Chez les tibétains ; une voyageuse anglaise au petit Tibet (1889)

Couverture du livre « Chez les tibétains ; une voyageuse anglaise au petit Tibet (1889) » de Isabella L. Bird aux éditions Federop
  • Date de parution :
  • Editeur : Federop
  • EAN : 9782857921851
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de pages : 152
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : (non disponible)
  • Thème : Littérature Anglo-Saxonne
  • Prix littéraire(s) : (non disponible)
Résumé:

En 1889, Isabella Bird part pour l'Inde où elle souhaite créer des hôpitaux. Elle a à l'époque près de soixante-ans.
Elle en profite pour se rendre au Cachemire et au Ladakh (ou Petit Tibet). Elle effectue ce périple sur son cheval Gyalpo, dans des conditions climatiques très difficiles. Il... Voir plus

En 1889, Isabella Bird part pour l'Inde où elle souhaite créer des hôpitaux. Elle a à l'époque près de soixante-ans.
Elle en profite pour se rendre au Cachemire et au Ladakh (ou Petit Tibet). Elle effectue ce périple sur son cheval Gyalpo, dans des conditions climatiques très difficiles. Il lui faut parfois passer à gué des torrents tumultueux. Bien que de santé fragile, elle supporte souvent mieux que les autochtones ce qu'ils appellent « le poison des montagnes ». Dans son livre, elle relate son voyage, décrit les paysages montagneux, la flore et la faune ; les villages et leurs divers monuments chod-tens, manis, monastères, châteaux et maisons individuelles. Elle s'intéresse également aux coutumes des Ladakhis, en particulier à la religion, (elle visite des monastères bouddhistes), aux traits physiques des habitants, à leurs vêtements. Son récit est ponctué de portraits de personnages locaux (chefs de villages) parfois très pittoresques, de ses guides. Elle rencontre également des Européens en particulier des membres de la Société Missionnaire de l'Église et de la Mission médicale morave, dont un certain Dr Karl Marx ( !). Les conditions extrêmement difficiles de ce périple révèlent son intrépidité et sa force de caractère peu communes qui ne peuvent susciter que de l'admiration. Le regard que porte une Européenne du XIXe sur un pays et un peuple asiatiques constitue le grand intérêt de cet ouvrage.

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Isabella L. Bird, depuis sa jeunesse avait la passion des voyages. Née dans le Yorkshire en 1831, ne jouissant pas d’une grande santé et alors qu’elle présentait les signes d’une dépression, elle a commencé par aller en Amérique dont elle a tiré un livre The English Woman in America. Puis...
    Voir plus

    Isabella L. Bird, depuis sa jeunesse avait la passion des voyages. Née dans le Yorkshire en 1831, ne jouissant pas d’une grande santé et alors qu’elle présentait les signes d’une dépression, elle a commencé par aller en Amérique dont elle a tiré un livre The English Woman in America. Puis s’ensuivent quelques autres voyages et ce n’est qu’à la mort de sa mère, en 1868, que débutent pour elle des expéditions plus importantes.
    De retour chez elle, elle retombe malade et repart en voyage pour aller cette fois au Japon, au Vietnam, en Chine…
    Mais elle finit par épouser (à cinquante ans) John Bishop qui la courtisait depuis longtemps.
    Ce n’est qu’à la mort de celui-ci, en 1886 qu’elle se met sérieusement à se consacrer à sa vraie passion, celles des voyages.
    C’est donc à cinquante huit ans qu’elle part CHEZ LES TIBETAINS, d’où le titre de ce livre.
    Cette présentation de l’écrivaine était peut-être un peu longue mais je l’ai trouvée nécessaire car elle est pratiquement inconnue à notre époque.
    Dans cet ouvrage, elle fait preuve d’un grand courage et c’est à cheval (Gyalpo) et parfois sur un yack qu’elle parcourt ces contrées reculées et proches de l’Himalaya. Tout au long de son voyage elle garde un sang-froid imperturbable : elle ne souffre pas du mal de l’altitude (le poison des montagnes) alors que la plupart de ses porteurs sont malades. C’est elle la plus courageuse, cette Anglaise qui supporte aussi bien le climat rigoureux et ne flanche jamais.
    Elle garde toujours la tête haute et a de quoi en remontrer à ses compagnons de route : par exemple, lorsque son cheval tombe dans un torrent et qu’elle est sauvée in extremis.
    Au passage, elle décrit la flore particulière des contrées visitées, les autochtones, les coutumes et la religion.
    Elle visite même des monastères bouddhistes. Elle a également l’immense surprise de rencontrer un certain Dr Karl Marx !
    Dans ce récit d’aventures particulier car écrit par une femme intrépide et plus tout à fait jeune, c’est son énergie débordante et son entrain qui ressortent mais aussi la beauté de ces contrées magnifiques qu’elle nous fait partager avec force détails.
    Si ce livre est petit (147 pages) il est costaud en aventures, passionnant et riche en informations.
    Avec ses récits de voyages aux quatre coins du monde et à son époque, le XIXème siècle, Isabella L. Bird a été l’une des plus célèbres pionnières de son temps.
    Lorsqu’elle meurt en 1904 elle avait l’intention de repartir et projetait une expédition, cette fois en Chine.
    Insatiable voyageuse.
    La lecture de ce livre ne peut que nous faire admirer cette aventurière hors du commun.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com