Dossier 64

Couverture du livre « Dossier 64 » de Jussi Adler-Olsen aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253095156
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Copenhague, 2010. Une brutale agression dans le quartier de Vesterbro incite Rose, la bouillonnante assistante de l'inspecteur Morck, à rouvrir un cold case sur la disparition inexpliquée d'une prostituée. Cédant à ses pressions, le Département V exhume une macabre affaire datant des années 1950... Voir plus

Copenhague, 2010. Une brutale agression dans le quartier de Vesterbro incite Rose, la bouillonnante assistante de l'inspecteur Morck, à rouvrir un cold case sur la disparition inexpliquée d'une prostituée. Cédant à ses pressions, le Département V exhume une macabre affaire datant des années 1950 : sur la petite île de Sprögo, des femmes sont internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad.
Avec cette nouvelle enquête de l'incontournable trio formé par Carl Morck et ses assistants Assad et Rose, Jussi Adler-Olsen fait monter la tension d'un cran en nous plongeant dans un sombre chapitre de l'histoire du Danemark, où l'influence des extrêmes est plus que jamais d'actualité.

« Le romancier touche juste et fort. » Pascale Frey, Elle.

« Comme toujours, on est happé par un climat dense, à couper au couteau. » Claire Julliard, Le Nouvel Observateur.

Donner votre avis

Avis(21)

  • 4ème volume nous relatant les enquêtes du Département V. A mon avis le meilleur des 4. On plonge avec horreur dans un passé peu reluisant, glauque et glaçant du Danemark. Une intrigue passionnante, pleine de rebondissement, une fin plus ou moins inattendu, des personnages qui ne laissent pas...
    Voir plus

    4ème volume nous relatant les enquêtes du Département V. A mon avis le meilleur des 4. On plonge avec horreur dans un passé peu reluisant, glauque et glaçant du Danemark. Une intrigue passionnante, pleine de rebondissement, une fin plus ou moins inattendu, des personnages qui ne laissent pas indifférent dans un sens ou dans l'autre. Les relations entre les 3 coéquipiers du Département V s'étoffent, Carl Mork nous montre une facette de son caractère plus sentimentale, les problèmes psychologique de Rose trouvent une explication, mais Assad reste une énigme.
    Une excellente lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quatrième volet des enquêtes du Département V, toujours aussi bon, je ne vous le cache pas. Nous sommes nombreux à avoir aimé les trois précédents tomes (Miséricorde, Profanation et Délivrance), nous devrions être au moins autant à apprécier ce roman-ci. A ce propos et sans encore savoir ce...
    Voir plus

    Quatrième volet des enquêtes du Département V, toujours aussi bon, je ne vous le cache pas. Nous sommes nombreux à avoir aimé les trois précédents tomes (Miséricorde, Profanation et Délivrance), nous devrions être au moins autant à apprécier ce roman-ci. A ce propos et sans encore savoir ce qu'elles en ont pensé, ce livre fut l'objet d'une lecture commune avec mes éminentes copines de la blogosphère Lystig, Liliba et Hélène.
    Cette fois-ci encore le trio fonctionne admirablement et de la même manière : Rose déterre un dossier qu'elle s'empresse de rendre attirant à Carl, Assad lui étant tout acquis. Carl est un flemmard dont l'instinct de flic, dès lors qu'il est réveillé ne s'endort plus qu'à l'ultime seconde de la résolution de l'énigme. Le travail de Rose et d'Assad est donc de lui présenter un dossier "clef en main" : ils sont les petites mains qui cherchent, furètent dans les archives pour appâter leur chef. Rose est toujours sur le fil, entre ses différentes personnalités qui ne demandent qu'une raison pour s'intervertir. Assad, toujours mystérieux sur ses origines est collant, ne lâche rien et n'en fait qu'à sa tête. Carl, plus flegmatique est très pris par sa vie privée, entre sa future ex-femme qui veut partager leurs biens, son beau-fils qui ne fait rien, son ex-équipier cloué sur un lit médicalisé dans son salon et Mona son ex-psychologue devenue sa maîtresse.
    Pour cette affaire, Jussi Adler-Olsen nous plonge dans le Danemark de l'extrémisme : le parti de l'extrême droite est en passe d'avoir des représentants au Parlement et son chef Curt Wald qui a tout fait pour que son parti arrive un jour au pouvoir est en première ligne. J. Adler-Olsen démonte les rouages de ce parti, fondé sur ce que la société danoise refuse de voir en face et sur ce dont elle ne peut s'enorgueillir : l'eugénisme mis en pratique au début du siècle dernier, lorsque des femmes jugées de mauvaise vie était enfermées dans l'île de Sprogø, surveillées, maltraitées voire stérilisées pour ne pas que leur progéniture gangrène la vie des honnêtes gens de l'époque. "Elles étaient maltraitées, elles travaillaient dur. Elles étaient menées à la baguette et brutalisées quotidiennement par un personnel sans qualification qui considérait ces filles, ainsi qu'on les appelait là-bas, comme des êtres inférieurs. Elles étaient surveillées nuit et jour. Il y avait des cellules on l'on mettait à l'isolement celles qui refusaient de marcher au pas. Elles pouvaient y rester des jours et des jours. Si l'une de ces filles nourrissait quelque espoir de partir un jour de Sprogø, il fallait de toute façon qu'elle accepte d'abord d'être stérilisée. Stérilisée de force ! On leur enlevait tout, Carl ! Excision et hystérectomie !" (p.187). J. Adler-Olsen construit une histoire dure, parfois insupportable d'intolérance et de violence tant physique que psychologique. Un contexte très fort, malheureusement réel. J. Adler-Olsen ne prend pas de gants et met ses compatriotes face à leur passé et leur présent (face à la montée des extrémistes). Dans le même temps, il sait se faire plus léger lorsqu'il parle des relations entre ses trois protagonistes (il y a notamment deux pages hilarantes d'une théorie implacable de Rose sur l'utilité pour les hommes de remonter la cuvette des toilettes pour uriner et de la rabaisser, une fois leur affaire faite), ou lorsqu'il décrit les rapports entre Carl et Mona, la femme qu'il aime :
    "- On s'en fiche", dit-elle en l'attirant contre elle avec tant de volupté que le sang de Carl se mit à bouillir. "Je crois que tu es mûr pour une petite séance de gymnastique sous la couette", lui susurra-t-elle en glissant une main là où les petits garçons en bonne santé se tripotent à longueur journée." (p.317)
    Une quatrième enquête très convaincante de 604 pages jamais ennuyeuses, au contraire (ce qui est pour moi un gage de grande qualité) qui se hisse très largement à la hauteur de Délivrance, le tome précédent que je trouvais le plus abouti. Mais jusqu'où ira-t-il ce Jussi Adler-Olsen, si à chaque épisode que je lis je le trouve encore meilleur que le précédent, et sachant que d'autres sont prévus, pour ma plus grande joie ?

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Inutile de présenter Jussi Adler-Olsen et son département V : prix des lectrices Elle, prix du Livre de Poche, un talent infini et un sourire à la hauteur de sa courtoisie légendaire. Une véritable addiction pour ses milliers de fans à travers le monde. Et pourtant, ce qu'il écrit est bien noir...
    Voir plus

    Inutile de présenter Jussi Adler-Olsen et son département V : prix des lectrices Elle, prix du Livre de Poche, un talent infini et un sourire à la hauteur de sa courtoisie légendaire. Une véritable addiction pour ses milliers de fans à travers le monde. Et pourtant, ce qu'il écrit est bien noir et souvent difficile à lire tant cela fait appel à la cruauté de l'Homme vis à vis de ses semblables. Nous en sommes ici au 4ème épisode, mais l'auteur nous a promis d'aller bien plus loin et nous nous en réjouissons. Une belle écriture et du suspens, un trio de choc qui enquête avec enthousiasme et complicité, de l'humour (l'auteur n'en manque pas) et surtout des sujets sensibles qui nous interrogent ... enfin bref, vous l'avez compris, je fais partie des fans !!!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quatrième enquête du Département V, le service de la police de Copenhague chargé des affaires non élucidées, qui va nous plonger au cœur d'un passé peu reluisant de l'histoire danoise du XXe siècle. Sur l'îlot de Sprogø situé dans le détroit du Grand Belt aujourd'hui déserté se trouvait...
    Voir plus

    Quatrième enquête du Département V, le service de la police de Copenhague chargé des affaires non élucidées, qui va nous plonger au cœur d'un passé peu reluisant de l'histoire danoise du XXe siècle. Sur l'îlot de Sprogø situé dans le détroit du Grand Belt aujourd'hui déserté se trouvait autrefois la "Maison pour femmes", un lieu sinistre ayant abrité d'effroyables actions. Il s'agissait d'une clinique eugéniste où, entre 1922 et 1967, des médecins stérilisèrent de force des femmes attardées, des filles-mères ou des prostituées.

    Jussi Adler-Olsen rouvre donc les oubliettes de l'histoire pour y situer son dernier scénario qui, épinglé de l'étiquette "inspiré de faits réels", n'en est que plus glaçant. Personnellement, je l'ai trouvé extrêmement angoissant. A noter que cet opus est le plus politique de la série.

    Les inconditionnels de Adler-Olsen savent combien cet auteur sait tenir en haleine ses lecteurs du début à la fin, d'un roman à un autre, sans jamais s'essouffler. On retrouve ses personnages hors normes, à commencer par l'inspecteur Carl Mørck, grand flic désenchanté mais limier tenace à condition qu'on le pousse un peu, ce que doivent faire régulièrement Rose et Assad, ses deux fantasques et énigmatiques assistants. Cette fois, Rose lui présente l'affaire Rita Nielsen, une prostituée mystérieusement disparue vingt-trois ans plus tôt. Une affaire à priori peu exaltante qui n'interpelle pas vraiment notre inspecteur Mørck qui a d'autres chats à fouetter dans sa vie personnelle et son passé professionnel. Le "mystère Assad" perd un peu d'opacité et on en apprend également un peu plus sur la "multiple" Rose.

    Comme chaque fois, on est happé par l'atmosphère très dense. Certains passages sont vraiment difficiles. L'intrigue est totalement maîtrisée, toutes les actions s'enchaînant de façon cohérente mais alors que l'on croit avoir en main toutes les pièces du puzzle, l'écrivain opère dans les dernières pages du livre un retournement vraiment inattendu.

    Il ne me reste qu'à attendre le prochain...

    comment Commentaires (4) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions