie dans son roman avec un maitre mot récurrent l'envie , envie d'être désiré , envie de faire naitre l'envie , envie d'être aimée ,  envie de recevoir de l'amour , envie d'avoir envie , envie de  vivre ou de survivre ....
    Alors à tous vraiment un très bon roman doucereusement amer qui ne peut laisser insensible  et j'attends votre avis et votre ressenti ..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment une mère peut elle être jalouse de son propre enfant ?

    C'est là le thème du nouveau roman Nothomb cuvée 2017.

    Il y a longtemps que je ne lisais plus Amélie, trop déçu par certains ouvrages et ayant trop aimé son Hygiène de l'Assassin pour me risquer à finir par la détester...
    Voir plus

    Comment une mère peut elle être jalouse de son propre enfant ?

    C'est là le thème du nouveau roman Nothomb cuvée 2017.

    Il y a longtemps que je ne lisais plus Amélie, trop déçu par certains ouvrages et ayant trop aimé son Hygiène de l'Assassin pour me risquer à finir par la détester !

    Pourtant, cette fois, je me retrouve à la lire, après de longues années et j'ai passé un plutôt bon moment.

    Amélie Nothomb va à l'essentiel dans cette fable cruelle. Elle raconte la destinée de Diane qui grandira dans cette pleine conscience de la jalousie qu'éprouve sa propre mère à son égard.

    C'est du Nothomb, ça se lit vite et bien. Les personnages sont un peu déglingués et l'écrivain superstar va analyser ce qu'est la jalousie, le mépris en une prose agréable même si pour moi pas inoubliable.

    Je continuerai à lire un Nothomb de ci, de là, pour continuer à apprécier en évitant consciencieusement l'indigestion due à la parution d'un livre à chaque rentrée littéraire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb n'en serait pas tout à fait une... Cette année, c'est un véritable petit bijou que l'auteure nous propose. Frappe-toi le cœur est un conte acide mais ô combien délicieux qui traite essentiellement de la jalousie entre mère et fille.

    Dans sa petite...
    Voir plus

    Une rentrée littéraire sans Amélie Nothomb n'en serait pas tout à fait une... Cette année, c'est un véritable petit bijou que l'auteure nous propose. Frappe-toi le cœur est un conte acide mais ô combien délicieux qui traite essentiellement de la jalousie entre mère et fille.

    Dans sa petite ville de province, la jolie Marie, dix-neuf ans, ne prend plaisir qu'à travers le regard des autres, ces autres qui l'envient. Alors, lorsque le plus bel homme dont toutes les filles de la ville raffolent, s'intéresse à elle, Marie l'épousera. De leur union, naitront trois enfants. Diane, Nicolas et Célia. Marie accueillera différemment ses progénitures et ne les dotera pas du même amour. Diane, l'aînée, un ravissant bébé admiré de tous, en sera totalement dépourvu dès sa naissance. Jalousée par sa propre mère, c'est privée de tout amour maternel qu'elle devra grandir. Son frère, Nicolas, aura la chance de connaître cet amour, quant à Célia sa petite sœur, elle en sera étouffée. Éminemment brillante et consciente du rejet dont elle est victime, Diane dépassera la jalousie maladive de sa mère et ne se consacrera qu'à ses études de médecine. Elle optera pour la filière cardiologie et deviendra l'assistante d'une chercheuse reconnue mais ô combien méprisante. Cette dernière deviendra t-elle cette mère qui lui a tant fait défaut ?

    C'est en référence à un vers d'Alfred de Musset "Frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le génie" que Diane choisira sa spécialité médicale et qu'Amélie Nothomb désignera son dernier roman. Et de génie, il n'est question que de cela.

    En effet, aborder en seulement 182 pages les thématiques de l'amour maternel, des relations entre femmes en général et des relations mère - fille en particulier, de la jalousie, de l'envie, des rivalités, de la manipulation, du pouvoir et de la violence des relations humaines, le tout à travers le destin d'un seul personnage, si cela ne relève pas du génie, je ne sais pas ce que c'est !

    Je vous le dis, Frappe-toi le cœur est un incontournable de la rentrée littéraire 2017. Il est à lire, que dis-je, à dévorer sans modération. D'une justesse absolue, l'écriture d'Amélie Nothomb est concise, précise, percutante. Son style est épuré, dépouillé comme s'il ne fallait surtout pas encombrer le lecteur de détails inutiles et ne pas détourner son attention du sujet dominant, à savoir, l'envie. Vous aurais-je seulement donné envie de lire Frappe-toi le cœur ?

    https://the-fab-blog.blogspot.fr/2017/11/mon-avis-sur-frappe-toi-le-coeur.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu Amélie Nothomb, j'avais aimé ses premiers romans mais là j'ai été déçue ayant la sensation de lire un synopsis ...

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu Amélie Nothomb, j'avais aimé ses premiers romans mais là j'ai été déçue ayant la sensation de lire un synopsis ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne suis pas fan d'Amélie Nothomb, mais ce livre est vraiment très fort. Une description forte de la jalousie, et des dégâts qu'elle peut faire. Une intrigue horrible comme Amélie sait le faire sous des apparences "normales". Un très bon cru.

    Je ne suis pas fan d'Amélie Nothomb, mais ce livre est vraiment très fort. Une description forte de la jalousie, et des dégâts qu'elle peut faire. Une intrigue horrible comme Amélie sait le faire sous des apparences "normales". Un très bon cru.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’aime lire Amélie Nothomb. Je suis parfois déçue par certains livres mais à chaque fois j’y reviens. Il était donc naturel pour moi de lire son nouveau roman dont j’entends parler depuis sa sortie.

    On y découvre Marie, une jeune femme à la beauté splendide, qui le sait, en use et en abuse....
    Voir plus

    J’aime lire Amélie Nothomb. Je suis parfois déçue par certains livres mais à chaque fois j’y reviens. Il était donc naturel pour moi de lire son nouveau roman dont j’entends parler depuis sa sortie.

    On y découvre Marie, une jeune femme à la beauté splendide, qui le sait, en use et en abuse. Elle aime ce qu’elle est, elle aime ce qu’elle déclenche chez les hommes et chez les femmes. Alors quand à 19 ans, elle tombe enceinte, elle sombre, elle sent que sa vie est finie. Et cette enfant, Diane, qui lui vole la vedette auprès des autres… Elle est tellement belle que la jalousie apparaît, inconsciemment, violemment. Diane doit vivre avec ça, en pleine conscience dès son plus jeune âge et se construire avec cette « déesse » qui la jalouse et ne lui porte aucune affection et qui lui préfère son frère et sa sœur. Diane se jette alors à « cœur » perdu dans ses études de cardiologue et dans une relation toxique avec sa professeure d’université en qui elle croit avoir trouvé une seconde mère. Diane survit, se protège comme elle peut, subit puis se défend.

    Amélie Nothomb retranscrit de façon juste, acide et toujours avec cette plume qui va à l’essentiel les dégâts de la jalousie, de l’envie et du mépris. Comme d’habitude, ça se lit vite et bien. 160 pages dévorés en une journée. Un très bon cru 2017 pour ce nouveau roman d’Amélie, j’ai adoré!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Pour instaurer son règne, la jalousie n’a besoin d’aucun motif »

    La jalousie est peut-être le personnage principal de ce roman d’Amélie Nothomb, sans doute l’un de ses plus percutants.

    "Frappe-toi le coeur", je l’attendais impatiemment, je l’ai dévoré avec ce bonheur teinté d’effroi ...
    Voir plus

    « Pour instaurer son règne, la jalousie n’a besoin d’aucun motif »

    La jalousie est peut-être le personnage principal de ce roman d’Amélie Nothomb, sans doute l’un de ses plus percutants.

    "Frappe-toi le coeur", je l’attendais impatiemment, je l’ai dévoré avec ce bonheur teinté d’effroi qui vous colle une avalanche d’émotions sismiques au fil des pages.

    On y découvre Marie, une belle jeune femme, brillante et objet de toutes les convoitises, masculines et féminines. Elle aime être dans la lumière, adulée, regardée avec une envie qui frôle la jouissance pour elle. Le jour où elle devient mère pour la première fois, c’est le drame, son empire s’écroule : en effet, l’enfant, une petite fille (Diane) va attiser chez elle une jalousie pathologique et destructrice, à la frontière très ténue du mépris et de la haine. Diane va découvrir très tôt que celle qu’elle nomme sa « déesse ordinaire »,et à laquelle elle voue un amour inconditionnel, n’est autre que sa mère. Juste un concept. Un mot. Rien de plus. Ses dernières illusions s’effondreront définitivement à la naissance de sa sœur cadette.

    « Diane se rappelle le gouffre dans lequel elle avait failli tomber quand elle avait vu sa mère abreuver Célia d’un amour si exubérant alors qu’elle l’en avait délibérément privée ».

    En dépit de ses carences, Diane essaie de se construire, choisissant de devenir cardiologue. Pour réparer les coeurs blessés ? Ou parce qu’elle a été impressionnée par une phrase d’Alfred de Musset « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie ». ?

    Mais parfois, il arrive que les mauvais génies nous poursuivent, et Diane sera rattrapée par son destin …

    Je ne vous en dis pas plus, pour ne pas divulgâcher l’intrigue… Sachez juste que la fin est … saisissante !

    Vous dire que ce Nothomb est un excellent cru serait un doux euphémisme. Cette histoire a résonné à plus d’un titre pour moi, et j’ai été profondément touchée, ébranlée par cette splendide étude de l’être humain, dans toute sa noirceur. Le lien mère-fille , quand il s’avère toxique, est magistralement disséqué. Le sentiment de jalousie est subliment analysé. L’écriture coule, les pages défilent, et quel bonheur de retrouver la « griffe » Nothomb , ses formules délicieusement aphoristiques qui font tout le sel de ses romans, ( « Mon explication de l’univers s’écroule »), cette plume concise, qui vous frappe…droit au cœur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com