Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Dès que sa bouche fut pleine

Couverture du livre « Dès que sa bouche fut pleine » de Juliette Oury aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782080429803
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

«Ce geste ne disait rien du désir de Bertrand, dont elle ne savait pas grand-chose, mais il parlait du jeune homme consciencieux qu'il était, de ceux qui avaient bien noté que les experts considéraient le rapport matinier, en ce qu'il rompait la chasteté de la nuit, comme le meilleur pour le... Voir plus

«Ce geste ne disait rien du désir de Bertrand, dont elle ne savait pas grand-chose, mais il parlait du jeune homme consciencieux qu'il était, de ceux qui avaient bien noté que les experts considéraient le rapport matinier, en ce qu'il rompait la chasteté de la nuit, comme le meilleur pour le métabolisme. Laetitia voyait que son amoureux mettait un point d'honneur à suivre les recommandations officielles et qu'il baisait donc équilibré, ne s'autorisant que peu d'écarts.» Dans ce monde où la place du sexe et celle de la nourriture sont inversées, le sexe rythme les journées de tous, tandis que la nourriture est une affaire de l'intime, d'amants, qu'il faut taire et qui fait rougir. Véritable expérience de lecture, Dès que sa bouche fut pleine est aussi un premier roman initiatique, l'histoire d'une jeune femme entraînée malgré elle par son désir, un désir défendu qu'elle va transformer en une force intime capable de la protéger contre toutes les formes d'aliénation. D'ailleurs, le désir et l'appétit sont-ils vraiment si différents ?

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (8)

  • Le pitch était intéressant : une société dans laquelle on ne mange que des barres sustentives sans goût, mais on s'invite pour coucher ensemble : le sexe a remplacé le repas.
    Certes, c'est bien vu et l'auteure transforme chaque situation à l'avenant.
    Bien sûr, ceux qui cuisine et mange des...
    Voir plus

    Le pitch était intéressant : une société dans laquelle on ne mange que des barres sustentives sans goût, mais on s'invite pour coucher ensemble : le sexe a remplacé le repas.
    Certes, c'est bien vu et l'auteure transforme chaque situation à l'avenant.
    Bien sûr, ceux qui cuisine et mange des aliments sont mal vu.
    Mais c'est un exercice de style et le récit ne m'a pas emporté.
    Tant pis.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • « Dès que sa bouche fut pleine, elle sut qu’elle n’oublierait jamais le goût, le plaisir, la puissance de cet instant, et que jamais, même si l’occasion se présentait un jour, même si quelqu’un était d’accord pour l’écouter, elle ne trouverait les mots pour en parler ».

    Chaque appartement,...
    Voir plus

    « Dès que sa bouche fut pleine, elle sut qu’elle n’oublierait jamais le goût, le plaisir, la puissance de cet instant, et que jamais, même si l’occasion se présentait un jour, même si quelqu’un était d’accord pour l’écouter, elle ne trouverait les mots pour en parler ».

    Chaque appartement, maison a au moins une banquette avec un beau drap dessus. Dans le monde de Juliette Oury, il y a inversement des valeurs et, c’est truculent, original et plaisant à lire
    Lætitia et Bertrand sont en couple, un couple bien tiède, un peu fade. Oui, chaque matin Bertrand « honore » Lætitia, presque sur injonction : « Depuis quelques années les experts considéraient le rapport matinier, en ce qu’il rompait la chasteté de la nuit, le meilleur pour le métabolisme »… Tanpis si Lætitia n’a pas très envie, Bertrand suit à la lettre les recommandations « Il baisait donc équilibré , ne s’autorisant que peu d’écarts » Pour lui, ce sont « des exercices de gainage » !!! Passons au p'tit déj : une barre sans odeur ni saveur. « Barres sustensives pour adultes. Protéines complètes et supplément vitaminique. Goût neutre. Suffisant à la survie humaine. Fabriquées en France »
    Voilà, j’entre dans le vif du sujet, d’autant que la radio annonce, dans le livre, qu’une certaine Reine Claude « une souteneuse célèbre pour avoir dirigé pendant près de vingt ans un réseau de cuisine clandestine ». Les forces de l’ordre ont retrouvé « Des ustensiles, des vivres et de nombreuses photographies … ainsi qu’une collection très importante de recettes dactylographiées ou manuscrites ». Oh, mon dieu, mon dieu, quelle histoire.
    Cette histoire va déclencher, chez Lætitia un souvenir d’enfance, le goût des mûres « Elle se rappelait avec violence l’acidité douce des mûres, leur goût, la piqûre du sucre sur la langue, les grains rocailleux qui crissaient sous la cent, la nouveauté absolue de ces sensations et l’envie qu’elles durent toujours ». Ce méfait là lui avait valu la colère de ses parents.
    L’envie est toujours présente, confirmée lorsqu’elle achète une pomme et la mange crue et elle a aimé même si elle se sent coupable… Un petit plaisir solitaire coupable !!!
    Un soir, Bertrand lui fait une surprise de roi, pense t-il, des morceaux de saumon achetés en contrebande. La surprise a fait flop « J’aurais plutôt imaginé autre chose, pour manger ensemble, peut-être en cuisinant et peut-être avec des ingrédients plus… moins… enfin avec des légumes ou des fruits par exemple ? ». Oui le plaisir des préliminaires, cuisiner à deux… Mais, bon, il ne comprend pas et va jusqu’à ouvrir de force la bouche de sa femme. « Son pouce passa sur sa bouche, puis insista sur son menton. Il voulait ouvrir la bouche de Lætitia. Elle résista . Il dit Ouvre. Elle fit non de la tête. Il répété : Ouvre. Elle ouvrit la bouche. Il poussa un râle ». Il l’a dominée.
    Enfin, elle saute le pas et s’inscrit à une cours de cuisine et là…. La découverte du plaisir de cuisiner, du plaisir du défendu et puis, c’est si bon. Ce plaisir, elle le partage avec les autres cuisiniers et Laurent, son collègue de travail qui a sauté le pas depuis longtemps. Son premier plat ? Une ratatouille « Elle faucha du bout de sa fourchette un morceau d’aubergine gris sombre, mou et luisant, et un petit cube de courgette brunie. D’une main tremblante, le yeux rivés sur ses légumes d’où montait en dansant une fumée transparente, elle les porta à sa bouche »

    Jeffe Jenny, la cuisinière a une théorie qui me rappelle quelque chose, et vous ? « La domination des hommes dans le dans le système patriarcal, était enracinée dans leur jalousie, dans leur terreur à l’égard de la capacité des femmes à nourrir le genre humain. »
    Un des participants, Barbe Mousse, leur parle de ses applications où l’on pouvait trouver des photos suggestives telle « une main indolemment posée sur un manche de casserole, une fourchette à la bouche, une serviette au coin des lèvre ». Même trouver quelqu’un avec qui bouffer en moins de dix minutes, des fois tarifé, des fois non.
    Le même Barbe Rousse l’invite à déguster quelque chose chez lui. Confiante, elle y va et… Elle se fait gaver sans son consentement. Il l’a prise par surprise, ceinturée et contrainte, un viol alimentaire «  Purée, quel pied, dit-il sans relâcher Lætitia. Qu’est-ce que tu es bonne, tu sais. Je te ferais bouffer des montagnes de piment, si c’était plus facile à trouver ». Oui, elle a été imprudente, et elle s’est fait gaver. Bertrand veut qu’elle porte plainte contre ses « fils de cuisinière », mais « tu es sûre que tu ne leur avais pas montré tes dents, même sans faire exprès, en les croisant ? »

    Dans ce livre, la baise quasi obligatoire est insipide et le vocabulaire en est plat alors que, lorsque l’autrice parle de cuisine, de goût, il y a de la jouissance, des couleurs, des odeurs, du plaisir.

    Juliette Oury renverse les rôles. Ici, la censure est culinaire. Tu peux montrer tes fesses, mais pas tes dents. Ce faisant, elle dénonce les tabous qui sont les nôtres quant à la

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une nouvelle société sans nourritures peut-elle exister ?
    Dans ce roman, cette société existe et la nourriture y est tabou, c'est le sexe qui prime dans les relations humaines que ce soit au travail ou entre amis ou en couple, elles sont obligatoires et de toute nature.
    Il n'y a pas un matin...
    Voir plus

    Une nouvelle société sans nourritures peut-elle exister ?
    Dans ce roman, cette société existe et la nourriture y est tabou, c'est le sexe qui prime dans les relations humaines que ce soit au travail ou entre amis ou en couple, elles sont obligatoires et de toute nature.
    Il n'y a pas un matin sans que Bertrand ne fasse l'amour avec Laetitia avant d'aller au travail. c'est aussi naturel que de manger dans notre société. Laetitia et Bertrand sont en couple et s'aiment. Ils ont un intérieur sans cuisine. Les barres anaromatiques ont remplacé toutes les nourritures.
    Acheter de la nourriture c'est mal et si vous le faites c'est en secret.
    Cependant, Laetitia a des souvenirs d'avoir aimé des aliments dans son enfance et a faim mais d'une faim autre que celle du sexe qui lui tord le ventre et l'incite à vivre en secret une aventure culinaire. Elle va tromper Bertrand.

    Avec cette dystopie, l'auteure écrit un livre tout à fait original, elle montre la nourriture et la cuisine comme étant finalement plus érotique que le sexe lui-même. Les saveurs, les textures, les mélanges sont beaucoup plus attrayants que toutes les positions sexuelles.
    Avec pudeur mais sans tabou, les scènes sont décrites sans excès et invitent plutôt le lecteur à se poser des questions sur les relations humaines, sur celle de laetitia et Bertrand, très en sens unique au final.
    Une histoire déroutante, pas dénuée d’idées.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Ce roman est très original.
    Il est construit sur une idée amusante : l'amour se pratique quotidiennement, recommandation du gouvernement, mais la cuisine est strictement tabou.

    Le livre se lit très facilement, grâce au style dynamique.
    Il est rafraichissant tout en nous faisant...
    Voir plus

    Ce roman est très original.
    Il est construit sur une idée amusante : l'amour se pratique quotidiennement, recommandation du gouvernement, mais la cuisine est strictement tabou.

    Le livre se lit très facilement, grâce au style dynamique.
    Il est rafraichissant tout en nous faisant réfléchir.

    A lire en cette période difficile.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • C'est un roman très original basé sur une idée percutante : un futur dystopique où l'amour se pratique quotidiennement entre amants, collègues et amis mais ou le fait de déguster ou de cuisiner des plats est frappé d'interdit.

    Sur ce postulat, l'autrice nous fignole un très joli conte...
    Voir plus

    C'est un roman très original basé sur une idée percutante : un futur dystopique où l'amour se pratique quotidiennement entre amants, collègues et amis mais ou le fait de déguster ou de cuisiner des plats est frappé d'interdit.

    Sur ce postulat, l'autrice nous fignole un très joli conte initiatique sur la découverte de soi et finalement l'émancipation de la jeune héroïne.

    L'écriture est sublime notamment sur les moments culinaires qui en deviennent "jouissifs" (je ne regarderais plus jamais une figue de la même manière).

    C'est une lecture rafraichissante qui se déguste comme un très bon verre de vin blanc , je recommande particulièrement cette lecture en ces temps de rentrée moroses.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Imaginez un monde où les rôles du sexe et de la nourriture sont inversés : le soir on s’invite à « baiser » entre amis, le midi on fait des pauses masturbatoires entre collègues, mais les ébats culinaires eux sont réservés à la sphère intime…
    Dans ce roman, nous suivons Laëtitia, une trentaine...
    Voir plus

    Imaginez un monde où les rôles du sexe et de la nourriture sont inversés : le soir on s’invite à « baiser » entre amis, le midi on fait des pauses masturbatoires entre collègues, mais les ébats culinaires eux sont réservés à la sphère intime…
    Dans ce roman, nous suivons Laëtitia, une trentaine d’années en couple avec Bertrand, qui n’est pas comblée dans sa vie et qui va repousser ses limites et se rapproche du graal. C’est l’histoire de l’émancipation de Laëtitia.
    Juliette Oury intervertit les rôles pour dénoncer des tabous.

    Une dystopie osée et surprenante.
    Ce roman d’apprentissage est drôle et original qui amène le lecteur à réfléchir sur la place de l’un comme de l’autre. Juliette Oury nous livre une fable initiatique tout en finesse.
    Quant à la plume, elle est d’une telle fluidité et emplie d’imagination que je me suis laissée envoûter.
    Des jeux de mots et des situations cocasses sont au rendez-vous.
    J’ai trouvé ce roman divertissant et audacieux d’ailleurs j’ai redécouvert l’art culinaire.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Imaginez un monde où l’on inverse la nourriture et le sexe !
    Un monde où le rapport matinal est considéré par les experts comme « le meilleur pour le métabolisme ».
    Le gouvernement recommande des rapports réguliers, équilibrés et de varier les positions ! Il faut bien évidemment éviter de...
    Voir plus

    Imaginez un monde où l’on inverse la nourriture et le sexe !
    Un monde où le rapport matinal est considéré par les experts comme « le meilleur pour le métabolisme ».
    Le gouvernement recommande des rapports réguliers, équilibrés et de varier les positions ! Il faut bien évidemment éviter de sauter des rapports !
    Un monde où l’on parle de sexe facilement et où parler nourrir et cuisine est tabou.
    Un monde où les sujets culinaires sont très personnels et ne sont évoqués que dans l’intimité……
    Un monde où la brigade des mets arrête les gens en possession de matériels de cuisine, où il est interdit de manger en public et où la cuisine clandestine est condamnable !
    Afin de rompre avec un quotidien monotone, notre héroïne va succomber à la tentation et prendre des cours de cuisine clandestine…..
    Vous l’aurez compris, c’est un roman très original ! Drôle, surprenant et qui pousse à la réflexion !
    Je vous conseille cette aventure littéraire !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une société dans laquelle, les valeurs accordées à la sexualité et aux plaisirs de la table seraient inversées, voilà l’idée originale développée par l’autrice, Mme « Reine Claude » y est proscrite pour ses activités subversives de gastronomie, le standard de nourriture est la barre sustentive...
    Voir plus

    Une société dans laquelle, les valeurs accordées à la sexualité et aux plaisirs de la table seraient inversées, voilà l’idée originale développée par l’autrice, Mme « Reine Claude » y est proscrite pour ses activités subversives de gastronomie, le standard de nourriture est la barre sustentive anaromatique ayant éloigné la notion de nourriture différenciée et les pratiques sexuelles sont banalisées, plus de retenue, plus de mystère. Une trame romanesque drôlissime mettant en boite et pointant avec humour des comportements guidés par des règles tacites de vivre ensemble d’un conformisme confondant. Mais la résistance existe et s’organise et laetitia y souscrit pleinement. La redécouverte de la confection de la ratatouille sous la baguette de la cheffe Jenni est passage particulièrement réjouissant ! Excellent premier roman qui réhabilite l’art de la cuisine !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.