Dernière fenêtre sur l'aurore

Couverture du livre « Derniere fenêtre sur l'aurore » de David Coulon aux éditions Asgard
Résumé:

Il y a cet immense bunker isolé où quatre hommes retenus captifs sont systématiquement avilis et torturés. Il y a la belle Aurore Boischel, dix-huit ans, jeune fille de bonne famille, qui gît sur son lit, morte. Assassinée. Il y a ce détective privé embauché par un inconnu pour filer... un... Voir plus

Il y a cet immense bunker isolé où quatre hommes retenus captifs sont systématiquement avilis et torturés. Il y a la belle Aurore Boischel, dix-huit ans, jeune fille de bonne famille, qui gît sur son lit, morte. Assassinée. Il y a ce détective privé embauché par un inconnu pour filer... un policier. Et il y a Bernard Longbey, le flic revenu de tout, qui sait que la petite bourgade de Bois-Joli est devenue une toile de mort et de folie où l´araignée attend sa proie...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • J'ai découvert David COULON avec LE VILLAGE DES TENEBRES et j'avais trouvé très prometteuse la plume de cet auteur, alors quand je suis tombée sur un autre livre de lui, je n'ai pas hésité. Ce n'est qu'après ma lecture que j'ai appris que DERNIERE FENETRE SUR L'AURORE était en fait son premier...
    Voir plus

    J'ai découvert David COULON avec LE VILLAGE DES TENEBRES et j'avais trouvé très prometteuse la plume de cet auteur, alors quand je suis tombée sur un autre livre de lui, je n'ai pas hésité. Ce n'est qu'après ma lecture que j'ai appris que DERNIERE FENETRE SUR L'AURORE était en fait son premier roman.

    D'abord un bunker, quatre prisonniers torturés. Dès le départ, les bases sont posées, on sait que ça ne va pas rigoler (et en vrai, tout de suite on adore ça) : "un cutter qui tranche un téton, qui tranche une paupière". Ensuite une jeune femme belle comme le jour retrouvée assassinée dans son lit, la gorge tranchée. Une enquête confiée à l'étrange policier Bernard LONGBEY, hanté par le départ de sa femme et de sa fille. Et un mystérieux Sam qui confie à un privé la mission de filer le flic.

    Secouez tout ça, et plongez dans une histoire tout à fait stupéfiante, où les méchants ne sont pas forcément ceux qu'on croit, où victimes et coupables se confondent, où l'histoire rebondit à la dernière page alors qu'on croit l'épilogue atteint. L'ambiance est étouffante, presque malsaine, rien ne nous est épargné dans la description des violences (de quelque nature qu'elles soient). J'ai refermé ce livre comme j'avais terminé LE VILLAGES DES TENEBRES : en m'interrogeant sur le cerveau dont peut sortir une histoire aussi tordue...ce qui chez moi est un compliment!

    Le personnage de LONGBEY est très fouillé, et la formation de psy de David COULON n'est sans doute pas étrangère à l'habileté avec laquelle il décrit cet homme sur le fil du rasoir, à travers ses monologues intérieurs très tourmentés. On hésite constamment : LONGBEY a-t-il vraiment basculé ou tout ça n'est-il que le fruit virtuel de son esprit chahuté par les horreurs auxquelles son métier l'a exposé?

    J'ai trouvé ce livre de David COULON parfaitement abouti et c'est donc avec surprise que j'ai découvert que c'était son premier roman. Je vais décidément garder un oeil sur cet auteur, en espérant qu'il nous livrera une nouvelle horreur en 2016.






    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2016/07/11/34073489.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • David Coulon, tu devrais continuer à écrire des polars. Non.... tu dois continuer à écrire des polars, parce que tu es très fort!

    Dernière fenêtre sur l'aurore commence très fort. Première page, un meurtre : Aurore, une étudiante, est retrouvée morte dans sa chambre universitaire. On fait la...
    Voir plus

    David Coulon, tu devrais continuer à écrire des polars. Non.... tu dois continuer à écrire des polars, parce que tu es très fort!

    Dernière fenêtre sur l'aurore commence très fort. Première page, un meurtre : Aurore, une étudiante, est retrouvée morte dans sa chambre universitaire. On fait la connaissance de Bernard, flic au bout du rouleau de par son passé familial et de par son expérience difficile à la brigade des mineurs, à écouter de jeunes victimes d'abus sexuels de la part de proches... et puis Bernard, à un moment, il pète un plomb. Et ça va loin, très loin, trop loin.
    Et puis il y a Bellec, son collègue. C'est pas qu'il cautionne ce qu'il fait Bernard, mais il comprend... et à nouveau ça va loin, très loin... L'histoire est difficile, ça traite d'un sujet tabou qui est l'inceste et la pédophilie, thème qu'on ne retrouve pas tant que ça dans les polars... Néanmoins ce n'est pas le sujet principal du livre. Le sujet principal c'est le meurtre d'Aurore et l'enquête de Bernard, et la folie (schizophrénie?) de Bernard....

    Difficile de donner une première impression après avoir refermé Dernière fenêtre sur l'aurore.
    Difficile parce que l'écriture est différente de tous les autres auteurs que j'ai pu lire jusqu'ici.
    C'est rapide, ça part parfois dans tous les sens sans pour autant perdre le lecteur en cours de route. J'ai personnellement trouvé le livre suffocant de suspens. Le rythme est soutenu, certains chapitres sont très courts, les phrases ne sont parfois constituées que d'un mot, l'écriture est hachée et tu n'as pas le temps de respirer que ça continue, encore et encore, jusqu'à la fin, et jusqu'à l'épilogue.

    Si j'ai aimé le thriller Le village des Ténèbres du même auteur, j'ai adoré Dernière fenêtre sur l'aurore.
    Je recommande chaudement !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com