Contre violences

Couverture du livre « Contre violences » de Jocelyne Guillon aux éditions Books On Demand
Résumé:

Plus de questions ?
- Si, moi une. Vous, vous en avez déjà soigné de si chooté.
- Oui beaucoup et j'en ai vu devenir fous au point de se manger eux-mêmes et puis j'en ai vu aussi mourir, percés de balles de mitraillette ou avec un coeur éclaté par une overdose, sans compter ceux morts du Sida,... Voir plus

Plus de questions ?
- Si, moi une. Vous, vous en avez déjà soigné de si chooté.
- Oui beaucoup et j'en ai vu devenir fous au point de se manger eux-mêmes et puis j'en ai vu aussi mourir, percés de balles de mitraillette ou avec un coeur éclaté par une overdose, sans compter ceux morts du Sida, qu'à cette époque, on ne faisait que regarder mourir, faute de savoir au moins abréger leurs souffrances, oui j'en ai vu et vu de trop ! C'est la vie que vous rêvez d'avoir. j'espère que non, mais si vous continuez à agir de manière à ce que la police et la justice fassent des dossiers sur vous, épais comme ceux que j'ai ici, ce sera votre vie ! Un chien battu mord d'abord pour se défendre, ensuite il mord pour ne pas être attaqué, en prévision d'attaques et après il mord tout le temps, parce qu'il ne sait plus faire que cela. Pour l'humain c'est la même chose, si tout petit vous martyrisez les animaux, déchiquetez les plantes, et tapez sur tout ce qui ne vous plaît pas, vous le ferez toujours. Après vous continuerez votre petit jeu avec les plus faibles, puis vous vous mesurerez à d'autres pour prendre leur pouvoir et ainsi de suite. Vous aurez peut-être de l'argent, beaucoup d'argent, parce que vous serez devenu le roi des caïds, mais je ne connais aucun caïd qui n'ait été détrôné et dans cette vie de violence, la mort du vaincu est toujours annoncée. Dans les deux films que vous venez de voir, comme dans le prochain, les faits sont des faits réels, pas des jeux ou du cinéma et ceux qui sont tombés ne se relèveront plus jamais. Vous allez voir la violence dite ordinaire, enfin celle que vous faites ou côtoyez chaque jour. Un poing qui part trop vite. Une discussion qui s'envenime et les coups suivent... Une bagarre de territoire ou de propriété. Mais c'est aussi le pauvre chat qui avait eu seulement le tort de passer devant un pied et qui est envoyé baller comme un ballon de foot ou ces pauvres petits arbres qui poussent si difficilement asphyxiés par les gaz des voitures et que chacun massacre en passant, histoire de taper simplement ! Il y a aussi la violence apprise, entretenue par les haines, raciales, religieuses, de clans ou simplement par haine de ce que l'on a subi, et que l'on appelle vengeance. A toutes ces violences il faut encore ajouter la violence de la bêtise, du sexe, de la force supérieure. et la roue tournant de plus en plus vite, fait, que toutes ces violences, gratuites ou non. grandes ou petites. mènent toujours à de plus grandes violences. jusqu'au jour ou l'on se retrouve avec du sang sur les mains, avant d'essayer, vainement avec ses mains un jour, souvent à l'aube. de retenir le sien !. Regardez.

Donner votre avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions