Deogratias t.1

Couverture du livre « Deogratias t.1 » de Jean-Philippe Stassen aux éditions Dupuis
Résumé:

En choisissant de situer son nouvel album au rwanda, avant et juste après le génocide, jean-philippe stassen place la barre très haut : comment exprimer l'indicible et peindre l'inqualifiable ? avec déogratias, il démontre magistralement qu'il n'est pas seulement un raconteur d'histoires mais... Voir plus

En choisissant de situer son nouvel album au rwanda, avant et juste après le génocide, jean-philippe stassen place la barre très haut : comment exprimer l'indicible et peindre l'inqualifiable ? avec déogratias, il démontre magistralement qu'il n'est pas seulement un raconteur d'histoires mais aussi un rapporteur de l'histoire, celle qu'on ne choisit pas mais qui s'impose par ses drames.
Plus qu'un album émouvant, déogratias est une oeuvre exceptionnelle empreinte d'une profonde humanité.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • ette année, j’ai voulu faire lire à mes élèves le roman de Gaël Faye, Petit Pays. Ils ont ainsi découvert un auteur contemporain – ainsi qu’un chanteur à travers ses chansons – mais aussi un pan de l’histoire du Monde, trop souvent oublié : le génocide au Rwanda. Pour compléter leur lecture et...
    Voir plus

    ette année, j’ai voulu faire lire à mes élèves le roman de Gaël Faye, Petit Pays. Ils ont ainsi découvert un auteur contemporain – ainsi qu’un chanteur à travers ses chansons – mais aussi un pan de l’histoire du Monde, trop souvent oublié : le génocide au Rwanda. Pour compléter leur lecture et leur étude de Petit Pays, je leur ai proposé quelques planches de Déogratias , bande dessinée que j’ai lue pour enrichir mon travail sur le roman de Gaël Faye – j’aime bien intégrer dans mes cours quelques bandes dessinées.

    Voici la présentation de l’éditeur :




    « Dépenaillé, les yeux brûlants de fièvre, Déogratias erre dans les rues de Butare, au Rwanda. Déogratias, pauvre fou, a besoin d’urwagwa, toujours plus d’urwagwa, la bière de banane. Pour oublier. Pour oublier qu’il n’est plus qu’un chien terrorisé par la nuit. Pour oublier les cauchemars qui le hantent. Pour oublier que lui, le Hutu, a lâchement assassiné les femmes Tutsi qu’il aimait. Mais peut-on effacer de son esprit et de son corps la trace poisseuse du sang et le goût salé des larmes? »

    Cette bande dessinée, qui est très sombre, montre à travers le personnage de Déogratias la folie humaine, celle qui fait de l’homme un animal. La bande dessinée alterne entre le passé de Déogratias, avant le génocide rwandais, et après le génocide quand Déogratias n’est plus que l’ombre de lui-même, essayant d’oublier, en vain, les horreurs de la guerre civile qui a transformé les hommes en chiens.

    Cette bande dessinée est en quelques planches un très bon éclairage sur la guerre du Rwanda, elle rappelle l’origine du conflit, le rôle joué par les Européens et plus particulièrement les Français, la violence dont les hommes sont capables.

    En bref : un bon complément à l’étude de Petit Pays et une lecture intéressant sur un sujet trop peu traité en littérature.


    https://dubonheurdelire.wordpress.com/2018/12/05/deogratias-de-jean-philippe-stassen/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com