Des noeuds d'acier

Couverture du livre « Des noeuds d'acier » de Sandrine Collette aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253176015
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • J'ai découvert Sandrine Collette avec "un vent de sable" et récidivé avec bonheur avec "des noeuds d'acier" .
    Roman oppressant à souhait . découvrir à travers le personnage de Théo la capacité d'adaptation de l'être humain à des conditions "contre-nature"... comment peut on perdre sa dignité ...
    Voir plus

    J'ai découvert Sandrine Collette avec "un vent de sable" et récidivé avec bonheur avec "des noeuds d'acier" .
    Roman oppressant à souhait . découvrir à travers le personnage de Théo la capacité d'adaptation de l'être humain à des conditions "contre-nature"... comment peut on perdre sa dignité si l'on veut survivre...comment analyser les failles d'un bourreau afin de s'en servir ? Comment perdre toute empathie pour le genre humain ? Comment devenir associal et "fou " après de telles "expériences "...
    Pseudo huis-clos passionnant... l'enfer , c'est les autres, l'enfer, c'est Théo... Bravo Mme Collette !!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une liberté fraîchement retrouvée, presque aussitôt reperdue, de manière effrayante. C'est à cet instant qu'une ambiance oppressante s'installe, un climat pesant qui nous embarque quasiment sans répit.
    Toute une palette d'émotions nous envahit, crainte, peur, aversion, pitié, espoir, dégoût,...
    Voir plus

    Une liberté fraîchement retrouvée, presque aussitôt reperdue, de manière effrayante. C'est à cet instant qu'une ambiance oppressante s'installe, un climat pesant qui nous embarque quasiment sans répit.
    Toute une palette d'émotions nous envahit, crainte, peur, aversion, pitié, espoir, dégoût, désillusion...
    L'auteur excelle à décrire la déchéance de ses personnages, leur noirceur, le ressenti de Théo, ses humiliations, ainsi que son environnement hostile et crasseux, au point d'esquisser quelques grimaces pendant la lecture. Angoissant à souhait.
    On referme ce roman l'esprit marqué par cette histoire qui ne laisse pas indemne.

    Un thriller dur, sombre, qui prend aux tripes et tient littéralement le lecteur en haleine jusqu'au bout. Terriblement captivant.


    http://www.faimdelire.com/2018/02/des-nuds-dacier-de-sandrine-collette.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Difficile de sortir de ce livre si noir, je l'ai dévoré. Théo sort de prison, pour se ressourcer et s'éloigner de son frère il part dans une maison d'hôte perdue au milieu de nulle part. Et là l'horreur commence, lors d'une randonnée solitaire il est kidnappé par 2 vieillards qui vont faire de...
    Voir plus

    Difficile de sortir de ce livre si noir, je l'ai dévoré. Théo sort de prison, pour se ressourcer et s'éloigner de son frère il part dans une maison d'hôte perdue au milieu de nulle part. Et là l'horreur commence, lors d'une randonnée solitaire il est kidnappé par 2 vieillards qui vont faire de lui leur esclave. Enchainé, battu, il va devenir l'ombre de lui même, ils l'appellent : "le chien". Il sort de prison, il en a vu d'autres mais là...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout commence un jour quelque part.
    Sandrine Collette nous livre à travers « Des Nœuds d’Acier » son premier roman. A peine sorti de prison, Théophile Béranger,se retrouve malgré lui enfermé dans la cave d’une maison forestière isolée. Ces geôliers sont deux vieillards souffrant de démence...
    Voir plus

    Tout commence un jour quelque part.
    Sandrine Collette nous livre à travers « Des Nœuds d’Acier » son premier roman. A peine sorti de prison, Théophile Béranger,se retrouve malgré lui enfermé dans la cave d’une maison forestière isolée. Ces geôliers sont deux vieillards souffrant de démence sénile, au caractère atypique. Loin d’être complémentaires, ces deux frères font vivre à « leur chien » une vie de misère remplie de corvées éreintantes. Une ambiance oppressante voire étouffante, entoure ce thriller psychologique. Sous forme de huis clos, l’histoire de cette captivité nous est comptée.
    Comment fuir son bourreau ? Comment lutter pour survivre ? Comment oublier son quotidien, sa vie, ses souvenirs ? Comment devenir quelqu'un d'autre sous l'oppression d'un tiers ? Comment réussir à ne pas s'attacher à ceux qui vous nourrissent, vous font vivre ? Comment supporter l’humiliation, la souffrance ? A travers ces 257 pages, Sandrine Collette nous force à nous plonger dans cet univers à la réalité déconcertante et à nous interroger sur nos propres limites.
    Cher lecteur, il vous faudra des nerfs d’acier pour supporter cette atmosphère claustrophobique ! Un très bel essai pour cette nouvelle auteur qui, je l’espère, ne s’arrêtera pas là !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Connaissez-vous Kaa ?
    Mais si voyons, le serpent du livre de la jungle.
    Sandrine Collette est Kaa... Un regard envoutant, charmeur, vous êtes pris au piège... comme le personnage de son roman, Des nœuds d'acier.
    D'ailleurs, elle est maître dans l'art des noeuds Sandrine, parce que vos...
    Voir plus

    Connaissez-vous Kaa ?
    Mais si voyons, le serpent du livre de la jungle.
    Sandrine Collette est Kaa... Un regard envoutant, charmeur, vous êtes pris au piège... comme le personnage de son roman, Des nœuds d'acier.
    D'ailleurs, elle est maître dans l'art des noeuds Sandrine, parce que vos entrailles s'en souviendront de ce livre.
    Théo, libéré de prison après 19 mois décide de repartir à zéro. Théo n'est pas un enfant de cœur, il a envoyé son frère à l’hôpital, d'où il ne sortira jamais d'ailleurs, par vengeance, il l'a massacré parce qu'il avait couché avec la femme de sa vie. Théo ne plaisante pas avec ça.
    Il part se ressourcer en montagne et.... fait le mauvais choix.
    Si vous aimez, comme moi, la randonnée, vous allez y réfléchir à deux fois avant de vous lancer à l'assaut des plus beaux sentiers de notre cher pays.
    Parce que, en guise de belle balade, Sandrine Collette nous invite ..... Mais, chut ! je ne dis rien, il faut garder le suspense.
    Bref, si vous ne l'avez pas compris, Des noeuds d'acier est un thriller, un vrai, de ceux dont on se souvient longtemps, avec des personnages comme on espère ne jamais en rencontrer. Dans un endroit isolé où on ne vous trouvera jamais.
    Un roman d'une violence parfois insoutenable.
    Mais, quel talent chez cette auteure.
    Une première fois j'ai abandonné cette lecture, puis, quelques semaines plus tard, je l'ai reprise. Prêt cette fois à affronter l'horreur, et, j'ai eu raison, je ne l'ai plus lâchée.
    Âmes sensibles...ne pas s'abstenir, mais soyez prévenues, ça va remuer...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En suivant Théo dans son chemin de croix, j'ai cru d'abord m'enfoncer sur le causse Méjean, près des gorges, dans ce merveilleux paysage désertique, montagneux mais qui semble tellement âpre.
    Puis l'ambiance du récit a tout plombé et je me suis senti glissé dans une tension et une angoisse...
    Voir plus

    En suivant Théo dans son chemin de croix, j'ai cru d'abord m'enfoncer sur le causse Méjean, près des gorges, dans ce merveilleux paysage désertique, montagneux mais qui semble tellement âpre.
    Puis l'ambiance du récit a tout plombé et je me suis senti glissé dans une tension et une angoisse digne du film « délivrance » de John Borman.
    Quoiqu'il en soit avant d'en arrivé là, Théo purgeait une peine de prison pour avoir grièvement blessé son frère et l'avoir définitivement cloué dans un fauteuil.
    A sa sortie, après 18 mois d'enfermement, Théo a deux choix. Rendre visite à Lil, la femme qu'il aime toujours ou bien Max, son frère, l'homme qui a tenté de séduire la dite femme.
    La rancune l'emportant , Théo débarque dans une maison de convalescence pour rencontrer l'infortuné frangin et naturellement, la visite tourne très vite au vinaigre et notre personnage prend la fuite et commence une cavale.
    Elle le mène dans une région isolée où il se pose et passe quelques jours à découvrir la nature lors de randonnées. Jusqu'au jour où l'une d'elles le mène tout droit dans une zone plus reculée encore mais majestueuse et sauvage habitée par deux vieux à la mine patibulaire : Basile et Joshua.
    A partir de là Théo et le lecteur glissent désespérément vers l'enfer.
    Horreur, noirceur et angoisse transpirent au fil des pages dans une écriture maitrisée. La misérable situation de notre ex-tôlard aux côtés des deux dégénérés est d'une cruelle vraissemblance. Toutes les étapes de la séquestration s'enchainent le refus d'y croire, l'abdiquation avec les descriptions d'un quotidien infâme et l'avilissement exercé par les deux vieux, la recherche d'une reconnaissance de la part des bourreaux et son revers, la détestation de soi et la haine pour l'autre mais jamais assez forte pour trouver la motivation tant est grand l'affaiblissement du corps.
    Finalement, les jours, les mois et les saisons passent avec toujours plus de violence physique, psychologie. Jusqu'au jour où...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Théo, tout juste sorti de prison où il a purgé une peine pour avoir grièvement blessé son frère deux ans auparavant, va se voir impliqué dans une aventure inhumaine intolérable, aventure qui l’emmène à la limite de la folie et de la mort. Théo avait deux possibilités en sortant de prison, rendre...
    Voir plus

    Théo, tout juste sorti de prison où il a purgé une peine pour avoir grièvement blessé son frère deux ans auparavant, va se voir impliqué dans une aventure inhumaine intolérable, aventure qui l’emmène à la limite de la folie et de la mort. Théo avait deux possibilités en sortant de prison, rendre visite à Lil, la femme qu’il aime toujours, ou à Max, le frère qu’il a rendu infirme à vie, celui qui lui a volé Lil et à qui il en veut toujours autant. C’est cette visite interdite qu’il choisit, elle se déroule mal, il fuit et se retrouve en montagne. Là, il se pose, passe quelques jours à découvrir la nature, se ressourcer, jusqu’au jour où l’hôtelière lui conseille une balade. Dans une zone majestueuse et particulièrement sauvage, il arrive chez deux vieux fous, Blaise et Joshua. A partir de ce moment-là, les choses tournent terriblement mal pour Théo….
    Ici, l’auteur nous entraine dans une région isolée, à la montagne, loin du polar urbain des zones sensibles et déshumanisées, là où la nature parait si belle qu’elle ne peut engendrer que beauté et bonté ! Et pourtant, on a tous entendu parler de ces femmes séquestrées pendant des années, esclaves sexuelles d’hommes qui eux vivaient presque normalement dans la société. Alors, pourquoi ne pas imaginer l’inimaginable. Dans Des nœuds d’acier, ce n’est pas une femme, mais un homme, qui sera victime de deux fous.
    L’écriture est maitrisée, le suspense aussi, la crédibilité s’instille peu à peu, d’abord le refus d’y croire, puis les descriptions d’un quotidien, des jours, des semaines et des saisons qui mettent le lecteur dans la situation du voyeur incrédule… et si c’était vrai, et si c’était possible ? D’autant que l’auteur nous prévient dès les premières pages : « La France profonde. La misère sociale… Car ceci est une histoire vraie. » Étonnant roman noir qui pousse la violence dans ce qu’elle a de plus gratuit, de plus féroce, de plus inhumain. La perception des personnages, la violence physique ou psychologique, l’esclavage et la torture, mais aussi l’amour et la haine, la soumission et la révolte, l’entre-aide, la peur, tous ces sentiments divers sont décrits dans des situations à la limite du réalisme. Des nœuds d’acier était un premier roman, j’ai hâte de découvrir ce que Sandrine Collette a écrit depuis !

    https://domiclire.wordpress.com/2016/11/23/des-noeuds-dacier-sandrine-collette/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ames sensibles s'abstenir ! les personnes à priori les plus vulnérables sont en réalité des monstres et la brute devient esclave. J'ai lu ce livre pratiquement sans m'arrêter, obsédée par le sort du personnage principal. L'histoire m'a rappelé le film de John Bormann "délivrance".

    Ames sensibles s'abstenir ! les personnes à priori les plus vulnérables sont en réalité des monstres et la brute devient esclave. J'ai lu ce livre pratiquement sans m'arrêter, obsédée par le sort du personnage principal. L'histoire m'a rappelé le film de John Bormann "délivrance".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Théo sort de prison et part reprendre ses esprits dans un coin perdu d’une vallée désertique. Lors d’une randonnée, il découvre une vieille ferme complètement isolée et se fait mettre en joue par un vieil homme.
    C’est là que le cauchemar commence. Enfermé dans une cave la nuit, il sert de «...
    Voir plus

    Théo sort de prison et part reprendre ses esprits dans un coin perdu d’une vallée désertique. Lors d’une randonnée, il découvre une vieille ferme complètement isolée et se fait mettre en joue par un vieil homme.
    C’est là que le cauchemar commence. Enfermé dans une cave la nuit, il sert de « chien » au deux frères habitant la ferme. Pendant un an et demi, il doit obéir à tous leurs ordres, faire tous leur travaux.
    Horreur, noirceur, angoisse transpirent au fil des pages. Une parfaite maîtrise de l’écriture pour décrire la folie de ces deux dégénérés et la situation inextricable dans laquelle se trouve Théo.
    J’ai d’autant plus frémi à la lecture de ce roman que sans cesse je faisais le parallèle avec une histoire bien réelle arrivée dans un village meusien.
    Un agriculteur arriéré avait épousé par petite annonce une jeune asiatique. Attachée, maltraitée, elle a subi des années le joug de son mari épaulé par sa mère. Elle a réussi à s’enfuir et à regagner la ville de Commercy où elle fut entendue et soignée.
    J’ai lu son histoire il y a longtemps mais ne parvient plus hélas à me souvenir du titre du livre.
    De telles histoires arrivent malheureusement tat dans des campagnes reculées que dans des villes.
    La nature humaine peut se montrer bien noire et déjantée et gare à qui tombe dans les mains de pervers détraqués.
    Bravo à Sandrine Collette qui a su trouver le ton juste pour nous plonger dans cette histoire sordide.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je dois d’abord vivement remercier mon amie, Sachacha Sand, pour m’avoir menacée de mille maux (naaan, joke!) pour que je découvre cet auteur et merci à Sandrine Collette pour sa gentille dédicace (et oui, c’est vrai que les nœuds d’acier n’est pas le roman le plus « cool » pour une...
    Voir plus

    Je dois d’abord vivement remercier mon amie, Sachacha Sand, pour m’avoir menacée de mille maux (naaan, joke!) pour que je découvre cet auteur et merci à Sandrine Collette pour sa gentille dédicace (et oui, c’est vrai que les nœuds d’acier n’est pas le roman le plus « cool » pour une découverte!).

    Ah oui merci, vraiment, hein! 250 pages de claustrophobie, de huis clos intenable, de révolte, de souffrance, de désespoir et de désespérance, de solitude profonde, lues en apnée en une soirée! En refermant le bouquin, j’étais à deux doigts d’appeler les pompiers… mais je me suis contentée de sortir prendre une grande bouffée d’air frais! La délivrance!

    Après plus de 200 avis sur ce site, je ne vais pas être très originale. Pour un premier roman, quelle maîtrise de l’écriture! Un registre lexical de la séquestration tellement riche qu’à aucun moment je n’ai senti de redondances dans le texte.
    L’auteur a su attirer la compassion, la sympathie, l’empathie pour Théo qui est pourtant loin d’être un enfant de chœur!
    Sandrine Collette a su installer une ambiance angoissante, sans tomber dans le piège de description de violences ou de tortures gratuites. Pourtant les scènes sont parfois insoutenables de cruauté. Les sévices sont tout autant physiques que psychologiques dans le but d’avilir Théo, de le déshumaniser, de le réduire à l’état de bête encore plus que celui d’esclave.

    Et pourtant Théo tient le choc, en perdant beaucoup de lui mais avec son instinct de survie parfois irrationnel alors que la mort pourrait apparaître comme une délivrance, une échappatoire logique et honorable. Il tient le coup mais le syndrome de Stockholm plane au dessus de lui.

    Plus de quinze mois aux mains de deux vieillards fous, de leurs proches, dans une région isolée de la France profonde où co-sanguinité et alcoolisme font des ravages depuis des générations. Un portrait de l’amoralité la plus totale dans notre société moderne où l’esclavage est toujours présent!

    Ce roman noir est bouleversant et si Théo est loin d’en sortir indemne, il en est de même pour le lecteur!

    Hâte de lire le second roman de la dame pour transformer cet essai!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com