Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

CONFERENCE N.40 ; l'Europe inouïe ; notes sur Venise

Couverture du livre « CONFERENCE N.40 ; l'Europe inouïe ; notes sur Venise » de Collectif aux éditions Conference
  • Date de parution :
  • Editeur : Conference
  • EAN : 9782912771766
  • Série : (-)
  • Support : Revue
Résumé:

L'Europe n'est pas aimée. Sans doute n'est-elle pas aimable.
Elle est prise, inconfortablement, entre l'idée à la fois vague et impérieuse que l'on s'en fait, et la réalité administrative, plus que politique, où elle semble se perdre, et qui n'entretient avec la première que les relations les... Voir plus

L'Europe n'est pas aimée. Sans doute n'est-elle pas aimable.
Elle est prise, inconfortablement, entre l'idée à la fois vague et impérieuse que l'on s'en fait, et la réalité administrative, plus que politique, où elle semble se perdre, et qui n'entretient avec la première que les relations les plus lointaines. Son histoire plaide pour elle et ne cesse cependant de l'accuser. Ses lumières mêmes n'ont pu sonder le comble de l'obscurité. La liberté qu'elle professe la rend coupable d'histoire ; la technique qu'elle invente l'aliène à un gigantisme imprévu. Patrie du discernement et de l'exigence de l'esprit, elle vit un moment de confusion ; ayant rempli d'elle le monde entier, elle reçoit le contrecoup de ce qu'elle y a établi.
Elle se construit sur la défaite de ses triomphes ; et elle s'oublie au moment même où elle se voudrait modèle de paix et d'union. Elle est comme encombrée, stupéfiée par sa richesse ; et l'antidote économique des Pères fondateurs est devenu son poison, en l'absence de la moindre force qui la ferait croire à la résistance des rêves.
Faute de pensée vitale, et en dépit de l'ampleur de sa production règlementaire, elle manque de la juridicité qui lui donnerait son corps politique.
Ce quarantième cahier de Conférence - et le premier d'un ensemble « européen » - voudrait simplement poser la question des formes de l'Europe, des formes qui lui sont et lui furent si essentielles : son espace, ses villes, la place qu'elle accorde à l'esprit, à l'intelligence, aux langues dont elle est issue - à tout ce qui n'est pas strictement économique et qui fait d'elle, dans l'acte même qui rend sa constitution si fragile, le seul lieu politique d'une méditation sur les empires humains et la règle qu'est vivre.

Donner votre avis