Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Dix âmes, pas plus

Couverture du livre « Dix âmes, pas plus » de Ragnar Jonasson aux éditions La Martiniere
Résumé:

Dix habitants au bout du monde.
Un mort.
Neuf suspects.

Recherche professeur au bout du monde. Voici une petite annonce qui découragerait toute personne saine d'esprit. Pas Una. La jeune femme quitte Reykjavík pour Skálar, l'un des villages les plus reculés d'Islande, qui ne compte que dix... Voir plus

Dix habitants au bout du monde.
Un mort.
Neuf suspects.

Recherche professeur au bout du monde. Voici une petite annonce qui découragerait toute personne saine d'esprit. Pas Una. La jeune femme quitte Reykjavík pour Skálar, l'un des villages les plus reculés d'Islande, qui ne compte que dix habitants. Malgré l'hostilité des villageoi. Malgré l'isolement vertigineux.
Là-bas, Una entend des voix et le son fantomatique d'une berceuse. Et bientôt, une mort brutale survient. Quels secrets cache ce village ? Jusqu'où iront ses habitants pour les protéger ?

Le maître du polar islandais, Ragnar Jónasson, est devenu l'un des romanciers internationaux les plus reconnus. Et c'est en France, un pays qu'il aime profondément, qu'il remporte le plus grand succès : plus d'un million de livres vendus. Il est l'auteur de la série mettant en scène l'enquêteur Ari Thór (dont le roman-phénomène Snjór) et de la trilogie à succès « La Dame de Reykjavík ». Grand lecteur d'Agatha Christie, il a aussi traduit la plupart de ses romans en islandais.

Donner votre avis

Avis (23)

  • Un vrai coup de coeur pour ce polar qui nous tient en haleine jusqu'au bout.
    Tout est bien ficelé !!!

    Un vrai coup de coeur pour ce polar qui nous tient en haleine jusqu'au bout.
    Tout est bien ficelé !!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Avec ces fortes chaleurs, voici une lecture rafraîchissante pour vos soirs d'été. C'est notamment pour ça que lorsque que cette lecture commune m'a été proposée, je n'ai pas pu résister!

    Il n'aura fallu que la découverte d'une petite annonce professionnelle recherchant un professeur dans un...
    Voir plus

    Avec ces fortes chaleurs, voici une lecture rafraîchissante pour vos soirs d'été. C'est notamment pour ça que lorsque que cette lecture commune m'a été proposée, je n'ai pas pu résister!

    Il n'aura fallu que la découverte d'une petite annonce professionnelle recherchant un professeur dans un journal pour qu'Una décide de changer de vie. Sa destination? Skálar, un hameau reculé d'Islande où ne vivent que dix âmes très soudées. Alors qu'elle pense que son séjour sera tranquille et lui permettra de se recentrer sur sa vie, l'image de carte postale de Skálar va peu à peu s'effriter et des éléments inexpliqués vont commencer à se produire... Et si finalement ce séjour ne serait-il pas celui qui va lui faire perdre pied pour de bon?

    Avec ce dernier polar, Ragnar Jónasson nous propose un roman à l'ambiance assez oppressante que l'on ne peut pas lâcher ! Lu pratiquement d'une traite, l'auteur nous entraîne dans un univers unique où la fiction a tendance à dépasser la réalité ce qui lui permet de nous concocter un final qui en surprendra plus d'un!

    Je suis contente d'avoir pu découvrir Ragnar Jónasson lors de cette lecture commune et il me tarde de débuter sa série Dark Iceland car j'ai beaucoup aimé sa plume que j'ai trouvé captivante !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ma chronique : S'il démarre lentement ce roman petit à petit aiguise votre curiosité et risque fort d'empiéter sur votre temps de sommeil !Ce n'est pas un polar scandinave comme on les connaît mais plutôt l'histoire d'une dérive dans un monde froid et sans clarté. Un roman psychologique, où le...
    Voir plus

    Ma chronique : S'il démarre lentement ce roman petit à petit aiguise votre curiosité et risque fort d'empiéter sur votre temps de sommeil !Ce n'est pas un polar scandinave comme on les connaît mais plutôt l'histoire d'une dérive dans un monde froid et sans clarté. Un roman psychologique, où le suspens flirte avec l'irrationnel, des phénomènes étranges étant souvent liés aux anciennes légendes islandaises.
    Un désir de campagne et de solitude a poussé Una, la trentaine, à postuler pour un emploi d'enseignante dans un village très reculé de cette île du bout du monde .
    Seules dix personnes dont deux enfants y vivent, la nature est hostile : vent glacial, obscurité, mer menaçante. Une impression de ville fantôme la saisit.
    Una est d'autant plus effrayée que la nuit lui apparaît la silhouette d'une enfant chantant des comptines anciennes. Elle est perdue entre cauchemar et réalité. Elle apprend que la maison où elle loge serait hantée. Une fillette serait morte dans cette maison en 1927 et viendrait visiter les lieux.. Cela n'existe pas! Par contre ce qui est bien réel c'est l'hostilité des habitants aussi âpres que le climat.
    Un soir, un jeune homme de passage cherche à loger chez une habitante qu'il semble connaître . Plus tard il est signalé disparu. Una a reconnu sa photo dans le journal et souhaite prévenir la police. Curieusement le village s'y oppose avec force, que cache-t-il ?
    Lors d'une fête de noël une des deux élèves décède sans explication.
    Deux narrateurs alternent le récit. Les chapitres en italique nous embrouillent. On sent progressivement le lien entre les deux histoires, curiosité et doute s'emparent du lecteur, et la tension monte .
    Le style est fluide et plaisant, il s'agit d'un véritable huis clos à ciel ouvert. Ce roman mérite une suite. On aimerait savoir ce qu'il advient de certains personnages. Le côté surnaturel peut surprendre mais l'auteur nous fait bien comprendre que ceci est lié à la nature même de cette île volcanique .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quel bonheur de me lancer dans la lecture d’un genre et d’une origine que j’affectionne particulièrement : le polar nordique! Si vous me lisez un tant soit peu au travers de mes chroniques, vous n’êtes pas sans savoir que c’est tout un univers que j’adore, que ce soit le genre de la littérature...
    Voir plus

    Quel bonheur de me lancer dans la lecture d’un genre et d’une origine que j’affectionne particulièrement : le polar nordique! Si vous me lisez un tant soit peu au travers de mes chroniques, vous n’êtes pas sans savoir que c’est tout un univers que j’adore, que ce soit le genre de la littérature noire mais plus spécifiquement quand il s’agit d’auteurs venant du Grand Nord.

    Début de cette année est donc paru le nouveau thriller de l’islandais, Ragnar Jónasson, auteur qu’il ne faut plus présenter, tant son talent est bien reconnu en France et en Belgique. Aussi bien sa série avec l’enquêteur Ari Thór, que sa trilogie « La Dame de Reykjavik » ont connu un succès retentissant ces dernières années.

    Ici, il quitte le monde policier à proprement parler en mettant en avant comme héroïne principale, une institutrice qui a besoin de trouver un sens à sa vie. Lorsqu’une amie l’informe d’une petite annonce pour un emploi loin de chez elle, elle va déménager de la capitale pour un coin perdu du nord-est du pays, Skálar, peuplé de seulement 10 villageois. L’accueil sera loin d’être chaleureux et les mystères rodent à chaque coin de rue de cette bourgade froide et hostile.

    Comme vous avez pu vous en rendre compte en lisant l’un ou l’autre roman nordique, leurs auteurs ont un don particulier pour installer une ambiance glaçante (normal vu d’où ils viennent, me direz-vous) mais aussi très prenante.

    En plus d’être un thriller plus que réussi, c’est un vrai roman d’ambiance. Toute l’atmosphère qui plane sur ce village, retiré de tout, vous enveloppe au fil des pages et vous envoûte aisément. A côté de cela, vous avez une petite touche de surnaturel qui hausse le niveau et qui vous glacera alors le sang.

    Aucun défaut ne vient altérer la qualité de ce thriller. La construction est parfaitement maîtrisée pour une montée en puissance du récit. Au fil de l’intrigue, les chapitres se raccourcissent, occasionnant de la sorte un suspens grandissant. Le final est tout simplement inattendu et totalement crédible par rapport à ce qui a été apporté durant le récit.

    Voilà ma dernière lecture du mois de mars qui se termine en apothéose par, à nouveau un coup de coeur, après deux autres, très différents mais de grandes qualités chacun!!! Avec ce retour de l’hiver pour le mois d’avril, je vous conseille vivement ce thriller, en adéquation avec notre météo, aussi bien en France qu’en Belgique.

    Le travail du traducteur, Jean-Christophe Salaün est à saluer, tant il apporte une lecture facile grâce à la fluidité des mots et retransmet parfaitement la substance du canevas de l’auteur.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Devant un roman avec cette couverture, se déroulant en Islande et s’intitulant « Dix âmes pas plus », vous comprenez rapidement que vous allez voyager loin des métropoles. Ragnar Jonasson, comme souvent, aime nous propulser dans des petits villages isolés, pour développer son énigme. Ce nouveau...
    Voir plus

    Devant un roman avec cette couverture, se déroulant en Islande et s’intitulant « Dix âmes pas plus », vous comprenez rapidement que vous allez voyager loin des métropoles. Ragnar Jonasson, comme souvent, aime nous propulser dans des petits villages isolés, pour développer son énigme. Ce nouveau livre ne déroge pas à la règle.

    Una, l’héroïne, arrive dans une minuscule bourgade pour faire table rase du passé et repartir à zéro. Seulement, son envie d’intégration s’avère difficile devant un accueil plutôt réservé de la petite communauté, d’autant plus que certains secrets semblent unir l’ensemble des habitants.

    Grâce à ce huis clos extérieur, sans possibilité d’aide dans les alentours, l’auteur peut créer une atmosphère asphyxiante où les voies de détresse sont limitées. Le personnage principal est donc démuni face aux évènements et ne peut que les affronter. Mais lorsqu’une mort brutale et une petite touche fantastique viennent se greffer aux mystères, elle se retrouve désemparée, le lecteur aussi.

    L’auteur reprend exactement le même contexte géographique que sa trilogie précédente (je n’ai pas lu ses autres œuvres). On sent qu’il aime ce genre d’ambiance. Il y est d’ailleurs parfaitement à son aise et peut tranquillement tisser la toile de son intrigue. C’est ma quatrième expérience avec l’écrivain islandais et je trouve qu’il est constant dans la qualité. Ses aventures sont assez courtes, facile d’accès. Le scénario est toujours bien ficelé avec une fin inattendue. Il possède un véritable savoir-faire pour isoler ses personnages et créer un climat de suspicion. Le suspense est donc toujours présent et le lecteur toujours aux aguets.

    Comme cette histoire est indépendante, elle peut être une bonne porte d’entrée pour l’univers de Ragnar Jonasson. Pour tous ceux qui ne l’ont pas encore essayé, je vous conseille vivement cette lecture avec laquelle vous découvrirez l’étendue de son talent. Moi, je suis déjà convaincu !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/03/31/746-ragnar-jonasson-dix-ames-pas-plus/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Dix habitants, une enseignante et un cadavre

    Ragnar Jónasson nous entraîne dans les pas d'une enseignante engagée dans un village isolé qui ne compte que dix habitants. L'occasion pour le maître du polar islandais de construire un scénario haletant sur les secrets gardés par cette communauté...
    Voir plus

    Dix habitants, une enseignante et un cadavre

    Ragnar Jónasson nous entraîne dans les pas d'une enseignante engagée dans un village isolé qui ne compte que dix habitants. L'occasion pour le maître du polar islandais de construire un scénario haletant sur les secrets gardés par cette communauté bien particulière.

    Una a bien envie de quitter Reykjavik et de découvrir son pays. Aussi postule-t-elle à l'offre d'emploi qui recherche un «professeur au bout du monde». Il s'agit en l'occurrence du village isolé de Skálar qui compte dix habitants et qui est situé à la pointe est de l'île, à commencer par ses deux élèves, Edda et Kolbrún. Edda, 7 ans, est la fille de Salka, la romancière qui héberge l'enseignante. Elle s'est installée là depuis un an et demi, après avoir hérité de la maison à la mort de sa mère. Kolbrún, 9 ans, est la fille de Kolbeinn et Inga. Ils ont la quarantaine. Lui travaille comme marin pour Gudfinnur, l'Armateur que tout le monde appelle Guffi et dont l'épouse Erika, malade, doit rester alitée. Gunnar est son autre employé. Il forme avec son épouse Gudrún, qui gère la coopérative, l'autre couple sur l'île. Ils sont proches de la soixantaine. Enfin, pour compléter ce tableau, on ajoutera Thór, 35 ans, qui travaille dans la ferme appartenant à Hjördis, femme peu bavarde, et vit dans la dépendance toute proche.
    Au fil des jours, Una prend ses marques, commence à croiser les habitants. Elle est convoquée par Gudfinnur qui essaie de la dissuader de rester, est invitée à prendre le thé chez Gudrún, croise Thór pendant une virée nocturne ou prépare la fête de Noël avec Inga.
    Ce qu'elle ne sait pas, le lecteur va l'apprendre tout au long de chapitres insérés en italique entre le récit, c'est un fait divers qui a défrayé la chronique, l'assassinat de deux hommes et la condamnation de trois personnes, dont une femme qui n'a pourtant cessé de crier son innocence. Ce qu'elle sait en revanche pour l'avoir bien ressenti, c'est l'histoire de la maison hantée qu'elle occupe. Le fantôme d'une fillette décédée à la suite d'un empoisonnement a déjà fait fuir plus d'un locataire.
    Ajoutons qu'un visiteur, venu rendre visite à Hjördis, a disparu au lendemain de son séjour à Skálar et vous aurez tous les ingrédients de ce polar nordique à la mécanique parfaitement huilée par Ragnar Jónasson. Il sait à merveille faire monter la tension et distiller l'angoisse. Jusqu'à cet épilogue qui remet en place toutes les pièces du puzzle. Entre comptines enfantines, légendes islandaises, héritages empoisonnés et solidarité insulaire, le poids du secret est un fardeau bien lourd à porter...
    https://urlz.fr/hPjC

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’aime cet auteur et la description qu’il fait à la fois de l’Islande et du caractère de ses personnages. Cependant je trouve que celui-ci n’est pas son meilleur. Pour le découvrir lisez plutôt la trilogie de la Dame de Reykjavik.

    J’aime cet auteur et la description qu’il fait à la fois de l’Islande et du caractère de ses personnages. Cependant je trouve que celui-ci n’est pas son meilleur. Pour le découvrir lisez plutôt la trilogie de la Dame de Reykjavik.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un autre de mes petits plaisirs, c'est la littérature nordique et policière : à chaque fois, c'est comme si les éléments du paysage, éthérés et grandioses, déteignaient sur les histoires, leur donnaient un attrait supplémentaire, et que je les percevais et ressentais à travers les romans que je...
    Voir plus

    Un autre de mes petits plaisirs, c'est la littérature nordique et policière : à chaque fois, c'est comme si les éléments du paysage, éthérés et grandioses, déteignaient sur les histoires, leur donnaient un attrait supplémentaire, et que je les percevais et ressentais à travers les romans que je lis. Du même auteur, Ragnar Jónasson, j'avais lu auparavant Snjor, dont j'étais ressortie mitigée. J'ai décidé de réitérer l'essai, le résumé me semblait très alléchant, il faut dire qu'il réunissait tous les éléments pour attirer une lectrice, avide de romans noirs, à l'occasion. Ragnar Jónasson nous gratifie d'un bref avant-propos, ou il s'explique de ses influences, qui consistent en contes folkloriques, poèmes et berceuses islandais et nous situe le village de Skálar sur la carte islandaise, au beau milieu de la lagune de Langane.

    La quatrième de couverture évoque Skálar ce village perdu au bout de l'Islande, alors qu'à mes yeux, l'île même n'est pas loin de l'incarner, c'est donc avec grande curiosité que je me suis interrogée sur cet endroit réputé isolé d'Islande. Ce qui distingue ce titre d'autres romans, c'est qu'il ne rentre pas dans la ligne classique du polar, le titre en est l'illustration, tout se déroule à l’intérieur de ce huit-clôt constitué par ce minuscule village, sa dizaine d'occupants et délimité par ses vastes zones désertiques. Car, pour le coup, Una, la jeune femme, à travers laquelle l'histoire est focalisée est une personne totalement banale, elle est même assez fade, rien ne la distingue particulièrement, si ce n'est cette impulsive envie de tout envoyer valser, et se couper de la civilisation, pour aller s'isoler au milieu pour exercer la fonction d'enseignante auprès des deux seules élèves du cru.

    Ce qui contribue à l'attrait de ce roman, c'est cette ambiance irréelle de lieu abandonné, hanté par des spectres, dont on ne sait vraiment s'ils proviennent de l'imaginaire collectif ou des pages du passé, ces esprits inconnus, qui viennent s'immiscer dans la vie de Una. Tout est dans la suggestion, à demi-mots, en allusions, dans ces images et sensations furtives et évanescentes, de l'ampleur du vide et du résonance du silence portés par l'abandon d'un village à moitié déserté. Et ces quelques traces d'un passé trouble, de l'antipathie et du mutisme des habitants qui ont bâti une frontière impalpable et invisible avec l’extérieur, et avec Una. Si l'environnement de Skálar est rude et hostile, ses autochtones ne le sont pas davantage, et c'est cette première glace que Una doit briser. C'est peu à peu que la lumière va faire jour, à travers le lever de rideau progressif sur les mystères qui entoure les lieux.

    Ce roman mêle folklore islandais, une légère pointe de roman gothique et de polar : si assassinat il y a parmi les quelques individus qui composent la communauté de Skalar, il est davantage d'une question éminemment personnelle, des consciences qui se sont arrangées avec elles-mêmes et que de toute évidence Una est venue malencontreusement réveiller. J'ai été plutôt positivement surprise par ce récit qui délaisse les grosses ficelles du genre pour jouer sur un mystère dans lequel l'ambiance et le climat tiennent une place essentielle, en marge de tout. C'est un huis-clos à ciel ouvert, ma foi, réussi et qui se lit avec beaucoup de plaisir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com