Fouché

Couverture du livre « Fouché » de Stefan Zweig aux éditions Grasset
Résumé:

Joseph Fouché (1759-1820) a servi avec zèle la République, le Directoire, le Consulat, l'Empire et la Monarchie. Homme de l'ombre, disciple de Machiavel, Fouché aura survécu à tous les changements de régime sans jamais se départir de cette « absence de conviction » qui fascina Balzac autant que... Voir plus

Joseph Fouché (1759-1820) a servi avec zèle la République, le Directoire, le Consulat, l'Empire et la Monarchie. Homme de l'ombre, disciple de Machiavel, Fouché aura survécu à tous les changements de régime sans jamais se départir de cette « absence de conviction » qui fascina Balzac autant que Stefan Zweig. Elève chez les Oratoriens, il devint sous la Révolution un pilleur d'églises. Conventionnel modéré, il vota la mort du roi et participa activement au massacre des Lyonnais royalistes. Ambassadeur du Directoire à Dresde, il cambriola son ambassade. Ministre de la Police, à l'abri derrière ses fiches et ses mouchards, il tint tête à Talleyrand et à Bonaparte. Signataire du premier manifeste sur l'égalité, il meurt richissime, duc d'Otrante et sénateur. Joseph Fouché, c'est l'art du reniement, la grâce du traître. Il n'y a pas de personnalité plus décriée que cet homme politique au sang froid. Stefan Zweig nous fait découvrir, à sa manière subjective, une figure cachée et essentielle de l'Histoire française.

Donner votre avis

Articles (1)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Un homme qui a traversé le XVIIIe siècle, qui a marqué son époque, et dont peu de documents en relatent les différentes interventions, à travers une époque de l'histoire de France très tourmentée. Un homme qui " ne connaît ni indulgence ni pardon pour quiconque un jour a été d'une autre opinion...
    Voir plus

    Un homme qui a traversé le XVIIIe siècle, qui a marqué son époque, et dont peu de documents en relatent les différentes interventions, à travers une époque de l'histoire de France très tourmentée. Un homme qui " ne connaît ni indulgence ni pardon pour quiconque un jour a été d'une autre opinion que la sienne".
    Comité de Salut public, la Convention, le Directoire, les "gouvernements, la forme de l'Etat, les hommes changent; ...seul un homme demeure toujours à la même place, sous tous les maîtres et sous tous les régimes: c'est Joseph Fouché.".
    Un plaisir de suivre de lire, de suivre toutes les péripéties de cet homme, que l'on peut aimer ou détester, mais qui ne laisse pas indifférent..

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dans cette biographie, S. Zweig brosse le portrait, non sans une certaine admiration, de Joseph Fouché. Admiration, car cet homme, avec une intelligence hors norme et une "froideur de sang", fera tomber Robespierre, Talleyrand et même Napoléon. Jamais poussé par une conviction ou un idéal, il...
    Voir plus

    Dans cette biographie, S. Zweig brosse le portrait, non sans une certaine admiration, de Joseph Fouché. Admiration, car cet homme, avec une intelligence hors norme et une "froideur de sang", fera tomber Robespierre, Talleyrand et même Napoléon. Jamais poussé par une conviction ou un idéal, il est ambitieux mais n'a aucune vanité, il se contente de posséder le pouvoir, sans rechercher "la gloriole". Et c'est en cela qu'il est dangereux, il travaillera toujours dans l'ombre, tirant les ficelles et ne s'exposant jamais.

    "Il faut qu'il ait toujours sa place à une table, peu importe laquelle, peu importe que ce soit celle du roi, de l'empereur ou de la république; il lui suffit d'avoir la main dans la pâte, sans ce soucier de ce qu'est cette pâte"

    C'est toujours un pur bonheur de lire Zweig! Son écriture est claire et concise, les moments-clés de l'Histoire sont repris et expliqués simplement et l'analyse psychologique est admirable (et admirablement retranscrite). Il réussit à faire de ce personnage, franchement antipathique et amoral, un être fascinant.

    comment Commentaires (2) flag Signalez un abus
    • Hélène Fery le 19/05/2013 à 00h30

      Bonsoir Nina,

      "Opportuniste à souhait", et bien plus encore!

      J'ai particulièrement apprécié les duels psychologiques Fouché-Robespierre et Fouché-Napoléon. Cet être "au physique spectral" qui se dresse contre ses deux géants, sans jamais d'attaque directe, toujours sournoisement.

      J'ai juste un regret: que Zweig n'ai pas plus développé le côté de la vie personnelle de Fouché qu'il ne fait qu'aborder: cela n'enlève rien à la qualité du travail sur le plan politique, mais l'homme a l'air si totalement différent avec sa femme et ses enfants, qu'on a envie d'en savoir plus, et la complexité de sa psychologie aurait été ainsi renforcée (et du coup, révélée plus intéressante).

      Pour ma part, la prochaine biographie que j'aimerai tenter de Zweig est celle de Magellan.

      Amicalement.

      thumb_up J'aime flag Signalez un abus
    • Nina Capuchon le 18/05/2013 à 10h39

      Coucou Hélène,

      Opportuniste à souhait, tout ce que je déteste. Il faudrait que je lise cette biographie de l'excellent Zweig pour me faire un idée de ce Fouché !
      Amitiés.

      thumb_up J'aime flag Signalez un abus
    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Fouché : "Amoraliste absolu", "traitre consommé". Je vous recommande sa bio, la seule qui vaille, celle de Sweig (Grasset)

    Fouché : "Amoraliste absolu", "traitre consommé". Je vous recommande sa bio, la seule qui vaille, celle de Sweig (Grasset)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • une autobographie tres interessante

    une autobographie tres interessante

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.