Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

De la philologie allemande à l'anthropologie française ; les sciences humaines à l'EPHE (1868-1945)

Couverture du livre « De la philologie allemande à l'anthropologie française ; les sciences humaines à l'EPHE (1868-1945) » de Collectif aux éditions Honore Champion
Résumé:

Créée sous le Second Empire par un décret de Victor Duruy (1868), admirateur des « moeurs studieuses de l'Allemagne », l'EPHE incarnait à l'époque une tentative de moderniser l'enseignement supérieur et la formation à la recherche en France. L'Allemagne était souvent citée comme modèle, tout... Voir plus

Créée sous le Second Empire par un décret de Victor Duruy (1868), admirateur des « moeurs studieuses de l'Allemagne », l'EPHE incarnait à l'époque une tentative de moderniser l'enseignement supérieur et la formation à la recherche en France. L'Allemagne était souvent citée comme modèle, tout particulièrement dans le domaine des sciences humaines dont elle aurait su renouveler profondément la méthode et l'enseignement, notamment à travers les séminaires qui donnaient aux étudiants la possibilité de ne pas voir « la science que de loin » (V. Duruy) mais de se former par la pratique. Cet ouvrage étudie la transposition du modèle allemand dans le contexte français et ses effets, spécialement à l'exemple de la IVe section de l'EPHE dédiée aux sciences philologiques et historiques. À partir des archives de la section, de ses publications, des parcours des enseignants et des étudiants, il essaie de répondre à plusieurs questions : à quoi correspondait concrètement le modèle allemand ? Comment entendait-on l'implanter en France ? Quelles transformations le contexte français, des débuts de la IIIe République jusqu'à 1945, lui fit il subir ? Quelle signification, enfin, cette entreprise particulière eut-elle pour l'histoire des sciences humaines en France et pour l'histoire des sciences humaines tout court?

Donner votre avis