Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Coeur du Sahel

Couverture du livre « Coeur du Sahel » de Djaïli Amadou Amal aux éditions Emmanuelle Collas
Résumé:

Faydé vit dans les montagnes dans l'extrême-nord du Cameroun. Pour que sa mère, ses frères et sa soeur ne soient pas dans le besoin, son beau-père ayant disparu au cours d'une razzia de Boko Haram, la jeune adolescente décide de partir à Maroua, la ville la plus proche, où elle sera domestique.... Voir plus

Faydé vit dans les montagnes dans l'extrême-nord du Cameroun. Pour que sa mère, ses frères et sa soeur ne soient pas dans le besoin, son beau-père ayant disparu au cours d'une razzia de Boko Haram, la jeune adolescente décide de partir à Maroua, la ville la plus proche, où elle sera domestique. Comme ses comparses, elle devra se faire à sa nouvelle vie, citadine et difficile pour les filles. Mépris de classe, mauvais traitements, viols... Comment Faydé parviendra-t-elle à se frayer son chemin dans un environnement, où son destin semble tracé à l'avance ?
Djaïli Amadou Amal signe, avec Coeur du Sahel, un nouveau roman sur la condition de la femme dans le Sahel à travers la vie non plus des « Impatientes » mais de leurs domestiques, marquant encore plus son engagement contre les injustices faites aux femmes.

Donner votre avis

Articles (1)

  • On aime, on vous fait gagner "Coeur du Sahel" de Djaïli Amadou Amal

    Par la lauréate du Goncourt des Lycéens et du 1er Prix Orange du Livre en Afrique

Avis (9)

  • Je remercie tout d'abord lecteurs.com et les éditions Emmanuelle Collas pour l'envoi d'un exemplaire de Cœur du Sahel.
    C'est l'histoire de Faydé une jeune adolescente vivant dans l'extrême Nord du Cameroun et qui souhaite partir travailler en tant que domestique à la ville de Maroua, un...
    Voir plus

    Je remercie tout d'abord lecteurs.com et les éditions Emmanuelle Collas pour l'envoi d'un exemplaire de Cœur du Sahel.
    C'est l'histoire de Faydé une jeune adolescente vivant dans l'extrême Nord du Cameroun et qui souhaite partir travailler en tant que domestique à la ville de Maroua, un souhait qui semble être né de l'attirance de Faydé pour la ville qui apparaît comme bénéfique pour toutes les jeunes filles de son entourage. Mais au delà d'un souhait c'est également un devoir pour elle, afin d'aider sa famille à survivre.
    Habituée à d'autre styles, ce roman a été pour moi une jolie découverte.
    Le personnage de Faydé est très attachant, l'autrice parvient à nous faire suivre son parcours de très près comme si nous étions un personnage du roman. La relation mère-fille est également très touchante et nous rapproche encore davantage des personnages.
    Pour ce qui est de la thématique, en tant que femme ce roman ne pouvait que me faire réagir. C'est un mélange de colère, de tristesse mais aussi de peur qui apparaît lorsque Djaïli Amadou Amal décrit les conditions de la femme dans l'extrême nord camerounais.
    Malgré plusieurs milliers de kilomètres qui séparent la France et le Cameroun, on arrive en tant que lecteur.rices, grâce aux personnages mais également au sujet de ce roman, à nous sentir terriblement proches de ces femmes.
    Si vous voulez voyager et trembler grâce à un seul et même roman alors foncez !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • *** UNE TRES BELLE DECOUVERTE ***


    Il s'agit pour moi d'une découverte de la plume de l'auteur. Et quelle belle découverte !

    Nous partons à la rencontre de Faydé, Srafata et Bintou. Trois jeunes femmes vivant au Cameroun et travaillant pour survivre dans un pays ou il est compliqué de...
    Voir plus

    *** UNE TRES BELLE DECOUVERTE ***


    Il s'agit pour moi d'une découverte de la plume de l'auteur. Et quelle belle découverte !

    Nous partons à la rencontre de Faydé, Srafata et Bintou. Trois jeunes femmes vivant au Cameroun et travaillant pour survivre dans un pays ou il est compliqué de naître femme.

    Une histoire qui nous mets face à une réalité très dure, un pays dans lequel la condition de la femme est difficile. L'autrice y dénonce avec beaucoup de justesse le poids des traditions.

    A travers le personnage de Faydé, on découvre le quotidien d'une domestique au sein d'une riche famille polygame. Un quotidien rythmé de règles, d'autorité, de prudence et de peurs. Mais également de petits moments de bonheur volés, qui rendent une existence plus supportable.

    Une lecture enrichissante qui m'a beaucoup révolté par moment mais qui m'a aussi rapproché d'un monde que je ne connais pas ou peu. J'ai forcément eu une réfléxion sur la place de la femme et les injustices qu'elle subit.

    Un roman poignant qui met en lumière des femmes fortes et déterminées qui croient en leurs rêves malgré un environnement précaire et néfaste.

    Je ne peux que vous conseiller de le découvrir et de vous intéresser à ce qu'il se passe ailleurs dans le monde.

    Un grand merci aux Éditions Emmanuelle Collas et à Lecteurs.com de m'avoir permis de découvrir le dernier roman de Djaïli Amadou Amal.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne sais pas par quoi commencer pour parler de ce livre. J’ai tellement tout aimé en lui, que c’est compliqué de coucher des mots sur ordinateur. Alors mes 1ers mots vont être, incroyable, fabuleux, courageuses et émouvant.

    Je viens de lire un très beau récit (dans le style d’écriture, car...
    Voir plus

    Je ne sais pas par quoi commencer pour parler de ce livre. J’ai tellement tout aimé en lui, que c’est compliqué de coucher des mots sur ordinateur. Alors mes 1ers mots vont être, incroyable, fabuleux, courageuses et émouvant.

    Je viens de lire un très beau récit (dans le style d’écriture, car l’histoire elle n’a rien de belle) sur la condition des femmes de culture Peule. Djaïli Amadou Amal, nous décrit ici les conditions des femmes employées comme domestique dans des familles riches du Sahel. Pour ceux qui n’ont pas lu « les impatientes » on découvre aussi dans celui-ci les « concessions » ou vivent les femmes d’un même homme. Et donc pour entretenir et satisfaire les besoins de ces grandes familles, ils recrutent des jeunes filles à la recherche d’un poste de domestique. Car lorsque l’on tombe, sur une bonne famille, on a la chance d’être bien payé. Mais pour ça, il faut tomber sur LA bonne famille. Et si elles ont autant besoin de trouver un travail, c’est parce que leur région est asséchée, les familles ne peuvent plus entretenir les champs, elles meurent de faim et Boko Haram sévit dans les villages.
    L’auteure, dans son nouveau roman s’attache à nous faire découvrir les conditions de vie et de traitement de ces femmes : Maltraitance, viol, mépris de classe. C’est son 2ème roman que je lis et je suis admirative devant le courage de ces femmes qui se battent pour survivre dans un monde dirigé par des hommes.

    Admirative aussi envers Djaïli Amadou Amal qui dénonce dans ses romans les pesanteurs sociales liées aux traditions et aux religions et notamment les discriminations envers les femmes.

    Merci a lecteur.com et les éditions Emmanuelle Collas pour m’avoir fait découvrir ce roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • CHRONIQUE COEUR DE SAHEL

    Cette œuvre “Cœur du Sahel “est avant tout une rencontre avec son autrice Djaïli Amadou Amal.
    En effet, à travers l 'histoire de Faydé, son héroïne, à travers ses rencontres; Djaïli se révèle. Elle aussi est née dans l'extrême nord du Cameroun, et la ville de...
    Voir plus

    CHRONIQUE COEUR DE SAHEL

    Cette œuvre “Cœur du Sahel “est avant tout une rencontre avec son autrice Djaïli Amadou Amal.
    En effet, à travers l 'histoire de Faydé, son héroïne, à travers ses rencontres; Djaïli se révèle. Elle aussi est née dans l'extrême nord du Cameroun, et la ville de Maroua; là où tout commence et se termine pour Faydé,;elle la connaît très bien, car elle y est née.
    Il en est ainsi de tous les thèmes aussi sensibles que poignants qu'elle met en lumière à travers ce roman. Djaïli Amadou Amal nous fait voyager au cœur de son pays et surtout de sa région natale, mais surtout, elle dénonce les pesanteurs sociales liées aux traditions et aux religions. En effet, dans tous ces livres, à travers l'écriture, elle dénonce les problèmes sociaux de sa région, notamment les discriminations faites aux femmes, mais promeut aussi la culture peule. La presse camerounaise l'a d'ailleurs surnommée « la voix des sans-voix ».
    Oui, elle a connu le poids de la culture et de la religion , la vocation sacrificielle de ces jeunes femme, sorties de l'adolescence qui se doivent d'être porteuses d'espoir pour toute une famille. Elle a connu le mariage forcé, les violences conjugales, le kidnapping de ses enfants et l'organisation familiale atypique polygame en concession. A travers “Cœur du Sahel”, elle nous fait découvrir et nous permet de poser un regard sans jugement sur cet univers culturel qui semble si différent des us et coutumes occidentales. Des normes décalées par rapport aux nouvelle normes occidentales et mondiales. La jeune Faydé, comme Djaïli veut par son vécu, faire bouger les choses, déplacer les lignes.
    Djaïli, nous interpelle également à travers la description du quotidien de ces villageois n'ayant pour autre patrimoine que le fruit de la production de la terre et l'élevage, et pour lesquels l'eau est une denrée vitale, la réalité du réchauffement climatique; qui loin de ne concerner que ces villageois se révèle à nous concerner tous.
    Cœur de sahel est comme ses précédents livres une œuvre d'art, un tableau à la fois beau, car plein d'espoir et de perspectives; mais aussi grave de réalisme.
    Des perspectives notamment à travers cet outil fondamental qu'elle a fortement à cœur : l'école.
    N'est-ce pas grâce à l'opportunité que lui a accordée l'école qu'elle a pu aller de l'avant et s'accorder une nouvelle vie d'écrivaine?
    Aujourd'hui Ambassadrice à l'UNESCO, lauréate de prix Goncourt des lycéens et ayant à son actif 2 ouvrages introduits dans les supports scolaires dans les lycées au Cameroun.
    C'est bien cette voie de l'école qu'elle présente encore dans son œuvre comme la meilleure, voire la seule voie d'issue vers un avenir plus libre, plus juste.
    Mais grave de ces réalités : inégalités sociales, divisions des peuples et structures pyramidales. Consumérisme et concentration des ressources par une poignée et montée de l'insécurité et de la violence ( délinquance, viol, prostitution, montée du terrorisme suicide...).
    En nous invitant à jeter le regard Au cœur de la zone Sahélienne, cette région de l'extrême Nord du Camerounaise, si elle peut paraître éloignée par les kilomètres et par la cultures, au delà de ses particularités régionales, ne demeure pas moins un échantillon représentatif de l'ampleur de l'impact grandissant de la mentalité capitaliste universelle.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman puissant et dépaysant où se mêlent diverses thématiques: le réchauffement climatique, la montée en puissance de Boko Haram et la condition féminines dans divers lieux du Cameroun.
    J'ai adoré l'histoire d'amitié entre Faydé, Srafata et Bintou qui quittent leur village reculé pour...
    Voir plus

    Un roman puissant et dépaysant où se mêlent diverses thématiques: le réchauffement climatique, la montée en puissance de Boko Haram et la condition féminines dans divers lieux du Cameroun.
    J'ai adoré l'histoire d'amitié entre Faydé, Srafata et Bintou qui quittent leur village reculé pour partir à la ville, devenir domestiques dans des concessions et ainsi aider leurs familles. Nous suivons leurs joies, leurs peines et leurs difficultés face à une société très codifiée et inégalitaire. Nous apprenons également beaucoup sur ces traditions et comment la société camerounaise évolue.
    Idéal pour voyager...de son fauteuil!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout d’abord, un grand merci aux Éditions Emmanuelle Collas et à Lecteurs.com pour m’avoir permis de découvrir ce second roman de Djaïli Amadou Amal !
    J’avais été enchantée par l’écriture poétique et tellement impactante de cette auteure à la lecture de son 1er roman, prix Goncourt des Lycéens...
    Voir plus

    Tout d’abord, un grand merci aux Éditions Emmanuelle Collas et à Lecteurs.com pour m’avoir permis de découvrir ce second roman de Djaïli Amadou Amal !
    J’avais été enchantée par l’écriture poétique et tellement impactante de cette auteure à la lecture de son 1er roman, prix Goncourt des Lycéens en 2020, « Les impatientes »
    Il avait donné lieu à de belles discussions avec ma fille sur la polygamie après qu’elle en eût partagé la lecture !
    Djaïli Amadou Amal est Camerounaise, du nord du pays, de Maroua précisément. Elle est Peule et musulmane.
    Dans son 1er roman, elle nous décrivait la condition des femmes Peules musulmanes et leurs difficultés dans ce monde polygame où les hommes sont tous puissants.
    Ce second roman est également basé sur la condition des femmes mais sur celles qui sont chrétiennes ou animistes, celles qui ne sont rien, celles qui n’ont rien.
    Faydé ou Faydéke, qui signifie « trouvaille » est une jeune fille de 15 ans, nommée ainsi par sa grand-mère.
    Elle vit dans un village de montagne, proche de Maroua, avec sa mère, Kondem, ses 2 frères et sa petite sœur. Son père, Doubla, a disparu lors d’un raid de Boko Haram. Nul ne sait s’il a été tué ou fait prisonnier mais il manque énormément à sa famille.
    La sécheresse, de plus en plus prégnante, rend les récoltes difficiles et peu abondantes sur ces terres caillouteuses et la nourriture fait, souvent, défaut.
    Faydé, élève studieuse et aux capacités reconnues, a dû arrêter les cours pour aider sa mère sur les lopins de terre. Mais c’est insuffisant pour nourrir toute la famille… C’est pourquoi, malgré les fortes réticences de sa mère, elle décide de partir rejoindre ses amies du village, à Maroua, pour être engagée comme servante dans une concession, c’est-à-dire une propriété regroupant les différents membres d’une même famille au sein de plusieurs maisons.
    Vivant avec ses amies, au sein d’un pauvre logement, Faydé travaille de longues heures pour un salaire dérisoire.
    Saura-t-elle mettre à profit les ingéniosités de ses amies pour « arrondir » son salaire au sein de la concession et encore mieux aider sa famille ? Saura-t-elle se préserver de la perversité de certains hommes ? Par l’éducation scolaire, quelle sera son avenir ?
    C’est ce combat quotidien que l’auteure nous décrit et l’espoir qu’il porte pour toutes ces jeunes filles.
    Un livre que j’ai dévoré et vous recommande vivement !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Après «Les Impatientes », récompensé du Goncourt des Lycéens 2020, Djaïli Amadou Amal nous revient avec un second roman sur la condition des femmes au Cameroun mais cette fois, du point de vue des servantes chrétiennes pauvres alors que son premier roman était consacré aux femmes peules,...
    Voir plus

    Après «Les Impatientes », récompensé du Goncourt des Lycéens 2020, Djaïli Amadou Amal nous revient avec un second roman sur la condition des femmes au Cameroun mais cette fois, du point de vue des servantes chrétiennes pauvres alors que son premier roman était consacré aux femmes peules, musulmanes, dont le mari était riche. L'auteure, rencontrée lors des rendez-vous littéraires organisés par la librairie Dialogues de Brest, dit qu'elle a voulu donner une présence à ces invisibles.
    Nous suivons Faydé (qui signifie « trouvaille ») à partir de ses 15 ans ; afin d'aider sa mère à subvenir aux besoins de sa famille alors que son père a disparu après une attaque de Boko Haram et que le dérèglement climatique assèche les terres qui les nourrissaient, Faydé part à la ville la plus proche, Maroua, comme servante dans une famille peule musulmane. Elle y retrouve plusieurs filles de son village. Après des débuts difficiles, en butte au mépris, aux insultes, Faydé arrive à trouver une sorte de modus vivendi jusqu'à ce qu'elle tombe amoureuse de Boukar, peul, musulman, professeur, qui la pousse à faire des études. En dépit du fait qu'ils savent tous deux que leur histoire devra s'arrêter quand Boukar épousera celle que lui ont choisie ses parents, ils vivent clandestinement leur histoire. Découverts, Faydé doit fuir avec ses parents ; elle reviendra à Maroua, cinq ans après, comme infirmière.
    L'auteure nous raconte, de l'intérieur, la société du Cameroun Nord qu'elle connaît bien puisqu'elle est elle-même originaire de Maroua, qu'elle est peule et musulmane. En préambule, elle nous informe d'ailleurs que cette fiction est inspirée de faits réels et elle dédie son roman « aux femmes victimes du Sahel ». On retrouve, bien sûr, des thèmes du premier roman « Les Impatientes » avec la vie dans les concessions, maisons où habitent tous les membres d'une même famille élargie, délimitées par des murs ou une palissade, avec la rivalité entre les co-épouses, la prééminence jalousement défendue de leur rang. Mais ils s'enrichissent de thèmes très actuels et très prégnants comme les attaques violentes et meurtrières de la secte islamiste, Boko Haram, qui n'épargnent pas les musulmans et le dérèglement climatique qui poussent les fermiers qui ont tout perdu vers les villes, victimes de précarité alimentaire.
    Bien qu'étant peule et musulmane, l'auteure n'épargne pas les membres de son ethnie qui détiennent richesse et pouvoir et qui exploitent sans vergogne tous les autres peuples qu'ils considèrent comme inférieurs. Les femmes sont présentées comme superficielles, vénales, peu instruites. Elle décrit une société engluée dans le poids des religions qui déterminent les classes sociales, séparées entre elle par le mur infranchissable des traditions et des croyances, une société où les femmes subissent le bon-vouloir des hommes (viols, enlèvement, mariage forcé, polygamie).
    Seule l'éducation peut ouvrir les portes d'un avenir meilleur pour les filles. En effet, c'est par les livres que les filles prennent conscience qu'elles peuvent refuser ce qu'on leur impose et résister à la pression sociale ; l'auteure parle d'expérience car, mariée de force à 17 ans à un homme de 56 ans, elle n'a pu tenir que par la lecture puis l'écriture. C'est également tout le sens de l'association qu'elle a créée, Femmes du Sahel, dont un des objectifs est de prendre en charge financièrement la scolarité des filles.
    Le style est très simple mais traduit fort bien et sans fard la réalité qui n'a rien de poétique ; ce roman est une pierre supplémentaire à l'édifice des femmes africaines se battant pour que leurs soeurs et leurs filles aient un avenir meilleur. A cet égard, afin d'aller plus loin, je ne peux que recommander un magnifique roman sur la condition des femmes africaines : « Une si longue lettre » de Mariama Bâ.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le climat est de plus en plus aride, la terre de plus en plus sèche, appauvrie, épuisée et trop de bouches à nourrir. Faydé souhaite quitter son village pour aller travailler en ville. Elle pourra ramener de l'argent et aider sa mère Kondem qui vit seule avec ses enfants depuis que son mari...
    Voir plus

    Le climat est de plus en plus aride, la terre de plus en plus sèche, appauvrie, épuisée et trop de bouches à nourrir. Faydé souhaite quitter son village pour aller travailler en ville. Elle pourra ramener de l'argent et aider sa mère Kondem qui vit seule avec ses enfants depuis que son mari Doubla a disparu. Kondem autrefois a aussi travaillé en ville, tombée sous le charme de son patron qui l'avait renvoyée quand il s'était rendu compte de sa grossesse. Kondem a peur pour Faydé, peur que l'histoire se reproduise, car le viol fait partie de la tradition.

    Surnommée par la presse camerounaise ‘La voix des sans-voix', Djaïli Amadou Amal nous raconte la vie harassante des domestiques au coeur du sahel, le mépris des coépouses qui les considèrent comme des animaux, le droit de cuissage du maître de la concession. Un roman fort sur la condition des femmes, les traditions ancestrales, la puissance des castes, deux mondes qui se côtoient, mais ne se mélangent jamais, les riches commerçants et ceux qui les servent et obéissent avec le sourire, mais le coeur empli d'une amertume inavouable. Il faut baisser le regard et surtout fermer sa bouche. L'éducation et l'école, seules portes de sortie, un luxe inaccessible pour ces jeunes filles. L'ombre de Boko Haram qui sème la désolation dans les villages, les prises d'otages, on abuse des femmes et des fillettes, on les transforme en objets sexuels ou en bombes humaines pour des attentats, on fait travailler les hommes jusqu'à l'épuisement.

    Après ‘Les impatientes' Prix Goncourt des lycéens 2020, entre viol et polygamie, Djaïli Amadou Amal nous offre encore un récit puissant sur les conditions de vie des femmes du sahel avec le portrait émouvant de Faydé.
    Un grand merci aux éditions Emmanuelle Collas et à lecteurs.com pour leur confiance

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.