Des éclairs

Couverture du livre « Des éclairs » de Jean Echenoz aux éditions Minuit
  • Date de parution :
  • Editeur : Minuit
  • EAN : 9782707321268
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Gregor a inventé tout ce qui va être utile aux siècles à venir. Il est hélas moins habile à veiller sur ses affaires, la science l'intéresse plus que le profit. Tirant parti de ce trait de caractère, d'autres vont tout lui voler.
Pour le distraire et l'occuper, ne lui resteront que la compagnie... Voir plus

Gregor a inventé tout ce qui va être utile aux siècles à venir. Il est hélas moins habile à veiller sur ses affaires, la science l'intéresse plus que le profit. Tirant parti de ce trait de caractère, d'autres vont tout lui voler.
Pour le distraire et l'occuper, ne lui resteront que la compagnie des éclairs et le théâtre des oiseaux. Fiction sans scrupules biographiques, ce roman utilise cependant la destinée de l'ingénieur Nikola Tesla (1856-1943) et les récits qui en ont été faits. Avec lui s'achève, après Ravel et Courir, une suite de trois vies.

Donner votre avis

Avis(8)

  • J'ai toujours autant de plaisir à croquer ces portraits sensibles et ciselés de Jean Echenoz. C'est Nicolas Tesla qui inspire celui-ci, génie scientifique de l’énergie électrique, dandy, hypocondriaque asexué et incompris.

    J'ai toujours autant de plaisir à croquer ces portraits sensibles et ciselés de Jean Echenoz. C'est Nicolas Tesla qui inspire celui-ci, génie scientifique de l’énergie électrique, dandy, hypocondriaque asexué et incompris.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le premier chapitre démarre dans un tourbillon, que dis-je, un maelström : vent, pluie, éclairs… tout y passe pour faire de l’arrivée de Nikola Tesla alias Gregor un acte hors du commun et donc, de facto : un personnage hors du commun.

    Voilà, la base est posée….. rajoutons les Carpates, une...
    Voir plus

    Le premier chapitre démarre dans un tourbillon, que dis-je, un maelström : vent, pluie, éclairs… tout y passe pour faire de l’arrivée de Nikola Tesla alias Gregor un acte hors du commun et donc, de facto : un personnage hors du commun.

    Voilà, la base est posée….. rajoutons les Carpates, une ambiance de fin du monde et nous y sommes.

    Echenoz, dans ce dernier opus de « Une suite de trois vies » nous gâte.

    Gregor, est-ce le fait d’être né cette nuit d’orage, dans le noir…. voue une grande passion pour l’électricité. De cet esprit avide de connaissance, surdoué naîtra le courant alternatif et qui a prévu la naissance de « La radio. Les rayons X. L'air liquide. La télécommande. Les robots. Le microscope électronique. L'accélérateur de particules. L'Internet. J'en passe », Echenoz nous le montre comme un personnage hors du commun avec un caractère « ombrageux, méprisant, susceptible, cassant ».
    Arrivé aux Etats-Unis vers 30 ans, il est engagé par Thomas Edison qui n’aura de cesse de discréditer son invention du courant alternatif, lui qui « n’à découvert que » le courant continu.
    Passant à la concurrence, chez Georges Westinghouse, il voit son train de vie s’améliorer, découvre la vie mondaine et le plaisir de se montrer en public avec de grands tubes lumineux et d’étincelles spectaculaires, qui font se pâmer les femmes et frémir tout le monde.

    Le seul problème de taille que connait Gregor c’est son inadaptation au monde moderne. Toujours une invention en tête, il ne pense pas à faire breveter correctement ses découvertes et se les fait piller. Avec son idée fixe d’électriser gratuitement la terre entière, il se met, petit à petit, tous ses mécènes à dos et passera d’un hôtel de très grand luxe à un hôtel minable et mourra seul et misérable.
    En dehors de l’électricité, la seule passion développée par Gregor est son amour des pigeons alors qu’il ne supporte aucune saleté, il va aller jusqu’à les garder dans sa chambre d’hôtel.

    Echenoz, dans son écriture, suit le rythme trépident de cette époque de grandes découvertes. Son écriture est aussi électrisée que les inventions de Gregor avec ce qu’il faut d’ironie.

    Un vrai régal. A travers cet ours des Carpates, Echenoz a été capable de me faire comprendre certaines de ses découvertes et lorsque j’allume la lumière, j’ai une petite pensée pour Nikola Tesla

    Une belle trilogie et un coup de cœur, comme le furent Ravel et Courir.

    En y repensant, je perçois dans ces 3 livres une grande solitude. Est-ce là l’apanage des surdoués et passionnés ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est l'histoire d'un livre qui se trouvait dans une petite bibliothèque, "Des éclairs", et vers lequel j'ai tendu la main immédiatement. Pour avoir vaguement entendu parler de M. Echenoz, il était l'heure de le découvrir. Drôle d'entrée en matière, pour une critique...

    A la lecture de la...
    Voir plus

    C'est l'histoire d'un livre qui se trouvait dans une petite bibliothèque, "Des éclairs", et vers lequel j'ai tendu la main immédiatement. Pour avoir vaguement entendu parler de M. Echenoz, il était l'heure de le découvrir. Drôle d'entrée en matière, pour une critique...

    A la lecture de la quatrième de couverture, j'ai douté de l'intérêt que je porterais à cet ouvrage... Le courant alternatif, pour moi qui suis loin, loin, très loin de la science et de ses fondements, j'ai quelque peu fait la moue...

    Et puis, je l'ai commencé, lu avidement, et terminé presque avec désolation et un pincement au coeur.

    Gregor, c'est un gentil fou, un semblant d'illuminé, qui aime découvrir et inventer des choses. Ce qui m'a frappée chez lui, c'est cette volonté d'aller toujours plus loin, maladroitement souvent, projets inachevés, brevets non protégés, porte feuille désintéressé ; cette avidité, ce plaisir d'aller plus avant, de faire mille trucs à la fois, m'ont beaucoup plu. Un passionné, au-delà de son handicap, de sa différence, de ses tics et tocs, il poursuit son chemin, privilégiant ses recherches. Rien d'autre ne compte, hormis ses compagnons d'apaisement qu'il nourrit et soigne avec... amour.

    Il a certes beau sembler en tout point antipathique, il exerce sur ces dames un puissant attrait, en rendant jaloux bien plus d'un ! Mais derrière ce mur, ce roc, on constate malgré tout qu'il a un coeur, tout de même, ce "presque robot", qu'il sait s'attendrir, certes rarement, et ces moments sont doublement poignants.

    Alors je ne peux que remercier Jean Echenoz, qui a su attirer mon attention sur un domaine totalement abstrait pour moi, ce qui doit relever d'un certain talent, sans nul doute !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai d'abord lu le livre sur Emil Zatopek. J'avais tellement apprécié que j'ai eu envie d'en lire un autre.
    "Des éclairs" a bien confirmé ce que j'avais ressenti à la lecture de courir, Jean Echenoz est un écrivain remarquable.
    La lecture avec lui est vraiment un véritable plaisir. C'est...
    Voir plus

    J'ai d'abord lu le livre sur Emil Zatopek. J'avais tellement apprécié que j'ai eu envie d'en lire un autre.
    "Des éclairs" a bien confirmé ce que j'avais ressenti à la lecture de courir, Jean Echenoz est un écrivain remarquable.
    La lecture avec lui est vraiment un véritable plaisir. C'est fluide et l'histoire coule naturellement , on se laisse emporter sans aucun effort et on se retrouve à la fin du livre sans l'avoir vu passer.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions