Contes liquides

Couverture du livre « Contes liquides » de Jaime Montestrela aux éditions De L'attente
  • Date de parution :
  • Editeur : De L'attente
  • EAN : 9782362420245
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

« Sur l'île de Tahiroha, le jour du Vendredi saint, les cannibales convertis au christianisme ne mangent que des marins. » L'écrivain lisboète exilé Jaime Montestrela (1925-1975) écrivit ces «contes liquides» à Paris, de mai 1968 à juin 1972, au rythme de deux ou trois par semaine. Plus de... Voir plus

« Sur l'île de Tahiroha, le jour du Vendredi saint, les cannibales convertis au christianisme ne mangent que des marins. » L'écrivain lisboète exilé Jaime Montestrela (1925-1975) écrivit ces «contes liquides» à Paris, de mai 1968 à juin 1972, au rythme de deux ou trois par semaine. Plus de mille, donc. Nous en présentons ici quatre-vingts, ce qui n'est pas mal, compte tenu du fait que le traducteur ne parle pas portugais.

Livre préfacé par Hervé Le Tellier, postface de Jacques Vallet. Avec un dessin de Fernando Puig Rosado en ouverture.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    Sur la planète HC678, toute personne usant d'une phrase déjà prononcée - des scribes en gardent trace sur d'immenses registres - doit régler des droits d'auteur à son premier locuteur. Seuls les riches ont ainsi la parole, mais n'est-ce pas partout pareil ? (conte n° 413)

    Les chercheurs du...
    Voir plus

    Sur la planète HC678, toute personne usant d'une phrase déjà prononcée - des scribes en gardent trace sur d'immenses registres - doit régler des droits d'auteur à son premier locuteur. Seuls les riches ont ainsi la parole, mais n'est-ce pas partout pareil ? (conte n° 413)

    Les chercheurs du Jakobson Research Institute (Zürich) ont prouvé que le premier mot inventé par l'homme était «hydropneumatique», mais qu'il fallut attendre longtemps avant qu'il trouve un usage. (conte n° 155)

    Au marché si typique de Nahahuta (Pérou), la cacophonie est telle qu'il est tout à fait vain d'espérer comprendre ce que crient les marchands. Aussi ceux-ci imitent-ils le cri de l'animal dont ils vendent la viande. Les charcutiers grouinent, les volaillers caquètent, les bouchers beuglent. Seuls les poissonniers ont du mal à se faire entendre. (conte n° 95)

    Trois des Contes liquides, de Jaime Montestrela, traduits du portugais par Hervé Le Tellier. L'auteur a été proche du groupe Panique et de l'Oulipo.
    Des contes brefs de quelques lignes, un petit bijou d'humour, à savourer avec modération, pour faire durer le plaisir.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions