Churchill m'a menti

Couverture du livre « Churchill m'a menti » de Caroline Grimm aux éditions Flammarion
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

C'est une histoire vraie et oubliée.
Celle de l'île de Jersey, abandonnée par Churchill en juin 1940, envahie par les Allemands deux mois plus tard.
Comment vont survivre les habitants de l'île livrés à l'ennemi ? Pour qui les nazis font-ils construire les seuls camps de concentration de... Voir plus

C'est une histoire vraie et oubliée.
Celle de l'île de Jersey, abandonnée par Churchill en juin 1940, envahie par les Allemands deux mois plus tard.
Comment vont survivre les habitants de l'île livrés à l'ennemi ? Pour qui les nazis font-ils construire les seuls camps de concentration de l'Europe de l'Ouest ? Des centaines de Français y seront déportés. Pourquoi Churchill n'en a-t-il jamais parlé ? Ces années de lutte, Caroline Grimm les raconte en suivant le quotidien palpitant de personnages qui n'ont eu d'autre choix que de collaborer avec l'ennemi ou de résister.
Un roman passionnant et bouleversant sur un chapitre ignoré de la Seconde Guerre mondiale.

En couverture : Photomontage d'après des photos : © 145 /Julio Lopez Saguar / Ocean / Corbis ; © Georgios Alexandris / 123RF © Flammarion, 2014.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Ce pan d'histoire avait déjà été évoqué dans " Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" de Mary Ann Shaffer. Là Caroline Grimm propose un roman passionnant, une œuvre mémoire, entre évènements familiaux et évènements historiques.

    Tout  commence par une fête, un bombardement...
    Voir plus

    Ce pan d'histoire avait déjà été évoqué dans " Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" de Mary Ann Shaffer. Là Caroline Grimm propose un roman passionnant, une œuvre mémoire, entre évènements familiaux et évènements historiques.

    Tout  commence par une fête, un bombardement et c'est l'invasion!  Caroline Grimm nous raconte de manière romancée le destin hors du commun des habitants de Jersey, de différents personnages. Ceux qui collaborent, ceux qui résistent, ceux que l'on appelle les demi-juifs, celui de familles qui se déchirent et qui se dénoncent, elle nous raconte la condition des femmes livrées en pâtures aux Allemand, femmes devenus génitrices afin de fournir une main d'oeuvre pour les générations Allemandes futures.

    Il y a aussi  le gardien de phare qui écrit dans son journal de vie .
    «Vous devrez être capable de supporter une vie de solitude, une vie encore plus draconienne que celle d’un moine en cellule, sobre, sans futilité et basée sur le travail, le travail nuit et jour.»

    Elle dresse le portrait d’une société à l’abandon  qui souffre de l’occupation.

    «Je suis un mort-vivant. Qu'est-ce qui est vivant, qu'est-ce qui est mort ? C'est vivant autour de moi, mort à l'intérieur. Morts, mes membres, dont il ne reste que des os, mort mon regard, mortes mes pensées, mais vivante ma mémoire. Pourquoi ai-je gardé la mémoire ? Pourquoi cette injustice ? De ma mémoire ne s'éveillent que des images qui me mettent des larmes aux yeux. »

    C'est un livre qui se dévore, poignant et émouvant !  Un roman court de haute densité !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman poignant à partir d'un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l'invasion allemande des îles anglo-normandes. Ceux qui ont lu le délicieux "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" auront déjà eu un aperçu des conséquences de cette occupation à Guernesey. Ici,...
    Voir plus

    Un roman poignant à partir d'un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l'invasion allemande des îles anglo-normandes. Ceux qui ont lu le délicieux "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" auront déjà eu un aperçu des conséquences de cette occupation à Guernesey. Ici, Caroline Grimm met l'accent sur la souffrance d'un peuple insulaire abandonné à lui-même par Churchill, égratignant ainsi quelque peu l'image du "Grand homme", et sur l'existence de camps de concentration sur l'île d'Aurigny, longtemps niée par l'administration britannique.

    En mettant le lecteur dans les pas de Nathalie Goldman, écrivain en pleines recherches sur cette période et plus particulièrement sur les conditions de vie de son grand-oncle, déporté ici en 1941 en tant que demi-juif (marié à une aryenne), Caroline Grimm procède à une subtile mise en abîme. Elle trouve ensuite le ton juste en laissant la parole à ses différents personnages, qui, chacun leur tour, racontent leur quotidien, depuis l'invasion subite de Jersey au beau milieu d'une fête de village qui se termine dans un bain de sang, jusqu'à la libération, un an après la bataille de Normandie. Ils sont gardien de phare, tenancière de pub, fille de militaire parti sur le front, pêcheur, femme de châtelain ou encore boulanger. Tous se demandent pourquoi l'Angleterre ne vient pas à leur secours. Ils voient transiter les déportés assignés à la construction de remparts ou parqués dans l'île voisine d'Aurigny. Chacun tente à sa manière de survivre et de sauver ces îles auxquelles ils sont viscéralement attachés. Mais les conditions imposées par l'occupant sont telles et l'isolement insulaire un facteur si aggravant que la détermination ne suffit pas toujours.

    Churchill a sciemment abandonné les îles anglo-normandes en juin 1940 pour mieux assurer la défense de l'Angleterre ; au point de les déclarer françaises sur les cartes de l'époque avant de saluer en mai 45 "la libération de ses chères îles anglo-normandes", redevenues donc parties intégrantes du Royaume. Caroline Grimm parvient à montrer comment une décision stratégique, celle d'un chef de guerre peut être considérée comme positive sur le papier et face au bilan de la guerre (sacrifier un faible pourcentage pour en sauver une majorité) et quelles graves conséquences elle entraîne pour ceux qui sont malheureusement concernés. Passage particulièrement incroyable lorsque les habitants de Jersey assistent quasiment en direct dans les airs et sur mer au débarquement sur les côtes françaises, à quelques dizaines de kilomètres, espérant être bientôt délivrés alors qu'ils ne sont toujours pas la priorité des Alliés.
    Merci à Caroline Grimm pour ce rappel historique qui est aussi, d'une certaine manière une reconnaissance pour ceux qui ont subi cette occupation souvent occultée. Il a été apparemment difficile pour les déportés survivants de faire reconnaître leur internement dans des camps qui étaient officiellement des camps de travail et non des camps de concentration.

    Et bravo pour cette écriture simple, sans pathos, qui laisse monter l'émotion au fil de la chronologie. Une lecture passionnante, une vraie découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dès le livre sorti de ma boîte aux lettres et l’enveloppe décacheté, je me suis précipitée pour lire ce roman dont le sujet m’intriguait. En effet, je n’avais aucune connaissance du sort des îles anglo-normandes durant la dernière guerre. De Jersey et Guernesey, seule leur réputation de paradis...
    Voir plus

    Dès le livre sorti de ma boîte aux lettres et l’enveloppe décacheté, je me suis précipitée pour lire ce roman dont le sujet m’intriguait. En effet, je n’avais aucune connaissance du sort des îles anglo-normandes durant la dernière guerre. De Jersey et Guernesey, seule leur réputation de paradis fiscal était arrivé jusqu’à moi !
    J’ai vite déchanté !
    Caroline Grimm a présenté un tableau tellement sombre, de la situation des îles, durant cette période de la deuxième guerre mondiale que je n’ai pu m’en tenir à ses écrits. Je me suis sentie obligée de me renseigner et de lire des documents sur le sujet pour m’éviter de fausses représentations. J’ai vraiment eu la désagréable sensation que son roman était un condensé de toutes les horreurs et exactions qui s’étaient déroulé à cette période.
    Hormis ces faits douteux drapés de vérité historique, j’ai trouvé le style de cette auteur très basique voir lourdingue à certains endroits. Le récit prêté à Emma Landry, lorsqu’elle dévoile sa liaison avec le jeune soldat polonais qu’elle cache dans sa cave, est carrément affligeant.
    Dommage, car je suis persuadée qu’un écrivain doué aurait certainement réussi à nous captiver avec un tel sujet. Les émotions ne jaillissent pas de la lourdeur mais bien de la finesse dont Caroline Grimm n’a pas à mon sens saisi la subtilité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum de discussion

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com