Des coccinelles dans des noyaux de cerise

Couverture du livre « Des coccinelles dans des noyaux de cerise » de Nan Aurousseau aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

« Un loup dans la jungle, voilà ce que je suis. Un inadapté, un solitaire avec la rage au ventre parce qu'on m'a toujours méprisé. Une gueule un peu en biais, c'est vrai, une carcasse d'oiseau de proie qu'a rien croûté depuis six mois, et alors ? Je suis né dans la mort pour résumer. » A... Voir plus

« Un loup dans la jungle, voilà ce que je suis. Un inadapté, un solitaire avec la rage au ventre parce qu'on m'a toujours méprisé. Une gueule un peu en biais, c'est vrai, une carcasse d'oiseau de proie qu'a rien croûté depuis six mois, et alors ? Je suis né dans la mort pour résumer. » A Fresnes, où il fait un séjour pour vol avec ruse, François partage sa cellule avec Medhi, un cador du grand banditisme. Ce Medhi, c'est du lourd. D'ailleurs, il ignore superbement François qu'il considère comme de la pure gnognotte. François, de son côté, est tout miel, en rajoute et se fait le serviteur zélé et naïf de Medhi. Peu à peu, le lecteur découvre le plan machiavélique de François...
Des coccinelles dans des noyaux de cerise est un roman noir au rythme enlevé. Nan Aurousseau parle en connaisseur du milieu et brosse avec humour le portrait inquiétant d'un meurtrier hors du commun.
Un roman grand public.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Une très belle découverte qui mets en avant les côtés pervers de l'être humain.
    Jusqu'à la fin, j'ai été maintenu dans une sorte de suspens, je ne voyais pas tput à fait où voulait en venir l'auteur, d'autant que j'avais toujours en tête cette phrase de la 4e de couverture "Au fil des...
    Voir plus

    Une très belle découverte qui mets en avant les côtés pervers de l'être humain.
    Jusqu'à la fin, j'ai été maintenu dans une sorte de suspens, je ne voyais pas tput à fait où voulait en venir l'auteur, d'autant que j'avais toujours en tête cette phrase de la 4e de couverture "Au fil des semaines, les intentions de François vont se révéler...".
    Il y a bien des petits indices semés par-ci par-là, on sait qu'il se trame quelque chose, mais vraiment, je n'avais rien vu venir !
    C'est donc une très bonne lecture que j'ai pu faire grâve à Lecteurs.com et les éditions Buchet Chatel que je remercie pour l'envoi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le personnage principal de ce polar est un petit Gaulois qui vit de petites combines illégales. Bien sûr, il se fait prendre et a pour compagnon de cellule un gros malfrat respecté.

    Une fois sorti, François, notre héros, vit dans une caravane avec une femme peu avenante, mais qui va lui...
    Voir plus

    Le personnage principal de ce polar est un petit Gaulois qui vit de petites combines illégales. Bien sûr, il se fait prendre et a pour compagnon de cellule un gros malfrat respecté.

    Une fois sorti, François, notre héros, vit dans une caravane avec une femme peu avenante, mais qui va lui servir pour le gros coup qu’il prépare.

    Mais le plus intéressant, c’est qu’un gendarme l’interroge à propos de disparitions étranges de femmes âgées qu’il a côtoyé peu avant leur mort. Là, le récit a commencé à devenir intéressant pour moi. Comment François allait-il s’en sortir ?

    J’ai bien aimé la seconde moitié du roman, à partir de l’intervention de l’enquêteur. Avant, je trouvais que le récit se traînait un peu. C’est à partir de là que l’on comprend pourquoi les coccinelles sculptées dans des noyaux de cerise ont leurs importances.

    J’ai aimé les astuces de François et son final grandiose.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de la mère de François, enceinte mais dans le coma. Aurait-il absolument fallu la maintenir en vie pour sauver son fils ?

    http://alexmotamots.fr/des-coccinelles-dans-des-noyaux-de-cerise-nan-aurousseau/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/des-coccinelles-dans-des-noyaux-de-cerise.html

    http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/des-coccinelles-dans-des-noyaux-de-cerise.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • François, habitué des prisons, fait un séjour à Fresnes. Il y rencontre Medhi, un vrai caïd du milieu. Et c’est là que tout va se mettre ne place.
    Ce qui m’a plu c’est le côté narratif. François nous raconte son histoire, avec ses mots. Mais François n’est pas dans la norme, si tant est qu’il...
    Voir plus

    François, habitué des prisons, fait un séjour à Fresnes. Il y rencontre Medhi, un vrai caïd du milieu. Et c’est là que tout va se mettre ne place.
    Ce qui m’a plu c’est le côté narratif. François nous raconte son histoire, avec ses mots. Mais François n’est pas dans la norme, si tant est qu’il en existe une. Et petit à petit la tension monte, monte jusqu’au dénouement. C’est assez réussi de ce côté-là puisque, plus ou moins rapidement on découvre la véritable personnalité de François. Et l’humour permet de faire passer, parfois, le côté sombre du personnage.
    Mais, du fait de sa personnalité (je n’ose pas trop en dire pour maintenir le suspense !) le dénouement est au final assez téléphoné. Pas de réelle surprise. Donc un peu déçu de ce côté-là. Néanmoins le plaisir de lire était bien là. L’essentiel est préservé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avant de commencer cette lecture, j’ai deux conseils à vous donner si vous ne voulez pas manquer cette expérience, hors des sentiers battus. Avant toute chose, ne vous fiez pas au titre poétique de ce livre. « Des coccinelles dans des noyaux de cerise » n’est pas un roman tendre plein de bons...
    Voir plus

    Avant de commencer cette lecture, j’ai deux conseils à vous donner si vous ne voulez pas manquer cette expérience, hors des sentiers battus. Avant toute chose, ne vous fiez pas au titre poétique de ce livre. « Des coccinelles dans des noyaux de cerise » n’est pas un roman tendre plein de bons sentiments comme on pourrait l’imaginer. C’est même tout le contraire !

    Nan Aurousseau nous fait suivre le quotidien de François dans des situations plus pathétiques les unes que les autres. On est dans sa tête. Et autant dire que ce narrateur est plutôt brut de décoffrage. Ses pensées et ses paroles sont retranscrites telles quelles, le tout dans un style littéraire populaire fait de phrases décomplexées à outrance. François est un simple d’esprit et dans tout ce qu’il décide ou réalise, il ne fait pas dans la dentelle. Ses dialogues sont vulgaires, ses mœurs décadentes, ses réflexions parfois lumineuses mais trop souvent dégénérées. C’est assez surprenant au départ, mais on est vite entraîné avec lui, dans les bas-fonds de son existence.

    Deuxième conseil et pas des moindres : Même si le titre vous intrigue, que vous ne savez pas à quoi vous attendre, ne lisez sous aucun prétexte la quatrième de couverture (j’ai l’impression de me répéter, de me répéter, à chaque fois !). Dans ce cas présent, ce n’est pas dans le résumé fait par l’éditeur, mais dans les commentaires qui suivent, qu’un élément primordial est divulgué…donc par pitié, ne faites pas ça !

    Ouvrez simplement la première page et laissez-vous secouer par ce court roman, véritable concentré de dure réalité. Et si vous avez bien respecté mes préconisations, vous allez être baladé pendant un bon moment avant que le twist de fin vous envoie définitivement au tapis. Après tout ça, il ne vous restera plus qu’à faire comme moi…prendre cette pépite et la classer tout en haut, sur l’étagère de vos coups de cœur !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Des coccinelles dans des noyaux de cerise, c'est joli comme titre, c'est printanier, et pourtant....
    Ça commence comme à l'apéritif, comme ces biscuits qu'on déguste, naissance du héros, puis, à peine digérée l'entrée, présentation des autres protagonistes, c'est le plat principal, et là, ça...
    Voir plus

    Des coccinelles dans des noyaux de cerise, c'est joli comme titre, c'est printanier, et pourtant....
    Ça commence comme à l'apéritif, comme ces biscuits qu'on déguste, naissance du héros, puis, à peine digérée l'entrée, présentation des autres protagonistes, c'est le plat principal, et là, ça commence à peser sur l'estomac, vous ne vous attendiez pas à ça, c'est du lourd, fini les gentillesses, si vous avez oublié le citrate de bétaïne, c'est trop tard car arrive le dessert, on frôle l'indigestion... Euh ! c'est au fond à gauche messieurs dames...
    Si vous mettez dans votre menu Des coccinelles dans des noyaux de cerise, vous ne serez pas déçu et je vous l'assure, vous irez de surprise en surprise.
    Bienvenue dans le monde de François, petit délinquant à peine sorti de Fresnes. Petit délinquant, mais avec de grandes ambitions. Pourtant il ne paye pas de mine le François, vivant chichement dans une pauvre caravane, avec sa grosse, c'est comme ça qu'il l'appelle, et occasionnellement Muriel, la fille de son ami, qui vient, armée d'une bombe de chantilly, lui procurer un peu de.....plaisir....
    Mais Nan Aurousseau est un malin, il nous sert l'apéritif a grand coup d'humour noir et plus on avance dans le repas, plus notre appétit s'éveille, plus le plat devient consistant, ce qui démarrait comme une comédie, s'enfonce dans la noirceur du récit, jusqu'à l'apothéose, le dessert, la surprise du chef.
    Parce que le talent de l'auteur, il est là, nous faire croire qu'on est invité pour s'amuser, d'ailleurs, on entre dans le jeu, on y croit.
    Amateurs de romans noirs, vous ne serez pas déçu. le maître vous accueille avec un grand sourire, mais, méfiez-vous, dans le dos du cuisinier sa main tient un grand couteau....
    Une première rencontre avec l'oeuvre de cet écrivain et quelle rencontre étonnante. Un roman que j'ai dévoré en quelques heures.
    Je donne quatre étoiles, sur mon guide du lecteur gourmet, à Nan Aurousseau sans doute reviendrai-je goûter à une autre de ses spécialités.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En voyant le titre Des Coccinelles Dans Des Noyaux de Cerise, j’ai été fortement intriguée car je me demandais qu’elle en était la signification, surtout pour un roman policier. De plus, je ne connaissais pas du tout cet auteur et j’ai appris que c’était un ancien prisonnier qui, après plusieurs...
    Voir plus

    En voyant le titre Des Coccinelles Dans Des Noyaux de Cerise, j’ai été fortement intriguée car je me demandais qu’elle en était la signification, surtout pour un roman policier. De plus, je ne connaissais pas du tout cet auteur et j’ai appris que c’était un ancien prisonnier qui, après plusieurs petits boulots, s’est lancé dans l’écriture et a déjà quatre romans à son actif avec un certain succès.
    Le ton est donné dès le début du livre : Un loup dans la jungle, voilà ce que je suis (page 9).
    Le narrateur, François, utilise donc la première personne du singulier pour raconter ce qu’il a vécu en prison (dans sa cellule, se trouve aussi Medhi, un grand du banditisme) et ce qui s’est ensuivi à sa sortie de prison.
    Le ton du livre est spécial : aucune pudeur, beaucoup de cynisme, de l’obscénité (à revendre).
    Je ne suis pas une oie blanche, mais je dois reconnaître, tout de même, que, pour moi, trop d’obscénité tue le genre (l’auteur s’est vraiment laissé aller).
    D’accord c’est un truand qui se raconte, d’accord c’est un roman policier, mais ce n’est pas le genre que je préfère.
    Je suis une fana de thrillers où, il est vrai que l’on trouve également des moments particuliers avec des scènes pouvant choquer certains (pas moi). Mais je fais une différence entre le roman policier et le thriller (où il peut y avoir différents thèmes : juridiques, scientifiques, psychologiques, médicaux…). J’aime le roman noir (et très noir) mais là, je n’ai pas vraiment totalement adhéré.
    Par contre, il faut souligner que l’humour est toujours présent (heureusement) et j’ai bien souvent ri à la lecture de certaines phrases.
    J’ai lu ce livre très rapidement (il n’est pas épais) et ce qui l’a sauvé, c’est justement son humour noir caustique.
    Le narrateur s’exprime d’une façon très simple, on pourrait dire populaire. N’oublions pas que c’est un petit truand. De plus, au fil de la lecture et malgré son désir de nous faire croire qu’il n’a rien fait de mal, on se rend compte que la morale ne le gêne pas beaucoup : il voudrait qu’on l’excuse de ses méfaits car, je suis obligée de le dire, à sa sortie de prison, il n’a en tête qu’un gros coup bien fumant.
    Et que dire quand il parle des personnes vieilles ou handicapées qu’il a connues seulement pour les zigouiller et s’approprier leur magot ? Et que dire de sa grosse ? - Oh mais suis-je en train de parler comme lui ? - Pour lui, rien de grave et tant pis pour elles si elles se sont trouvées sur son chemin !
    Je ne peux pas en dire plus sinon (je me répète), qu’au milieu de cette histoire, on découvre un personnage pas si innocent qu’il voudrait nous le faire croire mais qui sait nous faire rire et, ainsi, tout passe. Et la fin n’est pas mal du tout. Je n’étais pas certaine que ça arriverait, mais oui, il l’a fait...
    J’ai vu que d’autres lecteurs avaient carrément adoré ce livre, mais je me démarque, et je suis désolée, je n’ai pas beaucoup apprécié. Oh, je l’ai lu tout de même par curiosité d’une nouveauté et lorsque j’ai compris pourquoi ce titre, j’ai trouvé cela très original. J’étais loin de penser à ça.
    Nan Aurousseau, au cours d’une interview a dit : J’aime écrire à la première personne du singulier, c’est un peu mon côté acteur qui ressort, je me mets en scène, j’invente, je manipule mon personnage de l’intérieur.
    C’est exactement ce qu’il a fait ici. C’est Jean-Patrick Manchette qui l’a rencontré par hasard et l’a encouragé à écrire. De plus, Nan Aurousseau est également passionné de cinéma. Il a ainsi plusieurs cordes à son arc.
    Je me rends compte que je suis plus attirée par les thrillers à thématiques spéciales (ainsi que je l’ai écrit plus haut), moins j’aime les romans policiers avec des meurtres tout simplement pour tuer. Je préfère avoir à réfléchir, chercher à résoudre l’intrigue, rencontrer des difficultés dans mes jugements, bref, qui sait, peut-être faire un travail d’enquête au lieu de lire tout simplement les méfaits d’un truand dont on devine trop vite les intentions ?
    Donc, je suis encore au regret de dire que Nan Aurousseau n’est pas arrivé à me captiver. Mais, en tout cas, bravo pour l’humour grinçant et son délire.
    Je voudrais rajouter que j’ai, malgré tout, été heureuse de lire ce livre et je souhaite à son auteur, bonne chance pour sa carrière d’écrivain, puisque c’est son moyen de reconversion.
    Heureusement pour lui qu’il, en général, très apprécié par la critique.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com