Conchito

Couverture du livre « Conchito » de Pascal Juan aux éditions Presque Lune
  • Date de parution :
  • Editeur : Presque Lune
  • EAN : 9782917897072
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Biographie de l'auteur :
Pascal Juan, d'origine franco-espagnole, né en 1965 à Montpellier, a débuté dans l'enseignement des Lettres avant de se tourner vers le journalisme en free-lance, la littérature en dilettante et les vacances en Andalousie. Auteur de nombreuses nouvelles, parfois... Voir plus

Biographie de l'auteur :
Pascal Juan, d'origine franco-espagnole, né en 1965 à Montpellier, a débuté dans l'enseignement des Lettres avant de se tourner vers le journalisme en free-lance, la littérature en dilettante et les vacances en Andalousie. Auteur de nombreuses nouvelles, parfois publiées, il a remporté plusieurs prix dans différents concours nationaux. «Conchito» est son premier roman édité.
Patrick, végète. Au chômage depuis trop longtemps, il cherche ce qui va lui permettre de gagner dignement sa vie et sa place dans la société. Il se dit que toutes les idées sont bonnes à prendre. Fin connaisseur des niches commerciales pour avoir tâté de l'interim, il décide de créer sa petite entreprise. Il passe donc une petite annonce et s'instaure un code moral : faire le ménage nu oui, se prostituer non. S'enchainent alors les contrats chez de vieilles dames bien dignes, et une clientèle insolite. Parfois une main s'égare mais Conchito ne couche pas, qu'on se le dise ! Sorti tout nu du jardin d'Eden, il ne demande qu'à exercer tranquillement le maniement de l'aspirateur en dodelinant des bijoux de famille, comme un honnête petit artisan.
Les euros s'accumulent et le frigidaire se remplit enfin...
Si au début l'affaire est plutôt brillante, pour sa longévité elle exige néanmoins de rechercher une nouvelle clientèle. Et dans ce genre d'activité, il n'est pas rare d'assister à des dérives baroques voire dissolues... Rattrapé par la précarité sociale, il s'épanche peu à peu sur sa bouteille tout en fantasmant sur sa voisine et s'aperçoit au même moment que son sexe rétrécit aspiré de l'intérieur.
En lisant le livre Conchito de Pascal Juan, on ne peut échapper à la question de l'identité masculine ou la recherche de nouveaux codes de virilité.
Les hommes vivent une époque particulièrement déstabilisante. Pris en tenaille entre les préceptes de leurs mères (ne pas montrer ses sentiments, se blinder le corps et l'esprit, avoir de l'ambition pour deux et du punch pour trois) et les nouvelles exigences de leurs compagnes (être tendre, avouer ses faiblesses, assumer sa part féminine...), les hommes ne savent plus à quel modèle se vouer.
Avant, l'identité masculine était facilement identifiable par des attributs de comportement, le rapport à l'argent, la réussite professionnelle, la capacité de plaire aux femmes. Jusqu'au jour où elles sont sorties de chez elles.
Dès lors, concurrencés sur leurs propres plates-bandes professionnelles, ils trouvent en rentrant chez eux des femmes plus exigeantes, autonomes et indépendantes financièrement.
Toutes les idées, mêmes les plus saugrenues, sont permises pour affronter la crise et tenter de construire un emploi stable.
Émaillé d'un humour grinçant et d'une tristesse ambiante, Pascal Juan réussit à nous dépeindre un personnage désopilant et désabusé tout en évitant l'écueil de la vulgarité. Même si son humour aiguisé nous laisse échapper un rire gêné, le roman reste néanmoins une tragédie sur fond de précarité sociale.

Donner votre avis

Avis(1)

  • Sur une idée de départ originale, un homme qui décide de se lancer dans le ménage nu, Pascal Juan écrit un livre non dénué de longueurs -si je puis m'exprimer ainsi eu égard aux malheureux déboires de Conchito-, mais doté de belles qualités -bon, c'est pareil, évitons toute allusion.

    Les...
    Voir plus

    Sur une idée de départ originale, un homme qui décide de se lancer dans le ménage nu, Pascal Juan écrit un livre non dénué de longueurs -si je puis m'exprimer ainsi eu égard aux malheureux déboires de Conchito-, mais doté de belles qualités -bon, c'est pareil, évitons toute allusion.

    Les longueurs sont au milieu du bouquin où l'on sent que Patrick/Conchito tourne un peu en rond et que le livre n'avance plus. Mésaventures et malheurs s'amoncellent sans que l'on ait vraiment d'empathie pour lui. Mais la fin redonne un peu de couleurs au personnage et d'intérêt à la lecture.

    Les belles qualités dont je parlais se révèlent dans la description de la descente de Patrick : sa dépression vient lentement mais sûrement et il touche le fond assez vite, toujours lucide, du moins le croit-il. C'est un homme qui a toujours tout raté et qui continue à rater admirablement ce qu'il tente et à ne pas tenter ce qu'il est sûr de rater.

    Mais ce que je retiens surtout ce sont les qualités de l'écriture de Pascal Juan. Pas de fioriture, pas de tentative de "faire du style". Les phrases sont simples, directes, franches et pleines d'humour, d'ironie, de références à des maximes célèbres, à des slogans publicitaires (peut-être même en ai-je raté quelques unes).
    à suivre sur www.lyvres.over-blog.com

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Autres éditions(1)

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions