Des hommes couleur de ciel

Couverture du livre « Des hommes couleur de ciel » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire
Résumé:

Dans le pays où est né Oumar, il n'existe pas de mot pour dire ce qu'il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ».
Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et ose embrasser des garçons... Voir plus

Dans le pays où est né Oumar, il n'existe pas de mot pour dire ce qu'il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ».
Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et ose embrasser des garçons dans l'obscurité des clubs. Mais il ne vit sa liberté que prudemment et dissimule sa nouvelle vie à son jeune frère Kirem, à la colère muette.
Par une journée de juin, Oumar est soudain mêlé à l'impensable, au pire, qui advient dans son ancien lycée.
La police est formelle : le terrible attentat a été commis par un lycéen tchétchène.
Des hommes couleur de ciel est l'histoire de deux frères en exil qui ont voulu reconstruire leur vie en Europe. C'est l'histoire de leurs failles et de leurs cicatrices. Une histoire d'intégration et de désintégration.

Donner votre avis

Avis(6)

  • C'est clair, "Des hommes couleur de ciel" d'Anais Llobet est un vrai petit bijou dans cette rentrée littéraire d'hiver 2019. C'est l'histoire d'hommes tchétchènes qui cherchent une vie meilleure en partant aux Pays-bas, à La Haye, en particulier le jeune Oumar qui se fait appeler Adam.

    Le...
    Voir plus

    C'est clair, "Des hommes couleur de ciel" d'Anais Llobet est un vrai petit bijou dans cette rentrée littéraire d'hiver 2019. C'est l'histoire d'hommes tchétchènes qui cherchent une vie meilleure en partant aux Pays-bas, à La Haye, en particulier le jeune Oumar qui se fait appeler Adam.

    Le ton est donné dans le début du roman : un attentat a eu lieu à l'intérieur d'un lycée. Un élève tchétchène serait à l'origine du massacre. Oumar, le personnage principale de ce roman est soudain mêlé à l'impensable...

    Un livre fort avec beaucoup de force, de douceur, d'espoir, d'obscurité, de silence. Ce roman résonne dans notre société car il parle de sujet tellement important comme la différence, l'intégration et la désintégration, de notre société, d'intolérance et d'identité.

    "Des hommes couleur de ciel" traite en grande partie du sujet de l'homosexualité, d'avoir le courage de pouvoir vivre sa vie comme bon nous semble malgré une culture, un pays, une famille qui ne peut le tolérer. C'est un regard sur la fragilité de la vie face à la violence des actes.

    Ce roman dépasse le cadre de la fiction, il est le témoin d'une société, d'une pensée qui malheureusement ne laisse, n'accorde pas les libertés auxquels on pourrait avoir le droit. Quitter son pays pour pouvoir vivre sa vie est d'une brutalité intense.

    Anais Llobet écrit un grand roman, un roman important, qui frappe, qui percute, qui fait réfléchir. Un livre marquant en ce début d'année, que beaucoup de monde devrait lire, pour qui sait, peut être charger les consciences. Un grand bravo Anais Llobet.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • La Haye. Pays-Bas.

    Un attentat dans un lycée.

    Un élève d'origine tchétchène serait à l'origine du massacre.

    Un livre fort, très fort. Un livre témoin de notre époque. Un livre témoin d'une humanité toute entière. de notre inhumanité.

    Un livre qui fait beaucoup réfléchir.

    Il parle...
    Voir plus

    La Haye. Pays-Bas.

    Un attentat dans un lycée.

    Un élève d'origine tchétchène serait à l'origine du massacre.

    Un livre fort, très fort. Un livre témoin de notre époque. Un livre témoin d'une humanité toute entière. de notre inhumanité.

    Un livre qui fait beaucoup réfléchir.

    Il parle de l'intégration, de la différence, de l'intolérance, du déracinement. de la différence. de la suspicion.

    Ce livre m'a énormément parlé. Qui m'a ébranlé. Il traite également de l'homosexualité, de la possibilité d'être soi-même ou pas lorsque notre culture, notre société, notre famille ne le tolère pas. Il parle de s'autoriser ou pas à vivre lorsque notre culture nous dicte que nous sommes une sorte d'erreur.

    Aujourd'hui et maintenant, et ici, oui nous avons des droits. Mais ailleurs ? Mais demain ? Notre humanité ne tient qu'à un filet et Anaïs Llobet nous le rappelle douloureusement dans un ouvrage plein de finesse, d'émotion et de vérités difficiles à entendre.

    C'est le roman de notre drôle d'époque où la liberté ne s'exerce pas de la même manière selon les êtres. Ou l'amour ne sauve pas de tout. Lecture oh combien douloureuse. Oh combien primordiale.

    Ce livre va me rester dans la tête longtemps. Il m'a blessé. Il m'a douloureusement ouvert les yeux. Il frappe le coeur et l'esprit. Il fait mal. Il est ce que la littérature a de meilleur à offrir, véritable.

    Un roman salutaire. Important. Un livre qui marquera 2019.

    Un cri silencieux.

    Ce sont les plus déchirants.

    Les plus marquants.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com