Chucho

Couverture du livre « Chucho » de Gregoire Polet aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070440283
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

« - Emmène-moi à New York !- Tu sais, petit, New York, c'est trois meurtres par jour et une personne sur cinq dans la misère.- Et alors ! Moi, je ne veux pas rester ici. J'ai peur. J'ai peur de Belito. J'ai peur d'avoir douze ans,j'ai peur d'aller à la ferraille.Barcelone, quartier populaire de... Voir plus

« - Emmène-moi à New York !- Tu sais, petit, New York, c'est trois meurtres par jour et une personne sur cinq dans la misère.- Et alors ! Moi, je ne veux pas rester ici. J'ai peur. J'ai peur de Belito. J'ai peur d'avoir douze ans,j'ai peur d'aller à la ferraille.Barcelone, quartier populaire de Poble Sec. Août. Chaleur.- Tu ne parles pas sérieusement, Chucho.Sur le trottoir, la plus belle journée de sa vie commence enfin. La ville est libre, lumineuse. Unfrisson monte dans le corps du gamin. Le monde, le temps s'arrêtent. Et le matin, qui toujours a ditbonjour, aujourd'hui dit adieu.- Si. Emmène-moi à New York ».Vingt-quatre heures dans la vie d'un gamin. Vingt-quatre heures de bagarre entre un rêve et uneréalité. Et une petite histoire du monde.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Court roman, atypique parce que Grégoire Polet écrit en utilisant plusieurs styles : dialogues, phrases courtes en alternance avec des phrases très longues, style très descriptif entrecoupé de passages très poétiques.
    On a l'habitude de parler de personnages attachants dans les romans que l'on...
    Voir plus

    Court roman, atypique parce que Grégoire Polet écrit en utilisant plusieurs styles : dialogues, phrases courtes en alternance avec des phrases très longues, style très descriptif entrecoupé de passages très poétiques.
    On a l'habitude de parler de personnages attachants dans les romans que l'on lit, mais s'il en est réellement un pour qui le terme n'est pas galvaudé, c'est bien Chucho. On aimerait tellement que ses rêves se réalisent, sans tombrer cependant dans un sentimentalisme facile.
    Malgré quelques passages que j'ai trouvés longs, c'est un roman qui me laisse le sentiment d'avoir déambulé dans les rues mal famées de Barcelone en compagnie d'un gamin déluré, curieux et éminemment sympathique et touchant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment s’imaginer, comme des millions de touristes visitant Barcelone, que l’on passe à côté du quartier de Chucho ? mais s’il n’y avait que Barcelone…. Immersion éprouvante dans un environnement sordide, descriptions sans fioritures de la vie de Chucho, découverte de la personnalité...
    Voir plus

    Comment s’imaginer, comme des millions de touristes visitant Barcelone, que l’on passe à côté du quartier de Chucho ? mais s’il n’y avait que Barcelone…. Immersion éprouvante dans un environnement sordide, descriptions sans fioritures de la vie de Chucho, découverte de la personnalité extraordinaire d’un gamin des rues. On ressort de cette lecture un peu sonné, sous le choc des mots, pourquoi l’histoire s’arrête ? Je veux connaitre l’avenir de Chucho… Bravo Mr Polet, continuez.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai lu Chucho comme un enfant lit (ou se fait lire) un conte et j’ai songé que le texte puisse s’accompagner de grands dessins colorés qui montrent Barcelone côté ville et côté oublié, Chucho, l'enfant, et son petit monde pittoresque - sordide en réalité mais la grâce de l’écriture le tire vers...
    Voir plus

    J’ai lu Chucho comme un enfant lit (ou se fait lire) un conte et j’ai songé que le texte puisse s’accompagner de grands dessins colorés qui montrent Barcelone côté ville et côté oublié, Chucho, l'enfant, et son petit monde pittoresque - sordide en réalité mais la grâce de l’écriture le tire vers le pittoresque : sa vraie fausse famille, Dumbre la tendre et Belito le dur, les copains Toni et Baltasar, les filles, des prostituées sous le joug de Belito… Le roman fait le récit de deux jours de la vie de Chucho, deux jours d’aller et retour entre sa misère et le rêve entrevu de partir à New-York pour lui échapper. Mais les hommes sont sans pitié : quand ils ne mentent pas, ils contraignent, trafiquent, punissent, blessent, tuent… S’il reste une lueur d’humanité, c’est dans le cœur des femmes, soumises elles aussi à la domination barbare.
    Des adultes et un enfant ! Chucho a onze ans, il a gardé son âme d’enfant, d’enfant des rues : il se débrouille, il chaparde, il traficote mais son cœur est pur, sa gentillesse intacte, son intelligence pétillante, des rêves, des rêves de s’en sortir plein la tête, un amour de gosse. Ainsi va l’enfance de tous les enfants du monde, ainsi va la nostalgie que l’on en a, ainsi est le regard d'envie sur ce temps de la tendresse, de l’innocence et du naturel. Un adulte est « un enfant qui a des dettes », Chucho n’a pas de dette, pas encore.
    Grégoire Polet fait montre d’un joli talent pour dire avec légèreté, précision, élégance (notamment à la chute du récit… lumineuse !) quelques unes des dures lois du monde que des siècles de civilisation tardent à effacer, à Barcelone et partout ailleurs. Cruel et merveilleux... un vrai conte. A la gloire de Jean-Jacques Rousseau!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Qu'il est difficile d'échapper à son destin. On se plait pourtant à y croire et à rêver avec Chucho. En lisant ce livre, j'avais l'impression d'être derrière une caméra. Je ne manquerai pas de lire d'autres Grégoire Polet!

    Qu'il est difficile d'échapper à son destin. On se plait pourtant à y croire et à rêver avec Chucho. En lisant ce livre, j'avais l'impression d'être derrière une caméra. Je ne manquerai pas de lire d'autres Grégoire Polet!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Plongée dans la vie et la ville d'un enfant des rues, livré à lui-même, avec l'espoir intense d'un départ en Amérique, et le désespoir d'un impossible avenir hors de ce ghetto.
    La fuite de l'étranger qui un bref instant aurait pu mais n'a pas eu le cran, trop dans la phobie de perdre lui-même...
    Voir plus

    Plongée dans la vie et la ville d'un enfant des rues, livré à lui-même, avec l'espoir intense d'un départ en Amérique, et le désespoir d'un impossible avenir hors de ce ghetto.
    La fuite de l'étranger qui un bref instant aurait pu mais n'a pas eu le cran, trop dans la phobie de perdre lui-même ses projets de vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Merci bcp Hélène ! Mais je n'ai pas encore suffisamment de tps pour parcourir les bottins... Allez lire "Nous autres", j'ai tellement aimé Audeguy, que je viens de relire son premier roman "La théorie des nuages". Et du coup je suis allé aussi emprunter "Excusez les fautes du copiste" de...
    Voir plus

    Merci bcp Hélène ! Mais je n'ai pas encore suffisamment de tps pour parcourir les bottins... Allez lire "Nous autres", j'ai tellement aimé Audeguy, que je viens de relire son premier roman "La théorie des nuages". Et du coup je suis allé aussi emprunter "Excusez les fautes du copiste" de Grégoire Polet...
    Que voulez-vous, je ne peux pas m'empêcher d'aller lire un auteur lorsque j'en tombe ....(lol)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Vingt-quatre heures de la vie d’un enfant de la rue. Enfant de la rue au sens propre : de sa mère prostituée, Chucho ne sait rien et ce sont les pavés qui l’ont vu grandir. L’ambiance est crasseuse dans la baraque où il vit, pris en charge plus qu’élevé par un maquereau brusque et une très...
    Voir plus

    Vingt-quatre heures de la vie d’un enfant de la rue. Enfant de la rue au sens propre : de sa mère prostituée, Chucho ne sait rien et ce sont les pavés qui l’ont vu grandir. L’ambiance est crasseuse dans la baraque où il vit, pris en charge plus qu’élevé par un maquereau brusque et une très vieille fille... Sous la plume sèche et poétique de Grégoire Polet , le jeune Chucho va se mettre à rêver d’évasion. L’écriture est directe, cinématographique parfois : les décors sont vite tracés, les personnages vite placés en début de chapitre. L’essentiel est ailleurs : dans cette quête pleine d’espoir d’un garçon de neuf ans, innocent malgré tout, en rage contre le monde qui l’a laissé sur le bord du chemin. Livré à lui-même, il construit son espérance. C’est un récit intense, émouvant ou drôle parfois, celui d’une existence qui se profile comme une impasse. Capture d’un parcours initiatique désenchanté, ce roman livre de superbes passages sur le rêve lorsqu’il saisit le réel, brefs moments d’évasion d’un enfant enchainé malgré lui à sa condition.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • " Touche pas à la lampe, gamin"première phrase du livre: injonction prémonitoire en direction de Chucho de la part de la Dumbre...Chaussé de "ses semelles de vent"( celles d'un enfant d'une dizaine d'années), Chucho se faufile lestement dans Barcelone la solaire et surtout....la glauque pour...
    Voir plus

    " Touche pas à la lampe, gamin"première phrase du livre: injonction prémonitoire en direction de Chucho de la part de la Dumbre...Chaussé de "ses semelles de vent"( celles d'un enfant d'une dizaine d'années), Chucho se faufile lestement dans Barcelone la solaire et surtout....la glauque pour échapper à un destin tout tracé et pouvoir s'envoler pour New- York!
    Il se débattra de toutes ses forces" le chuchito", se brûlera- t-il les ailes?
    Un roman émouvant , poétique qui parle de REVE et de DESIR en MAJUSCULES!
    L'écriture G.Polet respire, pleure, rit.Son texte assez court sans complaisance , a la force , la forme et la beauté d'un court- métrage tourné caméra à l'épaule.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions