Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Éclipse

Couverture du livre « Éclipse » de Francoise Houdart aux éditions Luce Wilquin
Résumé:

L'éclipse est à présent totale. Il est un peu plus de quatre heures du matin, et le spectacle est grandiose. Lune rouge, lune de sang. C'est un peu troublé que Sacha regagne son appartement au troisième étage de son immeuble. Le jour se lève déjà. Le silence qui l'accueille dans le hall d'entrée... Voir plus

L'éclipse est à présent totale. Il est un peu plus de quatre heures du matin, et le spectacle est grandiose. Lune rouge, lune de sang. C'est un peu troublé que Sacha regagne son appartement au troisième étage de son immeuble. Le jour se lève déjà. Le silence qui l'accueille dans le hall d'entrée a une étrange résonance. L'intuition du vide lui saccage le souffle. Il pénètre sans bruit dans la chambre où il avait laissé Mado, sa femme, avant de descendre sur l'esplanade pour jouir du spectacle de l'éclipse. Mado n'est pas dans le lit. Il traverse l'appartement, appelle?: Allez, montre-toi, Mado... Mais elle ne répond pas. Rien ne manque à l'ordon­nance du quotidien. Rien, sauf Mado.
Tétrade... Lune pourpre... Éclipse... Dans ce dix-huitième roman, Françoise Houdart sonde les mystérieux rapports qui mêlent aux fantasmes les plus déconcertants les cycles lunaires et la fécondité.

Donner votre avis

Avis (1)

  • C'est la nuit de la lune rouge, de la lune de sang. Sacha sort de son appartement pour contempler le spectacle sur l'esplanade. Il y rencontre son voisin Adi, le mari de Fadia qui lui apprend qu'elle est enceinte et par superstition restée à la maison pour ne pas voir la lune !

    Ils admirent...
    Voir plus

    C'est la nuit de la lune rouge, de la lune de sang. Sacha sort de son appartement pour contempler le spectacle sur l'esplanade. Il y rencontre son voisin Adi, le mari de Fadia qui lui apprend qu'elle est enceinte et par superstition restée à la maison pour ne pas voir la lune !

    Ils admirent le spectacle et Sacha rentre chez lui sans bruit après l'éclipse. Il se rend compte au petit matin que Mado sa femme a disparu, éclipsée. C'est étrange, il ne manque rien, son sac, son téléphone, tout est là sauf Mado.

    En face de chez lui vit un drôle de gars passionné , obsédé par Séléné la déesse lunaire; c'est Augustin Colinette qui se fait appeler Stanislas Razoumov du nom d'un cratère lunaire. Il le rencontre le lendemain de l'éclipse. Ce gars est toujours sur son balcon à observer la lune dans son télescope..

    Pas de nouvelles de Mado, les jours passent et avec l'aide de Fadia et Adi, Sacha essaie de comprendre cette disparition, cette éclipse.. il en devient fou...

    Fadia a de l'intuition, elle va comprendre peu à peu le vide, les manques de Mado et est persuadée que tout s'expliquera.

    Un récit sur la lune liée oh combien à la fécondité, à la féminité. Les cycles lunaires semblables aux cycles féminins. La lune rouge, le sang mensuel.. la fécondité, le vide, le manque pouvant conduire au désespoir. Un jour c'est l'éclipse totale et le corps se tarit. Cette lune qui influence nos humeurs, nos états d'âme..

    Un récit sur la disparition, sur le manque de dialogue , la vérité est souvent devant nos yeux, trop visible pour qu'on la voie.

    Une écriture que je découvre, c'est pourtant le dix-huitième roman de Françoise Houdart. Une jolie plume d'une construction originale. Un agréable moment de lecture.

    Ma note : 7.5/10 ***

    Les jolies phrases

    Le plus souvent, c'est le bruit de la vie au quotidien qui nous avertit que les autres sont là, et ça suffit pour nous rassurer.

    J'ai la nostalgie de ce que j'ai perdu ou de ce que je n'ai jamais connu.

    Quels mots pour dire la vérité de la perte de soi dans le grand siphon d'une désolation inexplicable ? Injustifiée, sans doute. Injustifiable. Le tarissement du sang est-il responsable des avaries que le temps vécu laisse apparaître sur la peau, dans la chair, l'humeur, l'âme même ? Avariée, elle, comme un bateau rongé par l'eau qui le porte ?

    Disparaître, est-ce pire que mourir ?

    Il faut me dire ce qui tient une femme debout quand tout est vide au-dedans de son ventre.

    https://nathavh49.blogspot.be/2017/09/eclipse-francoise-houdart.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.