Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Et mes jours seront comme tes nuits

Couverture du livre « Et mes jours seront comme tes nuits » de Maelle Guillaud aux éditions Heloise D'ormesson
Résumé:

« Le jeudi, c'est la cérémonie des retrouvailles. Dans quelques heures, elle pourra le voir, le toucher. Il lui racontera ces heures qui s'étirent, la promiscuité et le bruit incessant. Infernal. C'est le premier mot qu'il avait choisi pour décrire ce chaos ambiant. » Dans le RER qui la conduit... Voir plus

« Le jeudi, c'est la cérémonie des retrouvailles. Dans quelques heures, elle pourra le voir, le toucher. Il lui racontera ces heures qui s'étirent, la promiscuité et le bruit incessant. Infernal. C'est le premier mot qu'il avait choisi pour décrire ce chaos ambiant. » Dans le RER qui la conduit à la maison d'arrêt, Hannah ne peut s'empêcher de penser à tout ce qu'elle a perdu. Elle songe à celui qu'elle aime plus que tout malgré la trahison, et qu'elle va retrouver au bout du trajet. À ses fantômes qui l'habitent et l'escortent depuis si longtemps. À Tanger, ville lumière cernée par les ombres inquiétantes. Heureusement, il y a son art, la musique, qui l'aide à tenir debout et à combler les vides. Mais jusqu'à quand ? Hannah comprendra-t-elle qu'elle se doit d'ouvrir les yeux ?

Brillamment construit sur un jeu d'aller-retour entre le passé et le présent de l'héroïne, Et mes jours seront comme tes nuits, affronte le deuil et l'enfermement avec une puissance émotionnelle tout en retenue où le refus de la vérité devient le plus beau cri d'amour.

Donner votre avis

Avis (4)

  • Hannah vit entre parenthèse depuis que son bel amour Juan est loin d’elle, depuis qu’elle lui consacre ses jeudis, qu’elle a elle aussi franchi la ligne entre le monde de dehors et celui de la prison.
    Ils se sont rencontrés à Tanger. Hannah est musicienne, Juan artiste peintre. Ils ont tout de...
    Voir plus

    Hannah vit entre parenthèse depuis que son bel amour Juan est loin d’elle, depuis qu’elle lui consacre ses jeudis, qu’elle a elle aussi franchi la ligne entre le monde de dehors et celui de la prison.
    Ils se sont rencontrés à Tanger. Hannah est musicienne, Juan artiste peintre. Ils ont tout de suite été en harmonie, soudés par le chagrin d’une enfance pas toujours heureuse, elle orpheline à huit ans, lui issu d’une famille de franquistes convaincus et toujours aussi passionnés qu’il rejette avec ardeur.
    Autour de Juan il y a aussi Nessim, l’ami fidèle, celui qui a reconnu son talent, qui l’aide à vendre ses toiles, celui qui a une telle emprise sur Juan qu’il pourrait lui demander la lune.

    Alors chaque jeudi Hannah ne vit que pour ses visites à la prison, c’est sa respiration, son moment suspendu, hors du temps, son obligation consentie.
    Jusqu’au moment où le rideau se déchire sur une Hannah un peu perdue, et où le lecteur se demande où Maëlle Guillaud l’a embarqué.

    L’autrice a un vrai talent pour sonder les âmes, mais aussi pour décrypter l’enfermement sous toutes ses formes au fil de ses romans. D’abord avec une jeune femme qui fait vœux de devenir religieuse dans Lucie ou la Vocation, puis une jeune fille qui se cherche dans une famille très française, enfin une jeune femme dont l’amoureux est en prison. Chacune a sa propre geôle qui la tient prisonnière. Ici, Hannah est prisonnière d’un amour absent, envolé, mis en cage loin d’elle.
    Jusqu’à ce qu’elle trouve la force de s’en détacher ?

    chronique complète en ligne sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2022/04/18/et-mes-jours-seront-comme-tes-nuits-maelle-guillaud/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Une histoire très courte, percutante, touchante. Les larmes me sont montées aux yeux en lisant la détresse des deux protagonistes. Hannah et Juan, séparés par des barreaux, par la vitre du parloir, par les actes impardonnables de Juan.

    C'est un roman assez lent, il ne se passe pas grand...
    Voir plus

    Une histoire très courte, percutante, touchante. Les larmes me sont montées aux yeux en lisant la détresse des deux protagonistes. Hannah et Juan, séparés par des barreaux, par la vitre du parloir, par les actes impardonnables de Juan.

    C'est un roman assez lent, il ne se passe pas grand chose, on est beaucoup dans les souvenirs d'Hannah mais les chapitres très courts permettent une lecture super fluide et plaisante.

    Beaucoup de délicatesse et de poésie se dégagent des mots de l'auteure.

    En résumé, j'ai bien aimé découvrir cette histoire, ces personnages qui intriguent et qui marquent !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Hannah ne vit qu'avec son passé et ses fantômes.
    Musicienne dans un orchestre , Hannah vit avec Juan, artiste peintre qu'elle a rencontré à Tanger, ville où vécurent ses grand-parents.
    Pourquoi Juan se retrouve en prison ? Qu'a t-il fait et surtout pourquoi a t-il fait conscience à son ami...
    Voir plus

    Hannah ne vit qu'avec son passé et ses fantômes.
    Musicienne dans un orchestre , Hannah vit avec Juan, artiste peintre qu'elle a rencontré à Tanger, ville où vécurent ses grand-parents.
    Pourquoi Juan se retrouve en prison ? Qu'a t-il fait et surtout pourquoi a t-il fait conscience à son ami d'enfance Nassim ?
    Tous les jeudis elle prend le train, le bus et se rend à la prison de Fleury-Mérogis .
    Pendant son trajet elle déroule le fil de sa vie, la perte de ses parents dans un accident d'avion, la mort de son grand-père puis de sa grand-mère adorée et maintenant sa solitude sans Juan qui croupit dans une cellule.
    Un roman qui parle vrai sur l'amour des arts et la trahison des amis.
    Lecture très agéable.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La musicienne, le peintre et la prison

    Avec ce troisième roman, Maëlle Guillaud confirme son talent à sonder les tréfonds de l'âme humaine. En racontant les tourments d'Hannah, qui se rend tous les jeudis à la maison d'arrêt, elle nous livre une histoire de passion, avec tous les démons qui...
    Voir plus

    La musicienne, le peintre et la prison

    Avec ce troisième roman, Maëlle Guillaud confirme son talent à sonder les tréfonds de l'âme humaine. En racontant les tourments d'Hannah, qui se rend tous les jeudis à la maison d'arrêt, elle nous livre une histoire de passion, avec tous les démons qui rôdent autour.

    Voilà maintenant trois ans qu'elle suit le même rituel. Prendre le train puis le bus, en espérant qu'il n'y aura pas de retard, pour arriver devant la porte de la maison d'arrêt. Tous les jeudis Hannah va voir Juan, l'homme qu'elle aime. «Toutes les semaines à présent, une journée lui est dérobée. Elle s’agace souvent de ces interruptions, de ces interminables traversées qu'elle s’impose pour retrouver Juan. Lui ne lui demande rien. "Ne viens que si tu peux. Et si tu ne viens pas, je comprendrai". C'est faux, elle le sait, il se raccroche à elle parce qu'elle représente leur passé et leur avenir. Et qu'en détention l'avenir se pare d'une superstition mystique.»
    Leur passé, ce sont des souffrances, des drames. Hannah a perdu ses parents, morts dans un crash aérien alors qu'elle avait huit ans. Puis plus tard, elle perdra ses grands-parents et se retrouvera seule. Sa bouée de secours aura été la flûte traversière que son père lui a offerte après un concert qui l'avait enthousiasmée. «Ce qu'elle avait compris à leur mort, c'est que l'instrument serait son plus fidèle compagnon, celui qui remplirait le vide. La propulserait dans une autre réalité. La ferait voyager dans le temps, les espaces, les sentiments. La rendrait vivante, l’élèverait vers un ailleurs inaccessible aux autres. La musique avait été une révélation. Une soif de beauté, une vibration intérieure qu’elle ne pouvait combler autrement.»
    Pour Juan, cela avait été la découverte que ses parents, grands-parents et leurs amis étaient des franquistes qui continuaient à vouer un culte au Caudillo, avec tous les relents nauséabonds d'extrême-droite véhiculés par cette idéologie.
    Si, lors de la soirée où il leur avait présenté Hannah, il n'avait pu surprendre les mots prononcés par son père, «Une musicienne. Juive, en plus. Il nous aura vraiment tout fait!», il aura tout de même violemment rompu les ponts, s'enfuyant avec Hannah.
    C'est à Tanger qu'ils avaient fait connaissance, une ville faite de mirages où «on vient traquer des souvenirs qui n'ont pas eu lieu». C'est là qu'elle avait découvert l'atelier de Juan, ses toiles, son talent, sa capacité à transcender ses démons dans des aplats de noir, un peu à la manière de Soulages. C'est là aussi qu'elle avait ressenti la puissance de son désir. Qu'ils s'étaient liés, qu'ils avaient imaginé leur vie à deux. C'est là aussi qu'elle avait fait la connaissance de Nessim, l'ami d'enfance de Juan, celui avec lequel il s'était encanaillé, celui qui allait le faire plonger.
    Maëlle Guillaud, créatrice du prix Monte Cristo en 2019 en partenariat avec la maison d’arrêt de Fleury Mérogis, rend parfaitement la douleur de l'absence, le poids de plus en plus lourd de la solitude, le vertige du manque. «Juan lui manque. Elle enfouit son nez dans son oreiller. Il sent la lessive, elle projette, ravive sa mémoire, mais l'odeur de Juan s’est estompée comme la buée sur une vitre, et Hannah se laisse submerger par les larmes. (...) Elle pleure l’absence de Juan, l’amour qui s’est échappé derrière les barreaux, elle pleure sa jeunesse qui n’a pas duré, le temps qui file et lui arrache les êtres aimés, elle pleure les nuits tourmentées et les aubes claires.»
    Au fil des pages, on va découvrir les raisons de l'incarcération et tous les sentiments qu'elles engendrent. Tous ces démons qui gravitent autour de leur amour et qui les brûlent, la jalousie, la convoitise, la trahison, la culpabilité.
    Après Une famille très française et Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud donne ici une nouvelle preuve de son talent.
    https://urlz.fr/hBDt

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com