Cinq jours

Couverture du livre « Cinq jours » de Douglas Kennedy aux éditions Belfond
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

Laura et Richard. Deux inconnus qui pendant cinq jours se découvrent, se confient et vivent une formidable histoire d'amour, aussi passionnelle que fugace. Après le succès de Cet Instant-là, un nouveau roman tendre et amer, une subtile réflexion sur la vie adulte, la solitude, l'amour et la... Voir plus

Laura et Richard. Deux inconnus qui pendant cinq jours se découvrent, se confient et vivent une formidable histoire d'amour, aussi passionnelle que fugace. Après le succès de Cet Instant-là, un nouveau roman tendre et amer, une subtile réflexion sur la vie adulte, la solitude, l'amour et la mort, qui retrace le destin de personnages figés dans une vie qu'ils se sont imposée.
Dans le Maine, de nos jours.
A 42 ans, Laura Warren sent qu'elle est à un tournant de sa vie. Depuis quelques temps, cette technicienne en radiographie, au professionnalisme et au sérieux loués par tous, se surprend à être de plus en plus touchée par la détresse de ses patients. Elle ne trouve pas beaucoup de réconfort à la maison : son mari est sans emploi depuis 19 mois ; son fils, artiste dépressif, se morfond depuis sa rupture amoureuse et sa fille s'apprête à partir à l'université.
Aussi voit-elle dans cette conférence à Boston une parenthèse bienvenue, sans imaginer que ces quelques jours vont bouleverser à jamais son existence...
Richard Copeland est lui aussi en pleine confusion. A l'étroit dans un mariage contracté par dépit plus que par amour, incompris par une femme devenue de plus en plus distante, frustré professionnellement et connaissant de grandes difficultés avec son fils, un garçon brillant mais psychologiquement très instable, il rêve de s'échapper.
Entre ces deux esseulés, une folle passion, un aperçu du bonheur, un avant-goût de liberté. Une autre vie serait-elle possible ?
Et pourtant... Et si, finalement, la plus grande peur de l'homme était d'accéder au bonheur ?

Donner votre avis

Les derniers avis

  • J'aime beaucoup cet auteur et pourtant j'ai été fortement déçue par ce roman. Surtout par le fait que j'ai trouvé l'histoire d'amour d'une grande niaiserie, du style (je caricature mais c'est l'effet que j'ai ressenti) : "- Tu est merveilleuse - Ah non c'est toi qui est merveilleux - Mais non...
    Voir plus

    J'aime beaucoup cet auteur et pourtant j'ai été fortement déçue par ce roman. Surtout par le fait que j'ai trouvé l'histoire d'amour d'une grande niaiserie, du style (je caricature mais c'est l'effet que j'ai ressenti) : "- Tu est merveilleuse - Ah non c'est toi qui est merveilleux - Mais non c'est toi ! - Ah non je t'assure c'est toi... ! etc..." J'ai trouvé ça lassant... Pas le meilleur de Douglas Kennedy et on peut très bien se passer de cette lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Douglas Kennedy m'a encore eu ! Et pourtant, son sujet est on ne peut plus banal, bateau et éculé mais son roman fonctionne complètement, et même dés les premières pages. Laura, la quarantaine, pas très heureuse en mariage, croise Richard lors d'un séminaire à Boston. Lui aussi a un couple qui...
    Voir plus

    Douglas Kennedy m'a encore eu ! Et pourtant, son sujet est on ne peut plus banal, bateau et éculé mais son roman fonctionne complètement, et même dés les premières pages. Laura, la quarantaine, pas très heureuse en mariage, croise Richard lors d'un séminaire à Boston. Lui aussi a un couple qui bat très sérieusement de l'aile. Ils se parlent, ils se plaisent et en quelques jours, ils tombent amoureux comme des adolescents, au point d'envisager de tout plaquer pour vivre ensemble. Mais 5 jours, c'est court pour faire un si grand pas. Le point fort de ce roman est l'identification immédiate et l'empathie qu'on ressent pour le personnage de Laura. C'est son parcours à elle que l'on suit, plus que celui de Richard, ce sont ses chagrins qu'on essuie, ses espoirs qu'on ressent. Sans vouloir en dire trop sur le dénouement de cette histoire de coup de foudre, la sagesse et la lâcheté ne sont pas forcément chez ceux que l'on croit ! J'ai cru un moment que le livre allait se terminer sur un note plombante et frustrante mais en fait non, au contraire, il y a dans les derniers chapitres un vent de fraicheur et d'optimisme tout en nuance qui fait du bien. C'est un très beau roman d'amour à la fois très romantique et très moderne.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Peut-être un peu plus difficile de rentrer dedans. Malgré tout un bon D. Kennedy, poignant et bouleversant.

    Peut-être un peu plus difficile de rentrer dedans. Malgré tout un bon D. Kennedy, poignant et bouleversant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Laura et Richard vont se croiser, s'aimer ...oui mais Laura et Richard sont maries chacun de leur coté depuis longtemps.

    Ce livre m'a été offert , je n'avais jamais lu un livre de cet auteur... heureusement ...alors oui certains couples pourront se reconnaître mais personnellement à part...
    Voir plus

    Laura et Richard vont se croiser, s'aimer ...oui mais Laura et Richard sont maries chacun de leur coté depuis longtemps.

    Ce livre m'a été offert , je n'avais jamais lu un livre de cet auteur... heureusement ...alors oui certains couples pourront se reconnaître mais personnellement à part Laura , les autres personnages m'ont semblé terne ou pathétiques (selon le point de vue) et l'histoire très banal.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • je suis une inconditionnelle de cet auteur et j'ai beaucoup aimé.

    je suis une inconditionnelle de cet auteur et j'ai beaucoup aimé.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une très improbable histoire d'amour sur fond d'une description féroce de la société de la nouvelle angleterre. Des personnages bien trempées. Le roman se lit vite tant le souhait d'en connaitre de denouement est grand.

    Une très improbable histoire d'amour sur fond d'une description féroce de la société de la nouvelle angleterre. Des personnages bien trempées. Le roman se lit vite tant le souhait d'en connaitre de denouement est grand.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Laura a la quarantaine, un mari et deux enfants. Elle vit dans le Maine et passe ses journées de technicienne en radiologie derrière l'écran d'un scanner d'hôpital, décryptant des images de tumeurs, annonciatrices de vies qui s'enfuient, d'existences condamnées de patients anonymes qu'elle...
    Voir plus

    Laura a la quarantaine, un mari et deux enfants. Elle vit dans le Maine et passe ses journées de technicienne en radiologie derrière l'écran d'un scanner d'hôpital, décryptant des images de tumeurs, annonciatrices de vies qui s'enfuient, d'existences condamnées de patients anonymes qu'elle accompagne avec une douceur, une patience et un professionnalisme unanimement loué dans le service par ses collègues. C'est un travail éprouvant mais pour lequel elle semble totalement destinée, tant on la sent en empathie, désireuse toujours d'arranger les choses, de faire que tout se passe le mieux possible, pour tous et chacun, que ce soit à l'hôpital ou dans son foyer.

    Mais depuis quelques mois, Laura se sent de plus en plus fragile, vulnérable, dépassée, désorientée. Elle est de plus en plus affectée par les douleurs, les inquiétudes et l'avenir souvent perdu des malades. Sa vie familiale se délite, entre son mari dépressif et agressif, au chômage depuis un an et demi, son fils artiste et instable et sa fille en pleine crise d'adolescence. Cela lui fait se souvenir, par contraste, de ces années où elle était une brillante étudiante en médecine, promise à un tout autre destin...

    Alors, quand son supérieur lui propose de prendre sa place pour se rendre à une conférence médicale à Boston, c'est pour elle une occasion inespérée de prendre un peu de distance et d'air. Et c'est avec un immense soulagement qu'elle prend la route – "un voyage, c'est une échappée temporaire"... – sans imaginer un seul instant ce qu'elle va vivre durant ce week-end.

    À peine arrivée à l'hôtel, à la réception, elle rencontre Richard Copeland, "vendeur en contrats d'assurance" qui engage la conversation, charmant, un brin séducteur, non dénué cependant d'une certaine timidité. Ils se retrouvent par hasard le soir au cinéma, vont boire un verre ensuite, discutent, échangent sur leurs vies, leurs points de vue, leurs tourments et leurs doutes, se découvrent une passion commune pour les mots, leurs nuances, leurs synonymes – tous deux "accros à la sémantique" –, pour la littérature en général, et la poésie en particulier. Le temps file à toute allure, comme toujours lorsque deux êtres sont "en phase, connectés en quelque sorte"... Ils se revoient le lendemain, et, au fil des discussions et des promenades dans Boston, s'impose comme une évidence qu'ils vont passer ensemble ce week-end. Voire davantage...

    En l'espace de ces cinq jours, comme en une pièce de théâtre en cinq actes avec ses changements de décors, ses héros et ses péripéties, Douglas Kennedy se glisse dans la peau de son héroïne, cette femme terriblement seule, qui semble découragée, n'attendant plus rien de la vie jusqu'à ce qu'un week-end à Boston et une rencontre avec un homme incroyablement proche d'elle à la fois par ses tourments et ses aspirations lui laisse entrevoir la possibilité d'une autre existence, lui donne à croire que tout peut changer...

    "Changer. Un des mots les plus ambigus qui soient". Un des mots clés du récit, autour duquel se cristallisent toutes les interrogations des personnages, mais aussi leurs espoirs, leurs regrets, leurs souvenirs. Lorsque dans un couple on constate qu'on est devenus des étrangers l'un pour l'autre, quand le silence devient pesant et le mépris insidieusement constant, quand on n'aspire plus qu'à "refermer la porte sur une vie conjugale qui (a) apparemment basculé dans la monotonie et le conflit", quand on se demande comment on a pu en arriver là, à cette existence insipide et absurde, dans laquelle on interprète un rôle chaque jour, un mot s'impose : changer, "cette pulsion si puissante, si prenante, si...dangereuse", peut-être également si nécessaire...

    Mais est-ce si facile, si envisageable, de bouleverser son quotidien, ses habitudes, sa vie, pour suivre un homme ou une femme sur un coup de tête, de cœur ou de foudre, de préférer à ses "obligations" familiales et conjugales ses rêves, ses espoirs, ses désirs, de tout changer, absolument tout ? Sommes-nous suffisamment forts, suffisamment fous, pour saisir le bonheur quand il passe à portée de main ?

    Douglas Kennedy manie à merveille les mots du désamour et de l'amour, avec délicatesse, nuances, sensualité aussi. Fin psychologue de l'âme humaine, il maîtrise cet art subtil de l'introspection et de l'analyse des tourments, des doutes, des relations complexes entre les êtres, jusqu'aux plus infimes, jusqu'aux plus intimes... Le choix pertinent, si juste des mots et des expressions, l'équilibre entre dialogues et descriptions, confèrent au récit une puissance évocatrice incomparable. On est emporté dans l'histoire, on s'attache, on s'identifie aux personnages, on rit, on pleure, on espère, on jouit, on s'effondre, on vit et on vibre avec eux, à l'unisson...

    Une fois encore, Douglas Kennedy nous offre un roman brillant, cultivé, subtil, passionné, captivant et bouleversant. Et nous rappelle qu'il "faut se laisser guider par l'espoir et rester convaincu qu'il est toujours possible de se réinventer"...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est un roman sympathique mais je rejoins Fabienne sur la lourdeur des dialogues, et je dirais même la niaiserie d'une bonne moitié du roman. Et pourtant je suis une fan inconditionnelle de Douglas Kennedy... Mais j'ai eu du mal avec les "- tu es exceptionnelle, - non toi, tu es exceptionnel, -...
    Voir plus

    C'est un roman sympathique mais je rejoins Fabienne sur la lourdeur des dialogues, et je dirais même la niaiserie d'une bonne moitié du roman. Et pourtant je suis une fan inconditionnelle de Douglas Kennedy... Mais j'ai eu du mal avec les "- tu es exceptionnelle, - non toi, tu es exceptionnel, - non vraiment, tu es formidable, - non, toi tu es formidable, - et toi tu es incroyable etc... bref, on a bien compris que Richard et Laura étaient merveilleux et qu'ils aiment se le dire.......... C'est surement voulu par l'auteur pour que les sentiments à la fin de l'histoire soient renforcés et pour montrer la puissance de sa déception. Néanmoins j'ai trouvé cette abondance de crème légèrement écœurante. Il y a quand même des points positifs et la chute est bien menée avec des éléments de réflexions sur les choix de vie que l'on fait et c'est tout l’intérêt de ce roman (et ce qui me fait penser que la partie précédente est voulue et réfléchie par l'auteur)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Certainement pas le meilleur de Douglas Kennedy même s’il est plaisant et agréable à lire, et qu’il nous en reste néanmoins un petit quelque chose une fois refermé car on réussit à s’attacher aux personnages et surtout celui de Laura, cette quadragénaire mariée qui, à un moment clé de sa vie,...
    Voir plus

    Certainement pas le meilleur de Douglas Kennedy même s’il est plaisant et agréable à lire, et qu’il nous en reste néanmoins un petit quelque chose une fois refermé car on réussit à s’attacher aux personnages et surtout celui de Laura, cette quadragénaire mariée qui, à un moment clé de sa vie, rencontre Richard, une rencontre qui va « bouleverser » sa vie. Cette rencontre lors d’un séminaire à Boston, donc loin de chez elle, est aussi et surtout l’occasion de faire le point sur sa vie, sur son sentiment de solitude, d’incompréhension et de manque d’amour. Cette rencontre va faire vaciller l’équilibre précaire de sa vie ordinaire.
    Pas ou peu de suspense puisque l’intrigue est essentiellement sentimentale même si pendant tout le livre, on se demande comment va se terminer cette aventure, bien ou mal ou autrement ? De belles et grandes questions se posent dans ce roman : jusqu'où peut-on aller pour échapper à la frustration d'une vie que l'on n'a pas entièrement choisie ? Un nouveau départ est-il possible ? Peut-on se tromper parfois à ce point et construire toute sa vie sur cette erreur de jugement ?
    « Une histoire personnelle, une existence peut être modifiée par une décision qui n’a pas été mûrement réfléchie » C’est le constat, douloureux mais néanmoins lucide, que fait Laura à ce moment de sa vie. Elle se sent tout-à-coup terriblement enfermée dans sa vie quotidienne et dans un mariage qui s’épuise. Son métier (technicienne en radiologie) l’oblige également à considérer la rapidité avec laquelle le temps passe et l’inéluctabilité de la mort. Il y a d’ailleurs un très beau passage (p.52) sur la théorie du temps qui passe et de la perception que l’on en a selon son âge.
    Laura se trouve au carrefour de sa vie comme l’appartement que Richard veut acquérir à Boston, symbole de sa nouvelle vie, avec Laura ?
    Douglas Kennedy ne fait pas ici que raconter une rencontre inespérée, une histoire d'amour et une passion mais nous touche au plus profond. Il pose les questions existentielles de chacun d'entre nous et aborde les rapports conjugaux, l'espoir d'un futur meilleur, la magie d’une nouvelle rencontre, l’espoir qui renaît, l'abandon, la déception, la douleur, la perte, la lâcheté, l'amour, tout cela avec une belle maturité et beaucoup de réalisme.
    C’est somme toute un très beau portrait femme et un beau roman sur le courage d’une femme à confronter la réalité à ses rêves enfouis et ses envies et la lâcheté d’un homme devant un changement radical de vie. C’est en tout cas un livre qui fait du bien.
    Ma seule réserve : les dialogues, nombreux puisqu’ils constituent la majeure partie de ce roman, sonnent faux, le style est un peu lourd. C’est dommage.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Comme d'habitude, Douglas Kennedy sait nous captiver et nous retenir sans temps mort... Ce livre n'est peut-être pas d'une écriture remarquable... mais quel sens du romanesque, et quel beau portrait de femme ! L'auteur nous épate une fois encore en se mettant dans la peau d'une femme. C'est très...
    Voir plus

    Comme d'habitude, Douglas Kennedy sait nous captiver et nous retenir sans temps mort... Ce livre n'est peut-être pas d'une écriture remarquable... mais quel sens du romanesque, et quel beau portrait de femme ! L'auteur nous épate une fois encore en se mettant dans la peau d'une femme. C'est très réussi, il incarne la narratrice, Laura, avec beaucoup de finesse et un sens aigu de la psychologie féminine. Laura se trouve à un tournant de sa vie. Ses enfants sont ados / adultes, elle vient de passer la quarantaine et son couple s'essouffle. Elle va faire une rencontre fortuite et banale avec un homme, et une question cruciale se pose pour elle : peut-on changer de vie ?
    Cinq jours est un roman sur le couple, la lâcheté et le courage. C'est un roman psychologique qui explore la liberté individuelle, et qui semble nous dire que chacun est le seul responsable de son propre bonheur !

Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com