Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Deux soeurs

Couverture du livre « Deux soeurs » de David Foenkinos aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072841842
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Du jour au lendemain, Étienne décide de quitter Mathilde, et l'univers de la jeune femme s'effondre. Comment ne pas sombrer devant ce vide aussi soudain qu'inacceptable? Quel avenir composer avec le fantôme d'un amour disparu? Dévastée, Mathilde est recueillie par sa soeur Agathe dans le petit... Voir plus

Du jour au lendemain, Étienne décide de quitter Mathilde, et l'univers de la jeune femme s'effondre. Comment ne pas sombrer devant ce vide aussi soudain qu'inacceptable? Quel avenir composer avec le fantôme d'un amour disparu? Dévastée, Mathilde est recueillie par sa soeur Agathe dans le petit appartement qu'elle occupe avec son mari Frédéric et leur fille Lili. De nouveaux liens se tissent progressivement au sein de ce huis clos familial, où chacun peine de plus en plus à trouver un équilibre. Il suffira d'un rien pour que tout bascule...
David Foenkinos dresse le portrait d'une femme aux prises avec les tourments de l'abandon. Mathilde révèle peu à peu une nouvelle personnalité, glaçante, inattendue. Deux soeurs, ou la restitution précise d'une passion amoureuse et de ses dérives.

Donner votre avis

Avis (26)

  • Où s'arrête l'amour d'une soeur ? Mathilde, professeur de français exemplaire, s'effondre suite à sa séparation brutale à l'initiative d'Étienne et à laquelle elle n'était absolument pas préparée.
    Agathe ne se pose aucune question et se montre très présente pour sa sœur, elle veut l'aider,...
    Voir plus

    Où s'arrête l'amour d'une soeur ? Mathilde, professeur de français exemplaire, s'effondre suite à sa séparation brutale à l'initiative d'Étienne et à laquelle elle n'était absolument pas préparée.
    Agathe ne se pose aucune question et se montre très présente pour sa sœur, elle veut l'aider, c'est "normal" et naturel, même si ce n'est pas facile tous les jours.
    David Foenkinos emmène le lecteur exactement là où il l'a décidé, page après page, en partant d'une histoire relativement banale, avec une intrigue de départ assez évidente, mais ça marche : j'ai tourné les pages les unes après les autres sans vraiment m'en rendre compte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Roman d'une rare intensité dramatique et glaçant à souhait. Dans une première partie, nous découvrons Mathilde, la « bonté incarnée » aux yeux de tous, enseignante de français, aimée de ses élèves, mais victime d'un « abandon » comme elle le qualifie lorsqu'Etienne la quitte, du jour en...
    Voir plus

    Roman d'une rare intensité dramatique et glaçant à souhait. Dans une première partie, nous découvrons Mathilde, la « bonté incarnée » aux yeux de tous, enseignante de français, aimée de ses élèves, mais victime d'un « abandon » comme elle le qualifie lorsqu'Etienne la quitte, du jour en lendemain. A partir de là, tout s'écroule pour Mathilde, elle qui avait misé toute sa vie, son être, son avenir sur cet amour. Elle entre dans une phase de dépression sévère et de souffrance intense. Puis, dans une deuxième partie, quand la haine prend le pas sur la dépression, et qu'elle est recueillie chez sa soeur Agathe et son beau-frère (qui porte d'ailleurs le même prénom que le héros de L'Education sentimentale, Frédéric) et leur petite Lili. Elle va devenir froide, méchante et manipulatrice, animée par la haine. de dépressive et victime, elle devient bourreau. « Peut-on devenir méchant à l'épreuve de la souffrance ? » On sent une vraie tension au fil des dernières pages, on sent qu'on bascule vers la tragédie annoncée. C'est tout le talent de Foekinos de nous amener, lentement mais sûrement vers le drame, sans savoir jusqu'à la fin qui en sera la victime et quelle forme il prendra, quoique. Il nous offre là un superbe thriller psychologique et intimiste car en huis-clos. L'écriture est ciselée, fluide, les chapitres sont plus ou moins courts, et ce roman se lit d'une traite

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’universalité de la rupture, son incompréhension et la douleur qu’elle peut engendrer sont (trop) bien décrites, laissant le lecteur dans cet inconfort, ce vide si caractéristique à ces moments de la vie. Une fin osée, qu’on ne soupçonne pas. On en tombe dans les dernières pages. Un roman qui...
    Voir plus

    L’universalité de la rupture, son incompréhension et la douleur qu’elle peut engendrer sont (trop) bien décrites, laissant le lecteur dans cet inconfort, ce vide si caractéristique à ces moments de la vie. Une fin osée, qu’on ne soupçonne pas. On en tombe dans les dernières pages. Un roman qui pose la question de l’équilibre de soi, qui ne tient parfois qu’à un fil. L’égoïsme humain a-t-il des limites ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L’écriture est là, fluide et agréable, le lien unique de deux sœurs dont le destin tragique n’a pas rapproché. Chaque souffrance est unique à chaque être humain. Et pourtant je n’ai pas accrochée ayant deviné très rapidement ce qui allait arriver, dommage

    L’écriture est là, fluide et agréable, le lien unique de deux sœurs dont le destin tragique n’a pas rapproché. Chaque souffrance est unique à chaque être humain. Et pourtant je n’ai pas accrochée ayant deviné très rapidement ce qui allait arriver, dommage

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Peut-être y-a-t-il des souvenirs d'enfance qui attendent toute une vie pour remonter à la surface et détruire tout sur leur passage ?
    Mathilde et Agathe ont été marqués par la disparition précoce de leur père puis le long déclin de leur mère. Pourtant, elles ont réussi à se construire une vie...
    Voir plus

    Peut-être y-a-t-il des souvenirs d'enfance qui attendent toute une vie pour remonter à la surface et détruire tout sur leur passage ?
    Mathilde et Agathe ont été marqués par la disparition précoce de leur père puis le long déclin de leur mère. Pourtant, elles ont réussi à se construire une vie qui leur convient. Agathe est mariée à Frédéric et a une petite fille Lily. Mathilde de son côté est folle amoureuse d'Etienne , ils vivent ensemble et le mariage est évoqué. Et cerise sur le gâteau, cette dernière exerce un métier qu'elle adore : professeur de français. On peut dire que ces deux-là sont de bons exemples de résilience.
    Mais voilà que tout explose. Un soir, Etienne quitte Mathilde. Il retourne avec son ex petite amie Iris. La descente aux enfers commence pour Mathilde. Plongée dans un désespoir sans nom, elle sombre dans la dépression et perd peu à peu tout ce qui la retenait encore à la vie. Le cruel abandon en rappelle peut-être un autre ou du moins le réveille.
    Agathe décide alors d'accueillir sa soeur chez elle. le lecteur assiste alors à la transformation progressive de la douce Mathilde en un monstre d'égoïsme et surtout aux pensées quasi-paranoïaques. Il y a , à ce moment-là, comme un air de "Chanson douce" de Leila Slimani. Le huis-clos devient étouffant, on devine que rien ne peut sortir de bon de toute cette promiscuité et de ces non-dit. Et pourtant, la fin m'a quand même happée...Je sais que certains lecteurs ont pu éprouver un peu de déception avec ce dernier Foenkinos, différent des autres il est vrai.
    Pour ma part, ce que j'ai aimé c'est cette mise en abîme de la souffrance. le traumatisme bien enfoui se dévoile au fur et à mesure, comme dans un cruel jeu de poupées russes. Quand un abandon est réveillé par un autre, on découvre que le travail de deuil n'est pas fait et que le désespoir peut parfois confiner à la folie.
    "Deux soeurs" n'a pas la magie de "Vers la beauté" ni l'intensité de "Charlotte" mais il s'inscrit comme une oeuvre à part dans l'aventure littéraire de David Foenkinos et en ce sens il mérite qu'on s'y attarde.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • vec une ambiance pesante jusqu'au bout, David Foenkinos plonge son lecteur dans la psychologie de ses personnages. Des Deux soeurs, c'est Mathilde qui tient le rôle principal alors qu'Agathe, la soeur, intervient vraiment après une première partie entièrement consacrée à la première citée.
    Si...
    Voir plus

    vec une ambiance pesante jusqu'au bout, David Foenkinos plonge son lecteur dans la psychologie de ses personnages. Des Deux soeurs, c'est Mathilde qui tient le rôle principal alors qu'Agathe, la soeur, intervient vraiment après une première partie entièrement consacrée à la première citée.
    Si je n'ai pas lu tout ce qu'a publié David Foenkinos, j'ai surtout adoré Charlotte parce qu'il mettait en lumière, de façon originale, une artiste oubliée et malmenée par l'Histoire. Les Souvenirs, La délicatesse et Je vais mieux étaient davantage dans le même registre que Deux soeurs.
    Professeure de français dans un lycée parisien, Mathilde s'épanouit dans son métier d'autant plus qu'elle vit le grand amour avec Étienne, depuis cinq ans. Au retour de vacances réussies en Croatie, elle sent que le temps se gâte : « Elle avait comme un mauvais pressentiment. Celui d'avoir basculé dans une zone non affective ; une sorte de terrain vague qui préfigure le rejet. »
    Elle qui base son enseignement sur l'étude de Flaubert et de L'Éducation sentimentale car elle aime cette oeuvre avec passion, se retrouve en pleine tourmente quand son compagnon la quitte, une scène très pénible.
    Et là, tout se dégrade malgré des tentatives désespérées, demandes d'explication, supplications, recours à une voisine psychiatre, engrenage des médicaments et autres psychotropes…
    Nous faisons aussi connaissance avec l'heureuse rivale, Iris, retour d'Australie, une fille au parcours compliqué, ex d'Étienne, mariée aux antipodes puis de nouveau en France pour récupérer « son bien ».
    Si je suis plein d'empathie pour Mathilde pendant une bonne partie du livre, je la comprends moins ensuite, cet acharnement, son travail qu'elle assume de moins en moins bien et où tout se termine très mal.
    Heureusement, il y a la frangine qui reprend Mathilde en mains, la récupère chez elle et fait tout pour lui redonner goût à la vie, ce que sa soeur supporte de plus en plus mal.
    La descente, la dégringolade est bien menée, bien étudiée, l'auteur sait réserver des surprises, des événements inattendus dans une vie bien parisienne jusqu'au coup de théâtre final qu'il n'est pas question de divulgâcher mais qui choque tout de même.
    Chronique à retrouver en suivant ce lien : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/2019/07/david-foenkinos-deux-soeurs.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Même si l'écriture de David Foenkinos est toujours aussi agréable à lire, je n'ai pas été passionnée par le destin de ces deux soeurs.
    La première partie du livre nous raconte comment une femme peut perdre tout ses repères et ses motivations après une rupture à laquelle elle ne s'attendait pas...
    Voir plus

    Même si l'écriture de David Foenkinos est toujours aussi agréable à lire, je n'ai pas été passionnée par le destin de ces deux soeurs.
    La première partie du livre nous raconte comment une femme peut perdre tout ses repères et ses motivations après une rupture à laquelle elle ne s'attendait pas ...
    Dans la deuxième partie, entre en jeu la soeur de cette femme, et là, avec des airs de "Chanson Douce" ,la tension monte dans un huis clos familial assez oppressant .
    Cependant, pour moi le final est quand même un peu "too much" ...
    Un roman qui se lit facilement, et qui ouvre tout de même la voie à plusieurs axes de réflexions, la jalousie, la paranoïa , la folie, l'amour à n'importe quel prix ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La vie de Marhilde s'écroule le jour où Etienne la quitte. Elle se retrouve sous antidépresseurs et se rend au lycée en trainant les pieds.Elle qui aimait tant son métier de professeur de Français et ses élèves en arrive à gifler un de ses protégés pour un mot " mal compris " qui lui a fait très...
    Voir plus

    La vie de Marhilde s'écroule le jour où Etienne la quitte. Elle se retrouve sous antidépresseurs et se rend au lycée en trainant les pieds.Elle qui aimait tant son métier de professeur de Français et ses élèves en arrive à gifler un de ses protégés pour un mot " mal compris " qui lui a fait très mal.
    C'est le renvoi immédiat en attendant la sentence qui ne va pas tarder à tomber.
    Il lui faut quitter l'appartement mais où aller et sans travail que peut-elle faire ?
    Agathe, sa soeur lui propose de l'héberger quelque temps mais ils devront se serrer car elle vit avec mari et enfant dans un petit logement.
    Mathilde accepte. Au départ tout se passe bien mais le temps passant les tensions qui existaient entre les deux soeurs remontent à la surface ...... jalousie, envie, doute, manque de confiance l'une dans l'autre ........
    Au fil des pages l 'auteur nous fait plonger et sentir ce climat malsain dans lequel les soeurs et le beau-frère survivent ..........
    et pour terminer ce roman ........ une fin inattendue ...........
    Encore un très bon roman de cet auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.