Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Et quelquefois j'ai comme une grande idée

Couverture du livre « Et quelquefois j'ai comme une grande idée » de Ken Kesey aux éditions Monsieur Toussaint Louverture
Résumé:

Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l'Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l'autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d'une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils,... Voir plus

Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l'Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l'autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d'une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils, l'indestructible Hank, les Stampers serrent les rang. Mais c'est sans compter sur le retour, après des années d'absence, de Lee, le cadet introverti et rêveur, dont le seul dessein est d'assouvir une vengeance. Au-delà des rivalités et des amitiés, de la haine et de l'amour, Ken Kesey, auteur légendaire de Vol., réussit à bâtir un roman époustouflant qui nous entraîne aux fondements des relations humaines. C'est Faulkner. C'est Dos Passos. C'est Truman Capote et Tom Wolfe. C'est un chef-d'oeuvre.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Les explorateurs de la rentrée littéraire 2013 rendent leur verdict !
    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict !

    Les explorateurs de la rentrée littéraire rendent leur verdict ! Parmi les romans sélectionnés, retrouvez leur critique dans la liste ci-dessous, en cliquant tout simplement sur le titre du livre. Nous vous présenterons très prochainement le palmarès de ces romans passionnants !

Avis (4)

  • 10 jours pour venir à bout de ce que je peux désormais qualifier de quasi-chef d’œuvre !

    Ken kesey nous livre ici un roman (très) dense et absolument passionnant. Plusieurs arcs narratifs avec comme thèmes principaux la fragilité de l'homme face à la nature, les difficultés sociales et le...
    Voir plus

    10 jours pour venir à bout de ce que je peux désormais qualifier de quasi-chef d’œuvre !

    Ken kesey nous livre ici un roman (très) dense et absolument passionnant. Plusieurs arcs narratifs avec comme thèmes principaux la fragilité de l'homme face à la nature, les difficultés sociales et le rapport à la famille... Entre autres...

    Ce roman est original notamment dans sa construction, cela peut d'ailleurs nécessiter un petit temps d'adaptation mais accrochez-vous, cela vaut le détour. Les focus réguliers sur des évènements dans la vie des différents personnages sont appréciables bien que parfois un peu long apportant donc une coupure importante au sein du récit. Mais on est ici dans un roman qui prend son temps et j'encourage le lecteur tenté par l'aventure à prendre également son temps lors de la lecture.

    On est pas loin du sans faute même si quelques longueurs sont à déplorer. On atteint cependant quasiment la perfection dans la description des paysages ainsi que dans l'articulation des relations entre les différents protagonistes.Passé la petite période d'adaptation, j'étais complètement immergé dans ce roman aux multiples facettes qui mériterait même sûrement une deuxième lecture compte-tenu de sa densité et de son aspect protéiforme.

    On est ici dans le meilleur de la littérature américaine, un vrai monument que je recommande sans hésiter une seule seconde.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Et quelques fois j'ai comme une grande idée de Ken Kesey est une de ses lectures si indispensables qu'elle se présente comme un inévitable rencontre. À travers le destin de l'épique famille Stamper et du déchirement du retour au bercail de son dernier né en pleine période de grève, Ken Kesey...
    Voir plus

    Et quelques fois j'ai comme une grande idée de Ken Kesey est une de ses lectures si indispensables qu'elle se présente comme un inévitable rencontre. À travers le destin de l'épique famille Stamper et du déchirement du retour au bercail de son dernier né en pleine période de grève, Ken Kesey crée un monde autonome. Une fresque ambitieuse, tragique qui nous emporte comme la rivière au centre de ce roman somme.

    https://viduite.wordpress.com/2017/06/06/et-quelques-fois-jai-comme-une-grande-idee-ken-kesey

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dans les forêts de l'Oregon il pleut. Et pas qu'un peu. Et les bucherons boivent. Et pas pour faire semblant. Alors, en ce début des années 60 au bord de la rivière qui transporte les troncs d'arbres coupés, quand un mouvement de grève se déclanche et qu'une famille amblématique du patelin ne le...
    Voir plus

    Dans les forêts de l'Oregon il pleut. Et pas qu'un peu. Et les bucherons boivent. Et pas pour faire semblant. Alors, en ce début des années 60 au bord de la rivière qui transporte les troncs d'arbres coupés, quand un mouvement de grève se déclanche et qu'une famille amblématique du patelin ne le respecte pas pour travailler plus que d'habitude avec la hoding, le climat passe de l'humide à l'orage.
    Formidable prétexte que cette grève pour Ken Kesey qui n'a d'autre but que de nous embarquer dans la famille Stamper et nous faire partager leur histoire, leurs secrets et leur rapport incroyable aux "voisins" qui se trouvent de l'autre côté de la berge. Galerie de personnages impressionante, du barman neurasténique au gérant de cinéma nostalgique en passant par un syndicaliste en chute libre. Mais le coeur du réacteur romanesque se trouve bien chez les Stamper, symbole d'une Amérique profonde tout autant pétrie de valeurs que de contradictions.
    Le style de Kesey emporte tout sur son passage à l'instar de cette eau omniprésente, avec une multiplication et un télescopage des points de vue (Il faut s'accrocher et suivre pour ne pas se noyer) avec un art de l'équilibre époustoufflant et un talent d'alchimiste du récit de très haut vol.
    On en sort épuisé, trempé, les os humides et l'extraordinnaire sentiment d'avoir lu un très très grand livre. Assurément un coup de coeur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout d'abord je tiens à souligner que ce livre est un énorme coup de coeur, un des meilleurs ouvrages que j'ai lu depuis longtemps.

    En premier lieu l'histoire : le lecteur est plongé au sein d'un famille typique américaine de bûcherons du fin fond de l'Oregon au moment de l'après guerre. Oui...
    Voir plus

    Tout d'abord je tiens à souligner que ce livre est un énorme coup de coeur, un des meilleurs ouvrages que j'ai lu depuis longtemps.

    En premier lieu l'histoire : le lecteur est plongé au sein d'un famille typique américaine de bûcherons du fin fond de l'Oregon au moment de l'après guerre. Oui mais attention une famille de fou furieux : l'ancêtre acariâtre, le fils qui semble un peu limité, les femmes "récupérées" en ville, les remariages, le demi-frère, les cousins,...... Tous sont attachants à certains moments et détestables à d'autres. Dès le début on pressent une histoire de famille.... Je ne vous en dirai pas plus. Si ce n'est que c'est le fil conducteur de l'ouvrage et que jusqu'au bout on est étonné des rebondissements et touché par l'histoire.

    Ensuite l'environnement : le fin fond de l'Oregon.... Et oui des "paysans" et on est en plein dedans. J'ai adoré. Des anecdotes à n'en plus finir sur les différents protagonistes : la chasse au raton-laveur ?! et oui ça existe, leurs histoires respectives : le lycée, le métier de bûcherons,.. On s'y croirait. La restitution de l'époque et des conditions de vie associées sont également fabuleuses : on y est, on partage la lutte pour la survie.

    Puis le style de l'auteur : une même scène est décrite par les différents points de vue des protagonistes, soient à travers les dialogues, ou leurs pensées. Au début c'est un peu déroutant et au fur et à mesure on y prend goût et c'est génial.... On sait ce que les personnages disent mais surtout ce qu'ils pensent et pourquoi ils formulent cette réponse, ce qui est souvent beaucoup plus intéressant. On se retrouve transporté au milieu de ces cerveaux, de ces échanges verbaux. Génial.
    Enfin, même le final est grandiose.

    En fait à tout point de vue ce livre est un chef d'oeuvre : histoire, lieu, époque, style,.... Je n'ai pas trouvé de points négatifs. Ah si, les notes de l'auteur sont décalées sur la numérotation et il en manque... Sinon lisez le et comme il est dit sur la couverture: c'est un livre qui marque et on sait qu'il est génial car on y pense et repense même une fois le livre fermé ou fini. J'aurai même souhaité qu'il soit plus long afin de continuer à vivre une vie de bûcherons.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.