De Niro's game

Couverture du livre « De Niro's game » de Rawi Hage aux éditions Denoel
  • Date de parution :
  • Editeur : Denoel
  • EAN : 9782207259528
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Campé dans le Beyrouth des années 80 dévasté par les bombes, De Niro's Game est une odyssée chaotique, écorchée et haletante, une plongée vertigineuse au coeur de la guerre civile libanaise et de ses folies. Énorme succès au Canada, le livre a été sélectionné, entre autres prix, pour le... Voir plus

Campé dans le Beyrouth des années 80 dévasté par les bombes, De Niro's Game est une odyssée chaotique, écorchée et haletante, une plongée vertigineuse au coeur de la guerre civile libanaise et de ses folies. Énorme succès au Canada, le livre a été sélectionné, entre autres prix, pour le prestigieux Scotiabank Giller Prize.
Bassam et Georges, deux amis d'enfance, vivent à Beyrouth-Ouest. Dans la ville divisée, meurtrie par les combats et les bombardements, ils tuent leur ennui et leur mal de vivre à coups de petits boulots minables, de maigres larcins et de soirées trop arrosées.
Bassam, le narrateur, vit seul avec sa mère dans un appartement en lambeaux. La nuit, il travaille au port quand il ne retrouve pas Georges dans la salle de machines à sous dont ce dernier s'occupe.
Ensemble, ils s'imaginent coulant des jours meilleurs : de l'argent, des femmes, la liberté. Alors que Bassam rêve de s'enfuir à Rome, Georges, lui, se sent de plus en plus attiré par les discours nationalistes de la milice chrétienne.
Les jours se suivent et avec eux les alertes, les morts, les immeubles en ruine. On part rendre visite aux copains de lycée engagés dans la milice, on tire quelques balles pour se donner des sensations. Les filles sont difficilement accessibles, muselées par les traditions et les couvre-feux.
Las de cette vie de misère, les deux amis trouvent le moyen de détourner un peu de la recette des machines à sous. Mais l'argent seul suffira-t-il à les éloigner de la guerre et à sauver leur amitié ?
Porté par une écriture sans concessions, aux étonnantes envolées lyriques, le premier roman de Rawi Hage, au-delà de la puissance du récit qu'on devine en partie autobiographique, annonce l'avènement d'un grand écrivain.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Hage rime avec rage, et croyez-moi, il en faut pour écrire un tel roman, emporté par la fougue et le désespoir d’un homme qui a traversé la guerre civile libanaise au mépris du spectre de la mort qui rôde à chaque coin de rue. Les deux héros, Bassam et Georges sont pris dans le tourbillon de ce...
    Voir plus

    Hage rime avec rage, et croyez-moi, il en faut pour écrire un tel roman, emporté par la fougue et le désespoir d’un homme qui a traversé la guerre civile libanaise au mépris du spectre de la mort qui rôde à chaque coin de rue. Les deux héros, Bassam et Georges sont pris dans le tourbillon de ce conflit fratricide. Les amis d’hier se tuent pour l’honneur de leur milice. Il faut oublier le danger et la misère entre les jambes des filles, si la tradition ne les rend pas farouches, si le couvre-feu ne les tient pas recluses. Ils n’ont pas d’autres choix que de boire du mauvais alcool ou de faire ces rêves indécents de fuites éperdues, à l’étranger, vers la France ou le Canada. Ceux qui restent auront la peur pour unique compagne. Bassam et Georges font mieux que cohabiter avec elle. Ils la chérissent comme une muse. Elle leur fera commettre l’irréparable et scellera à jamais leur destin.
    « De Niro’s game » est sans doute le roman le plus fort qu’on ait jamais écrit sur le Beyrouth des années 80. Il ne donne pas d’explications du conflit libanais, mais il en décrit, avec une intensité remarquable, toute l’énergie destructrice. À sa lecture, on se demande encore comment ces jeunes ont fait pour survivre et côtoyer les situations extrêmes que seule la guerre peut engendrer. Si ce livre vous a touché, il vous faut voir son alter-ego cinématographique, « Incendies » (Denis Villeneuve).
    Le roman de Rawi Hage est mu par un souffle, celui des explosions maintes fois entendues. Voici un extrait : « Le vent me gardait éveillé. Je roulais aussi vite que lui. Encore plus vite que lui. Je fuyais l’espace et le temps, comme s’il s’agissait de balles. La mort ne vient pas quand on lui fait face ; elle est pleine de traîtrise, c’est une lâche qui ne s’intéresse qu’aux faibles et qui frappe les aveugles ».

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions