Electre

Couverture du livre « Electre » de Jean Giraudoux aux éditions Hatier
Résumé:

Une édition de la pièce de Giraudoux spécialement conçue pour les lycéens. Avec une anthologie sur la tragédie.
L´oeuvre Dans la cité grecque d´Argos, la jeune Électre cherche à venger la mort de son père Agamemon. Le retour d´Oreste, son frère banni, lui offre l´occasion d´aller jusqu´au bout... Voir plus

Une édition de la pièce de Giraudoux spécialement conçue pour les lycéens. Avec une anthologie sur la tragédie.
L´oeuvre Dans la cité grecque d´Argos, la jeune Électre cherche à venger la mort de son père Agamemon. Le retour d´Oreste, son frère banni, lui offre l´occasion d´aller jusqu´au bout de son projet. Dans cette tragédie écrite en 1937, Giraudoux puise aux sources des mythologies grecque et latine pour souligner, face à la montée du totalitarisme, l´actualité de son héroïne.
L´anthologie sur la tragédie 17 textes pour remonter aux sources grecques et latines de la tragédie, en définir les principales caractéristiques, et montrer comment, au fil des siècles, on est passé du genre au registre tragique.
Des documents complémentaires o Des photos de mises en scène o Deux corpus thématiques : « Les réécritures du mythe d´Électre » et « Le théâtre ou la résistance » Le dossier Avec toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l´oeuvre :
O des questions pour guider la lecture du texte o des repères historiques, culturels et biographiques o des fiches de lecture o des sujets types pour l´écrit et l´oral du bac Et un guide pédagogique Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il propose une séquence de cours sur l´oeuvre et les corrigés des sujets de type bac.

Donner votre avis

Avis(1)

  • J'ai encore passé un merveilleux moment avec une pièce de théâtre de M. Giraudoux. Cette fois-ci, on situe après "La guerre de Troie n'aura lieu" (je vous invite à voir ma chronique ), et même une dizaine d'année après le retour et la mort d'Agamemnon en son royaume. Ces deux pièces sont...
    Voir plus

    J'ai encore passé un merveilleux moment avec une pièce de théâtre de M. Giraudoux. Cette fois-ci, on situe après "La guerre de Troie n'aura lieu" (je vous invite à voir ma chronique ), et même une dizaine d'année après le retour et la mort d'Agamemnon en son royaume. Ces deux pièces sont "fabriquées", pensées de la même façon : reprendre un mythe antique grecque pour dénoncer des événements, des façons d'être, de penser très contemporains.
    J'ai particulièrement aimé la métaphore avec le sort des hérissons qui ne peuvent s'empêcher de traverser la route pour trouver un idéal, l'amour en l’occurrence, au risque de se faire écraser. C'est clairement une revendication sur le fait de retourner vers une 2eme guerre mondiale.
    Il dénonce également les mauvaises intentions et/ou gestion des puissants (représentés par Egisthe, le Président) et la clairvoyance et la rationalisme du peuple (le jardinier, le mendiant).
    De nombreuses allusions sont également faites à la croyance chrétienne, aux "pouvoirs" des Dieux, et à leurs conséquences.
    Et encore une fois, il met en avant la condition féminine au travers du discours de Clytemnestre notamment.

    J'ai trouvé détestable le personne d'Electre : réac, égocentrique, limite psychopathe tout de même. Elle n'a pas dépassé son complexe d'Oedipe (on pourrait appelé le pendant féminin le complexe d'Electre) :elle n'entend rien au mariage arrangé de sa mère, du besoin d'amour nécessaire pour l'accomplissement d'une femme, du meurtre orchestré de sa fille par son propre père (pour les "beaux yeux d'Hélène"). Elle reste dans son petit monde, dans l'amour de père qu'elle idolâtre alors qu'elle l'a vu cinq minutes au retour de la guerre, et au delà de ça, à l'entendre, elle aurait enfanter son frère, elle est dans cette toute puissance relative à ce stade œdipien, et ne l'a pas dépassé.
    Alors qu'Electre représente le passé, Clytemnestre serait plutôt la femme moderne qui dénonce les mariages sans amour, et la quête d'une reconnaissance de soi en tant que femme d'exister autre que par son mari. Pour cette différence, la scène 5, acte II est vraiment superbement orchestrée.

    Et Orestre, me direz-vous, dans tout ça ? Eh bien, ce pauvre Orestre, dès le départ il a les Euménides sur lui qui le poursuivent tout au long de la pièce puisqu'elles connaissent l'issue tragique. Lui, il est content de revenir dans son pays, de voir sa sœur, et essaye de renouer avec sa mère mais Electre qui tient les ficelles le conduira à sa perte, à ce matricide. Mais tout comme "Le guerre de Troie n'aura pas lieu", il est plutôt attentiste et manipulé par une femme.

    Pour aller plus loin : http://chezsabisab.blogspot.fr/2016/01/electre-jean-giraudoux.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.