Couleurs de l'incendie

Couverture du livre « Couleurs de l'incendie » de Pierre Lemaitre aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253100416
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Février 1927. Après le décès de Marcel Péricourt, sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière. Mais elle a un fils, Paul, qui d'un geste inattendu et tragique va la placer sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l'adversité des hommes, à... Voir plus

Février 1927. Après le décès de Marcel Péricourt, sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière. Mais elle a un fils, Paul, qui d'un geste inattendu et tragique va la placer sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l'adversité des hommes, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra mettre tout en oeuvre pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.Pierre Lemaitre signe ici le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013.Un livre plus profond, plus émouvant et plus révolté que celui dont il est le prolongement. Un énorme plaisir de lecture ! Hubert Artus, Lire.Une littérature de conviction, un talent rageur. François Forestier, L'Obs.Le lecteur est embarqué, scotché, médusé. François Busnel, La Grande Librairie

Donner votre avis

Articles (3)

Avis(35)

  • Quel plaisir de retrouver la plume de Pierre Lemaître pour la suite d'Au revoir là-haut ! Dans ce volume qui peut être lu sans avoir lu le premier( mais ce serait dommage de vous en priver !) Madeleine Péricourt est entourée d'une série d'autres personnages hauts en couleurs et malhonnêtes à...
    Voir plus

    Quel plaisir de retrouver la plume de Pierre Lemaître pour la suite d'Au revoir là-haut ! Dans ce volume qui peut être lu sans avoir lu le premier( mais ce serait dommage de vous en priver !) Madeleine Péricourt est entourée d'une série d'autres personnages hauts en couleurs et malhonnêtes à souhait, et ce ne sont pas forcément les petites gens les plus malhonnêtes, les politicards ne sont pas en reste ! Sur fond de jalousies, coups tordus, crise financière de 29, magouilles politiques, montée du nazisme, du statut de manipulée Madeleine passera à celui de marionnettiste pour assouvir une vengeance qui ne laissera rien au hasard. Car la sage héritière va se révéler machiavélique en dépit de sa conscience... On s'attache à Paul son fils, à Solange l'inénarrable cantatrice et aussi il faut bien l'avouer à Madeleine car trouver sa place dans cette société machiste des années 30 alors que rien dans son éducation ne l'y a préparée, faire face à ce qu'elle doit affronter relève de la haute voltige. Pierre Lemaître est un conteur hors pair et il nous embarque dans cette histoire dès les premières pages, incroyables, sidérantes...Vous avez ouvert le livre, commencé à lire? Tant pis pour vous, vous voilà otage bienheureux et consentant tant il est difficile d'interrompre une lecture aussi addictive. Car il s'en passe des choses, des rebondissements inattendus, des coups de théâtre habilement amenés, quelle imagination ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai beaucoup aimé « Au revoir là-haut » qui se termine par le suicide d’Edouard Péricourt.
    Marcel Péricourt, à la tête de la banque Péricourt est décédé. Madeleine, devenue l’unique héritière de la banque depuis le suicide de son frère. Doit conduire le cortège. Au moment où le cortège va...
    Voir plus

    J’ai beaucoup aimé « Au revoir là-haut » qui se termine par le suicide d’Edouard Péricourt.
    Marcel Péricourt, à la tête de la banque Péricourt est décédé. Madeleine, devenue l’unique héritière de la banque depuis le suicide de son frère. Doit conduire le cortège. Au moment où le cortège va s’ébranler, Paul, lez fils de Madeline, se défenestre et tombe sur le cercueil. Détour obligatoire par l’hôpital d’où Paul sort handicapé à vie.
    Sa vie change et elle se donne entièrement à son petit Paul et fait confiance à Gustave Joubert, bras droit de son père. le futur mari éconduit deux fois va se venger d’une très belle façon. C’est la ruine pour Madeleine qui doit déménager dans un petit appartement et devenir une déclassée, une petite-bourgeoise aux habits défraîchis. C’est mal connaître la fille de Péricourt ! Bon sang ne saurait mentir. La vengeance est un plat qui se mange froid, mais qui, avant se mijote, se trame. Gare à ceux qui l’ont trompée, la chute sera dure.
    Un livre de 500 pages qui se lit comme un feuilleton genre Alexandre Dumas et se déroule pendant la période troublée de l’entre-deux guerres, crise financière, montée du nazisme, de l’antisémitisme, corruption, charge contre les journalistes… Bref, ce que nous connaissons encore.
    Pierre Lemaître semble s’être bien amusé à écrire ce livre très documenté. Les dialogues sont succulents, ironiques (comme le beau-frère de Madeline, politicien véreux devenu président de la commission de l’évasion fiscale), profonds, vrais, bon français ou français des faubourgs selon l’intervenant.
    Je me suis plu dans les pages, même si, j’ai vite compris ce qui allait advenir. D’ailleurs, cela m’a permis de mieux apprécier les phrases, les mots écrits par Pierre Lemaître, les descriptions des personnages sont très visuelles et quelques fois amusantes (voir les nièces de Madeleine, ou la cantatrice)
    Couleurs de l’incendie n’est pas comme certains gros bouquins, plein de remplissages, de vides, non, l’écriture est dense, aucun temps mort
    J’attends le troisième opus avec impatience. Logiquement, il devrait se dérouler pendant la seconde guerre mondiale.

    comment Commentaires (2) flag Signalez un abus
  • Il y a quelques mois, je vous parlais du livre de Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013, Au revoir là-haut. Début janvier sortait sa suite : Couleurs de l’incendie, qui m’a été offert par ma fidèle acolyte j’ai nommée : La Moustache !

    Forcément, je me suis jetée sur ce livre. Forcément, je l’ai...
    Voir plus

    Il y a quelques mois, je vous parlais du livre de Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013, Au revoir là-haut. Début janvier sortait sa suite : Couleurs de l’incendie, qui m’a été offert par ma fidèle acolyte j’ai nommée : La Moustache !

    Forcément, je me suis jetée sur ce livre. Forcément, je l’ai dévoré en quelques jours : le matin au petit dej, le midi pendant la pause au bureau, le soir sur le canapé… et forcément, je me devais d’en parler ici

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Pierre Lemaître était avant tout un auteur de polars réputé que j’appréciais. Contre toute attente, son entrée dans la littérature blanche a été fracassante. Auréolé du prix Goncourt, « Au revoir là-haut » était une fresque familiale et affairiste dans laquelle je m’étais beaucoup...
    Voir plus

    Pierre Lemaître était avant tout un auteur de polars réputé que j’appréciais. Contre toute attente, son entrée dans la littérature blanche a été fracassante. Auréolé du prix Goncourt, « Au revoir là-haut » était une fresque familiale et affairiste dans laquelle je m’étais beaucoup amusé.

    L’histoire de « Couleurs de l’incendie » se déroule une dizaine d’années plus tard, durant l’entre-deux- guerres. On reprend la famille Péricourt, on reprend les mêmes ingrédients et le tout fonctionne comme dans le premier épisode. Seul le contexte est différent. Le récit se fait cette fois-ci dans l’ombre de la crise financière et de la montée du nazisme.

    Les évènements se succèdent sous forme de situations principalement parlées. A la manière d’une pièce de théâtre, la puissance du roman repose sur les dialogues, souvent truculents et qui rythment le fil de l’aventure. Par ces échanges, chaque personnage se dévoile et dévoile ses ambitions. Ce jeu de dupes, parsemé de manipulations et manigances, crée une toile romanesque pleine de rebondissements, dans laquelle le lecteur ne s’ennuie pas une seconde. On passe d’un protagoniste à un autre, d’une classe sociale à une autre. On se représente ainsi le plan global de la société de l’époque.

    Le seul reproche que je pourrais faire se situe au niveau la mécanique du roman. En effet, autant les péripéties sont surprenantes, autant le déroulement est un peu cousu de fil blanc. On devine facilement le dénouement de cette affaire. Ceci étant dit, le plaisir de lecture est une nouvelle fois au rendez-vous. Ceux ou celles qui ont aimé le premier épisode, ne seront pas dépaysés et se réjouiront de cette suite. Et je conseille chaudement à ceux ou celles qui n’ont pas encore commencé la trilogie, de vous lancer dans les histoires de Pierre Lemaître. Entre Alexandre Dumas pour le côté feuilletonnesque et Emile Zola pour le côté social, il est un conteur particulièrement efficace !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2019/01/11/425-pierre-lemaitre-couleurs-de-lincendie/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions