Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

De bonnes raisons de mourir

Couverture du livre « De bonnes raisons de mourir » de Morgan Audic aux éditions Albin Michel
Résumé:

Un page-turner au cordeau, mené tambour battant dans un suspense hallucinant. Une atmosphère envoûtante et terrifiante.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (23)

  • Quand on incorpore des faits réels dans une histoire, moi je dis « bingo ! »
    Et quand en plus de prendre pour élément central la catastrophe de Tchernobyl et ses conséquences, on me dit « serial killer » , moi je dis « GENIAL ! »

    J’ai adoré ce livre qui confronte le présent et le passé, le...
    Voir plus

    Quand on incorpore des faits réels dans une histoire, moi je dis « bingo ! »
    Et quand en plus de prendre pour élément central la catastrophe de Tchernobyl et ses conséquences, on me dit « serial killer » , moi je dis « GENIAL ! »

    J’ai adoré ce livre qui confronte le présent et le passé, le gentil mais malmené flic et le psychopathe taxidermiste, celui qui marche à l'honneur et la droiture à celui qui ne voit que sont intérêt, l’amour et la haine.
    Ajoutez la jalousie, l’amertume et la vengeance.
    Voilà !
    C’est une aventure glaçante qui nous est servi et c’est parfait !

    L’auteur nous plonge dans une catastrophe, connu de tous et qui fait partie de la grande Histoire, en nous racontant les conséquences sur les vies de ceux qui l’on vécut de près. Qui on subit les conséquences parfois inimaginables qu’elle a pu avoir sur leurs vies.

    C’est surprenant même si tellement « commun »

    Une très bonne idée en tout cas que ce livre qui nous fait découvrir Tchernobyl et son histoire comme on découvrirait un personnage à part entière.

    L’auteur est assurément très bon conteur et son intrigue a été très bien documenté et développé.

    comment Commentaire (0)
  • L’auteur nous emmène dans les bas-fonds de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl, désaffectée depuis 1986. Le capitaine Joseph Melnyk enquête à Pripiat sur le meurtre particulièrement sordide du fils d’un ancien ministre. En effet Leonid Sokolov, est retrouvé accroché à la façade d’un...
    Voir plus

    L’auteur nous emmène dans les bas-fonds de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl, désaffectée depuis 1986. Le capitaine Joseph Melnyk enquête à Pripiat sur le meurtre particulièrement sordide du fils d’un ancien ministre. En effet Leonid Sokolov, est retrouvé accroché à la façade d’un immeuble de cette ville fantôme, située non loin de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine. Vektor Sokolov, son père, ancien ministre de l’Énergie de l’ex URSS, craignant que l’affaire ne soit enterrée par les autorités ukrainiennes, mandate Alexandre Rybalko, enquêteur au sein de la milice de Moscou, pour trouver l’assassin de son fils. Quelque peu borderline Rybalko va donc retourner à Pripiat, la ville de son enfance qu’il a dû quitter précipitamment un certain 26 avril 1986, quand le cœur du réacteur numéro 4 de la centrale entrait en fusion. L’inspecteur russe et l’officier de police ukrainien vont devoir unir leurs forces pour comprendre ce qui lie l’assassinat de deux jeunes femmes en 1986 et les étranges motivations d’un tueur en série particulièrement redoutable.

    Avec ce livre, Morgan Audic, tout jeune auteur de polar noir, nous emmène dans la zone d’exclusion de Tchernobyl au travers des méandres de Pripiat, une ville fantôme lourde d’histoire et de douleur. En dehors de l’intrigue qui est à couper le souffle, le contexte est passionnant et extrêmement bien documenté : la vie, la survie dans cette zone, les trafics en tout genre, la misère, la bêtise humaine avec tourisme « voyeuriste » dans Pripiat, le conflit du Donbass, les ravages de la radioactivité. Admirablement bien construit, bien écrit, De bonnes raisons de mourir est avant tout un thriller palpitant avec un style vif et percutant, et un suspense qui ne faiblit pas. L'ambiance est aussi mystérieuse qu'inquiétante, les révélations distillées au compte-goutte et les rebondissements tiennent le lecteur en haleine jusqu'à la dernière ligne. Les personnages sont denses, complexes, avec leurs failles, leurs doutes, leurs peurs, et aussi leurs espoirs, leurs cœurs. Les deux enquêteurs, Melnyk et Rybalko, sont attachants et profondément humain mais c’est Novak, la jeune collègue de Melnyk, qui restera dans ma mémoire.
    Voilà un polar très réussi qui a le mérite d’ancrer le lecteur dans les problèmes actuels de l'Ukraine. On ne peut pas refermer ce livre sans avoir en tête cette catastrophe qui n'est pas restée cantonnée dans les frontières de l'URSS comme on a voulu nous le faire croire.
    De bonnes raisons de mourir m’a laissée sans voix et Morgan Audic nous livre avec cet opus un polar très réussi qui pousse à la réflexion.

    comment Commentaire (0)
  • Quelle idée géniale que de sortir des territoires habituels du polar pour situer la traque d’un tueur en série taxidermiste à Pripiat, ville fantôme depuis l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl ! Car c’est là, en pleine zone d’exclusion irradiée qu’un corps est retrouvé, atrocement...
    Voir plus

    Quelle idée géniale que de sortir des territoires habituels du polar pour situer la traque d’un tueur en série taxidermiste à Pripiat, ville fantôme depuis l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl ! Car c’est là, en pleine zone d’exclusion irradiée qu’un corps est retrouvé, atrocement mutilé, suspendu par des câbles à la façade d’un immeuble.

    Impossible de s’extraire de ce roman de 600 pages une fois démarré et ce, durant toute la lecture. L’intrigue est remarquablement menée, respectant à la lettre le cahier des charges « polar » attendu par le lecteur. L’auteur fait le choix judicieux d’une double temporalité : 1986, année de la catastrophe , et trente ans après selon le procédé classique du crime récent qui fait rebondir un cold case. Cette double enquête est menée en parallèle par deux flics qui ne travaillent pas ensemble et qui n’ont pas les mêmes motivations, deux personnages stéréotypés mais auxquels Morgan Audic parvient à insuffler un supplément d’âme qui touche direct au cœur : le vieux flic ukrainien animé par un sens du devoir et une dignité exceptionnels dans un pays rongé par la corruption, tremblant pour son fils parti faire la guerre au Donbass sans gilet pare-balles contre les séparatistes pro-russes ; le jeune fils russe borderline, né à Pripiat, engagé par le père de la victime, un oligarque russe caricatural, mu par la possibilité de payer à sa fille une opération chirurgicale vitale grâce à son salaire.

    La maîtrise du scénario est totale, juste une petite facilité (très souvent rencontrée dans les polars et qui m’agace toujours un peu … ) : dans la confrontation enquêteur / serial killer, celui-ci est étonnamment bavard et dans un monologue bravache balance toutes les explications à son parcours criminel. Soit. Un détail tant tout le reste du roman est formidable.
    Si la trame polar est classique, la vraie force de ce roman est la plongée hallucinante qu’il propose dans la tragédie de Tchernobyl, passé / présent. L’immersion est totale, précise, rigoureusement reconstituée, et fait écho à la brillante série Tchernobyl ( que je conseille vivement.) Le lecteur est imprégné d’images fortes, ultra visuelles, de la zone d’exclusion : maisons et immeubles abandonnés, ruines colonisés par animaux sauvages, trafics en tout genre ( des tonnes de métaux potentiellement radioactifs sont dérobés depuis l’explosion ), tourisme macabre, multiplication des cancers et malformations … On sent flotter une menace invisible en permanence. Toutes ces informations sont intelligemment intégrées à l’enquête, sans jamais casser le rythme, avec un vrai souci de lisibilité.

    Tchernobyl n’est pas qu’un décor commode pour fabriquer du suspense à moindre frais, au contraire, ce cadre apporte énormément de densité à l’enquête en proposant un polar à l’opposé du hors-sol, offrant une analyse pertinente des relations tumultueuses entre la Russie et l’Ukraine, pays ravagé par la misère, avec un toile de fond la guerre du Donbass. Chaque page rappelle que les victimes de Tchernobyl ne sont pas encore nées, trente ans après ; que cette guerre « oubliée »,démarrée en 2014, n’est pas prête de s’arrêter. Le polar prend une autre dimension dans ce foisonnant et passionnant roman, souvent glaçant dans le constat du monde qu’il dresse.

    Lu dans le cadre du Prix des Lecteurs Livre de Poche 2020 catégorie policier.

    comment Commentaire (0)
  • Le prix des lecteurs du livre de poche, catégorie polar va tirer sa révérence d'une très belle manière avec la sélection d'août. C'est une histoire avec en toile de fond, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl que nous délivre l'auteur Morgan Audic. Avez-vous déja entendu parler de Tchernobyl ?...
    Voir plus

    Le prix des lecteurs du livre de poche, catégorie polar va tirer sa révérence d'une très belle manière avec la sélection d'août. C'est une histoire avec en toile de fond, la catastrophe nucléaire de Tchernobyl que nous délivre l'auteur Morgan Audic. Avez-vous déja entendu parler de Tchernobyl ? Il s'agit du plus grand accident nucléaire majeure survenue en 1986, dans la ville de Pripiat située à l'époque en république socialiste soviétique d'Ukraine, en URSS. Cet accident a eu des conséquences importantes tant au niveau écologique, sanitaire, économique et politique.
    J'ai apprécié les faits historiques relatés par l'auteur : on sent tout le travail de recherche et de documentation réalisé. En passant, l'auteur est d'origine française et n'a jamais mis les pieds là-bas. Franchement, c'est bien écrit, précis avec une foison de détails. La plume de l'auteur est percutante et incisive. C'est dans ce décor sombre que deux enquêtes sont menées en parallèle. Une menée par Joseph Melnyk un policier Ukrainien, avec le sens de l'intégrité et l'autre menée par Alexandre Rybalko, un détective russe. Ces deux-là vont ensuite unir leurs forces afin de résoudre cette enquête qui s'annonce difficile car il y a très peu d'indices d'autant plus que la liste des victimes s'allonge... Les personnages sont bien construits et ont leurs failles. Personnellement, c'est Ryblako qui m'a touché car s'il a accepté cette enquête c'est par ce qu'il a besoin d'argent pour l'opération de sa fille.
    De fil en aiguille, les flics vont se rendre compte que l'affaire qu'ils tentent d'élucider est relié à un double meurtre perpétué lors de la catastrophe de Tchernobyl. Qui est derrière tout ça ? L'intrigue est rondement bien menée et captivante. Nous suivons les personnages à la recherche d'indices dans l'incursion de la zone interdite qui n'est pas déserte pour autant ! Des trafiquants en tout genre sont sur sur place et sont protégés par des flics corrompus. C'est glauque, atroce et toxique : des passages peuvent heurter la sensibilité du lecteur ! L'auteur nous entraine dans une spirale où les mensonges, les non-dits ont des répercussions importantes sur la vie des personnages. L'auteur nous emmène sur de fausses pistes, nous fait tourner en rond et tout cela d'une façon magistrale.
    J'ai beaucoup aimé ce livre, c'est un thriller que j'ai dévoré à petites doses car je voulais faire durer le suspense... C'est fluide et il n'y a pas de temps mort. Il m'était impossible de lâcher le livre tellement c'est addictif ! C'est un thriller sur fond politique et écologique que je vous invite à découvrir sans modération.
    D'ailleurs, je n'ai pas pu m'empêcher de me replonger dans les archives de l'époque pour en apprendre un peu plus sur cet accident nucléaire
    En bref, waouh ! C'est un thriller à la sauce russe de toute beauté que je vous conseille sincèrement.

    comment Commentaire (0)
  • On reconnait malheureusement la patte du professeur dans ce livre de M. Morgan Audic. Ce qui pourrait être un avantage tourne ici au défaut majeur.

    Pour ce qui est de l’histoire policière, rien à redire, elle est plutôt bien menée, et intéressante. Le corps d’un homme est retrouvé suspendu et...
    Voir plus

    On reconnait malheureusement la patte du professeur dans ce livre de M. Morgan Audic. Ce qui pourrait être un avantage tourne ici au défaut majeur.

    Pour ce qui est de l’histoire policière, rien à redire, elle est plutôt bien menée, et intéressante. Le corps d’un homme est retrouvé suspendu et torturé à Pripiat, ville désertée et irradiée après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Un duo de flic ukrainien se charge de l’enquête, et l’on suit en parallèle la contre-enquête d’un flic russe qui se meurt d’un cancer chargé par le père de la victime de retrouver et de tuer le coupable.

    Très vite, les deux enquêtes réveillent les démons du passé, le meurtre actuel étant lié à un double assassinat commis dans le passé, le jour même de l’explosion de la centrale de Tchernobyl. Fausses pistes et chausse-trappes seront légions, M. Audic n’ayant pas son pareil pour construire une solide intrigue et une double enquête très maitrisée. Les défauts sont ici mineurs, quelques twists improbables, un motif du double meurtre de 1986 que j’avais vu venir de loin, mais l’on ne s’arrête pas à ces détails tant le tout est rythmé et haletant, avec pour toile de fond la taxidermie et le mystère des oiseaux empaillés retrouvés sur les scènes de crime (oui, je divulgâche, il n’y aura pas qu’un meurtre !).

    Bref, ce qui m’a le plus dérangé, et qui à mon sens affaibli le roman, c’est le cours magistral d’histoire sur Tchernobyl, sur l’ex-URSS, sur l’Ukraine d’aujourd’hui et ses relations complexes avec la Russie, sur la liquidation de la centrale et sur le tragique destin des survivants, sur la guerre dans la région du Donbass. Je ne nie pas l’intérêt de la chose, et j’ai même beaucoup appris, mais j’ai trouvé que l’auteur en faisait trop, au point de desservir son polar par les incessantes explications contextuelles, qui vont jusqu’à surcharger les dialogues des protagonistes, à un tel point qu’on s’éloigne bien vite de la crédibilité lors de leurs échanges. En limitant un peu cette vague d’éclaircissements et d’observations sur le contexte de son histoire, l’auteur aurait gagné grandement au niveau de la force de son récit. Même si, je dois l’avouer, parfois cela donne des moments forts, notamment avec le récit de ces parents qui sont prêts à se sacrifier financièrement pour procurer à leur fils parti au combat un gilet pare-balles. Je n’en dis pas plus, mais j’ai trouvé sur cette intrigue secondaire et sa contextualisation que le romancier réussissait son coup, ce qui n’est toutefois pas toujours le cas.

    Pour conclure, je dirai que l’auteur a toutefois de l’avenir, il ne manque pas grand-chose pour que le dosage de ses ingrédients soient le bon, et que la force de l’intrigue policière soit un peu moins parasitée par le cours d’histoire et la solide documentation accumulée. Qui, je le rappelle, ne manquent pas d’intérêt. C’est au final une réussite tout de même, et un roman agréable à lire et instructif.

    comment Commentaire (0)
  • Deuxieme livre de Morgan Audic, auteur breton que je ne connaissais pas.
    Lu dans le cadre du prix des lecteurs J'ai Lu, "De bonnes raisons de mourir" m'a d'abord attiré par le fait que l'action se deroule à Pripiat,ville confinée dans la zone dexclusion de Tchernobyl, en pleine zone...
    Voir plus

    Deuxieme livre de Morgan Audic, auteur breton que je ne connaissais pas.
    Lu dans le cadre du prix des lecteurs J'ai Lu, "De bonnes raisons de mourir" m'a d'abord attiré par le fait que l'action se deroule à Pripiat,ville confinée dans la zone dexclusion de Tchernobyl, en pleine zone contaminée par l'explosion de la centrale nucléaire de 1986.
    La région et tous les traffics qui y sont liés constitue presque le 3eme personnage du livre les 2 autre étant deux flics ukrainien ou russe. L'un, l'ukrainien, est investi de l'enquête officielle sur le meurtre dun homme retrouvé accroché les bras en croix sur un bâtiment abandonné de Pripiat, atrocement mutilé. L'autre, le russe, est missionné par le père de la victime pour lener une enquete parallèle.

    Un excellent thriller, sans violence gratuite au rythme soutenu qui m'a tenu en haleine.

    comment Commentaire (0)
  • Zone d’exclusion de Tchernobyl : le cadavre de Leonid Sokolov a été découvert mutilé et attaché à la façade d’un bâtiment désaffecté de la ville fantôme de Pripiat. Proche du corps, veille une hirondelle empaillée. Quel lien existe-t-il entre le meurtre de Leonid et celui de sa mère survenu 30...
    Voir plus

    Zone d’exclusion de Tchernobyl : le cadavre de Leonid Sokolov a été découvert mutilé et attaché à la façade d’un bâtiment désaffecté de la ville fantôme de Pripiat. Proche du corps, veille une hirondelle empaillée. Quel lien existe-t-il entre le meurtre de Leonid et celui de sa mère survenu 30 ans plus tôt le soir de la catastrophe nucléaire ?
    C’est à cette question que vont chercher à répondre Joseph Melnyk, inspecteur ukrainien aux techniques démodées et Alexandre Rybalko, flic russe à la dérive et engagé par le père de la victime. Deux hommes, aux intérêts divergents, qui vont enquêter chacun de leur côté pour décrouvrir l’identité du meurtrier aux oiseaux.
    Sur fond de guerre politique, corruption, complot et vengeance, Morgan AUDIC nous livre le quotidien extrêmement bien documenté da la vie actuelle dans la zone d’exclusion de Tchernobyl.
    Un roman policier atypique qui fait froid dans le dos !

    comment Commentaire (0)
  • L'auteur nous entraine dans une haletante balade en Polésie, sur les terres contaminées par l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. A la poursuite d'un mystérieux taxidermiste vengeur, Morgan Audic, nous invite à un parcours entre les sordides visites touristiques sur les sites...
    Voir plus

    L'auteur nous entraine dans une haletante balade en Polésie, sur les terres contaminées par l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl. A la poursuite d'un mystérieux taxidermiste vengeur, Morgan Audic, nous invite à un parcours entre les sordides visites touristiques sur les sites désertés et le quotidien de villageois, de bandes rebelles et combattantes restées sur place. Les intérêts sont multiples mais là ou l'argent se gagne il y a toujours du monde. Cette course effrénée croise avec le compte à rebours vital du héros principal, irradié alors qu'il était encore enfant ... Un suspens bien tourné !

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.