Climats de France

Couverture du livre « Climats de France » de Marie Richeux aux éditions Sabine Wespieser
Résumé:

Je ne sais pas encore que cette cité a été dessinée par le même homme qui pensa l'immeuble dans lequel j'ai grandi. Je ne sais pas encore qu'une pierre de taille, fameuse, me relie à cet endroit. Je ne sais pas encore que, pour aller d'un endroit à un autre, il ne suffira pas de traverser la... Voir plus

Je ne sais pas encore que cette cité a été dessinée par le même homme qui pensa l'immeuble dans lequel j'ai grandi. Je ne sais pas encore qu'une pierre de taille, fameuse, me relie à cet endroit. Je ne sais pas encore que, pour aller d'un endroit à un autre, il ne suffira pas de traverser la mer, il faudra traverser la guerre, entendre la lutte et voir se déployer dans des textes, dans des voix, une démente escalade de violence. Je ne sais pas encore que la drogue qui se vend dans la cour aux deux cents colonnes sur ces hauteurs d'Alger, et qui rend méfiants les quelques jeunes attroupés tout à l'heure autour de nous, je l'ai croisée il y a vingt ans dans la Cité heureuse.
En 2009, Marie, la narratrice, est à Alger. Sur les hauteurs de Bab el-Oued, elle est subjuguée par la cité qu'y construisit entre 1954 et 1957 l'architecte Fernand Pouillon, appelée « Climat de France ». Saisie par la nécessité de comprendre l'émotion qui l'étreint, celle qui a grandi à Meudon-la-Forêt, dans la « Cité heureuse » du même Pouillon, entreprend alors une plongée dans le passé : le sien, celui des édifices et de leurs habitants.
Plusieurs récits se succèdent et s'entrelacent, comme autant de fragments d'une même histoire dont elle traque le motif : le souvenir d'une nuit de 1997 à Meudon-la-Forêt, quand Marie, treize ans, ne parvient pas à s'endormir à cause des chants de deuil résonnant dans la cage d'escalier ; l'arrivée de Fernand Pouillon à Alger en mai 1953, invité à construire mille logements pour la fin de l'année par un jeune maire récemment élu ; les confidences de Malek, que ses parents, sentant le vent tourner, ont envoyé en France en 1956 et qui en 2016 habite encore la « Cité heureuse ».
Ici, comme en écho à celle de la narratrice face aux pierres de Pouillon, l'émotion naît de l'extraordinaire acuité avec laquelle l'écrivain évoque le quotidien de ces hommes et de ces femmes que l'histoire, parfois à leur insu, a traversés et qui, de part et d'autre de la Méditerranée, obstinément et silencieusement bâtissent leur vie.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Lechoixdeslibraires.com

    Une jeune française éprouve un choc psychologique devant une cité à Alger. Pour comprendre son émotion elle entreprend une enquête intime qui permet à Marie Richeux de s'emparer de la question franco-algérienne avec pudeur et délicatesse.

    "Climats de France" confirme les qualités...
    Voir plus

    Une jeune française éprouve un choc psychologique devant une cité à Alger. Pour comprendre son émotion elle entreprend une enquête intime qui permet à Marie Richeux de s'emparer de la question franco-algérienne avec pudeur et délicatesse.

    "Climats de France" confirme les qualités littéraires que l'on avait décelées dans les deux premiers livres de l'auteure. On y retrouve la même puissance évocatrice, le même souffle poétique, son goût pour les formes courtes, son esthétique du tâtonnement jusqu'à l'exactitude, sa capacité à convoquer les mythes, sa propension à faire parler les absents et à densifier le silence. Mais, comme un animal ayant réalisé sa mue, Marie Richeux s'est débarrassée d'une forme de cérébralisme qui alourdissait ses précédentes narrations. Elle a de surcroît trouvé l'antidote au caractère parcellaire que son écriture fragmentaire générait. Parvenant à donner de la tenue et de la cohérence à un récit pourtant polyphonique, elle a tissé un texte qui, formellement, a la beauté, la délicatesse et la solidité d'une toile d'araignée. Quatre trajectoires la dessinent. La première est celle des lieux : de Meudon-la-Foret à Alger, elle dévoile de manière sensible les enjeux de l'urbanisme d'après-guerre et donne à voir à quel point s'entrechoquent fantasmes et réalités sociales. La deuxième est celle de l'histoire : colonisation, guerre d'Algérie, indépendance, immigration sont évoquées à travers le prisme de l'intime et du vécu. La troisième est celle des individus : du projet migratoire subi de Malek (qui représente la "première génération") au destin funeste de son fils Abdelkader, puis de Fernand Pouillon (le grand architecte) à Marie qui vit dans la "cité heureuse" qu'il a construite, des liens se nouent, inattendus et troublants. Enfin la quatrième, la moins évidente mais la plus touchante : celle de la parole, qui fait basculer les êtres du silence et de l'oubli à l'échange et à la révélation par le verbe. On connaissait la voix "physique" de Marie Richeux, on se délectera désormais de sa voix d'écrivain abouti.

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions