Doggerland

Couverture du livre « Doggerland » de Elisabeth Filhol aux éditions P.o.l
  • Date de parution :
  • Editeur : P.o.l
  • EAN : 9782818046258
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Le héros de ce grand roman sur la fracture des êtres, des coeurs et des continents, c'est d'abord un haut-fond en mer du Nord, le Dogger Bank. Il y a encore 8000 ans, avant d'être englouti, c'était une terre émergée, habitée, une île presque aussi grande que la Sicile. Les archéologues lui ont... Voir plus

Le héros de ce grand roman sur la fracture des êtres, des coeurs et des continents, c'est d'abord un haut-fond en mer du Nord, le Dogger Bank. Il y a encore 8000 ans, avant d'être englouti, c'était une terre émergée, habitée, une île presque aussi grande que la Sicile. Les archéologues lui ont donné un nom : le Doggerland.
Ce territoire mystérieux, Margaret, géologue, l'a choisi à la fin des années quatre-vingt comme objet d'études, quand elle aurait pu suivre la voie des exploitations pétrolifères. Comme Marc Berthelot qui a brutalement quitté le département de géologie de St Andrews, et Margaret, pour une vie d'aventure comme ingénieur pétrolier sur les plateformes offshore. Calant son rythme de vie sur celui du baril de Brent, le pétrole extrait de la mer du Nord, dont les cours enchaînent les envolées et les effondrements.
Vingt ans après leur rencontre, Marc et Margaret sont invités à un congrès à Esbjerg, au Danemark.
Ils pourraient décider de faire le choix de se revoir. Mais la veille au soir, le 5 décembre 2013, la Grande- Bretagne est placée en alerte rouge. La tempête Xaver, requalifiée en ouragan, déboule sur l'Europe du Nord. On suit avec fascination sa montée en puissance. En même temps qu'elle réveille les fantômes du Doggerland, elle ranime les souvenirs d'il y a vingt ans, ravive les choix des uns et des autres, et met en question les conditions extrêmes de développement des plates-formes pétrolifères, des parcs éoliens, de l'exploitation toujours plus intense des ressources naturelles...
On dit que l'histoire ne se répète pas. Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer.

Donner votre avis

Avis(4)

  • «Il y a huit mille ans, une grande île s’étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d’étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c’est le pétrole qu’il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d’aventure sur les...
    Voir plus

    «Il y a huit mille ans, une grande île s’étendait au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. Margaret en a fait son objet d’étude. Marc aurait pu la suivre sur cette voie, mais c’est le pétrole qu’il a choisi. Il a quitté le département de géologie de St Andrews, pour une vie d’aventure sur les plateformes offshore. Vingt ans plus tard, une occasion se présente. Ils pourraient la saisir, faire le choix de se revoir. On dit que l’histoire ne se répète pas. Mais les géologues le savent, sur des temps très longs, des forces agissent à distance, capables de réveiller d’anciens volcans, de rouvrir de vieilles failles, ou de les refermer.»
    C’est une histoire qui court sur des milliers d’années, celles qui ont formé et déformé la terre. Celles qui ont créé le Doggerland et celles qui l’ont fait disparaître. Doggerland, le titre choisi par Élisabeth Filhol pour ce roman, est le nom donné à l'étendue émergée qui se situait jusqu’aux environs de 6200 av. J.-C. dans la moitié sud de l'actuelle mer du Nord et qui reliait la Grande-Bretagne au reste de l’Europe. Au fil des pages, nous allons tout savoir de sa genèse, des mouvements tectoniques qui l’ont bousculé, des couches de sédiments qui se sont amassés, des vagues qui l’ont submergé et des hommes qui l’étudient.
    C’est une autre histoire qui commence alors. L’histoire de Margaret et de Marc. Ils se croisent en 1987 sur les bancs de l’université de St Andrews. Elle est écossaise, il est français. Tous deux se passionnent pour la recherche scientifique, même si leurs parcours vont finalement leur faire embrasser des carrières très différentes et les éloigner l’un de l’autre. Elle n’en a pas fini avec la recherche pure, avec tous les secrets que les quantités d’informations rassemblées permettent de mettre à jour. Elle mène une vie rangée avec son mari et son fils. Lui met son savoir au service des sociétés pétrolières, passant d’une plate-forme de forage à l’autre. Il est célibataire, ambitieux et ne tient pas en place.
    Près de vingt ans après leur liaison, ils s’apprêtent à se retrouver à l’occasion d’un congrès. Mais la tempête Xaver, qui balaie le continent, menace de contrarier ces retrouvailles.
    On l’aura compris, Élisabeth Filhol va s’ingénier à mettre les deux récits en parallèle. Ou plutôt de faire de l’un une métaphore de l’autre. Les sédiments et les sentiments, la tempête et le tempérament. Le rythme du récit s’adapte aussi, avec de longues phrases qui, comme le mouvement des vagues, déroulent leurs rouleaux avant d’atteindre la rive. Il suffit de se laisser emporter… à condition de s’intéresser à la géologie, à l’environnement, à l’industrie pétrolière.
    Les caprices du cœur vont-ils se mettre au diapason des caprices de la météo? L’eau et le feu ne se marient pas, à moins de provoquer une réaction en chaîne très déstabilisante. À force d’être exploitée, la nature ne va-t-elle pas se venger? Autant de questions en filigrane d’un roman qui fouille autant cette terre enfouie que le trouble amoureux.
    https://urlz.fr/9zXy

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est en 2010 que l'on découvre La Centrale d'Elisabeth Filhol : le texte est court, la phrase aussi, et le propos engagé. Le roman décrit le travail quotidien d'ouvriers intérimaires exposés aux radiations dans différentes centrales nucléaires. J'en ai gardé finalement assez peu de souvenirs....
    Voir plus

    C'est en 2010 que l'on découvre La Centrale d'Elisabeth Filhol : le texte est court, la phrase aussi, et le propos engagé. Le roman décrit le travail quotidien d'ouvriers intérimaires exposés aux radiations dans différentes centrales nucléaires. J'en ai gardé finalement assez peu de souvenirs. J'avais aimé, sans plus.
    Je retrouve cette fois-ci l'auteure avec Doggerland (je n'ai pas lu son 2e roman : Bois II) et beaucoup de choses ont changé : elle semble s'être vraiment affirmée, avoir pris son envol. Le livre est épais, 345 pages, et la phrase belle, ample. Le propos reste engagé.
    Nous sommes début décembre 2013, le roman s'ouvre sur l'arrivée imminente d'une tempête exceptionnelle sur les côtes d'Europe du Nord : comme dans un film-catastrophe, on suit son parcours et on imagine à l'avance les dégâts humains et matériels qu'elle s'apprête à causer.
    Cette tempête s'appelle Xaver. Ted Hamilton, météorologue au siège du Met Office à Exeter, semble inquiet et avant de s'engager dans la salle de presse, il est tenté d'avertir sa sœur, Margaret Ross, directrice de recherche au département de Géographie et Géosciences de l'Université de St Andrews et son beau-frère Stephen. Ils doivent en effet prendre l'avion à Aberdeen pour le Danemark afin de se rendre à un colloque. Cela dit, Ted sait que son beau-frère, salarié de l'entreprise Forewind qui gère un parc éolien offshore, ne renoncera jamais au déplacement : depuis longtemps il est du côté de ceux qui pensent que le vent est un élément positif, maîtrisable et maîtrisé par l'homme. Rien ne l'empêchera de prendre l'avion.
    De son côté, depuis maintenant 25 ans, Margaret travaille sur des terres englouties au large des côtes anglaises. Elle consacre sa vie à sa passion, ce vers quoi l'avait poussée son frère Ted. Elle a un fils David qui s'intéresse aux mêmes sujets, mais a-t-il eu le choix ? Margaret, femme secrète et introvertie, semble plutôt hanter sa maison que d'y vivre vraiment, un peu étrangère à elle-même et à sa famille proche.
    Si cette tempête l'inquiète à cause du déplacement qu'elle doit effectuer, elle sait que la mer déchaînée va aussi retourner les fonds marins et permettre aux archéologues de travailler plus facilement. « Des millions de tonnes de roches, de galets, de sable sont déplacés. Les falaises reculent, des plages s'affaissent, les hauts-fonds sont remaniés, l'estran est décapé... » Les terres englouties sur lesquelles travaille Margaret s'appellent le Doggerland, elles permettaient il y a huit mille ans d'aller à pied de l'Angleterre au Danemark.
    De cet espace les marins remontent régulièrement des os d'animaux fossilisés attestant d'une vie très ancienne. Cette terre « gît par quinze à trente mètres de fond, à cheval sur le 54e parallèle », elle est « une sorte de gué au milieu de la mer du Nord », « une enclave mésolithique à l'époque moderne ». « C'est un pêcheur hollandais, rapportant au paléontologue Dick Mol en 1985 une mâchoire d'homme vieille de neuf mille ans, qui signe l'acte de naissance du Doggerland. »
    Cette terre a-t-elle été engloutie en une nuit par un raz de marée géant ou bien très progressivement ? Personne ne le sait.
    Toutes ces recherches ont toujours fasciné les archéologues et les paléontologues comme Margaret et bien d'autres étudiants, mais elles intéressent aussi l'industrie pétrolière qui investit énormément en mer du Nord.
    Autrefois, Margaret a connu et aimé un étudiant français, Marc Berthelot, qui est devenu ingénieur pétrolier en terrain offshore. Passionné par la prospection, les méthodes d'exploration et d'exploitation, Marc, soudain, comme sur un coup de tête, est parti, est devenu nomade, a parcouru le monde, les mers, cherché à s'étourdir peut-être, un peu.
    La vie les a donc séparés. L'un pensant peut-être trouver le bonheur dans le profit et une course folle autour du monde, l'autre préférant s'enrichir de la connaissance, de la recherche. Deux logiques, deux visions du monde radicalement différentes. Pourtant, ces passions opposées n'ont pas empêché Margaret et son mari de s'aimer. Alors que s'est-il passé avec Marc, autrefois ? Comment expliquer cette rupture soudaine ?
    Margaret apprend que Marc sera présent au congrès. Qu'adviendra-t-il ? La tempête va-t-elle empêcher la rencontre ?
    Qu'est devenu cet homme ? A-t-il vendu son âme au diable, renoncé à tout pour le profit, au risque de laisser les forages fragiliser les fonds marins et le pire arriver ?
    Quelles sont les responsabilités de l'homme dans les catastrophes climatiques ?
    Il faut le dire, on ressort de la lecture de Doggerland secoué. Oui, sonné par la description des éléments en furie, par ce ciel démonté, ces terres soufflées, ces fonds marins balayés, retournés, émiettés. Doggerland touche à l'épopée, au mythe. Les dates affolent, les époques évoquées stupéfient et donnent le tournis. Ce livre égare, désoriente, déstabilise : on est sans cesse comme au bord de l'abîme, comme pris d'un vertige terrible devant cette nature déchaînée et ces époques reculées qui ébahissent et décontenancent. Espace et temps font vaciller.
    On reste glacé par une menace imminente qui plane sur les lieux et les êtres. De même que des strates de sédiments remontent à la surface, le passé de Margaret resurgit alors qu'elle ne l'attendait pas.
    Comme je le disais, la phrase d'Élisabeth Filhol a pris ici une belle ampleur et l'auteure parvient à nous plonger dans un univers impétueux, démesuré, fou. On est comme happé, fauché, emporté par cette phrase longue, ample, rythmée, poétique qui nous jette, telle une vague, d'une page à l'autre du roman. À peine a-t-on le temps de reprendre notre respiration que l'on se voit de nouveau projeté dans des temps très anciens ou des profondeurs insensées, ballotté par une tempête qui fait rage. Et c'est une expérience fabuleuse, fruit d'une écriture de virtuose.
    Mais, car il y a un mais, pour autant, l'accumulation de ces pages descriptives, toujours assez techniques et scientifiques tout de même, lasse parfois. Le lecteur a besoin de reprendre son souffle, de se poser. Or, le risque serait de perdre pied, et j'avoue que malgré mon enthousiasme, car je continue à penser que c'est un grand texte - puissant, marquant et fort- , eh bien malgré tout cela, à plusieurs reprises, il a failli, pour filer la métaphore, me laisser sur le rivage. Je pense qu'il aurait été possible de trouver un équilibre entre l'effet que souhaitait produire l'auteure et le plaisir du lecteur qui, pour moi en tout cas, s'est trouvé ici ou là mis à mal.
    L'aspect documentaire - passionnant au demeurant - ne doit pas, me semble-t-il, l'emporter sur le romanesque, or, parfois j'ai eu le sentiment que l'on franchissait la ligne rouge.
    Et vraiment, ce serait tellement dommage d'abandonner un texte aussi beau.
    Alors oui, je conseille ce roman : accrochez-vous, n'abandonnez pas. Vous verrez alors émerger une œuvre singulière et magistrale qui vous emportera par sa puissance et sa beauté.

    LIRE AU LIT le blog

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je m'étais promis de lire un jour Elisabeth Filhol, pour des tas de raisons et notamment certains articles lus sur ses précédents livres. Et le thème de Doggerland m'attirait particulièrement. C'est donc avec envie que j'ai accepté la proposition de lecteurs.com de me l'envoyer et encore plus...
    Voir plus

    Je m'étais promis de lire un jour Elisabeth Filhol, pour des tas de raisons et notamment certains articles lus sur ses précédents livres. Et le thème de Doggerland m'attirait particulièrement. C'est donc avec envie que j'ai accepté la proposition de lecteurs.com de me l'envoyer et encore plus d'envie que je me suis plongée dedans. Pourtant, ma lecture s'est avérée ardue, parfois ennuyeuse. Je me suis perdue dans les méandres de longues descriptions qui finissent par noyer le propos. Parfois, mon attention était récupérée par quelques minutes d'action ou plutôt de semblant d'action et puis s'en allait aussitôt baguenauder dès que reprenait la litanie descriptive...
    C'est dommage. Cette réflexion autour de l'environnement, par l'exploration d'un bout de terre à travers les âges et le prisme de deux points de vue scientifiques opposés possédait un attrait singulier. Le propos est intéressant, il laisse entrevoir de nombreuses questions et notamment cette idée qui nous force à toujours nous souvenir que nous ne sommes pas les premiers, que des mondes ont existé avant nous, que des terres ont été englouties et qu'un jour, notre monde, nos terres disparaitront aussi...
    Oui, mais voilà. Le roman a du mal à s'incarner, on reste trop abstrait, trop intellectuel ai-je envie de dire. L'histoire de la relation et des retrouvailles entre Margaret et Marc devient assommante à force de flou et d'immobilisme ; d'autant plus qu'on a du mal à faire le lien (hormis par leurs fonctions respectives) avec la démonstration de fond.
    Je suis allée au bout parce que parfois, les dernières pages justifient le chemin et font oublier l'ennui. Mais non. J'ai donc refermé le livre avec un sentiment de regret et de déception vis à vis de cette lecture que je qualifierais de barbante s'il ne me fallait choisir qu'un seul adjectif.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne connaissais pas Elisabeth Filhol. A la suite d’un article élogieux dans le magazine Lire, je décidais de combler mon ignorance avec ce livre au nom énigmatique « Doggerland ».

    Dès les premières pages, on entre dans l’univers de l’auteure. Durant de longs passages, elle décortique des...
    Voir plus

    Je ne connaissais pas Elisabeth Filhol. A la suite d’un article élogieux dans le magazine Lire, je décidais de combler mon ignorance avec ce livre au nom énigmatique « Doggerland ».

    Dès les premières pages, on entre dans l’univers de l’auteure. Durant de longs passages, elle décortique des évènements climatiques et géologiques. Comme un documentaire, elle décrit, analyse et explique les phénomènes. Sans jamais être répétitive, elle nous narre en profondeur l’évolution de notre planète. Elle utilise un grand nombre de termes techniques. Il faut donc être concentré pour bien suivre ses explications et recevoir cette forte dose d’informations, digne d’un essai.

    Dans ce milieu scientifique, on découvre l’histoire de Margaret et Marc, deux personnages passionnés de géologie, mais qui ont pris des voies professionnelles différentes. Après plusieurs dizaines d’années, ils se retrouvent lors d’un congrès. Leur relation repart sur les nouvelles bases de leur vie passée. Entre souvenirs et regrets, ils vont retracer tout ce qui les a éloignés.

    L’écriture est de haut-niveau, exigeante mais parfaitement fluide. Au vu de la précision des détails et de la qualité de la plume, je dois reconnaitre tout le travail qu’a dû demander ce livre à Elisabeth Filhol. Cependant le résultat m’a un peu déstabilisé tant j’ai eu l’impression de patauger dans la science. Moi, qui ne suis déjà pas fan des longues descriptions dans les romans, j’en ai eu pour mon compte et j’ai eu beaucoup de mal à ne pas décrocher. A part la dernière partie, plus humaine, je n’ai pas réellement pris de plaisir à ma lecture. Je reprenais le livre avec contrainte, comme un devoir d’école. Ce roman est surement tous les atouts d’un grand roman, mais je suis passé à côté ! Faites-vous votre propre avis !

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions