Europe catholique au 18e siecle

Couverture du livre « Europe catholique au 18e siecle » de Goujard aux éditions Pu De Rennes

0 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Pu De Rennes
  • EAN : 9782868479945
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

La France est le seul pays d'Europe où l'Etat et les Eglises sont le plus strictement séparés depuis la loi de 1905.
Si on fait de cette loi la lointaine conséquence des rapports tumultueux entre l'Eglise catholique et la Révolution française, on oublie trop que, dès la seconde moitié du XVIIIe... Voir plus

La France est le seul pays d'Europe où l'Etat et les Eglises sont le plus strictement séparés depuis la loi de 1905.
Si on fait de cette loi la lointaine conséquence des rapports tumultueux entre l'Eglise catholique et la Révolution française, on oublie trop que, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, la France fut le pays où l'influence du clergé sur la population s'effrita, diminua et parfois s'évanouit. Cela tint au mouvement de 1a société qui conduisit une partie de la bourgeoisie à refuser la place seconde que lui fixait l'Eglise dans le corps social, aux frictions entre le clergé et les masses paysannes dans certaines régions, au discrédit de l'Eglise, effet de sa lutte interne entre jansénistes et anti-jansénistes menée sous l'oeil goguenard des philosophes.
Sur tous les fronts de combat un personnage nouveau entra en scène, qui concurrença le prêtre dans son rôle de guide des consciences : l'avocat. Les luttes politiques de la fin de l'Ancien Régime firent de lui le porte-parole des mécontents, traduisant leurs griefs et leurs revendications en termes politiques. A la veille de la Révolution, la croyance religieuse commençait à se transformer en opinion privée.
Dans les autres pays de l'Europe catholique, on assista à un processus inverse. Le choix obligé fait par les souverains absolutistes éclairés de transformer le fonctionnement de l'Etat mais sans envisager jamais de toucher à l'ordre social, leur incapacité à améliorer les conditions de vie du plus grand nombre tout en agressant leurs croyances et leurs pratiques, entraîna la constitution d'un front du refus unissant les groupes sociaux les plus divers et aux intérêts matériels souvent antagonistes.
Le clergé en fut l'organisateur et porte-parole naturel et renforça son magistère spirituel. L'Absolutisme éclairé fut un échec. C'est sur ce même front du refus que devait se construire la Contre Révolution après 1789.

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Autres éditions

Europe catholique au 18e siecle Goujard PU DE RENNES

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com