Cherbourg

Couverture du livre « Cherbourg » de Charles Daubas aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072834585
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

«Depuis la mer, on dirait tout juste une ville. Un rivage étendu de maisons blanches qui écarte les bras pour tenter d'attraper ce qu'il peut de l'océan.
Le corps atrophié, à peine ancré à la terre, Cherbourg convoite l'horizon et la mer de ses deux membres immenses, deux digues de pierre... Voir plus

«Depuis la mer, on dirait tout juste une ville. Un rivage étendu de maisons blanches qui écarte les bras pour tenter d'attraper ce qu'il peut de l'océan.
Le corps atrophié, à peine ancré à la terre, Cherbourg convoite l'horizon et la mer de ses deux membres immenses, deux digues de pierre élancées au milieu des flots.» Rade de Cherbourg, été 2012. Une étrange explosion emporte une partie de la digue. Elle pourrait être liée à la démolition du quartier des Provinces, peu de temps auparavant. Les chantiers de l'Arsenal, où l'on démantèle un sous-marin nucléaire, sont également mis en cause et l'affaire est vite classée «secret défense». Jusqu'à ce qu'un adolescent prétende qu'un de ses camarades a disparu dans l'explosion.

Thriller qui se déroule dans un univers singulier, aquatique et brumeux, Cherbourg tient en haleine, surprend, remue... C'est le premier roman de Charles Daubas, urbaniste né à Hong Kong en 1981.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis(2)

  • En nommant son roman Cherbourg, Charles Daubas a placé la barre très haut. Pourquoi ? Parce qu’on s’attend à lire un Total Khéops made in Cotentin. Or, ce que Jean-Claude Izzo avait magistralement réussi avec l’histoire de Fabio Montale, Charles Daubas ne fait que l’effleurer avec son thriller...
    Voir plus

    En nommant son roman Cherbourg, Charles Daubas a placé la barre très haut. Pourquoi ? Parce qu’on s’attend à lire un Total Khéops made in Cotentin. Or, ce que Jean-Claude Izzo avait magistralement réussi avec l’histoire de Fabio Montale, Charles Daubas ne fait que l’effleurer avec son thriller sur la rade. D’où une légère frustration. J’aurais aimé en savoir plus sur cette ville portuaire que le secret défense et le mauvais temps isolent du monde, à l’exception notable d’une comédie musicale que nos petits-enfants ne verront jamais. Il y a quelques réussites, cependant. Charles Daubas parvient à nous inculquer une angoisse diffuse, un sentiment de malaise où vient se nicher idéalement le mystère sur lequel enquête la commissaire, Frédérique, personnage atypique et attachant. À Cherbourg, la résignation peut vite se transformer en cynisme. Le danger est omniprésent, monstrueux parce qu’invisible. Chez les militaires, les exploitants de la centrale nucléaire, parmi les ouvriers des chantiers, dans les filets des pêcheurs. Et partout, on étouffe la menace. Qu’est-ce qui peut conduire une population entière à dissimuler une cause vicieuse de mortalité ? Il faut que l’attachement à la terre (à la mer) soit viscéral pour lui pardonner de vous empoisonner. On touche à l’aveuglement et au masochisme collectif. Même si la symbolique est parfois trop voyante, j’ai aussi trouvé intéressant le thème du refus de l’enfant. Une façon de dire que certains ont ouvert les yeux ou, a contrario, et c’est déprimant, que la résignation dont je parlais plus haut conduit au renoncement. Un bon premier roman donc, et un auteur qui mérite d’être attentivement suivi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il est impossible de ne pas être saisi par l'atmosphère dégagée par les premières pages de ce roman. "Depuis la mer, on dirait tout juste une ville. Un rivage étendu de maisons blanches qui écarte les bras pour tenter d'attraper ce qu'il peut de l'océan. Le corps atrophié, à peine ancré à la...
    Voir plus

    Il est impossible de ne pas être saisi par l'atmosphère dégagée par les premières pages de ce roman. "Depuis la mer, on dirait tout juste une ville. Un rivage étendu de maisons blanches qui écarte les bras pour tenter d'attraper ce qu'il peut de l'océan. Le corps atrophié, à peine ancré à la terre, Cherbourg convoite l’horizon et la mer de ses deux membres immenses, de type de pierre élancées au milieu des flots."
    Quand une explosion se produit durant l'été 2012 sur un bout de digue, une cape de silence est déployée. Il faut dire que les chantiers de l'Arsenal abritent le démantèlement de certains de sous-marins et qu'un peu plus loin, les drôles d'usines de La Hague traitent des déchets radioactifs.

    Mais un adolescent affirme que son copain Paul a disparu lorsque la digue a été avalée par la mer. Pourquoi la mère de Paul ne veut-elle pas porter plainte ? D'où viennent les blocs de béton soudainement émergés?
    Très vite déchargée de l'enquête pour cause de secret défense, Frédérique inspectrice de police ne veut pas lâcher le morceau. Officieusement, elle continue ses investigations et tente d'y voir un peu plus clair.

    L'ambiance quasi hypnotique, les descriptions si justes et le suspense m'ont harponnée et ce malgré quelques maladresses (notamment dans les dialogues et avec une histoire secondaire mal bricolée).
    Amenant des des réflexions sur les activités liées au nucléaire, Charles Daubas insuffle à merveille la vie à cette rade, un personnage à part entière et énigmatique qui dévoile en partie son âme.
    Apre et singulier, ce premier roman est prenant et le dénouement en surprendra plus d'un.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions