Correspondance ; 1944-1959

Couverture du livre « Correspondance ; 1944-1959 » de Albert Camus et Maria Casares aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072746161
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris, lors de la fameuse représentation-lecture du Désir attrapé par la queue de Picasso. L'ancienne élève du Conservatoire national d'art dramatique, fille d'un ancien président du Conseil de la Seconde République... Voir plus

Le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris, lors de la fameuse représentation-lecture du Désir attrapé par la queue de Picasso. L'ancienne élève du Conservatoire national d'art dramatique, fille d'un ancien président du Conseil de la Seconde République espagnole exilé à Paris, n'a alors que vingt-deux ans. Parlant parfaitement français, elle a débuté sa carrière d'actrice en 1942 au Théâtre Hébertot, au moment où Albert Camus publiait L'Étranger et Le Mythe de Sisyphe. Camus vit alors seul à Paris, la guerre l'ayant éloigné de son épouse Francine, enseignante à Oran. Sensible au jeu, au tempérament et à la plastique de l'actrice, il lui confie le rôle de Martha pour la création de sa pièce Le Malentendu en juin 1944. Et durant la nuit du Débarquement en Normandie, sortant d'une soirée chez leur ami Charles Dullin, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants. Il ne s'agit là que du prélude à une grande histoire amoureuse ; car Maria décide de mettre fin à cette relation qui lui semble sans avenir, au vu de la situation conjugale de son amant. Mais quatre ans plus tard, le 6 juin 1948, Albert et Maria se retrouvent par hasard sur un boulevard parisien ; leur histoire commune reprend alors, plus passionnée que jamais, et sans interruption jusqu'à la mort accidentelle de l'écrivain, au début de l'année 1960.
Durant ces treize années, Albert et Maria n'ont jamais cessé de s'écrire, notamment lors des longues semaines de séparation dues à leur engagement artistique et intellectuel, aux séjours au grand air ou aux obligations familiales. Sur fond de vie publique et d'activité créatrice, leur correspondance croisée, demeurée totalement inédite jusqu'à ce jour, révèle quelle fut l'intensité de leur relation intime, s'éprouvant dans le manque et l'absence autant que dans le consentement mutuel, la brûlure du désir, la jouissance des jours partagés, les travaux en commun et la quête du véritable amour et de son accomplissement.
Édition présentée par Virgil Tanase

Donner votre avis

Les derniers avis

  • 1260 pages d’échanges amoureux entre Albert Camus et Maria Casarès. 1260 pages de passion, de transports, d’amour contrarié mais aussi de douceur et parfois d’apaisement.
    Ces lettres nous racontent évidemment une histoire d’amour, mais ce qui est encore plus plaisant dans ce livre, c’est...
    Voir plus

    1260 pages d’échanges amoureux entre Albert Camus et Maria Casarès. 1260 pages de passion, de transports, d’amour contrarié mais aussi de douceur et parfois d’apaisement.
    Ces lettres nous racontent évidemment une histoire d’amour, mais ce qui est encore plus plaisant dans ce livre, c’est qu’au-delà de la relation se dessine un portrait de l’époque en termes de littérature et de théâtre qui pour moi est fascinant.
    On y croise Hébertot, Gérard Philipe, Jean-Louis Barrault, Odette Joyeux, les Gallimard, Michel Bouquet, Sartre, Gide... et autant d’anecdotes passionnantes autour de ce monde culturel des années 1950.
    Maria et Albert se rencontrent en 1944, vivent leur passion avant de se séparer au retour de la femme d’Albert Camus.
    Ils se retrouveront en 1948 et laisseront alors libre cours à leur amour, toutefois contrarié par les absences d’Albert qui doit soigner une tuberculose, par leurs engagements et leurs déplacements respectifs et par le fait que malgré son amour pour Maria, l’écrivain reste marié à Francine avec laquelle il a deux enfants.
    Ils entretiendront cette liaison jusqu’à la mort accidentelle d’Albert Camus.
    Ces échanges épistolaires nous racontent ce qu’ils furent l’un pour l’autre : des amoureux, des confidents, des soutiens, des alter-ego.
    Évidemment les lettres sont merveilleusement écrites, plus sérieuses du côté d’Albert, Maria laissant plus facilement la place à des petites pointes d’humour et exprimant beaucoup plus ouvertement sa passion physique. Surtout elles donnent chair et vie à deux artistes qui nous deviennent ainsi plus proches et dont on partage un peu d’intimité.
    Le petit plus « anecdote » pour moi est que Maria Casarès fait plusieurs séjours à Camaret-Sur-Mer et que je suis justement en vacances dans la région pendant la lecture de ce livre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Coup de cœur.
    Cet échange nous prouve que dans une correspondance, ce n'est pas toujours l'écrivain qui écrit le mieux mais nous y reviendrons. Malgré tout, quelques phrases de Camus m'ont marquée:
    On dit quelquefois qu'on choisit tel ou tel être. Toi, je ne t'ai pas choisie. Tu es entrée,...
    Voir plus

    Coup de cœur.
    Cet échange nous prouve que dans une correspondance, ce n'est pas toujours l'écrivain qui écrit le mieux mais nous y reviendrons. Malgré tout, quelques phrases de Camus m'ont marquée:
    On dit quelquefois qu'on choisit tel ou tel être. Toi, je ne t'ai pas choisie. Tu es entrée, par hasard, dans une vie dont je n'étais pas fier, et de ce jour-là, quelque chose a commencé de changer, malgré moi, malgré toi aussi qui était alors lointaine...
    Je sais cela maintenant et le besoin que j'ai de toi n'est rien d'autre que le besoin que j'ai de moi. C'est le besoin d'être et de ne pas mourir sans avoir été.
    (1956) Ne t'excuse pas d'avoir parlé d'amitié. Je suis aussi ton ami et à un certain degré de chaleur mutuelle, les cœurs fondent ensemble dans quelque chose qui n'a plus de nom, où les limites disparaissent...
    Il y a bien longtemps que je ne lutte plus contre toi et que je sais que, quoi qu'il arrive, nous vivrons et mourrons ensemble.
    Comme je l'ai noté, la fin de la correspondance est plus sereine, Camus a d'autres relations et on le sent même si ce n'est jamais clairement dit, mais l'intensité des sentiments de Camus envers Casares perce toujours, à travers une certaine gravité:
    Tu es ma douce, ma tendresse, ma savoureuse aussi, et mon unique. Nous plaisantons souvent sur nos flirts et nos sorties. Mais un temps vient, de loin en loin, où il faut cesser de plaisanter peut-être. Auprès de toi, le monde entier n'est pour moi qu'une ombre décolorée. Exception faite pour mes enfants, il pourrait s'évanouir sans que rien ne change. Toi seule est fixe, toi seule m'emplit.
    L'intérêt de cette correspondance dépasse évidemment la relation amoureuse. Camus y évoque les pièces qu'il monte, les essais qu'il écrit, le roman qu'il ne finira jamais, ses doutes quand à l'écriture et la réception de son oeuvre, la dépression qui suit la fin du processus d'écriture :
    "Les Justes" ne sont pas un succès (mes œuvres d'ailleurs ne sont jamais des succès. C'est mon oeuvre qui en est un, provisoirement, et Dieu sait pourquoi).
    J'ai aussi appris qu'il arrivait à Camus d'endosser un rôle pour quelques représentations.
    Camus a beau être pour moi le symbole de la tolérance, il peut tomber dans les clichés, ce qui est drôle:
    ... j'ai cueilli un anglais sur la route de Grasse. Il allait de Rome à Londres, en auto-stop. Mais il n'était pas très causant et même plutôt pesant et emmerdeur comme beaucoup des fils de Shakespeare.
    On apprend aussi que Camus aimait les corridas dont il se sortait vidé comme s'il avait "fait six fois l'amour", et qu'il aimait le foot puisque Casares s'excuse de lui faire rater un France- Suisse. On découvre en Camus un père aimant mais parfois agacé, déçu que ses enfants ne lui aient pas souhaité la fête des pères (en 1956).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Je t’aime plus que jamais. Ah ! tu ne sais à quel point ! Que ne donnerais-je pas pour t’avoir près de moi ce soir ! Mon amour, mon chéri, je suis brûlante, les tempes me font mal , j’ai du feu aux paumes et la gorge sèche. Je ne sortirai plus : tu me manques trop partout et en rentrant...
    Voir plus

    « Je t’aime plus que jamais. Ah ! tu ne sais à quel point ! Que ne donnerais-je pas pour t’avoir près de moi ce soir ! Mon amour, mon chéri, je suis brûlante, les tempes me font mal , j’ai du feu aux paumes et la gorge sèche. Je ne sortirai plus : tu me manques trop partout et en rentrant ton absence me devient intolérable…. Mon chéri, je t’embrasse longuement comme je désire t’embrasser ce soir » (Lettre de Maria Casarès à Albert Camus, le 11 février 1950)

    « Il y aura bientôt trois semaines que je suis parti et le temps maintenant va passer vite. Nous retrouverons notre complicité , la chère amitié, le désir solaire qui est entre nous, la jouissance profonde, notre amour enfin…. A bientôt mon âme, ma petite bête, ma chère vie. Je t’embrasse doucement et furieusement comme je t’aime. » (Lettre d’Albert Camus à Maria Casarès , le 7 février 1951).

    J’avais récemment lu et beaucoup aimé les « Lettres à Anne », de François Mitterrand.

    Il faut dire que je suis de celles qui aiment les mots, les mots tendresse, les mots d’amour, les mots précieux, les mots soleil, les mots rêvés. Ceux qui vous illuminent d’en-dedans juste en les lisant, en les prononçant à voix basse, un peu comme pour se les approprier. Se nourrir de cette magie céleste, par la tranparence des mots et des sentiments.

    « Correspondance » me faisait de l’œil , ou du pied, ou du charme , c’est au choix, depuis un moment, et il a fallu tout l’amour de deux amies très chères (dont ma marraine littéraire ) pour qu’il arrive entre mes mains (Happy B-day to me ).

    Camus m’a accompagnée tout au long de mes années lycées, et bien au-delà. Je suis tombée sous le charme littéraire de ce génie, sous le charme tout court de ce révolté à fleur de peau.

    Par contre, de Maria Casarès, je ne connaissais quasiment rien, hormis qu’elle fut une grande actrice.

    Cette correspondance entre eux, c’est celle d’un Amour Absolu… Qui les unit durant quinze ans. C’est huit cent soixante-cinq lettres, 1200 pages passionnées, flamboyantes. Un Amour sublime et sublimé. C’est l’osmose éclatante de deux âmes solaires qui devaient forcément se rencontrer . C’est l’absence qui fait mal , c’est l’absence qui délivre, c’est l’absence qui illumine chaque instant. C’est le cœur qui bat plus fort, c’est la vie. Leur vie, leurs vies. Pudique. Pudiques. C’est ce rêve qu’elles soient un peu nôtres.

    Et puis, c’est aussi, et il ne faut pas l’oublier, une plongée dans le Monde culturel des années 1950. Celui de la création arrivée jusqu’à nous.

    C’est l’histoire d’un Amour. D’une Passion. C’est Camus . C’est Maria.

    C’est un chef d’œuvre, dans lequel je me replonge régulièrement, parce qu’on touche au sublime là , et que ça fait du bien ! Pavé me direz-vous ? Je vous répondrai lecture magistrale, splendide, admirable, indispensable. Un pavé qui donne envie d’y croire plus fort encore !

    « Bon. Dernière lettre. Juste pour te dire que j’arrive mardi , par la route, remontant avec les Gallimard lundi… Je te téléphonerai à mon arrivée, mais on pourrait peut-être convenir déjà de dîner ensemble mardi. Disons en principe, pour faire la part des hasards de la route – et je te confirmerai le dîner au téléphone. Je t’envoie déjà une cargaison de tendres vœux, et que la vie rejaillisse en toi pendant toute l’année, te donnant le cher visage que j’aime depuis tant d’années (mais je l’aime soucieux aussi, et de toutes les manières). Je plie ton imperméable dans l’enveloppe et j’y joins tous les soleils du cœur » (Lettre d’Albert Camus à Maria Casarès le 30 décembre 1959.)

    (Le 4 janvie 1960, après une étape sur la route, Albert Camus est tué sur le coup dans un accident de la route. C’était réellement sa dernière lettre)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com