Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Dans les geôles de Sibérie

Couverture du livre « Dans les geôles de Sibérie » de Yoann Barbereau aux éditions Stock
  • Date de parution :
  • Editeur : Stock
  • EAN : 9782234086166
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« La scène se joue non loin du lac Baïkal, où je vis, où j'aime, où j'ai la chance d'être aimé, à Irkoutsk, capitale de la Sibérie orientale. Des hommes cagoulés surgissent, c'est le matin. Ma fille crie. Elle a cinq ans. Je suis arrêté sous ses yeux, frappé ensuite avec science, interrogé, mais... Voir plus

« La scène se joue non loin du lac Baïkal, où je vis, où j'aime, où j'ai la chance d'être aimé, à Irkoutsk, capitale de la Sibérie orientale. Des hommes cagoulés surgissent, c'est le matin. Ma fille crie. Elle a cinq ans. Je suis arrêté sous ses yeux, frappé ensuite avec science, interrogé, mais surtout frappé de ce mot ignominieux qu'il m'est pénible d'écrire : pédophilie. Sous les cagoules et dans l'ombre, des hommes veulent ma peau. Ils ont enclenché une mécanique de destruction, grossière et implacable, elle porte un nom, je le connais, le mot a été inventé par le KGB : Kompromat.

Dans les geôles de Sibérie, je tente de comprendre. Dans l'hôpital psychiatrique où je suis plus tard enfermé, je tente de comprendre. On me promet quinze années de camp à régime sévère. L'histoire de mes évasions peut commencer.

Nommer les personnages et les lieux importe peu. Je n'ai rien inventé. C'est un film, et ce n'en est pas un. C'est un roman, et ce n'en est pas un. Ce qui importe, c'est le moment de beauté où la littérature rend la vie plus intéressante que la littérature, ce qu'il faut, c'est l'attraper comme on attrape un poignard. La meute lancée à mes trousses craignait que tout finisse dans un livre. Le voilà. »

Donner votre avis

Avis (6)

  • Je ne sais pas vous mais moi, si l'on me proposait un poste de directrice de l'Alliance Française à Irkoutsk, capitale de la Sibérie orientale, tout près du lac Baïkal, eh bien, je n'hésiterais pas une seconde (oui, je développe actuellement une certaine obsession pour certains lieux dont le...
    Voir plus

    Je ne sais pas vous mais moi, si l'on me proposait un poste de directrice de l'Alliance Française à Irkoutsk, capitale de la Sibérie orientale, tout près du lac Baïkal, eh bien, je n'hésiterais pas une seconde (oui, je développe actuellement une certaine obsession pour certains lieux dont le lac Baïkal autour duquel je pense un jour ou l'autre aller traîner mes vieilles chaussures de marche.) Mais ce n'est pas à moi que l'on fit cette belle proposition mais à un certain Yoann Barbereau qui prit ses cliques et ses claques et s'empressa de partir avec sa fiancée russe (ça tombait plutôt bien) et sa fille… Comme ce genre de fonction suppose une bonne capacité d'absorption et de digestion (ce qui est dans mes cordes, jusque là, ça va)… ainsi qu'une langue bien pendue (je suis tout sauf une taiseuse), je pense qu'à la condition de ne pas prononcer un mot de russe (pure hypothèse très peu probable mais au pays de Gogol, tout est envisageable), je serais tout à fait à la hauteur…
    Hélas, personne ne m'a jamais proposé un si joli poste et finalement, ce n'est peut-être pas plus mal car voyez-vous, le risque quand même, c'est de finir au fond d'une prison (bon, je sais, la Sibérie, le goulag… mais évitons les amalgames fâcheux) ou dans un asile de fous, voire coincé dans un appart, un bracelet électronique à la cheville…
    Eh oui, c'est ce qui arriva à notre pauvre Yoann Barbereau, oui le directeur de l'Alliance française à Irkoutsk – je répète pour ceux qui ne suivent pas - victime de ce qui en Russie se présente comme une activité, comment dire, pas quasi officielle mais presque : le kompromat…
    Quèsaco ? Grosso modo, il s'agit de piéger une personnalité en lui mettant dans les pattes quelque irrésistible jolie poupée de porcelaine aux yeux clairs puis de prendre quelques photos de ladite personnalité occupée à jouer avec ladite créature ou bien de mettre fin à la carrière prometteuse d'une personnalité en vue (tiens, ça vous rappelle quelque chose, on dirait…) en l'accusant de viol, par exemple, sur mineur(e), encore mieux. C'est précisément ce que vécut notre jeune directeur arrêté un beau matin au sortir du lit pour viol sur sa propre fille en particulier et pédopornographie en général. Rien que ça. Inutile de vous décrire le côté kafkaïen de l'affaire…
    On a beau ensuite tenter d'expliquer aux gentils messieurs qui prennent soin de nous écouter qu'il doit y avoir une légère erreur sur la personne, rien n'y fait. Vous êtes pris au piège, écrasé, mis en bouillie, détruit et si personne ne s'intéresse à vous ailleurs dans ce vaste monde, on peut penser que vous pouvez dire adieu à votre cher plancher des vaches (avec l'aide ou pas de la DGSE qui face aux Russes semble avoir un peu de mal à se faire comprendre). Il faut compter rester là-bas quinze ans minimum, j'allais dire « au chaud » mais en Sibérie, ce n'est pas franchement le cas (eh, quand même, – 40 l'hiver… je n'irai pas en hiver, c'est sûr, à moins que dans mon Décath' d'à côté, ils se mettent à vendre des doudounes ultra performantes mais même, n'insistez pas et pourtant, ce putain de lac en hiver…) Bon, restons polie et revenons à notre Ivan ou Vania ou Vanka ou bien encore Vanechka (d'accord j'arrête, la littérature russe vous pompe précisément à cause de ces petits jeux sur les noms, donc ok ok ) Yoann : qu'a-t-il fait pour mériter ça, me direz-vous ?
    Eh bien le problème, c'est qu'il n'en sait rien. Ou pas grand-chose. Bon, il a un peu batifolé avec la femme d'un notable d'Irkoutsk (mais elle était très très consentante)… C'est pas bien mais ça ne vaut pas 15 ans de Sibérie quand même… Ok, il était copain avec des gens plutôt opposés à notre ami Poutine… Ca arrive… En tout cas, ce qui est sûr, c'est que quelque chose n'a pas plu à quelqu'un et notre Yoann pense que c'est un coup monté par le FSB. (S'il vous plaît, les services secrets russes, ne lisez pas ce qui suit… je veux bien faire une p'tite rando du côté du Baïkal mais je veux aussi rentrer chez moi… J'ai quatre mômes, deux chiens et un poisson rouge qui m'adorent et qui ont encore un peu besoin de moi dans la vie (plus pour longtemps mais quand même)) donc le FSB ? Service Fédéral de Sécurité de la Fédération de Russie (ouh là là… j'ai déjà la trouille, tiens), frère jumeau du KGB soviétique : contre-espionnage, surveillance des frontières, opérations anti-terroristes, lutte contre la corruption et le crime organisé (toussa toussa nous dit Wiki). Officiellement du moins. Ils fonctionnent en lien étroit avec toute la sphère politique et économique. Bref… On peut imaginer quelques légères interactions… interférences (je ne sais pas comment dire moi et je veux rester polie - je veux rentrer chez moi...) entre des mondes qui se côtoient, dirons-nous, le tout pouvant coûter cher aux petits damoiseaux de passage qui ont tapé sur les nerfs d'un petit notable irkoutskien… Ils sont un peu nerveux là-bas (le froid, ça ne détend pas… La vodka, par contre…)
    Bon allez, je ne vous révèle pas l'histoire de notre Yoanntchik qui en a des vertes et des pas mûres à raconter (encore un exemple où le réel dépasse très franchement la fiction) : entre des rencontres improbables avec des prisonniers aux trognes incroyables et aux destins bien sombres, des fous au grand coeur et à l'âme perdue à jamais, des tarés des chemins enivrés jusqu'aux os et toujours prêts à en découdre, entre des BlaBlaCar nocturnes et des Airbnb salvateurs, des téléphones portables laissés ici et là, des leurres improbables, des perruques folles et des aides précieuses restées anonymes, il faudra une résistance incroyable à Yoann Barbereau pour fuir l'enfer.
    Sans la littérature et l'écriture, rien n'eût été possible car avant que de libérer le corps, il faut à l'âme un certain espace pour pouvoir se mouvoir, des mots qui comblent les vides, qui réchauffent et qui rassurent. Chapeau quand même ! Une sacrée aventure qu'il vous faut, cher lecteur, absolument découvrir !
    Promis, avant de partir j'apprendrai quelques vers de Marina Tsvetaïeva ou de Sergueï Essénine. On ne sait jamais...

    LIRE AU LIT le blog

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ai eu envie de lire ce livre après le passage de Yoann Barbereau à la "grande librairie"...je connaissais donc l'essentiel de son aventure dû à un kompromat...passage dans les prisons russes,police arbitraire,petits chefs haineux,et le froid sibérien!j'aurai voulu vivre un roman à la Jules Verne...
    Voir plus

    Ai eu envie de lire ce livre après le passage de Yoann Barbereau à la "grande librairie"...je connaissais donc l'essentiel de son aventure dû à un kompromat...passage dans les prisons russes,police arbitraire,petits chefs haineux,et le froid sibérien!j'aurai voulu vivre un roman à la Jules Verne auquel l'auteur fait référence;découvrir plus amplement les paysages du lac Baïkal.Mais ,malgré un texte très descriptif,cette écriture très intellectualisée m'a rebutée un tantinet.L'auteur est un philosophe,féru de littérature certes,mais le lecteur????!!
    Proverbe russe cité:"Nul n'est à l'abri ni de la prison ni de la besace du vagabond."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un témoignage coup de poing qui dénonce la corruption qui décrédibilise le système russe mais l'auteur délivre aussi un bel hommage à la littérature russe et littérature ! La prison et la littérature, les deux maitres mots de ce beau livre !

    Un témoignage coup de poing qui dénonce la corruption qui décrédibilise le système russe mais l'auteur délivre aussi un bel hommage à la littérature russe et littérature ! La prison et la littérature, les deux maitres mots de ce beau livre !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le résultat est un ouvrage inclassable. Dans les geôles de Sibérie se lit bel et bien comme un roman d'aventures, angoissant et terrifiant, qui met en scène la prison, l'étouffement, une suite de pièges dont le héros ne se sort qu'en comptant sur lui-même.

    Le résultat est un ouvrage inclassable. Dans les geôles de Sibérie se lit bel et bien comme un roman d'aventures, angoissant et terrifiant, qui met en scène la prison, l'étouffement, une suite de pièges dont le héros ne se sort qu'en comptant sur lui-même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Arrivée à 20% de lecture j'abandonne. Trop barbant, écriture lourde.
    Peut-être le reprendrais-je ultérieurement. Ou pas.
    En même temps on a tellement entendu l'histoire de Yohann Barbereau qu'on sait déjà tout.
    J'ai écouté plusieurs de ces interviews, lu pas mal d'articles à son sujet et les...
    Voir plus

    Arrivée à 20% de lecture j'abandonne. Trop barbant, écriture lourde.
    Peut-être le reprendrais-je ultérieurement. Ou pas.
    En même temps on a tellement entendu l'histoire de Yohann Barbereau qu'on sait déjà tout.
    J'ai écouté plusieurs de ces interviews, lu pas mal d'articles à son sujet et les nombreuses questions soulevées par les zones d'ombres de ces évasions et son incroyable "aventure" qui laisse à penser que pour un homme lambda tout est trop gros et impossible d'où les soupçons qui pèsent quant à savoir si Barbereau serait un agent de la DGSE. Il est vrai que les doutes sont permis mais ce n'est pas le livre qui apporte la réponse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Deux jours, voilà mon temps d'enfermement pour dévorer ce livre, roman-vrai, comme dit l'éditeur, roman ou reportage en différé d'Irkoutsk, de Moscou et de Douarnenez.
    Trois genres en un seul livre, voilà ce à quoi vous devrez vous attendre, vous qui n'avez pas encore ouvert le livre.
    Trois...
    Voir plus

    Deux jours, voilà mon temps d'enfermement pour dévorer ce livre, roman-vrai, comme dit l'éditeur, roman ou reportage en différé d'Irkoutsk, de Moscou et de Douarnenez.
    Trois genres en un seul livre, voilà ce à quoi vous devrez vous attendre, vous qui n'avez pas encore ouvert le livre.
    Trois styles bien différents d'ailleurs,
    mots cinglants, phrases très courtes à certains moments,
    développements beaucoup plus détaillés à d'autres,
    explications narratives encore à d'autres, vraiment une grand souplesse d'écriture et un vaste champ lexical !

    Irkoutsk, Sibérie, là bas tout au bout, le goulag où étaient envoyés les maudits résistants au bon Staline, le petit père du peuple ! L'auteur a lui aussi été envoyé là, en mission culturelle, l'Alliance française, pour rétablir un certain équilibre financier et culturel dans cette ville délaissée car trop lointaine.
    Il a aimé et savouré ce qui lui a été offert, virées sur le lac Baikal, voyages dans la région.. gigantesque ! Sa femme, Russe à qui il était déjà marié et son amie, sa petite fille, bref, la vie rêvée pour un intellectuel amoureux de la Russie.
    Arrêté en Tshirt de nuit,devant sa femme et sa fille, prison, pas d'explication, pas de motif, pas d'alibi et le temps passe !!
    La vie dans les cellules est précisée, qui, quand comment ses «  amis » ont été arrêtés eux aussi, puis hôpital psychiatrique et enfin bracelet électronique.
    Je ne raconterai pas l'histoire, j'ai adoré la découvrir, les yeux écarquillés, l'impression que tout était monté, le peu de réactivité des autorités françaises, et c'est un euphémisme, les roueries des uns et des autres.
    La littérature, française et russe à l'honneur , des citations à chaque chapitre et le quotidien de bien des prisonniers : se réciter les poèmes connus pour faire travailler sa mémoire et se rappeler que nous sommes des êtres pensants même si d'autres hommes ont décidé de vous détruire.

    Il me reste un goût de «  c'est incroyable » « comment est ce possible » !!
    merci à Netgalley

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.