Dernière valse à Venise

Couverture du livre « Dernière valse à Venise » de Stephane Heaume aux éditions Serge Safran
  • Date de parution :
  • Editeur : Serge Safran
  • EAN : 9791090175730
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Venise, cité des mystères, est le théâtre de la déchéance de Rodolfo Marchant. Alcoolique, malade, ruiné, il se sent néanmoins pousser des ailes quand il rencontre l'envoûtante Dorothy White, ancienne danseuse, auprès de laquelle il se fait passer pour un richissime ténor, Rodolfo... Voir plus

Venise, cité des mystères, est le théâtre de la déchéance de Rodolfo Marchant. Alcoolique, malade, ruiné, il se sent néanmoins pousser des ailes quand il rencontre l'envoûtante Dorothy White, ancienne danseuse, auprès de laquelle il se fait passer pour un richissime ténor, Rodolfo Marchanti.
Dès leur première rencontre, elle lui donne la force de vaincre ses démons, de reprendre goût à la vie. Ils se donnent sept jours pour s'aimer. Sept, comme le nombre de mois qu'il reste à vivre à Rodolfo. Sept, comme le nombre de temps d'une valse moderne. Sept, un chiffre qui semble porter chance à Rodolfo.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Rodolfo Marchant, alcoolique, son médecin vient de lui apprendre qu’il ne lui restait que sept mois à vivre. Assis à la terrasse d’un café, dans la force et l’abandon de son ivresse, il aborde une femme mûre tant il est subjugué par la beauté de ses jambes sans bas. Elle, âgée, lui malade…
    «...
    Voir plus

    Rodolfo Marchant, alcoolique, son médecin vient de lui apprendre qu’il ne lui restait que sept mois à vivre. Assis à la terrasse d’un café, dans la force et l’abandon de son ivresse, il aborde une femme mûre tant il est subjugué par la beauté de ses jambes sans bas. Elle, âgée, lui malade…
    « Ce n’était pas la beauté défraîchie, mais encore décelable qui l’attirait ; ce n’étaient pas les mille vies enfouies derrière ces yeux absents, sans doute passionnantes, ni le mystère de son apparente mais rayonnante simplicité. C’était, peut-être, qu’ils parvenaient l’un et l’autre au terme de leur parcours."

    Elle, Dorothy White, septuagénaire, ancienne danseuse, est venue à Venise se recueillir sur la tombe de son amour de jeunesse, danseur, mort devant elle sur scène, c’est ce qu’elle lui dit. Lui, Rodolfo Marchant, sans boulot, ruiné, devenu par la grâce du mensonge et de l’ivresse du septième verre, Rodolfo Marchanti, ténor à la Scala, descendu à l’Hôtel Excelsior.
    Chaque soir, ils l’invitent à la Fenice, à partager sa loge, chaque fois la soirée se termine dans la suite de Rodolfo Marchanti.
    Grâce à elle, il boit de moins en moins, par lui, elle semble vivre pleinement cet aparté amoureux. Un pas de deux tronqué, mais fastueux, salvateur. Le mensonge par omission dans toute sa splendeur.
    « Vous êtes un songe. Retrouvons-nous ce soir à l’opéra »
    « La plupart des choses qui arrivent ici-bas sont telles qu’on ne les croirait pas »… lui dit-elle à la terrasse d’un café.
    Pour ce dernier rendez-vous, il l’attend, elle est en retard. Il l’espère, elle ne vient pas. « Il attendit toute la nuit ».
    Une valse qui s’accélère ou se transforme en tango, suit la musique des opéras, le tempo des baisers, qui s’arrête laissant le cavalier exsangue, seul sur un banc public.
    Comment ne pas se laisser porter par l’écriture musicale de Stéphane Héaume ?
    C’est déjà terminé ?
    Non. L’auteur a écrit une note où il explique l’inspiration de ce court roman ; Dorothée Blanck comédienne oubliée. La scène qui ouvre son livre est celle de sa première vision de l’actrice à Deauville.
    Enfin dernier acte. Rodolfo Marchant, alias Rodolfo Marchanti a survécu, l’abstinence liquide lui a sauvé la vie… Merci Dorothy car je suppute que le petit mot glissé à l’oreille était cela, ne plus se présenter ivre devant elle. Qui plus est, il est vraiment devenu ténor et vit en Amérique du sud. Il ne l’a jamais oubliée, oublié les sept jours qui ont changé changé dans sa vie. Il décide de faire entendre sa voix à la petite-fille de la femme qu’il n’a jamais cessé d’aimer, qui lui a permis de rester vivant. Il sait qu’elle passe en paquebot devant la baie où il habite, tout est prévu… Sauf le temps.
    Dorothy l’a-t-elle jamais aimé ? Dorothy l’a-t-elle jamais aimé ? Est-ce un dernier pied de nez qui fait se lever le vent et rendre impossible sa dernière représentation ?
    Venise, l’opéra ne sont-ils pas des mensonges à eux seuls ? Venise et ses masques, Venise et ses mensonges… Venise, encore Venise, toujours Venise qiu rend possible un impossible ailleurs !

    Une plume poétique que j’avais aimée dans « L’insolite évasion de Sébastien Wimer ». Une mise en acte, mise en scène subtile. Un charme suranné, la musique, les opéras omniprésents et ce je petit je ne sais quoi qui me charme et m’envoute, une très belle histoire d’amour.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com