Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Confession d'un tueur a gages

Couverture du livre « Confession d'un tueur a gages » de Xiaoquan Ma aux éditions Editions De L'olivier
Résumé:

Que le monde est froid... Xiaolong (Petit Dragon) regarde la neige tomber, et raconte son histoire.
Elevé par une vieille femme - une chiffonnière qui gagnait péniblement de quoi le nourrir -, il n'a
guère eu le choix lorsque celle-ci est morte. Il s'est rendu à la ville dans l'espoir d'y... Voir plus

Que le monde est froid... Xiaolong (Petit Dragon) regarde la neige tomber, et raconte son histoire.
Elevé par une vieille femme - une chiffonnière qui gagnait péniblement de quoi le nourrir -, il n'a
guère eu le choix lorsque celle-ci est morte. Il s'est rendu à la ville dans l'espoir d'y survivre plus
aisément que dans la misérable ruelle où il avait grandi. Il avait seize ans.
Vol d'un poignard, extorsion, bagarre exemplaire avec quelques voyous : en un rien de temps, le
"talent" de Xiaolong est recupéré par un chef de gang. Il gravit les échelons rapidement, multiplie
les missions : recouvrement d'une dette, intimidation d'une épouse volage, liquidation d'un rival. Il
rencontre aussi l'amour, se met en ménage avec une jeune femme à laquelle il offre une boutique
de vêtements.
Tout va bien jusqu'à ce qu'une mission le ramène sur les lieux de son enfance. Une succession de
hasards lui révèle alors le secret de ses origines : son père a été exécuté pendant la Révolution
culturelle; sa mère, désespérée, s'est donné la mort peu après sa naissance. Un coup de fil ne lui
laisse pas le temps de remonter jusqu'à celui qui a dénoncé son père : son meilleur ami a été tué
par le gang adverse, c'est à lui qu'incombe d'organiser l'expédition punitive. Avec un sang-froid
implacable, il élimine un à un les coupables. Reconnaissant, son « patron » le nomme alors chef de
la sécurité.
Le moment est venu, Xiaolong tue celui qui a été à l'origine de la perte de ses parents, et commet
la première erreur de sa carrière: ce meurtre-là n'était pas commandité.
La confession de Xialong donne la chair de poule. Ce jeune homme en colère, au charisme
impressionnant, a le sens de la justice et une grande conscience de ce qu'il est et de ce qu'il fait. Il
est beau comme le héros d'un conte sentimental et manie le poignard comme dans un film de
kung-fu.

Donner votre avis